Couverture vaccinale contre la grippe saisonnière au Canada, 2019-2020

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 3,26 Mo, 28 pages)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Date de publication : novembre 2020

Table des matières

Le présent rapport résume les résultats de l’Enquête nationale sur la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière de 2019-2020. Les répondants ont été questionnés sur leur vaccination contre la grippe saisonnière de 2019-2020, les raisons de se faire vacciner ou non, leurs connaissances, leurs attitudes et leurs croyances (CAC) au sujet de la vaccination, les sources d’information sur le vaccin antigrippal et certaines données démographiques. Les résultats sont décrits pour tous les adultes et pour deux sous-groupes à risque accru de complications dues à la grippe, soit les adultes de 18 à 64 ans qui ont un problème de santé chronique (PSC) et les aînés de 65 ans et plus.

Principaux constats

  • Dans l’ensemble, la couverture vaccinale contre la grippe chez les adultes (42 %) était semblable à celle de la saison précédente (42 %).
  • Plus de femmes (46 %) que d’hommes (37 %) ont été vaccinées.
  • Parmi les groupes à risque élevé, la couverture vaccinale des 65 ans et plus (70 %) et des 18–64 ans ayant un PSC (44 %) demeurait sous les objectifs nationaux de couverture vaccinale de 80 %
  • La majorité des adultes se sont fait vacciner en octobre ou en novembre (81 %).
  • Les principaux lieux de vaccination étaient les pharmacies (40 %) et les cliniques médicales (28 %).
  • La raison la plus fréquemment invoquée pour recevoir le vaccin était de prévenir l’infection ou d’éviter de tomber malade (47 %), tandis que la raison la plus courante de ne pas se faire vacciner était la perception que le vaccin n’était pas nécessaire (22 %).
  • Les sources d’information les plus courantes sur la vaccination contre la grippe étaient les médecins de famille, Internet (Google, sites Web ou blogues sur la santé) et les professionnels de la santé (médecins, infirmières et pharmaciens).
  • Les sources d’information que les répondants trouvaient les plus fiables sur le vaccin contre la grippe étaient les professionnels de la santé (infirmières, médecins et pharmaciens), les médecins de famille et Santé Canada ou l’Agence de la santé publique du Canada.
  • Parmi les 25 % de répondants qui ont déclaré avoir vu ou lu de l’information sur le vaccin antigrippal sur Internet ou dans les médias sociaux dernièrement, la majorité (78 %) ont déclaré que cela n’a pas changé leur opinion au sujet du vaccin antigrippal.

Introduction

La grippe est une infection des voies respiratoires supérieures causée principalement par les virus de la grippe A et B. Les symptômes peuvent comprendre de la fièvre, de la toux, des douleurs musculaires, des maux de tête, des maux de gorge, etc.Note de bas de page 1. La grippe se classe parmi les 10 principales causes de décès au Canada. Chaque année, on estime que la grippe cause en moyenne 12 200 hospitalisations et 3 500 décès au CanadaNote de bas de page 1. Malgré la présence des virus de la grippe toute l’année au pays, la plupart des cas dans l’hémisphère nord se manifestent entre novembre et avril.

La meilleure façon de prévenir la grippe et ses complications potentiellement graves est de se faire vacciner au début de chaque saison de la grippe. La vaccination permet de se protéger soi-même et de protéger les autres en atténuant la gravité de la maladie et la probabilité de transmissionNote de bas de page 2Note de bas de page 3. Il est important de se faire vacciner contre la grippe chaque année, car le virus de la grippe est en constante évolution et un nouveau vaccin est mis au point pour chaque saison grippale selon les principales souches du virus en circulation pendant la saison de la grippeNote de bas de page 4. Il est préférable de recevoir le vaccin antigrippal plus tôt dans la saison de la grippe avant que le virus ne commence à se propager dans la communauté, habituellement entre octobre et décembre.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande que toute personne de six mois et plus se fasse vacciner chaque année contre la grippe saisonnière. Le vaccin est particulièrement recommandé aux populations à risque élevé de complications liées à la grippe :

  • Les enfants âgés de 6 à 59 mois;
  • Les personnes ayant certains problèmes de santé chroniques (PSC);
  • Les personnes âgées de 65 ans et plus;
  • Les femmes enceintesNote de bas de page 5.

Légèrement supérieurs aux objectifs de couverture fixés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 75 %, les objectifs nationaux de couverture vaccinale contre la grippe pour les personnes de 65 ans et plus et les 18–64 ans ayant un PSC ont été fixés à 80 % en 2017 et on voudrait les atteindre d’ici 2025Note de bas de page 6Note de bas de page 7. Il est nécessaire de mesurer la couverture vaccinale contre la grippe pour suivre la réalisation des objectifs de couverture du Canada et déterminer les sous-populations dont le taux de vaccination est faible.

En plus de mesurer la couverture vaccinale antigrippale, il est important de comprendre les CAC des gens concernant la vaccination antigrippale. Tout élément des CAC concernant la vaccination contre la grippe pourrait servir d’obstacle ou de facilitateur à la vaccinationNote de bas de page 8. La compréhension de ces éléments peut éclairer et améliorer les efforts de promotion de la vaccination afin d’accroître l’adoption au sein de la population canadienne pour atteindre les objectifs de couverture.

Cette année, de nouvelles questions liées à la source d’information sur la vaccination contre la grippe ont été ajoutées à l’enquête afin de déterminer où et comment les adultes canadiens ont obtenu de l’information sur le vaccin contre la grippe et les sources auxquelles ils faisaient le plus confiance. Bien que l’utilisation d’Internet pour la recherche d’information soit maintenant omniprésente, il est important de déterminer l’information réelle transmise sur Internet et dans les médias sociaux au sujet du vaccin contre la grippe et la façon dont l’information pourrait influer sur leur opinion au sujet du vaccin.

Le présent rapport résume les résultats de l’Enquête sur la couverture vaccinale de la grippe saisonnière de 2019-2020 afin d’estimer la couverture vaccinale contre la grippe, de décrire les CAC concernant le vaccin antigrippal, de déterminer les sources d’information sur la vaccination contre la grippe et de déterminer les facteurs associés à l’adoption du vaccin antigrippal au sein de la population canadienne et des groupes à risque.

Méthodologie

Échantillonnage du sondage

Le sondage a été mené par Léger Marketing. Une description complète de la méthodologie quantitative est disponible ailleursNote de bas de page 9. En bref, une approche d’échantillonnage régional stratifié a été utilisée, les répondants de chaque province et territoire ayant été sélectionnés à l’aide de la composition aléatoire de lignes terrestres et de numéros provenant de ménages ayant seulement un téléphone cellulaire.

Afin de bien refléter la population canadienne dans son ensemble, Léger a fourni des poids d’échantillonnage pour tenir compte de la région, du sexe, de l’âge, de la langue (langue maternelle), du niveau de scolarité, de la présence d’enfants mineurs dans le ménage et du fait que le répondant habite ou non dans un ménage ayant seulement un téléphone cellulaire.

Collecte des données

Les entrevues ont été menées entre le 10 janvier et le 18 février 2020 au moyen d’un système d’entrevue téléphonique assistée par ordinateur (ETAO). Au total, 3 026 adultes ont été interrogés au sujet de la prise du vaccin contre la grippe pour la saison 2019-2020, des raisons de se faire vacciner ou non, de leurs CAC relativement à la vaccination, des sources d’information sur le vaccin antigrippal et de certaines données démographiques. Les répondants qui n’étaient pas certains de leur statut de vaccination contre la grippe (n=3) ont été exclus des analyses subséquentes, ce qui a donné un ensemble de données analytiques final de 3 023 répondants.

Analyse statistique

La couverture vaccinale a été estimée par le nombre de répondants au sondage qui ont déclaré avoir reçu le vaccin antigrippal au cours de la saison 2019-2020, exprimé comme une proportion pondérée des répondants au sondage qui ont fourni une réponse définitive (c.-à-d. qui ont déclaré avoir reçu ou n’avoir pas reçu le vaccin). Des proportions pondérées simples et des intervalles de confiance à 95 % ont été calculés pour les variables catégoriques. Le test du khi carré a été utilisé pour déterminer les différences significatives (p <0,05) de couverture vaccinale antigrippale entre les genres dans chaque groupe à risque. La régression logistique a été utilisée pour évaluer les liens entre les sources d’information et l’adoption du vaccin contre la grippe. Les rapports de cotes non ajustés (RC) et ajustés (RCa) ainsi que leurs intervalles de confiance à 95 % ont été estimés.

La précision de l'estimation était déterminée par le coefficient de variation. Les estimations avec un coefficient de variation de 16 % à 33 % indiquent une erreur d'échantillonnage plus élevée et doivent être interprétées avec prudence. Les estimations avec un coefficient de variation supérieur à 33,3% ou basées sur un dénombrement inférieur à 10 ont été considérées comme non fiables et ne sont donc pas déclarées.

Toutes les estimations présentées dans ce rapport sont pondérées.

Résultats

1. Couverture vaccinale

Au total, 3 026 répondants adultes admissibles ont participé à l’entrevue téléphonique dans le cadre de l’Enquête sur la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière de 2019-2020. Le taux de réponse global calculé à l’aide de la méthode de calcul standard de la Marketing Research Intelligence Association pour le taux de réponse à un sondage téléphonique était de 17 %Note de bas de page 9.

Dans l’ensemble, environ quatre adultes sur dix (42 %) âgés de 18 ans et plus ont déclaré avoir reçu le vaccin antigrippal en 2019-2020. En général, l’adoption du vaccin antigrippal était beaucoup plus élevée chez les femmes (46 %) que chez les hommes (37 %, p<0,001). (Tableau 1.1)

La couverture vaccinale était de 44 % chez les adultes de 18 à 64 ans présentant des PSC et de 30 % chez les adultes de 18 à 64 ans sans PSC. Le taux de vaccination était le plus élevé chez les personnes âgées de 65 ans et plus (70 %). (Tableau 1.1)

Chez les adultes de 18 à 64 ans avec ou sans PSC, on a également observé une différence importante dans l’adoption du vaccin antigrippal entre les femmes et les hommes. Toutefois, cette différence n’était pas significative chez les personnes de 65 ans et plus, ce qui correspond aux études antérieuresNote de bas de page 10Note de bas de page 11. (Tableau 1.1).

Bien que l’objectif national de couverture vaccinale contre la grippe pour les personnes à risque élevé de complications liées à la grippe ou d’hospitalisation (80 %) n’ait pas été atteint, l’adoption du vaccin chez les personnes âgées de 65 ans et plus se rapproche de cet objectif (70 %).

Tableau 1.1. Couverture vaccinale contre la grippe selon le genre et le groupe de risque
Groupe d'âge (ans) Total Homme Femme p
n Couverture vaccinale,
% (IC à 95 %)   
n Couverture vaccinale,
% (IC à 95 %)   
n Couverture vaccinale,
% (IC à 95 %)   
Tous les adultes ≥18 3023 41.8 (39.7-43.9) 1320 37.2 (34.1-40.2) 1691 46.1 (43.2-49.0) <0.001Note de bas de page * 
18-64 2234 34.1 (31.8-36.5) 1005 29.8 (26.5-33.1) 1218 38.4 (35.1-41.7) <0.001Note de bas de page *
18-64 avec PSC 668 43.6 (39.0-48.1) 268 38.3 (31.5-45.2) 397 47.9 (41.7-54.0)  0.043Note de bas de page *
18-64 sans PSC 1558 30.0 (27.3-32.7) 732 26.7 (22.9-30.5) 818 33.5 (29.6-37.3) 0.015Note de bas de page *
≥65 789 70.3 (66.7-73.8) 315 67.2 (61.5-72.9) 473 72.7 (68.3-77.1) 0.134
n = nombre de répondants (non pondéré).
PSC – Problème(s) de santé chronique(s).
IC – Intervalle de confiance.
Note de bas de page *

Différence significative entre les hommes et les femmes (p < 0,05).

Retour à la référence de la note de bas de page *

Remarque : Les totaux ne totalisent pas 3023 en raison de l’absence d’information sur le genre ou les PSC.

Dans l’ensemble, la couverture de tous les adultes de 18 ans et plus pour la saison de la grippe 2019-2020 n’a pas beaucoup changé par rapport aux cycles précédents de l’enquêteNote de bas de page 12Note de bas de page 13. (Figure 1.1)

Figure 1.1. Couverture vaccinale contre la grippe saisonnière, par groupe de risque et saison de la grippe, Enquête sur la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière, Canada, 2017-2018 à 2019-2020.

Figure 1. Text equivalent follows.

Figure 1.1 : Description de texte
Couverture vaccinale contre la grippe saisonnière pour tous les adultes (18 ans et plus)
Saison de la grippe Pourcentage de personnes vaccinées (%)
2017-2018 38.3
2018-2019 41.8
2019-2020 41.8
Couverture vaccinale contre la grippe saisonnière pour les 18 à 64 ans sans problèmes de santé chroniques
Saison de la grippe Pourcentage de personnes vaccinées (%)
2017-2018 26.5
2018-2019 30.8
2019-2020 30
Couverture vaccinale contre la grippe saisonnière pour les 18 à 64 ans avec problèmes de santé chroniques
Saison de la grippe Pourcentage de personnes vaccinées (%)
2017-2018 39.4
2018-2019 42.8
2019-2020 43.6
Couverture vaccinale contre la grippe saisonnière pour les personnes âgées (65 ans et plus)
Saison de la grippe Pourcentage de personnes vaccinées (%)
2017-2018 70.7
2018-2019 69.9
2019-2020 70.3

Conformément aux deux saisons précédentes, la proportion de répondants vaccinés était la plus élevée chez les personnes de 65 ans et plus (70 %). En revanche, l’adoption du vaccin était plus faible chez les 18 à 64 ans qui ont des PSC (44 %) et plus faible chez les personnes sans PSC (30 %).

2. Mois et lieu de la vaccination

L’activité grippale saisonnière au Canada, habituellement faible à la fin du printemps et en été, commence à augmenter à l’automne et atteint des sommets en hiver. Selon l’année, le pic peut se produire dès l’automneNote de bas de page 5. La vaccination au début de la saison de la grippe donne le temps de développer des anticorps contre le virus de la grippe. Au cours de la campagne de vaccination contre la grippe 2019-2020, parmi les répondants qui se sont souvenus du mois où ils ont reçu leur vaccin contre la grippe (n=1310), la majorité (81 %) ont reçu le vaccin en octobre ou novembre 2019. (Tableau 2.1)

Tableau 2.1. Mois de vaccination contre la grippe chez les répondants vaccinés
Mois Proportion des personnes vaccinées au cours de ce mois,
% (IC à 95 %)
Septembre 2019 4.3 (2.9-5.6)
Octobre 2019 38.5 (35.4-41.6)
Novembre 2019 42.4 (39.2-45.5)
Décembre 2019 11.4(9.3-13.5)
Janvier 2020 3.0 (1.9-4.1)Note de bas de page **
Février 2020 0.5 (0.0-1.0)Note de bas de page **
Au total, 1310 répondants se sont souvenus du mois de la vaccination contre la grippe.
IC – Intervalle de confiance.
Note de bas de page **

Coefficient de variation >16 %; par conséquent, les estimations doivent être interprétées avec prudence en raison d’un niveau d’erreur plus élevé.

Retour à la référence de la note de bas de page **

Conformément aux années précédentes, les lieux de vaccination les plus fréquemment déclarés chez les adultes étaient les pharmacies (40 %) et les cabinets de médecins (28 %) (Tableau 2.2). La proportion de répondants vaccinés dans les pharmacies en 2019-2020 était beaucoup plus élevée que pendant la saison 2016-2017 (28 %)Note de bas de page 14. Cela peut s’expliquer en partie par le nombre croissant d’administrations qui permettent aux pharmaciens d’administrer le vaccin antigrippal. Il faut toutefois noter qu’une proportion des vaccins administrés dans les pharmacies sont administrés par des infirmières et non par des pharmaciens.

Tableau 2.2. Lieu de vaccination contre la grippe chez les répondants vaccinés
Lieu de vaccination Proportion de personnes vaccinées par lieu,
% (IC à 95 %)
Pharmacie 40.0 (36.9-43.1)
Cabinet du médecin/clinique médicale 28.2 (25.3-31.1)
Lieu de travail 8.4 (6.5-10.2)
CLSC/Centre de santé communautaire 5.9 (4.5-7.3)
Hôpital 5.2 (3.6-6.9)
Clinique temporaire de vaccination (p. ex. dans un centre commercial) 4.2 (3.1-5.4)
Foyer pour personnes âgées 1.2 (0.7-1.8)Note de bas de page **
Autre 6.8 (5.2-8.5)
Au total, 1 338 répondants se sont souvenus de leur lieu de vaccination contre la grippe.
IC – Intervalle de confiance.
Note de bas de page **

Coefficient de variation >16 %; par conséquent, les estimations doivent être interprétées avec prudence en raison d’un niveau d’erreur plus élevé.

Retour à la référence de la note de bas de page **

3. Raisons de la vaccination

Parmi les répondants qui ont fourni une raison pour laquelle ils ont reçu le vaccin, la raison la plus souvent invoquée par tous les adultes était qu’ils voulaient prévenir l’infection ou éviter de tomber malades (47 %). Il s’agissait également de la raison la plus courante de recevoir le vaccin antigrippal chez les groupes à risque élevé, y compris les personnes de 18 à 64 ans ayant des PSC (45 %) et les personnes âgées (48 %). (Tableau 3.1)

Tableau 3.1. Trois principales raisons de la vaccination contre la grippe chez les répondants vaccinés, par groupe de risque
Groupe d'âge (ans) Raison % (IC à 95 %)   
Tous les adultes ≥18
(n=1338)
1. Prévenir l’infection/ne pas tomber malade 46.9 (43.7-50.0)
2. Se faire vacciner chaque année (aucune raison particulière) 18.6 (16.2-20.9)
3. Si je ne le fais pas, je peux transmettre la maladie aux personnes à risque (enfants, personnes âgées ou malades/patients) 10.6 (8.6-12.6)
18-64 sans PSC
(n=484)
1. Prévenir l’infection/ne pas tomber malade 47.0 (41.6-52.3)
2. Si je ne le fais pas, je peux transmettre la maladie aux personnes à risque (enfants, personnes âgées ou malades/patients) 14.3 (10.5-18.1)
3. Il est obligatoire dans mon lieu de travail 12.3 (9.0-15.7)
18-64 avec PSC
(n=312)
1. Prévenir l’infection/ne pas tomber malade 44.7 (38.1-51.3)
2. À risque en raison d’un problème de santé 17.4 (12.5-22.3)
3. Si je ne le fais pas, je peux transmettre la maladie aux personnes à risque (enfants, personnes âgées ou malades/patients) 12.7 (8.1-17.2)
≥65
(n=542)
1. Prévenir l’infection/ne pas tomber malade 47.9 (43.2-52.6)
2. Se faire vacciner chaque année (aucune raison particulière) 31.6 (27.2-35.9)
3. À risque en raison de l’âge 11.1 (8.1-14.1)
n = nombre de répondants (non pondéré).
PSC – Problème(s) de santé chronique(s).
IC – Intervalle de confiance.
Remarque : Les répondants pouvaient donner plus d’une raison.

Chez les adultes de 18 à 64 ans qui ont des PSC, le fait d’être à risque plus élevé en raison d’un problème de santé chronique était aussi une raison fréquemment mentionnée pour recevoir le vaccin (17 %). Chez les adultes de 18 à 64 ans sans PSC, la crainte de transmettre la maladie aux personnes à risque (14 %) et l’obligation de se faire vacciner dans son lieu de travail (12 %) ont souvent été signalées.

De plus, se faire vacciner chaque année sans raison particulière (32 %) et le fait d’être à risque en raison de l’âge (11 %) étaient aussi des raisons fréquemment mentionnées pour recevoir le vaccin antigrippal chez les personnes de 65 ans et plus. Cela donne à penser que ces répondants vaccinés ont adopté la vaccination annuelle contre la grippe comme pratique de santé préventive, reconnaissant peut-être leur risque accru de complications liées à la grippeNote de bas de page 15.

4. Raisons de ne pas se faire vacciner

Parmi tous les répondants au sondage qui ont fourni une raison pour ne pas recevoir le vaccin antigrippal cette année, la réponse la plus courante parmi tous les adultes était qu’ils étaient en santé et/ou n’ont jamais eu la grippe (21 %). Toutefois, chez les personnes de 18 à 64 ans qui avaient un PSC, ne pas avoir eu le temps de le faire était la raison la plus courante de ne pas avoir reçu le vaccin antigrippal (26 %). Chez les personnes âgées, les préoccupations au sujet de l’innocuité du vaccin étaient l’une des raisons courantes pour lesquelles le vaccin contre la grippe n’avait pas été reçu (13 %). Certaines études démontrant une efficacité moindre avec des préoccupations accrues en matière de sécurité concernant la grippe et d’autres vaccins chez les personnes âgées, en raison de la diminution de la réponse immunitaire, peuvent avoir contribué à cette croyanceNote de bas de page 16Note de bas de page 17. (Tableau 4.1)

Tableau 4.1. Les trois principales raisons pour lesquelles on ne se fait pas vacciner contre la grippe
Groupe d'âge (ans) Raison % (IC à 95 %)          
Tous les adultes ≥18
(n=1672)
1. Je suis en bonne santé et/ou je n’attrape jamais la grippe. 21.3 (18.9-23.7)
2. Je n’ai pas eu le temps de le faire. 15.0 (12.8-17.2)
3. Pas de raison précise, je ne l’ai tout simplement pas reçu. 14.7 (12.6-16.7)
18-64 sans PSC
(n=1070)
1. Je suis en bonne santé et/ou je n’attrape jamais la grippe. 25.1 (21.9-28.3)
2. Pas de raison précise, je ne l’ai tout simplement pas reçu. 15.0 (12.4-17.6)
3. Je n’ai pas eu le temps de le faire. 11.9 (9.7-14.2)
18-64 avec PSC
(n=356)
1. Je n’ai pas eu le temps de le faire. 25.5 (19.3-31.8)
2. Pas de raison précise, je ne l’ai tout simplement pas reçu. 13.6 (9.2-17.9)
3. Je suis en bonne santé et/ou je n’attrape jamais la grippe. 13.3 (9.0-17.5)
≥65
(n=246)
1. Je suis en bonne santé et/ou je n’attrape jamais la grippe. 15.6 (10.7-20.6)
2. Pas de raison précise, je ne l’ai tout simplement pas reçu. 14.4 (9.5-19.3) 
3. J’ai des inquiétudes au sujet du vaccin contre la grippe et/ou de ses effets secondaires. 13.2 (8.4-18.1)Note de bas de page **
n = nombre de répondants (non pondéré).
PSC – Problème(s) de santé chronique(s).
IC – Intervalle de confiance.
Remarque : Les répondants pouvaient donner plus d’une raison.
Note de bas de page **

Coefficient de variation >16 %; par conséquent, les estimations doivent être interprétées avec prudence en raison d’un niveau d’erreur plus élevé.

Retour à la référence de la note de bas de page **

5. Connaissances, attitudes et croyances (CAC) concernant la vaccination

L’Enquête sur la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière de 2019-2020 comprenait plusieurs questions visant à recueillir de l’information sur les CAC des adultes concernant tous les vaccins en général et le vaccin antigrippal en particulier. La grande majorité des répondants (92 %) étaient fortement ou plutôt d’accord pour dire que les vaccins sont importants pour leur santé et environ la même proportion pensait en savoir suffisamment sur les vaccins pour prendre une décision sur la vaccination (91 % étaient fortement ou plutôt d’accord). (Tableau 5.1)

Tableau 5.1. Connaissances, attitudes et croyances (CAC) concernant la vaccination
Énoncés n Tout à fait d’accord
% (IC à 95 %)
Plutôt d'accord
% (IC à 95 %)
Plutôt en désaccord
% (IC à 95 %)
Tout à fait en désaccord
% (IC à 95 %)
Tous les vaccins en général :
En général, je considère que les vaccins sont importants pour ma santé. 3016 70.5 (68.6-72.5) 21.2 (19.4-22.9) 4.7 (3.8-5.7) 3.5 (2.7-4.3)
J’en sais assez sur les vaccins pour prendre une décision éclairée quant à la vaccination. 3005 61.5 (59.4-63.6) 29.3 (27.4-31.3) 6.2 (5.2-7.3) 3.0 (2.2-3.7)
Vaccin antigrippal :
Le vaccin contre la grippe ne vous protège pas contre la grippe. 2938 16.4 (14.8-18.1) 25.2 (23.3-27.1) 26.9 (25.0-28.8) 31.4 (29.4-33.5)
Parfois, le vaccin contre la grippe donne la grippe. 2885 17.5 (15.8-19.3) 24.9 (23.0-26.8) 21.4 (19.6-23.3) 36.2 (34.1-38.2)
Le vaccin contre la grippe est sécuritaire. 2940 58.7 (56.6-60.9) 29.8 (27.8-31.9) 6.5 (5.5-7.6) 4.9 (4.0-5.9)
Je comprends pourquoi il est recommandé de se faire vacciner contre la grippe à chaque année. 2984 67.3 (65.3-69.3) 23.9 (22.0-25.8) 5.4 (4.5-6.4) 3.4 (2.6-4.1)
L’avis de mon médecin de famille, de mon médecin généraliste ou de mon infirmière praticienne est un élément important de ma décision concernant le vaccin contre la grippe. 2951 42.1 (40.0-44.3) 27.3 (25.3-29.3) 15.3 (13.8-16.9) 15.2 (13.7-16.8)
n = nombre de répondants (non pondéré).
IC – Intervalle de confiance.

En ce qui concerne la vaccination contre la grippe seulement, une majorité (89 %) des répondants croyaient fortement ou plutôt que le vaccin contre la grippe est sécuritaire et 91 % étaient fortement ou plutôt d’accord pour dire qu’ils comprennent pourquoi le vaccin contre la grippe est recommandé chaque année. Toutefois, 16 % des répondants croyaient fermement que le vaccin contre la grippe ne les protégeait pas contre la grippe. Environ la même proportion de répondants (18 %) croyaient fermement qu’ils pourraient contracter la grippe par le vaccin contre la grippe – ce qui n’est pas possible pour un vaccin contre la grippe homologué au Canada. (Tableau 5.1)

Environ sept répondants sur dix (69 %) étaient fortement ou plutôt d’accord pour dire que l’opinion de leur médecin de famille, de leur médecin généraliste ou de leur infirmière praticienne est un élément important de leur décision de se faire vacciner contre la grippe. Ce résultat montre que le public fait confiance aux professionnels de la santé et laisse entendre que les conseils fournis par ceux-ci et la fréquence des interactions avec le système de santé peuvent jouer un rôle important dans l’adoption du vaccin contre la grippe.

6. Sources d’information sur la vaccination antigrippale

La source d’information la plus courante que les répondants consulteraient pour se tenir au courant du vaccin antigrippal était leur propre médecin de famille. Environ quatre répondants sur dix de 18 à 64 ans avec PSC (38 %) ou sans PSC (42 %) chercheraient de l’information sur Internet (Google, sites Web ou blogues sur la santé). Alors que dans le cas des personnes de 65 ans et plus, 25 % des répondants consulteraient un professionnel de la santé comme un médecin, une infirmière ou un pharmacien, et environ un répondant sur cinq (21 %) chercherait de l’information sur le vaccin sur Internet. La source d’information la moins fréquemment déclarée sur le vaccin antigrippal était les journaux ou les magasins (2 %). (Tableau 6.1)

Tableau 6.1. Sources d’information que les répondants consulteraient pour se tenir au courant du vaccin contre la grippe, par groupe de risque
Réponse De 18 à 64 ans sans PSC De 18 à 64 ans avec PSC 65 ans et plus
n % (IC à 95 %)        n % (IC à 95 %)        n % (IC à 95 %)       
Consulter son propre médecin de famille 758 50.6 (47.6-53.5) 350 53.0 (48.3-57.6) 489 64.6 (61.0-68.3)
Sur Internet – Google, sites Web ou blogues sur la santé 675 42.2 (39.2-45.1) 252 37.7 (33.1-42.2) 175 20.7 (17.6-23.7)
Consulter un professionnel de la santé (médecin, infirmière, pharmacien, etc.) 362 22.8 (20.3-25.3) 163 23.6 (19.6-27.5) 214 25.4 (22.0-28.7)
Brochures ou dépliants de consultation sur le sujet offerts par Santé Canada, l’Agence de la santé publique du Canada ou le ministère provincial ou territorial de la Santé 130 8.3 (6.6-10.1) 48 6.1 (4.1-8.1)Note de bas de page ** 27 2.7 (1.6-3.9)Note de bas de page **
Un CLSC/centre de soins de santé communautaire 95 6.4 (4.8-7.9) 32 5.3 (3.0-7.6)Note de bas de page ** 36 3.8 (2.4-5.2)Note de bas de page **
Une pharmacie locale 88 5.3 (3.9-6.6) 46 6.3 (4.2-8.5)Note de bas de page ** 56 7.3 (5.2-9.3)
Famille, amis ou collègues 70 4.7 (3.4-6.0) 22 3.3 (1.5-5.2)Note de bas de page ** 28 3.1 (1.8-4.3)Note de bas de page **
Services téléphoniques d’Info-Santé ou de Télésanté, 811 74 4.2 (3.0-5.4) 29 4.0 (2.2-5.8)Note de bas de page ** 11 1.0 (0.3-1.6)Note de bas de page **
Médias (télévision, radio, etc.) 64 4.2 (3.0-5.3) 32 4.8 (2.8-6.8)Note de bas de page ** 61 7.1 (5.2-9.0)
Sites Web de Santé Canada et du gouvernement 70 4.1 (3.0-5.2) 31 3.7 (2.0-5.3)Note de bas de page ** 6 Note de bas de page ***
Médias sociaux (Facebook, Twitter ou autre) 49 3.3 (2.2-4.4)Note de bas de page ** 17 2.4 (1.0-3.9)Note de bas de page ** 18 2.2 (1.1-3.2)Note de bas de page **
Directement à l’hôpital – à l’urgence 33 2.3 (1.3-3.2)Note de bas de page ** 12 2.0 (0.4-3.5)Note de bas de page ** 4 Note de bas de page ***
Journaux / magazines 26 1.5 (0.8-2.2)Note de bas de page ** 12 1.9 (0.6-3.2)Note de bas de page ** 36 4.6 (3.0-6.2)Note de bas de page **
Autre source 174 11.4 (9.5-13.3) 74 11.0 (7.9-14.1) 59 6.4 (4.6-8.1)
n = nombre de répondants (non pondéré).
PSC – Problème(s) de santé chronique(s).
IC – Intervalle de confiance.
Remarque : Les répondants pouvaient fournir plus d’une source d’information.
Note de bas de page **

Coefficient de variation >16 %; par conséquent, les estimations doivent être interprétées avec prudence en raison d’un niveau d’erreur plus élevé.

Retour à la référence de la note de bas de page **

Note de bas de page ***

Coefficient de variation >33 %; l’estimation est trop peu fiable pour être publiée.

Retour à la référence de la note de bas de page ***

Il est important de savoir si les adultes se font vacciner contre la grippe parce qu’ils consultent ces sources d’information pour déterminer les stratégies de communication qui pourraient être efficaces pour promouvoir la vaccination contre la grippe. Parmi les adultes qui consulteraient leur médecin de famille (n=752) ou un autre professionnel de la santé (n=358), 45 % ont reçu le vaccin antigrippal. Après avoir ajusté pour l’âge, le genre et le niveau de scolarité, la recherche d’information sur le vaccin antigrippal en visitant leur médecin de famille ou un autre professionnel de la santé a été fortement associée à l’adoption du vaccin. De plus, chez les répondants qui chercheraient de l’information sur les sites Web du gouvernement, la cote exprimant la possibilité de se faire vacciner contre la grippe était le double de celle observée chez ceux qui ne consulteraient pas cette source d’information (RCa 2,0; IC à 95 %, 1,3-3,0). Toutefois, cette cote pour les répondants qui consulteraient leurs amis ou chercheraient à obtenir de l’information par l’entremise de Télésanté était 0.5 fois celle de ceux qui ne consulteraient pas ces sources (RCa 0,5; IC à 95 % 0,3-0,8). (Tableau 6.2)

Tableau 6.2. Association entre chaque source d’information que les répondants consulteraient et l’adoption du vaccin antigrippal chez tous les adultes
Sources d’information n Proportion d’adultes vaccinés
% (IC à 95 %)            
RC non ajusté
% (IC à 95 %)
RC ajustéNote de bas de page
% (IC à 95 %) 
Sites Web de Santé Canada et du gouvernement. 56 51.1 (39.3-62.8) 1.6 (1.0-2.4) 2.0 (1.3-3.0)
Consultation avec le médecin de famille. 752 45.0 (42.1-47.9) 1.4 (1.2-1.6) 1.2 (1.1-1.5)
Consultation avec un professionnel de la santé (médecin, infirmière, pharmacien, etc.). 358 45.0 (40.7-49.3) 1.3 (1.1-1.6) 1.3 (1.1-1.5)
Sur Internet – Google, sites Web ou blogues sur la santé. 438 36.0 (32.6-39.4) 0.8 (0.6-0.9) 0.9 (0.8-1.1)
Journaux / magazines. 38 48.7 (35.6-61.8) 1.3 (0.8-2.2) 1.0 (0.6-1.6)
Pharmacie locale. 88 44.2 (35.8-52.6) 1.5 (1.0-2.0) 1.3 (0.9-1.8)
Médias (télévision, radio, etc.). 84 47.1 (38.0-56.3) 1.3 (0.9-1.8) 1.2 (0.8-1.7)
Brochures ou dépliants de consultation offerts par Santé Canada, l’Agence de la santé publique du Canada ou le ministère provincial ou territorial de la Santé sur le sujet. 92 39.2 (31.1-47.2) 1.1 (0.8-1.5) 1.3 (1.0-1.8)
Médias sociaux (Facebook, Twitter ou autre). 31 36.7 (24.3-49.1)Note de bas de page ** 1.1 (0.7-1.8) 1.2 (0.8-2.0)
Un CLSC/centre de santé communautaire. 67 33.1 (24.5-41.6) 0.9 (0.6-1.3) 0.9 (0.6-1.3)
Directement à l’hôpital – à l’urgence. 17 32.9 (16.9-48.9)Note de bas de page ** 1.1 (0.6-2.0) 1.3 (0.7-2.5)
Famille, amis ou collègues 38 25.1 (16.3-33.9)Note de bas de page ** 0.5 (0.3-0.8) 0.5 (0.3-0.8)
Services téléphoniques d’Info-Santé ou de Télésanté, 811 29 22.2 (12.5-31.9)Note de bas de page ** 0.4 (0.2-0.7) 0.5 (0.3-0.8)
Une autre source. 140 41.0 (34.2-47.8) 1.0 (0.8-1.2) 1.1 (0.8-1.4)
n = nombre de répondants vaccinés (non pondéré) qui consulteraient chaque source d’information sur le vaccin antigrippal.
IC – Intervalle de confiance.
Note de bas de page †

Ajusté pour l’âge, le genre et le niveau de scolarité.

Retour à la référence de la note de bas de page

Remarque : Les répondants pouvaient fournir plus d’une source d’information.
Note de bas de page **

Coefficient de variation >16 %; par conséquent, les estimations doivent être interprétées avec prudence en raison d’un niveau d’erreur plus élevé.

Retour à la référence de la note de bas de page **

La majorité des répondants ont fait confiance aux sources d’information fournies par les professionnels de la santé comme les infirmières, les médecins et les pharmaciens, leur propre médecin de famille et Santé Canada ou l’Agence de la santé publique du Canada. De plus, 73 % des adultes de 18 à 64 ans avec ou sans PSC faisaient confiance à l’information sur le vaccin provenant de services téléphoniques comme Télésanté, 811 et Info-santé, tandis que 48 % des répondants âgés (65 ans et plus) croyaient l’information fournie par ces lignes téléphoniques. Moins de la moitié des répondants croyaient l’information lue sur Internet (48 % chez les adultes de 18 à 64 ans sans PSC, 44 % chez les adultes de 18 à 64 ans avec PSC et 32 % chez les aînés de 65 ans et plus). Les témoignages personnels lus sur le Web ou dans les médias sociaux étaient la source la moins fiable dans tous les groupes de risque (16 % chez les adultes de 18 à 64 ans sans PSC, 15 % chez les adultes de 18 à 64 ans avec PSC et 11 % chez les aînés de 65 ans et plus). (Tableau 6.3)

Tableau 6.3. Sources d’information sur le vaccin antigrippal auxquelles les répondants feraient confiance, par groupe de risque
Réponse De 18 à 64 ans sans PSC De 18 à 64 ans avec PSC 65 ans et plus
n % (IC à 95 %)     n % (IC à 95 %)     n % (IC à 95 %)    
Professionnels de la santé (infirmières, médecins, pharmaciens) 1466 94.5 (93.1-95.9) 638 94.7 (92.3-97.1) 738 93.7 (91.7-95.7)
Propre médecin de famille 1438 94.1 (92.8-95.4) 625 95.0 (92.9-97.1) 744 96.7 (95.3-98.0)
Santé Canada/Agence de la santé publique du Canada 1412 91.2 (89.5-92.9) 595 90.2 (87.3-93.0) 623 80.1 (76.8-83.3)
Lignes téléphoniques d’Info-Santé, Télésanté, 811 1067 72.8 (69.9-75.6) 461 72.7 (68.2-77.2) 337 47.6 (43.4-51.9)
Famille, amis ou collègues 807 54.5 (51.5-57.4) 302 48.7 (44.0-53.5) 306 41.2 (37.2-45.1)
Internet (Google, sites Web ou blogues sur la santé) 702 47.9 (44.9-51.0) 286 44.3 (39.5-49.0) 240 31.8 (28.0-35.5)
Professionnels de la santé non traditionnels comme les chiropraticiens, les naturopathes et les homéopathes 664 46.6 (43.6-49.7) 243 40.0 (35.2-44.7) 191 26.4 (22.8-29.9)
Témoignages personnels lus sur le Web ou dans les médias sociaux 225 15.7 (13.4-17.9) 87 14.5 (11.1-17.9) 81 11.0 (8.5-13.5)
n = nombre de répondants (non pondéré).
PSC – Problème(s) de santé chronique(s).
IC – Intervalle de confiance.
Remarque : Les répondants pouvaient fournir plus d’une source d’information.

Au total, environ le quart des répondants (25 %) ont déclaré avoir vu ou lu quelque chose au sujet du vaccin antigrippal sur Internet ou dans les médias sociaux récemment. De plus, 19 % d’entre eux ont déclaré qu’ils ont trouvé de l’information sur les raisons de se faire vacciner contre la grippe. 17 % des répondants avaient vu ou lu sur les avantages de se faire vacciner ainsi que les risques associés à la vaccination. Environ 14 % des répondants avaient lu à propos des raisons de ne pas se faire vacciner contre la grippe. Environ la même proportion de répondants avaient vu des campagnes publicitaires sur la vaccination (13 %) et seulement 5 % avaient vu de l’information sur les endroits où se faire vacciner. (Tableau 6.4)

Tableau 6.4. Information que les répondants ont vue ou lue au sujet du vaccin contre la grippe sur Internet ou dans les médias sociaux dernièrement
Réponse % (IC à 95 %)
Raisons de se faire vacciner 19.2 (16.1-22.4)
Avantages de se faire vacciner 16.7 (13.6-19.8)
Risques associés à la vaccination 16.6 (13.2-20.0)
Raisons de ne pas se faire vacciner 13.6 (10.6-16.5)
Campagnes de publicité sur la vaccination 13.1 (10.1-16.1)
Lieux de vaccination 5.4 (3.3-7.5)Note de bas de page **
Autre 45.7 (41.4-50.1)
Au total, 730 répondants ont déclaré avoir vu ou lu de l’information sur le vaccin antigrippal sur Internet ou dans les médias sociaux dernièrement.
IC – Intervalle de confiance.
Remarque : Les répondants pouvaient fournir plus d’un type d’information lue sur Internet ou dans les médias sociaux.
Note de bas de page **

Coefficient de variation >16 %; par conséquent, les estimations doivent être interprétées avec prudence en raison d’un niveau d’erreur plus élevé.

Retour à la référence de la note de bas de page **

La majorité des répondants (78 %) ont déclaré que leur opinion au sujet du vaccin antigrippal n’avait pas changé après avoir lu l’information sur Internet ou dans les médias sociaux. Seulement environ 12 % des répondants ont fait confiance au vaccin beaucoup plus ou un peu plus qu’auparavant, et 9 % étaient plus ou beaucoup plus préoccupés par le vaccin contre la grippe. (Tableau 6.5)

Tableau 6.5. L’influence de l’information lue sur Internet ou dans les médias sociaux sur les opinions des répondants au sujet du vaccin antigrippal
Réponse % (IC à 95 %)
Vous faites beaucoup plus confiance au vaccin contre la grippe qu’auparavant. 6.7 (4.2-9.2)Note de bas de page **
Vous faites un peu plus confiance au vaccin contre la grippe qu’auparavant. 5.5 (3.6-7.5)Note de bas de page **
Votre opinion sur le vaccin contre la grippe n’a pas changé. 78.4 (74.7-82.2)
Vous êtes plus préoccupé par le vaccin contre la grippe qu’auparavant. 4.0 (2.3-5.7)Note de bas de page **
Vous êtes beaucoup plus préoccupé par le vaccin contre la grippe qu’auparavant. 5.3 (3.2-7.4)Note de bas de page **
Au total, 730 répondants ont déclaré avoir vu ou lu de l’information sur le vaccin antigrippal sur Internet ou dans les médias sociaux dernièrement.
IC – Intervalle de confiance.
Note de bas de page **

Coefficient de variation >16 %; par conséquent, les estimations doivent être interprétées avec prudence en raison d’un niveau d’erreur plus élevé.

Retour à la référence de la note de bas de page **

Selon les résultats présentés au tableau 6.5, il semble que les messages liés au vaccin antigrippal dans les médias sociaux aient une légère incidence sur les opinions des répondants au sujet du vaccin antigrippal. Cette constatation est conforme à une récente enquête menée aux États-Unis, qui a révélé que le seul fait de consulter les médias sociaux peut ne pas influencer les comportements individuels en matière de vaccination (18). Une autre étude a aussi démontré que la population en général pouvait choisir des sites qui étaient généralement d’accord avec son point de vue. Par conséquent, les attitudes et les croyances à l’égard de la vaccination contre la grippe n’ont pas été grandement influencées par les médias sociauxNote de bas de page 19.

Forces et faiblesses

La communication en temps utile de la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière à l’échelle nationale constitue la principale force de la présente enquête. La rapidité de cette enquête permet au Canada de respecter ses obligations internationales en matière de rapports et de déterminer les futures priorités de la planification et de la promotion du programme de vaccination.

De plus, l’Enquête sur la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière est flexible, car elle permet l’ajout ou la suppression de modules de questions chaque année en fonction des changements de priorités.

Bien qu’elles correspondent aux itérations précédentes de l’enquêteNote de bas de page 12Note de bas de page 13, les limites de la présente enquête comprenaient le taux de réponse relativement faible de 17 %, inférieur aux 45 % atteints par des enquêtes semblables aux États-UnisNote de bas de page 20. Ce taux de réponse peut augmenter le risque de biais de non-réponse et limiter la représentativité de l’échantillon, car les répondants inclus dans l’enquête peuvent différer de ceux qui ont choisi de ne pas y répondre.

De plus, les participants ont été interrogés dans les six mois suivant le début de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, ce qui limite la possibilité de biais de rappel et peut entraîner une sous-estimation ou une surestimation de l’adoption du vaccin. Toutefois, certaines études ont démontré que l’état de vaccination contre la grippe autodéclaré est une mesure valide de l’exposition au vaccin lorsque les dossiers médicaux ou les données du registre ne sont pas disponiblesNote de bas de page 21Note de bas de page 22.

Il est également important de tenir compte du fait que les répondants pourraient interpréter différemment les choix de sources d’information sur le vaccin antigrippal. Par exemple, sur deux répondants qui consultent le fil Twitter d’une organisation, l’un peut indiquer Twitter comme source d’information, tandis que l’autre peut indiquer le nom de l’organisation. De plus, pour ceux qui ont consulté de l’information sur Internet et dans les médias sociaux, l’information aurait pu être diffusée à partir d’autres sources comme les sites Web du gouvernement, les brochures électroniques, etc.

Conclusion

La couverture vaccinale des adultes contre la grippe estimée à partir de l’Enquête sur la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière 2019-2020 était similaire à celle des saisons précédentes. De plus, les objectifs nationaux de couverture vaccinale (80 %) pour les personnes à risque accru de complications liées à la grippe, à savoir les aînés et les adultes de 18 à 64 ans qui ont des PSC, ne sont toujours pas atteints. Selon les résultats de cette enquête, l’adoption du vaccin était nettement inférieure à l’objectif national chez les adultes de 18 à 64 ans qui ont des PSC (44 %). Toutefois, l’adoption du vaccin chez les personnes de 65 ans et plus (70 %) approche l’objectif de couverture de 80 %. Les principales raisons de se faire vacciner étaient de prévenir l’infection ou d’éviter de tomber malade, tandis que la principale raison de ne pas se faire vacciner était la perception qu’ils étaient en bonne santé ou qu’ils n’avaient jamais eu la grippe.

Selon les résultats de l’enquête, les sources d’information les plus fréquemment déclarées sur le vaccin contre la grippe étaient les médecins de famille et les professionnels de la santé comme les médecins, les infirmières ou les pharmaciens. Des études antérieures ont révélé que la recommandation d’un professionnel de la santé de recevoir le vaccin antigrippal était un facteur important associé à l’adoption du vaccin chez les adultesNote de bas de page 23Note de bas de page 24. Les prestataires de soins de santé primaires jouent donc un rôle clé dans l’acceptation des vaccins en dissipant les mythes liés aux vaccins et en encourageant l’adoption de la vaccination.

Dans l’ensemble, ce rapport a mis en évidence la nécessité d’accroître l’adoption du vaccin antigrippal au Canada dans son ensemble et parmi ses populations à risque élevé. Les messages promotionnels sur Internet ou dans les médias sociaux pour le vaccin contre la grippe demeurent une stratégie importante pour accroître les connaissances sur les avantages de la vaccination contre la grippe, en plus d’encourager une plus grande adoption de la vaccination.

Références

Note de bas de page 1

Public Health Agency of Canada. Flu (influenza): For health professionals. 2019; Disponible à https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/flu-influenza/health-professionals.html#a8.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Arriola C, Garg S, Anderson EJ, Ryan PA, George A, Zansky SM, Bennett N, Reingold A, Bargsten M, Miller L, Yousey-Hindes K. Influenza vaccination modifies disease severity among community-dwelling adults hospitalized with influenza. Clinical Infectious Diseases. 2017.15;65(8):1289-97.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Castilla J, Godoy P, Domínguez Á, Martínez-Baz I, Astray J, Martín V, Delgado-Rodríguez M, Baricot M, Soldevila N, Mayoral JM, Quintana JM. Influenza vaccine effectiveness in preventing outpatient, inpatient, and severe cases of laboratory-confirmed influenza. Clinical infectious diseases. 2013. 15;57(2):167-75.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Petrova VN RC. The evolution of seasonal influenza viruses. Nature Reviews Microbiology 2017.16:47.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

National Advisory Committee on Immunization (NACI). Canadian Immunization Guide Chapter on Influenza and Statement on Seasonal Influenza Vaccine for 2019–2020. An Advisory Committee Statement (ACS) National Advisory Committee on Immunization (NACI). 2019; Disponible à https://www.canada.ca/en/public-health/services/publications/vaccines-immunization/canadian-immunization-guide-statement-seasonal-influenza-vaccine-2019-2020.html.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

World Health Organization. WHA56.19: Prevention and control of influenza pandemics and annual epidemics. 2003; Disponible à https://www.who.int/immunization/sage/1_WHA56_19_Prevention_and_control_of_influenza_pandemics.pdf.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Public Health Agency of Canada. Vaccination Coverage Goals and Vaccine Preventable Disease Reduction Targets by 2025. 2019; Disponible à https://www.canada.ca/en/public-health/services/immunization-vaccine-priorities/national-immunization-strategy/vaccination-coverage-goals-vaccine-preventable-diseases-reduction-targets-2025.html.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Nowak GJ, Sheedy K, Bursey K, Smith TM, Basket M. Promoting influenza vaccination: Insights from a qualitative meta-analysis of 14 years of influenza-related communications research by U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Vaccine. 2015. 33(24):2741–2756.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Léger. Seasonal Influenza Vaccination Coverage Survey, 2019–2020. 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Roy M, Sherrard L, Dubé È, Gilbert NL. Determinants of non-vaccination against seasonal influenza. Health Reports. 2018;29:13–23.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Farmanara N, Sherrard L, Dubé È, Gilbert NL. Determinants of non-vaccination against seasonal influenza in Canadian adults: findings from the 2015–2016 Influenza Immunization Coverage Survey. Canadian Journal of Public Health. 2018;109(3):369-78.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Public Health Agency of Canada. Vaccine uptake in Canadian Adults 2019. 2019; Disponible à https://www.canada.ca/en/public-health/services/publications/healthy-living/2018-2019-influenza-flu-vaccine-coverage-survey-results.html.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Public Health Agency of Canada. 2017/18 Seasonal Influenza Vaccine Coverage in Canada. 2019; Disponible à http://publications.gc.ca/collections/collection_2019/aspc-phac/HP40-198-2018-eng.pdf.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Public Health Agency of Canada. 2016/17 Seasonal Influenza Vaccine Coverage in Canada. 2018; Disponible à http://publications.gc.ca/collections/collection_2018/aspc-phac/HP40-198-2017-eng.pdf.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

World Health Organization. Barriers of influenza vaccination intention and behavior—A systematic review of influenza vaccine hesitancy 2005–2016. 2016:10.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Schmid P, Rauber D, Betsch C, Lidolt G, Denker M. Barriers of influenza vaccination intention and behavior—A systematic review of influenza vaccine hesitancy, 2005–2016. PloS one 2017; 12(1):e0170550.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Amanna IJ. Balancing the Efficacy and Safety of Vaccines in the Elderly. Open Longevity Science. 2012;6(2012):64.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Ahmed N, Quinn SC, Hancock GR, Freimuth VS, Jamison A. Social media use and influenza vaccine uptake among White and African American adults. Vaccine. 2018 Nov 26;36(49):7556-61.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Giese H, Neth H, Moussaïd M, Betsch C, Gaissmaier W. The echo in flu-vaccination echo chambers: Selective attention trumps social influence. Vaccine. 2020;38(8):2070-6.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Centers for Disease Control and Prevention. The Behavioral Risk Factor Surveillance System 2017: Summary Data Quality Report. 2018; Disponible à https://www.cdc.gov/brfss/annual_data/2017/pdf/2017-sdqr-508.pdf.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

King JP, McLean HQ, Belongia EA. Validation of self-reported influenza vaccination in the current and prior season. Influenza Other Respi Viruses 2018 07/20; 2018/08;0(0).

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Laurence A, Lewis P, Gately C, Dixon A. Influenza and pneumococcal vaccination: do older people know if they have been vaccinated?. Aust N Z J Public Health 2016;40(3):279-280.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Jasek JP. Having a primary care provider and receipt of recommended preventive care among men in New York City. American journal of men’s health, 2011; 5(3), 225-235.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Nichol, K. L., Mac Donald, R., & Hauge, M. Factors associated with influenza and pneumococcal vaccination behavior among high-risk adults. Journal of General Internal Medicine, 1996;11(11), 673-677.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :