Résumé : Vivre avec l'arthrite au Canada: Un défi de santé personnel et de santé publique

Résumé

Le terme « arthrite » est employé pour décrire plus de 100 maladies et troubles rhumatismaux qui affectent une ou plusieurs articulations occasionnant douleur, enflure et raideur, souvent causes d'incapacité. L'arthrite est l'un des problèmes de santé chroniques les plus fréquents au Canada et l'une des principales causes d'invalidité et de recours aux soins de santé.

Le présent rapport, Vivre avec l'arthrite au Canada : un défi de santé personnel et de santé publique , est le second rapport national de surveillance de la maladie. S'appuyant sur les plus récentes sources de données disponibles, il dresse le portrait de cette maladie et de son impact considérable au sein de la population canadienne. Il suggère en outre des méthodes pour réduire le risque d'être atteint de certains types d'arthrite (arthrose et goutte), pour atténuer l'invalidité et amé- liorer la qualité de vie des personnes souffrant de toute forme de la maladie.

En 2007-2008, plus de 4,2 millions de Canadiens et Canadiennes, soit 16 % de la population âgée de 15 ans et plus, ont déclaré souffrir d'arthrite. Avec le vieillissement de la population, leur nombre devrait croître et atteindre sept millions de personnes approximativement (20 % de la population) en 2031. L'arthrite est le deuxième et le troisième problème de santé chronique le plus fréquent signalé par les femmes et par les hommes, respectivement. Globalement, près des deux tiers (64 %) des personnes atteintes sont des femmes. Près de trois personnes arthritiques sur cinq étaient âgées de moins de 65 ans.

L'arthrite peut avoir de lourdes conséquences pour les personnes atteintes et leur famille : beaucoup d'individus qualifient leur état de santé général et mental comme étant « passable » ou « mauvais » et disent avoir besoin d'aide pour leurs activités quotidiennes, en plus d'être limités au travail et dans leur participation à la vie communautaire, sociale et citoyenne. En moyenne, plus du quart des hommes et des femmes souffrant d'arthrite âgés de 25 à 44 ans n'étaient pas sur le marché du travail en raison de leur arthrite.

Malgré l'importance de l'activité physique pour la prévention et la prise en charge de la maladie, en 2007-2008, la proportion de personnes physiquement inactives pendant leur temps libre était supérieure chez les personnes souffrant d'arthrite (59 %) comparativement à celles non atteintes (49 %). De plus, 63 % des Canadiens et Canadiennes arthritiques de 18 ans et plus avaient un excès de poids ou étaient obèses — contre 49 % chez les personnes ne souffrant pas d'arthrite.

Bien que les décès causés par l'arthrite soient peu fréquents, 777 femmes et 296 hommes sont morts de maladies arthritiques au Canada en 2005. La polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux disséminé et d'autres maladies du tissu conjonctif comptaient pour environ 60 % de ces décès. Les deux cinquièmes (40 %) des décès causés par l'arthrite étaient des morts prématurées (avant l'âge de 75 ans), pourcentage similaire à celui des Canadiens et Canadiennes morts prématurément, toutes causes confondues (39 %).

Le fardeau économique que constitue l'arthrite au Canada a été estimé à 6,4 milliards de dollars en 2000, soit plus du quart (29 %) du coût total des maladies musculo-squelettiques. Du total des coûts associés à l'arthrite, les coûts indirects (4,3 milliards) sont ceux qui pèsent le plus lourd. Ils représentent la valeur de la production perdue pour cause d'incapacité de longue durée et de décès prématuré. Les coûts directs (2,1 mil- liards) incluent les frais d'hôpital, de médicaments, de consultations médicales et d'autres dépenses de santé. Les coûts indirects sont sous-estimés, car les coûts de l'incapacité de courte durée n'étaient pas disponibles. Près des deux tiers (65 %) des coûts totaux liés à l'arthrite étaient associés aux personnes âgées de 35 à 64 ans (4,1 milliards), ce qui souligne la lourdeur du fardeau économique de la maladie chez les Canadiens et Canadiennes en âge de travailler.

En 2007, plus de 4 millions d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), plus d'un million d'antirhumatismaux à action lente (ARAL), près d'un million de corticosté- roïdes et environ 150 000 modificateurs de la réponse biologique (MRB) ont été prescrits à des personnes ayant reçu un diagnostic d'arthrite. L'utilisation d'AINS et de corticostéroïdes sur ordonnance pour lutter contre l'arthrite a baissé, mais l'utilisation de nouveaux ARAL et MRB a connu une hausse.

Environ 14 % des personnes âgées de 15 ans et plus ont consulté un médecin au moins une fois en 2005-2006 pour une quelconque forme d'arthrite, ce qui représente un total de 8,5 millions de visites au Canada (à l'exclusion des territoires). En 2005-2006, la plupart des patients (80 %) ayant consulté pour un type d'arthrite ont vu un médecin de première ligne au moins une fois, environ 19 % ont vu un chirurgien et un peu moins (14 %) ont consulté un spécialiste. Parmi tous les types de chirurgiens, les chirurgiens orthopédistes ont été les plus fréquemment consultés (85 %).

En 2005-2006, il y a eu 2,2 millions d'hospitalisations au Canada, dont 1,5 million pour des soins médicaux et 721 000 pour des chirurgies. L'arthrite était associée à plus de 6 % (132 000) des hospitalisations totales, soit 3 % des 1,5 million d'hospitalisations pour soins médicaux (45 000 hospitalisations par an) et 13 % des 721 000 hospitalisations pour chirurgie (93 730 hospitalisations par an).

Entre 2001-2002 et 2005-2006, le nombre d'arthro- plasties a bondi de 54 %. Les personnes âgées de 65 ans et plus sont celles qui ont subi le plus grand nombre d'arthroplasties de la hanche ou du genou. En 2005-2006, 74 % des personnes ayant subi une arthroplastie de la hanche et 87 % de celles ayant subi une arthroplastie du genou souffraient d'un excès de poids ou d'obésité. Étant donné la prévalence actuelle de l'obésité dans la population, le nombre de personnes ayant besoin d'arthroplasties totales devrait continuer à croître.

Maintenir un poids santé et éviter les blessures articulaires, notamment le stress des articulations d'origine professionnelle, peut aider à prévenir l'arthrose. Le maintien d'un poids santé, l'exercice physique quotidien et la consommation réduite d'alcool et d'aliments riches en purine, comme la viande rouge et les poissons et fruits de mer, réduiront le risque de goutte. Un régime alimentaire équilibré et l'exercice ou l'accroissement de l'activité physique sont des composantes essentielles pour conserver un poids santé.

Des interventions sont possibles afin de prévenir l'invalidité et d'améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec l'arthrite (tous types confondus). Ces interventions incluent notamment des comportements d'autogestion favorisant le maintien d'un poids santé, l'activité physique, la prévention des blessures articulaires, la participation à des programmes d'autogestion et l'obtention d'un diagnostic et d'un traitement précoces, particulièrement pour les types d'arthrite inflammatoire, afin de réduire le risque de complications et d'invalidité.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :