COVID-19 : Recommandations pour les personnes vaccinées avec des vaccins non autorisés par Santé Canada pour ceux qui restent au Canada pour vivre, travailler ou étudier

Les personnes ayant reçu des vaccins contre la COVID‑19 qui ne sont pas approuvés par Santé Canada ne peuvent bénéficier de l’exemption pour les voyageurs entièrement vaccinés. Pour connaître les exigences pour entrer au Canada, consultez Voyageurs vaccinés contre la COVID-19 qui entrent au Canada.

Publié le 17 août 2021

Sur cette page

Contexte

Les recommandations de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) concernant l’immunisation contre la COVID-19 des personnes ayant déjà été vaccinées avec des vaccins contre la COVID-19 non autorisés par Santé Canada ont pour but d’appuyer la prise de décisions locales, territoriales et provinciales par les services de santé publique et les professionnels de la santé. Les provinces et les territoires sont responsables de concevoir et d’administrer les programmes d’immunisation de leurs régions. Les recommandations de l’ASPC concernant l’immunisation des personnes déjà vaccinées n’ont aucune incidence sur la définition que donne le gouvernement du Canada des voyageurs entièrement vaccinés ou sur les exigences actuelles aux frontières, comme la quarantaine et les tests.

Pour les conditions d’entrée au Canada, veuillez consulter : COVID-19 : Voyages, tests, quarantaine et frontières.

Au Canada, quatre vaccins contre la COVID-19 ont été examinés et autorisés par Santé Canada (Comirnaty de Pfizer-BioNTech, Spikevax de Moderna, Vaxzevria d’AstraZeneca/COVISHIELD, Janssen (Johnson & Johnson). Un certain nombre de vaccins sont disponibles dans d’autres pays, mais leur utilisation n’est pas autorisée au Canada. À ce jour, ces vaccins sont soit des vaccins à virus entier inactivés (par exemple, CoronaVac/Sinovac, Sinopharm/BBIBP, Covaxin), soit des vaccins à vecteur viral (par exemple, Spoutnik V, Sputnik Light, CanSinoBIO). Certains des vaccins autorisés dans d’autres pays ont été examinés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et ajoutés à sa liste d’utilisation d’urgence (c’est-à-dire, CoronaVac/Sinovac et Sinopharm/BBIBP), certains sont en cours d’examen par l’OMS (par exemple, Spoutnik V et Covaxin) et d’autres n’ont pas été soumis pour examen.

L’immunogénicité, l’efficacité et l’efficience des vaccins autorisés varient. Si beaucoup de ces vaccins semblent très performants d’après les données disponibles, d’autres ont une efficacité moindre. Pour les vaccins dont l’efficacité est moindre, notamment en ce qui concerne le variant Delta, ou dont l’efficacité semble diminuer, certains pays recommandent des doses supplémentaires du même vaccin ou d’un vaccin différent. (Voir Annexe A pour des détails supplémentaires sur l’efficacité, l’efficience ou l’immunogénicité de certains vaccins non autorisés par Santé Canada, la publication dans des revues à comité de lecture est limitée pour de nombreux vaccins, et les informations provenant de préimpressions et de communiqués de presse doivent être interprétées avec prudence).

Les personnes qui prévoient de rester au Canada pendant de longues périodes pour y vivre, y travailler ou y étudier (par exemple, les nouveaux arrivants au Canada, les Canadiens de retour au pays, les étudiants internationaux, les ressortissants étrangers en séjour prolongé) ont la possibilité d’optimiser leur protection contre la COVID-19. Bien que toute personne venant au Canada puisse contracter l’infection au SRAS-CoV-2 ou la transmettre à d’autres personnes, ceux qui séjournent pendant de longues périodes sont plus à risque, car ils peuvent vivre dans des lieux de rassemblement (par exemple, dortoirs, maisons d’hébergement, camps de travail), travailler dans des milieux à risque élevé (par exemple, soins de santé, autres services essentiels), fréquenter une école ou vivre dans des communautés avec d’autres nouveaux arrivants. Par conséquent d’autres approches ont été envisagées pour les personnes qui n’ont reçu que des vaccins non autorisés par Santé Canada et qui prévoient de rester au Canada pour y vivre, y travailler ou y étudier.

Considérations pour les personnes qui prévoient de rester plus longtemps au Canada pour y vivre, y travailler ou y étudier

En consultation avec le Conseil des médecins hygiénistes en chef et en tenant compte des conseils du Comité consultatif national de l’immunisation, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a envisagé un certain nombre d’approches concernant la mise à jour des vaccins pour les personnes qui n’ont reçu que des vaccins contre la COVID-19 non autorisés pas de Santé Canada et qui prévoient de rester au Canada pendant des périodes plus longues. L’approche choisie par l’ASPC visait à équilibrer les éléments suivants :

Offrir une dose supplémentaire d’un vaccin à ARNm aux personnes qui ont reçu une série complète ou incomplète d’un vaccin non autorisé par Santé Canada répond à ces critères.

Cette orientation sera mise à jour en fonction de l’évolution des connaissances.

Recommandations pour les personnes qui prévoient de rester au Canada pendant de longues périodes et qui sont vaccinées avec des vaccins non autorisés par Santé Canada

Les personnes qui prévoient de rester au Canada pendant de longues périodes (c.-à-d. pour vivre, travailler ou étudier au Canada) et qui ont reçu une ou deux doses d’un vaccin non autorisé par Santé Canada devraient se voir offrir une dose supplémentaire d’un vaccin à ARNm peu après leur arrivée au Canada.

Annexe A : Aperçu de l’immunogénicité, de l’efficacité ou de l’efficience des vaccins courants non autorisés par Santé Canada (en date du 19 juillet 2021)
Produit Type de produit et nombre de doses Liste d’utilisation d’urgence de l’OMS Immunogénicité Efficacité Efficience

CoronaVac/

Sinovac

Inactivé

Série de deux doses

Oui
  • Six fois plus faible qu’un sérum de convalescent.

Source : Présentation du COVAX en date du 25 février 2021 – Diapositive 8 (voir Annexe B)

  • La réponse immunitaire à deux doses de CoronaVac est similaire à celle d’une dose de Comirnaty de Pfizer-BioNTech.

Sources : Zee JST et. Hong Kong Medical Journal; Lim W et. A. The Lancet Microbe.

  • Une réduction par deux des titres neutralisants chez les personnes ayant reçu deux doses de Comirnaty de Pfizer-BioNTech se traduirait par 98 % de personnes dépassant un seuil « protecteur » et seulement 53,1 % pour deux doses de CoronaVac.
  • 51 % au Brésil (vaste essai sur les travailleurs de la santé).
  • 65 % en Indonésie (essai plus modeste sur la population générale).
  • 84 % en Turquie (essai plus vaste, principalement sur la population générale).

Source : Examen de l’OMS

  • 67 % dans une étude de cohorte au Chili.

50 % dans une étude de test négatif au Brésil.

Source : Examen de l’OMS

Une étude menée à Serrana, au Brésil montre un très bon effet de groupe lorsque presque tous les adultes sont vaccinés.

Certains médias ont fait état d’une efficacité plus faible que prévue et de doses supplémentaires offertes avec d’autres vaccins pour certains groupes; Thaïlande, Indonésie, Singapour.

Sinopharm / BBIBP

Inactivé

Série de deux doses

Oui
  • Comparable à un sérum de convalescent

Source : Présentation du COVAX en date du 25 février 2021 – Diapositive 8 (voir Annexe B)

78,1 % dans un vaste essai clinique mené aux Émirats arabes unis (EAU) et à Bahreïn.

Source : Kaabi NA et al. JAMA

La comparaison de la mortalité liée à la COVID-19 au Bahreïn (couverture vaccinable à 60 % avec Sinopharm) et au Qatar (vaccins à ARNm) montre des taux beaucoup plus élevés au Bahreïn.

Source : Alhinai et Elsidig, International Journal of Infectious Disease

Certains médias ont soulevé des inquiétudes quant à l’efficacité des vaccins chinois administrés dans plusieurs pays, notamment un article du New York Times discutant de la situation des Seychelles, de la Mongolie, du Bahreïn et des EAU.

Covaxin / BBV152

Inactivé

Série de deux doses

Non

Similaire à un sérum de convalescent

Source : Khoury DS et al. Nature Medicine (voir Annexe A)

Inférieure à Covishield après la deuxième dose

Source : Singh AK et al. Preprint

77,8 % dans un vaste essai randomisé.

Source : Ella R et al., preprint

Aucun renseignement fourni
Spoutnik V

Vecteur adénoviral

Série de deux doses

Adénovirus 26 pour la première dose, Adénovirus 5 pour la deuxième dose

Non – examen en cours Aucun renseignement fourni

91,6 % dans un vaste essai randomisé.

Source : Logunov DY et al. The Lancet

97,6 % en Russie.

97,8 % aux EAU.

94,8 % au Royaume de Bahreïn.

Sources : Communiqués de presse du 19 avril 2021, du 29 juin 2021, du 10 juin 2021.

Sputnik Light

Vecteur adénoviral

Série d’une dose

Adénovirus 26

Non Aucun renseignement fourni

73,6 % lors d’un essai clinique, 15 à 21 jours après la première dose de Spoutnik V.

Source : Logunov DY et al. The Lancet

79,4 % pour les personnes n’ayant reçu qu’une seule dose de Spoutnik V en Russie.

Efficacité ajustée de 78,6 % en Argentine, pour les personnes âgées de 60 à 79 ans.

Sources : Communiqués de presse du 6 mai 2021, du 5 juin 2021.

CanSinoBIO

Vecteur adénoviral

Série d’une dose

Adénovirus 5

Non – soumis pour examen Aucun renseignement fourni

68,8 % lors d’un vaste essai multi-pays.

Source : Communiqué de presse du 22 mars 2021.

Aucun renseignement fourni
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :