Définition nationale de cas : Hépatite C

Date de la dernière révision : août 2011

Date du dernier examen : août 2018

Déclaration à l’échelle nationale

Seuls les cas d’infection confirmés devraient être déclarés.

Type de surveillance

Déclaration systématique de chaque cas aux autorités fédérales.

Classification du cas

Cas confirmé – Infection aiguë ou récente

Détection d’anticorps dirigés contre le virus de l’hépatite C (anti-VHC) ou de l’ARN du virus de l’hépatite C (ARN du VHC) chez une personne, avec apparition discrète de tout signe ou symptôme d’hépatite virale aiguë (voir Manifestations cliniques) dans les 6 mois précédent le premier résultat positif au test de dépistage du VHC.

et

IgM anti‑VHA négatif et IgM anti‑HBc ou Ag HBs négatif

et

taux sérique d’alanine‑aminotransférase (ALT) supérieur à 2,5 fois la limite supérieure normale.

ou

Détection d’anticorps dirigés contre le virus de l’hépatite C (anti‑VHC) chez une personne ayant obtenu un résultat négatif documenté pour les anticorps anti‑VHC au cours des 12 mois précédents.

ou

Détection de l’ARN du virus de l’hépatite C (ARN‑VHC) chez une personne ayant obtenu un résultat négatif documenté pour l’ARN‑VHC au cours des 12 mois précédents.

Cas confirmé – Non précisé (englobe les infections chroniques et résorbées)

Détection d’anticorps dirigés contre le virus de l’hépatite C (anti‑VHC)

ou

Détection de l’ARN du virus de l’hépatite C (ARN‑VHC)

Laboratoire – Commentaires

Si le diagnostic repose uniquement sur la détection d’anticorps anti‑VHC, celui-ci devrait être confirmé par un test de détection de l’ARN du VHC, par immunotransfert, par un second dosage EIA au moyen d’une trousse provenant d’un autre fabricant, ou en fonction d’un rapport signal EIA / seuil défini constituant un prédicteur d’un immunotransfert positif.

Si le diagnostic repose uniquement sur la détection de l’ARN du VHC, il est recommandé de répéter le test.

La recherche des anticorps anti‑VHC ne devrait pas être effectuée si le nourrisson est âgé de moins de 18 mois, car un résultat positif au test de détection d’anticorps anti-VHC peut être le reflet d’une transmission maternelle. Comme la transmission verticale de l’infection à VHC se fait habituellement au moment de l’accouchement, si l’on envisage d’avoir recours à la détection de l’ARN du VHC, il faudrait reporter cette épreuve au-delà de 4 à 12 semaines après l’accouchement afin d’éviter les résultats faussement négatifs. Il ne faut pas utiliser le sang du cordon pour procéder à la détection d’anticorps anti‑VHC ou de l’ARN du virus de l’hépatite C, car il risque d’être contaminé par le sang de la mère.

La fenêtre de séroconversion du VHC est d’environ 5 à 10 semaines, et l’on estime que 30 % des infections aiguës ne seraient pas diagnostiquées si les anticorps anti‑VHC étaient les seuls marqueurs de l’infection utilisés pendant cette période. L’ARN du VHC est détectable dans les 2 à 3 semaines qui suivent l’infection et, en présence d’une maladie clinique, il permet de reconnaître une infection à VHC aiguë, même en l’absence d’anticorps anti‑VHC. Chez les personnes immunovulnérables, la séroconversion peut être retardée jusqu’à une année, et certains pourraient ne jamais développer d’anticorps anti‑VHC. Il peut être nécessaire pour ces personnes de subir un test de détection de l’ARN du VHC.

Les personnes ayant eu une réponse virologique soutenue (RVS) pendant six mois après le traitement et qui ont un résultat positif au test de détection de l’ARN du VHC au cours des 12 mois suivant l’obtention d’une RVS devraient être considérées comme ayant une nouvelle infection récente, aux fins de la surveillance, même si un certain nombre de ces cas peuvent constituer des récidives post-traitement.

Environ 25 % (variation de 15 % à 45 %) des infections à VHC guériront spontanément. Ces patients seront généralement porteurs d’anticorps anti-VHC, en l’absence d’ARN du VHC détectable.

Manifestations cliniques

L’apparition peut être discrète, mais elle est généralement insidieuse. Les poussées de la maladie dans les cas d’infection à VHC chronique peuvent présenter des signes et des symptômes semblables. Plus de 90 % des infections aiguës sont asymptomatiques.

Les signes et les symptômes cliniques de l’hépatite virale aiguë sont les suivants : anorexie, inconfort abdominal, nausées, vomissements, malaise, fatigue, urines foncées, selles claires et ictère.

Code(s) de la CIM

Code(s) de la CIM-10

B17.1, B18.2

Code(s) de la CIM-9

070.70, 070.71, 070.41, 70.44, 070.51, 070.54

Références

Définitions nosologiques des maladies transmissibles faisant l’objet d’une surveillance nationale – 2009. Relevé des maladies transmissibles au Canada; novembre 2009, 35S2. Référence consultée en avril 2011 à l’adresse suivante : http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/09vol35/35s2/index-fra.php

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :