Infections transmissibles sexuellement (information à l’intention des voyageurs)

Causes

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) peuvent être causées par plus de 30 différents types de bactéries, de virus et de parasites.

Risques pour les voyageurs

Les ITS sont présentes partout dans le monde. Le risque de contracter une ITS dépend davantage des comportements individuels en voyage que de la région ou du pays visité.

Le risque est plus élevé chez les voyageurs qui se livrent à :

  • des rapports sexuels sans condom;
  • des rapports sexuels avec un nouveau partenaire ou un étranger.

Dans certaines régions, les ITS sont plus résistantes aux antibiotiques, ce qui les rend plus difficiles à traiter.

Certaines ITS, par exemple le chancre mou (causé par le bacille de Ducrey), sont rares au Canada, mais fréquentes ailleurs dans le monde.

Pour en savoir plus sur les ITS à l’échelle mondiale, consultez la fiche de renseignements sur les ITS de l’Organisation mondiale de la Santé.

Transmission des ITS

  • Les ITS se transmettent d’une personne à une autre par :
    • le sperme, les sécrétions vaginales, le sang ou les autres liquides corporels pendant les rapports sexuels vaginaux, anaux ou oraux sans condom;
    • le contact peau à peau pendant les rapports sexuels.
  • Certaines ITS peuvent aussi être transmises d’une personne à une autre par transfusion sanguine ou greffe d’organe. Dans certains pays, les réserves de sang et les organes à greffer ne font pas systématiquement l’objet d’un dépistage convenable, ce qui augmente le risque de transmission.
  • Certaines ITS, ainsi que les infections transmises par le contact de sang à sang (comme l’hépatite B, l’hépatite C et le VIH), peuvent également être transmises par le partage d’aiguilles ou d’autre matériel lié à la consommation de drogues, ou par l’utilisation de matériel contaminé pour un tatouage ou un piercing ou pour une intervention chirurgicale ou dentaire.
  • Certaines ITS, comme le VIH la syphilis, l’herpès et la gonorrhée, peuvent être transmises de la mère à l’enfant pendant la grossesse ou l’accouchement. Le VIH peut aussi être transmis par l’allaitement.
  • Une personne peut être touchée par plus d’une ITS à la fois. En fait, vous courez un risque d’infection par le VIH plus élevé si vous avez déjà une autre ITS en raison d’un système immunitaire affaibli ou de plaies cutanées ouvertes causées par une ITS telle que l’herpès ou la syphilis.
  • Si vous avez été traité avec succès pour une ITS, comme la chlamydia, la gonorrhée ou la syphilis, vous pouvez être réinfecté en cas d’exposition répétée.

Signes et symptômes

La plupart des gens atteints d’une ITS présentent des symptômes, mais ceux-ci sont parfois légers ou imperceptibles. Si vous avez eu des rapports sexuels avec un nouveau partenaire ou un étranger pendant votre voyage, portez attention à tout changement de votre état de santé au cours de votre voyage et après votre retour, notamment :

  • des pertes vaginales plus abondantes ou d’un aspect différent;
  • un écoulement par le pénis;
  • une sensation de brûlure en urinant;
  • des plaies, en particulier dans la région génitale ou anale;
  • des démangeaisons dans la région génitale ou anale;
  • l’apparition d’une éruption;
  • des glandes enflées au niveau de l’aine:
  • l’apparition soudaine de symptômes d’allure grippale;
  • le jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse).

Ces symptômes peuvent apparaître seuls ou en combinaison. Consultez les renseignements propres à chaque ITS pour obtenir plus de détails.

Les complications des ITS non traitées peuvent avoir de graves conséquences sur la santé : infection génitale haute, infertilité, complications durant la grossesse, cancers (du col de l’utérus, de la vulve, du vagin, de l’anus ou du pénis), maladies chroniques dégénératives du foie, malformations congénitales chez les enfants.

Traitement

La prise en charge et le traitement varient selon l’ITS. Il est important de consulter un professionnel des soins de santé pour obtenir un diagnostic, puis de discuter des options de traitement avec lui.

Certaines ITS, particulièrement la gonorrhée, sont de plus en plus résistantes aux antibiotiques. Il y a déjà eu des cas de gonorrhée, contractée pendant un voyage, qui ont résisté à plusieurs antibiotiques, ce qui réduit les options de traitement. La prévention, le dépistage et le traitement jouent un rôle important en aidant à prévenir les effets à long terme sur la santé et à réduire la transmission des ITS.

Prévention pour les voyageurs

Consultez un professionnel des soins de santé ou visitez une clinique santé-voyage, de préférence six semaines avant le départ.

La meilleure façon d’éviter de contracter ou de transmettre une ITS est d’éviter de se livrer à des rapports sexuels ou à d’autres activités où des liquides corporels sont échangés avec un nouveau partenaire ou un étranger. Vous pouvez réduire les risques d’ITS en suivant les recommandations qui suivent.

Adoptez des pratiques sexuelles protégées

  • Utilisez des condoms correctement chaque fois que vous avez des rapports sexuels.
  • Pendant les relations sexuelles orales, utilisez une digue dentaire (mince morceau rectangulaire de latex) qui peut être placée sur le vagin ou l’anus comme barrière de protection.
  • Avant le départ, mettez vos propres réserves de condoms et de digues dentaires dans vos bagages. Gardez à l’esprit que ces produits peuvent être introuvables ou de qualité médiocre dans votre pays de destination.
  • Les autres méthodes de contraception ne protègent PAS contre le VIH et les autres ITS.

Faites-vous vacciner contre :

Évitez les comportements qui peuvent augmenter votre risque de contracter des ITS, notamment :

  • les relations sexuelles (anales, orales ou vaginales) sans condom;
  • les rapports sexuels avec un nouveau partenaire ou un étranger;
  • la consommation d’alcool ou de drogues , qui peut réduire vos inhibitions sexuelles ou votre capacité à prendre des décisions;
  • le partage de matériel lié à la consommation de drogues, comme les aiguilles et les seringues;
  • le partage de produits de soins personnels, comme les rasoirs et les brosses à dents;
  • l’exposition à des aiguilles non stérilisées pour le tatouage, le perçage ou l’acupuncture.

Évitez les injections, les transfusions de sang et les greffes d’organes, sauf en cas d’urgence :

  • Si vous devez recevoir une transfusion sanguine ou une greffe d’organe pendant votre voyage, assurez-vous que le sang ou l’organe reçu a fait l’objet d’un dépistage pour le VIH et les autres infections transmissibles par le sang.
  • Si vous ne pouvez pas vous en assurer et si vous ne nécessitez pas de soins d’urgence, retournez chez vous pour recevoir un traitement.

Faites attention à la violence sexuelle :

  • L’incidence de violence sexuelle varie selon la région du monde.
  • Si vous êtes agressé sexuellement ou si vous subissez un viol, consultez immédiatement un professionnel des soins de santé afin de subir un test de dépistage du VIH et d'autres ITS, et de recevoir des conseils (et un possible traitement), s’il y a lieu.

Passez un test de dépistage et surveillez votre santé :

  • Consultez un professionnel des soins de santé si  :
    • vous pensez avoir contracté une ITS;
    • vous vous êtes livré à des activités susceptibles d’accroître votre risque de contracter une ITS, même si vous ne présentez pas de symptômes.
  • Si vous pensez avoir été exposé au VIH, consultez immédiatement un professionnel des soins de santé pour subir un test de dépistage et recevoir un traitement, s’il y a lieu.
  • Si vous soupçonnez une ITS, informez le professionnel des soins de santé des régions que vous avez visitées.
  • Si vous recevez un diagnostic d’ITS, informez-en votre ou vos partenaires sexuels pour qu’ils subissent des tests de dépistage et reçoivent un traitement, s’il y a lieu.
  • Abstenez-vous des rapports sexuels si vous pensez avoir contracté une ITS.
  • Sachez qu’il est possible que certains services médicaux à l’étranger ne soient pas à la hauteur des normes canadiennes. Les services consulaires canadiens offrent une assistance médicale limitée à l’étranger. Ils peuvent notamment fournir le nom de professionnels des soins de santé locaux ou joindre votre famille au Canada. Communiquez avec le Centre des opérations d’urgence ou avec l’ambassade, le consulat ou le haut-commissariat du Canada dans la région si vous avez besoin d’aide.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :