Lignes directrices visant les programmes de M.P.H. donnés au Canada


Ces lignes directrices ont été élaborées pour éclairer la planification et la mise en oeuvre des programmes de formation professionnelle en santé publique axés sur la pratique au niveau supérieur au Canada et pour accroître l'uniformité et améliorer la qualité de tels programmes. Elles ne sont pas conçues pour remplacer les processus d'agrément officiel généralisés.

Introduction

Contexte

La nécessité de renforcer la capacité du système canadien de santé publique est un thème récurrent des rapports et examens récents. En conséquence, un certain nombre d'établissements d'enseignement en sont à diverses étapes de la planification et de la mise en oeuvre de programmes de formation professionnelle au niveau de la maîtrise en santé publique (programmes de M.P.H.). L'élargissement de la capacité de formation est bienvenue mais s'accompagne d'un intérêt pour le besoin d'assurer une uniformité suffisante dans ces programmes pour que le titre de M.P.H. soit utile et significatif pour les étudiants, les employeurs et les programmes de formation.

En réaction à une augmentation rapide du nombre des universités canadiennes qui ont l'intention d'offrir des programmes de diplôme de type M.P.H.Note de bas de page 1  , un groupe de travail fédéral-provincial-territorial sur les ressources humaines en santé publique (GTRHSP) a supervisé en 2006 l'élaboration d'un ensemble de lignes directrices à adoption volontaire pour ces programmes.

Les lignes directrices se composent de critères pour un programme de maîtrise en santé publique qui doivent servir à la détermination des composantes essentielles du programme. Elles ont été fortement influencées par les critères d'agrément et d'examen qui existent dans de tels programmes dans d'autres pays.

Au moment de leur élaboration, on a reconnu la nécessité de se pencher plus avant sur certains critères des programmes comme ceux qui se rapportent aux stages. Les stages donnent aux étudiants une occasion d'appliquer les connaissances et les compétences acquises au cours du programme dans un cadre de pratique en santé publique.

Nouveautés dans la présente édition

Dans la présente édition révisée des lignes directrices sur les programmes de M.P.H., ils y a des critères qui sont propres aux stages. Ils fournissent des lignes directrices plus détaillées sur la structure et les processus de la composante des stages et devraient être utiles aux programmes de M.P.H., aux employeurs, aux superviseurs de stages et aux étudiants. Par exemple, ces lignes directrices devraient entraîner une plus grande uniformité des attentes en matière de stages dans les programmes, ce qui pourrait aider les étudiants à accéder à des stages dans d'autres parties du pays.

Les lignes directrices sur les stages reflètent la portée des lignes directrices parentes sur les M.P.H. en ce qu'elles sont axées sur un programme généraliste de M.P.H. Néanmoins, leur contenu pourrait être instructif pour la planification des stages des M.P.H. du volet spécialiste. Bien que ces lignes directrices sur les stages soient un modèle possible pour l'éla-boration et la révision des lignes directrices sur les stages des programmes individuels de M.P.H., de tels programmes devront sans doute étoffer et adapter les lignes directrices pour combler leurs propres besoins institutionnels.

Le glossaire, une autre nouveauté de la présente édition, définit des termes qui pourraient différer d'un programme d'enseignement à l'autre, mais il explique aussi le chevauchement des termes « stages », « expérience déterminante » et « projet couronnement », qui prête un peu à confusion.

Travailleurs en santé publique et compétences de base

La santé publique constitue la réponse de la société aux menaces qui se posent à la santé collective de ses citoyens. Les praticiens en santé publique s'efforcent d'améliorer et de protéger la santé des populations en identifiant leurs problèmes et leurs besoins au chapitre de la santé et en fournissant des programmes et des services répondant à ces besoins. Les fonctions principales du système de santé publique comprennent l'évaluation de la santé publique, la surveillance de la santé, la prévention des maladies et des blessures et la protection de la santé, ce qui englobe la capacité de se préparer aux urgences de santé publique et d'intervenir en pareil cas.

Un ensemble de compétences essentielles de la main-d'oeuvre en santé publique a été élaboré récemment au Canada (voir l'Annexe 1). Il fournit un excellent aperçu de l'étendue des connaissances, des compétences et des aptitudes que doivent posséder les praticiens en santé publique.

Étudiants, programmes et carrières

Bien que nous n'ayons pas encore un système robuste pour faire le suivi des carrières des diplômés en santé publique ou des exigences exactes qui leur sont imposées sur le marché du travail, les diplômés des programmes de M.P.H. travaillent habituellement dans le système de santé publique gouvernemental au niveau local/régional, provincial/territorial, national ou international. Ils peuvent également travailler dans le secteur non gouvernemental. Un diplôme de M.P.H. est conçu pour fournir un fondement scientifique et pratique de la pratique professionnelle en santé publique. Le poste qu'un diplômé peut obtenir dépend des compétences et de l'expérience acquises avant l'obtention du diplôme de M.P.H., du domaine de spécialisation du programme de M.P.H. et des besoins de l'organisation de l'employeur. Dans beaucoup d'organisations, une formation aux études supérieures est souvent exigée pour l'avancement.

Les étudiants qui entreprennent une formation de niveau M.P.H. peuvent avoir divers profils de formation. Comme dans bien des programmes appliqués de deuxième cycle universitaire, une certaine somme d'expérience antérieure constitue une assise à enrichir de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences. Dans certaines situations, la formation de niveau M.P.H. peut aussi constituer une étape préparatoire précieuse à l'arrivée sur le marché du travail. Dans certains domaines de spécialisation, comme l'épidémiologie, la maîtrise est vue comme une formation de niveau d'entrée. Les employeurs potentiels et les programmes de M.P.H. peuvent fournir une orientation dans certaines situations.

À la fin de 2007, l'Institut de la santé publique et des populations des Instituts de recherche en santé du Canada et l'Agence de la santé publique du Canada ont lancé conjointement un programme de prix pour les étudiants de maîtrise en santé publique sans thèse. Les étudiants inscrits aux programmes de M.P.H. qui satisfont aux critères présentés dans le présent document pourraient avoir droit à ces prix.

Stages de M.P.H. - Aperçu

Les présentes lignes directrices visent à appuyer l'élaboration de programmes de M.P.H. au pays et à leur donner assez d'uniformité et de qualité pour qu'ils satisfassent aux besoins des systèmes de santé publics tout en faisant en sorte que les programmes canadiens tiennent la cadence des normes internationales de formation de deuxième cycle universitaire en santé publique. Ces lignes directrices peuvent également servir de mesure provisoire avant l'établissement de mécanismes d'agrément plus officiels. Néanmoins, ce sont des lignes directrices et, à ce titre, les critères fournis ici ne sont pas conçus pour remplacer les processus d'agrément ou d'examen existants ni pour limiter la flexibilité et le caractère novateur des programmes.

La façon dont les présentes lignes directrices sont utilisées dépend de l'intervenant. Pour les établissements d'enseignement qui projettent d'offrir un programme de M.P.H., les lignes directrices fournissent un ensemble de critères en fonction desquels ils peuvent comparer leurs plans. Pour les étudiants potentiels, en l'absence d'un mécanisme d'agrément officiel, les lignes directrices fournissent un ensemble de critères en fonction desquels ils peuvent évaluer les programmes potentiels. Chez les employeurs, elles peuvent influer sur la prise de décisions touchant la fourniture d'un soutien financier à la formation ou sur l'évaluation des candidats détenteurs d'une M.P.H. Elles seront mises à jour avec régularité de façon à refléter l'expérience de leur utilisation et l'évolution des besoins de formation de l'effectif.

Ces lignes directrices seront mises à jour périodiquement pour refléter l'expérience acquise par leur usage, ainsi que les changements dans les besoins de formation de la main-d'oeuvre.

Vision

Une M.P.H. ou un diplôme équivalent est un diplôme professionnel qui a pour fonction principale de préparer les étudiants à la pratique en santé publique. Elle devrait donner aux étudiants une vaste maîtrise du sujet et des méthodes utilisées dans le domaine de la pratique en santé publique. Elle exige ordinairement des étudiants qu'ils acquièrent la capacité d'organiser, d'analyser, d'interpréter et de communiquer des connaissances de façon pratique. De plus, les diplômés de la M.P.H. doivent pouvoir appliquer leurs connaissances à la détermination, à la planification, à la mise en oeuvre et à l'évaluation des interventions qui touchent aux politiques et aux programmes. Par contre, un programme de diplôme d'études supérieures axé sur la rechercheNote de bas de page 2  , fondé sur ses objectifs d'apprentissage et sur les cheminements que suivent ses diplômés, prépare les étudiants à des carrières de professeur, en particulier dans les universités et les autres cadres de recherche. Il prépare habituellement les étudiants à rechercher, acquérir, organiser, analyser et diffuser les nouvelles connaissances dans une discipline ou un domaine d'étude.

Il y a deux vastes catégories de programmes de M.P.H. qui peuvent être offerts et qui se distinguent par leur approche :

  • La M.P.H. générale, qui offre un parcours d'étude dotant l'étudiant d'une solide base de connaissances afin qu'il puisse pratiquer avec compétence en tant que généraliste en santé publique;.
  • La M.P.H. spécialisée offre un ou plusieurs programmes d'études dans des domaines choisis des connaissances de base en santé publique ou dans des domaines étroitement apparentés et qui suffisent à constituer un domaine de spécialisation. Par exemple, un programme de M.P.H. spécialisée peut être axé sur des domaines comme la promotion de la santé, la nutrition communautaire, la lutte contre les maladies transmissibles ou l'épidémiologie appliquée.

Les différents programmes doivent déterminer s'ils veulent offrir un programme général de M.P.H., un ou plusieurs programmes spécialisés ou une combinaison des deux.



Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :