ARCHIVÉ : Annexe 1 : Création d'un cadre mondial visant à tenir compte des besoins et des apports des aînés dans les situations d'urgence – Contexte stratégique du vieillissement actif et en santé et de la gestion des urgences

 

Contexte stratégique du vieillissement actif et en santé et de la gestion des urgences

Le vieillissement de la population mondiale constitue l'une des tendances les plus importantes du siècle. Au cours du siècle précédent, la longévité a connu une forte hausse; à l'échelle planétaire, la population des aînés croît plus rapidement que tout autre groupe d'âge. Le déclin du pourcentage de jeunes et la progression de la proportion des personnes de plus de 60 ans entraînent des changements dans le profil démographique du passé et accélèrent le vieillissement des sociétés autant développées qu'en développement. Cette tendance pousse les gouvernements comme la société civile à modifier leur perception des aînés et du vieillissement et réviser les méthodes employées pour planifier et gérer les besoins et les apports des personnes âgées au sein de la société.

Cette nouvelle perspective du vieillissement se reflète dans le concept du vieillissement actif épousé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2002, ce concept a été défini comme étant « le processus d'optimisation des occasions de santé, de participation et de sécurité dans le but d'améliorer la qualité de vie des personnes vieillissantes1 ». S'appuyant sur les principes énoncés par les Nations Unies au sujet des personnes âgées et qui préconisent l'autonomie, la participation, les soins, l'épanouissement personnel et la dignité, le cadre d'orientation de l'OMS relatif au vieillissement actif fait appel à la prise de mesures dans les trois piliers fondamentaux de la santé, de la participation et de la sécurité. Cette perspective favorise la promotion d'une connaissance plus élargie parmi les gouvernements et les organisations humanitaires au sujet des facteurs environnementaux, personnels, économiques et sociaux qui multiplient les risques et les forces des personnes âgées ainsi que les interventions interdisciplinaires et intersectorielles en vue de bâtir des sociétés pour tous les âges. Le cadre d'orientation de l'OMS et les cadres nationaux mis en place au cours des dernières décennies ont aidé à renforcer les capacités internationales et nationales d'accroître les possibilités d'un vieillissement actif et en santé.

Le Plan d'action international adopté lors de la première Assemblée mondiale sur le vieillissement de Vienne en 1982 recommandait la prise de mesures dans un éventail de domaines tels que l'emploi et la sécurité du revenu, la santé, l'éducation et le logement, et il a inspiré les efforts mondiaux déployés au cours des dernières décennies du XX e siècle. En 1991, l'adoption des cinq principes des Nations Unies au sujet des personnes âgées mentionnés précédemment a favorisé la promotion des droits de la personne applicables aux aînés. Conséquemment, l'Année internationale des personnes âgées 1999 a adopté le thème « une société pour tous les âges ». Les activités de suivi ont favorisé la mise en application d'une méthode intergénérationnelle pour faire valoir le vieillissement sain et ont permis « de sensibiliser la communauté internationale et de favoriser la recherche et l'action gouvernementale dans le monde entier, notamment les efforts ayant pour objet d'intégrer la question du vieillissement dans tous les secteurs de la société et d'encourager les individus à exploiter leurs capacités à tous les stades de la vie » (Nations Unies, 2002).

Dans la même veine, l'engagement pris par le Canada d'appuyer la santé et le bien-être social et économique des personnes âgées repose sur la prise de mesures collectives par les gouvernements, le secteur privé et les organisations non gouvernementales au cours de nombreuses décennies. Cela a donné lieu à l'établissement d'une vaste gamme de politiques, de programmes et de services destinés aux aînés.

En tant que signataire du Plan d'action international de Madrid sur le vieillissement (PAIMV) 2002, le Canada est déterminé à faire progresser l'esprit et la lettre du PAIMV. Il a mis en place un certain nombre de cadres d'action qui viennent appuyer directement et promouvoir les trois orientations stratégiques définies dans le Plan ainsi que les deux objectifs fixés en ce qui concerne les situations d'urgence. Ces investissements de politique sont motivés par l'impératif démographique associé au vieillissement de la population mais aussi par d'autres facteurs tels que la reconnaissance de l'apport considérable des aînés à la richesse de la vie canadienne et à l'économie du pays; le fait que les interventions aux derniers stades de la vie peuvent aider à améliorer la qualité de vie des aînés, et que le vieillissement sain peut contribuer à diminuer la gravité des maladies chroniques et des incapacités; enfin, la preuve accumulée quant à l'efficacité de certaines mesures d'intervention auprès des personnes âgées et qui peut éclairer les décisions courantes en matière de politique et de programme.

En 1994, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont sanctionné un cadre national sur le vieillissement, dont l'énoncé de vision - Le Canada, une société pour tous les âges - « favorise le bien-être et la participation des aînés dans tous les aspects de la vie » et s'appuie sur les cinq principes de la dignité, de l'autonomie, de la participation, de l'équité et de la sécurité pour orienter la prise de mesures stratégiques (Ministres fédéral-provinciaux-territoriaux responsables des aînés (Canada), 1998). Tout dernièrement, les gouvernements ont formulé une nouvelle vision du vieillissement en santé au Canada, vision qui valorise et appuie la contribution des aînés, apprécie la diversité, rejette l'âgisme et réduit les inégalités, reconnaît qu'un vieillissement sain constitue le chemin critique qui permet aux aînés de développer la capacité de résister aux épreuves et les moyens de se prendre en charge, et prévoit des milieux de vie conviviaux et des occasions de faire des choix sains qui rehausseront l'autonomie et la qualité de vie des Canadiens âgés. La nouvelle vision fait fond sur le cadre de 1994 et préconise la poursuite des efforts par le biais de trois mécanismes, à savoir la prise en charge, l'entraide et un environnement favorable. Ces mécanismes sont à leur tour renforcés par la formation, le développement des capacités de la communauté à bien vieillir et le soutien d'un programme de recherche et développement des connaissances.

Une initiative stratégique complémentaire prise en 2001 a aussi joué un rôle important dans le regain de l'intérêt porté aux aînés et dans la préparation aux urgences au Canada. Reconnaissant l'importance pour le pays de se doter d'un plan exhaustif, intégré et concerté dans le domaine de la gestion des situations d'urgence en santé, tous les ordres de gouvernement ont demandé la mise en place d'un cadre national de gestion des interventions sanitaires d'urgence. Celui-ci a pour but de prescrire une approche cohérente et interopérationnelle à la question.

Le cadre vient renforcer la capacité des autorités locales, provinciales et nationales de prendre les précautions voulues et de réagir aux situations d'urgence en bâtissant des ponts opérationnels qui reposent sur des principes, des lignes directrices et des procédés opérationnels communs (Santé Canada, 2005). En ce sens, le cadre s'avère une importante infrastructure de politiques et de programmes qui permet de mieux répondre aux besoins des personnes vulnérables dans les urgences, notamment les aînés. Ce faisant, il satisfait aux orientations stratégiques du PAIMV, qu'il s'agisse de l'amélioration de la qualité de vie des personnes âgées ou du maintien de la viabilité des réseaux d'entraide sociale et économique.

L'approche fondée sur le parcours de vie prônée par l'OMS en ce qui a trait au vieillissement actif reconnaît que les aînés ne forment pas un groupe homogène et que la diversité des besoins et des capacités individuels s'élargit avec l'âge. Les interventions en tous temps, en particulier celles associées à la gestion des urgences, visent à créer des milieux favorables au maintien de l'autonomie et à la prévention des invalidités (Organisation mondiale de la santé, 2002).

Suivi du Plan d'action international de Madrid sur le vieillissement

Les pays participant à la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement tenue en avril 2002 ont sanctionné à l'unanimité le Plan d'action international de Madrid sur le vieillissement (PAIMV) comme constituant un moyen essentiel pour faire en sorte que les gens de partout dans le monde puissent vieillir dans la sécurité et la dignité, et qu'ils puissent continuer de participer à leurs sociétés en tant que citoyens de pleins droits.

Le PAIMV est un jalon important dans la promotion de la santé et du bien-être des personnes âgées ainsi que dans la concrétisation de la société pour tous les âges. Il s'agit de la première entente internationale qui exhorte les gouvernements à inclure le vieillissement dans les priorités sociales et économiques. De plus, le Plan demande la prise de mesures en vue d'assurer les droits des aînés à la protection et à l'aide humanitaire dans les situations d'urgence. Il attire l'attention sur les effets de la marginalisation des personnes âgées, en particulier la pauvreté, mais aussi leur vulnérabilité accrue dans les situations d'urgence, et il préconise une approche intégrée et intergénérationnelle à l'égard du vieillissement lorsqu'il est question d'intervenir dans les crises humanitaires.

Le rapport du secrétaire général des Nations Unies portant sur le suivi de la deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement, rapport de juillet 2006, fait état des mesures prises par les États membres depuis 2002 dans la poursuite des objectifs du PAIMV. Par ailleurs, le rapport décrit les éléments essentiels associés au développement des capacités dont les gouvernements doivent tenir compte dans la conception, la mise sur pied et la surveillance de stratégies respectueuses du PAIMV. Le rapport se termine en précisant un certain nombre de mesures stratégiques qu'il faudra prendre pour incorporer les difficultés et les possibilités liées au vieillissement et aux personnes âgées dans les politiques, les programmes et les projets mis de l'avant par les gouvernements et d'autres parties concernées. Parmi ces mesures, mentionnons la nécessité d'intégrer les questions du vieillissement dans les efforts visant l'élimination de la pauvreté et dans les programmes de développement national, de tenir des consultations inclusives pour la mise en place de politiques sur le vieillissement, d'établir des partenariats multisectoriels plus solides pour le développement des capacités quant aux questions touchant les aînés et, enfin, de renforcer la recherche et la collecte de données sur le vieillissement.

En dépit des réalisations considérables faites depuis 2002, la mise en application du PAIMV n'a pas été jusqu'ici uniforme. Parallèlement, il existe de nombreuses occasions pour une mise en œuvre plus élargie du Plan entre les États membres et à l'intérieur de chacun d'eux. Cela semble être particulièrement le cas pour la question des mesures d'urgence et les aînés.


1 L'approche fondée sur le parcours de vie prônée par l'OMS en ce qui a trait au vieillissement actif reconnaît que les aînés ne forment pas un groupe homogène et que la diversité des besoins et des capacités individuels s'élargit avec l'âge. Les interventions en tous temps, en particulier celles associées à la gestion des urgences, visent à créer des milieux favorables au maintien de l'autonomie et à la prévention des invalidités (Organisation mondiale de la santé, 2002).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :