Maladies chroniques au Canada

Maladies chroniques au Canada - couverture

Volume 28, no 3, 2008

Version PDF intégrale (1 470 KB)

Le numéro intégral et tous les articles sont téléchargeables en version PDF. Télédéchargement de documents en format PDF

Table des matières

Les articles de fond :

1. L'effet du trouble bipolaire I et du trouble dépressif majeur sur le fonctionnement de la main-d'oeuvre
Voir résumé
RS McIntyre, K Wilkins, H Gilmour, JK Soczynska, JZ Konarksi, A Miranda, HO Woldeyohannes, D Vagic, M Alsuwaidan et SH Kennedy

version PDF 131 KB

2. Une nouvelle mesure, fondée sur la population, du fardeau économique de la maladie mentale au Canada
Voir résumé
K-L Lim, P Jacobs, A Ohinmaa, D Schopflocher et CS Dewa

version PDF 141 KB

3. Évolution des cancers ano-génitaux reliés à l'infection au VPH déclarés au Québec - Incidence et survie
Voir résumé
R Louchini, P Goggin et M Steben

version PDF 338 KB


Maladies chroniques au Canada (MCC) est une revue scientifi que trimestrielle mettant au point les données probantes actuelles sur la prévention et la lutte contre les maladies chroniques (c.-à-d. non transmissibles) et les traumatismes au Canada. Selon une formule unique et depuis 1980, la revue publie des articles soumis à l'examen par les pairs des auteurs et provenant des secteurs tant public que privé et comprenant des recherches effectuées dans des domaines tels que l'épidémiologie, la santé publique ou communautaire, la biostatistique, les sciences du comportement, et l'économie ou les services de la santé. Tous les articles de fond sont soumis à l'examen par les pairs des auteurs; les autres types d'articles ne le sont pas. Les auteurs demeurent responsables du contenu de leurs articles, et les opinions exprimées ne sont pas forcément celles du Comité de rédaction de MCC, ni celles de l'Agence de la santé publique du Canada.

Résumés des articles de fond
Maladies chroniques au Canada, volume 28, no 3, 2008

Article 1 : L'effet du trouble bipolaire I et du trouble dépressif majeur sur le fonctionnement de la main-d'oeuvre

Auteurs : RS McIntyre, MD, FRCPC; K Wilkins, MSc.; H Gilmour, MA; JK Soczynska, HBSc.; JZ Konarksi, MSc.; A Miranda; HO Woldeyohannes, HBSc.; D Vagic, MD; M Alsuwaidan, MD; SH Kennedy, MD, FRCPC

Résumé :

La présente enquête avait pour objet d'explorer et de comparer les effets du trouble bipolaire I (TB) et du trouble dépressif majeur (TDM) sur le fonctionnement de la main-d'oeuvre. Les données utilisées dans cette analyse sont tirées de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC, 1.2). L'échantillon était composé de 20 747 sujets (de ≥ 18 ans, détenant un emploi); les proportions de ceux chez qui le dépistage a établi la présence d'un TB et d'un TDM à vie étaient de 2,4 et 11,2 %, respectivement. Le revenu annuel moyen des sujets présentant un TB ou un TDM était signifi cativement plus faible que celui des personnes qui en étaient exemptes. Par rapport aux sujets atteints d'un TDM, les personnes souffrant d'un TB avaient un revenu annuel signifi cativement plus faible (p < 0,05). Si l'on se fi e aux résultats d'une analyse de régression logistique multiple, les sujets atteints d'un TB étaient proportionnellement plus nombreux que les sujets atteints d'un TDM à avoir fait état d'au moins une journée d'incapacité pour des raisons de santé mentale au cours des deux dernières semaines (RC = 1,6; IC à 95 % = 1,0 à 2,6). La probabilité de bénéfi cier d'une « bonne sécurité d'emploi » était plus faible chez les sujets atteints d'un TB que chez ceux souffrant d'un TDM (tous les sujets détenaient un emploi) (RC = 0,6; IC à 95 % = 0,5 à 0,9). Les données présentées ici font ressortir l'effet pernicieux du TB sur le fonctionnement de la main-d'oeuvre et indiquent qu'il y aurait lieu de soumettre toutes les personnes inscrites à un programme d'aide à l'emploi pour des raisons de dépression à un dépistage opportuniste du TB.

Article 2 : Une nouvelle mesure, fondée sur la population, du fardeau économique de la maladie mentale au Canada

Auteurs : K-L Lim, PhD; P Jacobs, PhD; A Ohinmaa, PhD; D Schopflocher, PhD; CS Dewa, PhD

Résumé :

Nous présentons ici une mesure globale du fardeau économique excédentaire associé à la maladie mentale au Canada, qui tient compte de l'utilisation des ressources médicales et des pertes de productivité imputables aux incapacités de courte et de longue durée, ainsi que de la diminution de la qualité de vie liée à l'état de santé (QVLES), dans la population de personnes souffrant de problèmes de santé mentale, diagnostiqués ou non. L'analyse était fondée sur le cycle 2.1 de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (2003), réalisée auprès de la population. Nous avons mesuré, à l'égard de tous les sujets, tous les services de santé utilisés, la perte de productivité attribuable à une incapacité de courte ou de longue durée et la qualité de vie liée à l'état de santé, et déterminé la valeur de ces facteurs en dollars; le fardeau économique est la différence, représentée par la valeur en dollars de ces facteurs, entre les populations souffrant ou non de maladies mentales. Le fardeau économique total s'est chiffré à 51 milliards $ en 2003. Plus de la moitié de ce fardeau était associé à une diminution de la QVLES. La pratique courante est d'inclure dans les évaluations économiques les changements liés à l'utilisation des ressources médicales, la perte de productivité et la diminution de la QVLES.

Article 3 : Évolution des cancers ano-génitaux reliés à l'infection au VPH déclarés au Québec - Incidence et survie

Auteurs : R Louchini, MSc; P Goggin, MD, MSc; M Steben, MD

Résumé :

Les cancers ano-génitaux (anus, vulve, vagin, verge) associés au virus du papillome humain (VPH) autres que les cancers du col, pour lequel le VPH a été reconnu la cause nécessaire à la cancérogénèse, sont peu documentés en raison de leur incidence plutôt faible. Le but de cette étude est de décrire l'incidence de ces cancers, de 1984 à 2001 et la survie relative qui leur est associée de 1984 à 1998 au Québec (Canada). L'incidence de ces cancers est en augmentation pour le cancer anal chez les femmes et plus récemment (depuis 1993-95) pour le cancer de la vulve. La survie relative à 5 ans a diminué, entre la période 1984-86 et la période 1993-95, chez les hommes de 57 % à 46 % pour le cancer anal et de 75 % à 59 % pour le cancer de la verge. Par contre, pendant la même période chez les femmes, la survie relative à 5 ans s'est améliorée pour le cancer anal, passant ainsi de 56 % à 65 %. Elle est restée stable pour les cancers du col utérin et de la vulve respectivement autour de 74 % et 82 %.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :