L’hépatite C au Canada et l’importance du dépistage fondé sur les risques - RMTC : Volume 42-3, 3 mars 2016 : Maladie infectieuse chronique

ISSN 1719-3109
(En direct)
rmtc relevé des maladies transmissibles au canada

Aperçu

L’hépatite C au Canada et l’importance du dépistage fondé sur les risques

Ha SNote de bas de page 1, Totten SNote de bas de page 1, Pogany LNote de bas de page 1, Wu JNote de bas de page 1, Gale-Rowe MNote de bas de page 1

Affiliations :

1Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario)
* Correspondance : shalane.ha@phac-aspc.gc.ca

Résumé

L’hépatite C chronique demeure un problème de santé publique qui touche environ 220 000 personnes au Canada. En 2011, environ 44 % des personnes souffrant d’hépatite C chronique ne savaient pas qu’elles étaient infectées. L’hépatite C est d’origine infectieuse et, si elle n’est pas traitée, peut entraîner une morbidité et une mortalité importantes sous sa forme chronique, notamment une cirrhose, un carcinome hépatocellulaire et une insuffisance hépatique. Ces résultats en matière de santé sont associés à des comorbidités, ce qui ajoute un poids supplémentaire au système de santé canadien. De récentes avancées dans le traitement de l’hépatite C ont modifié le paysage clinique.

Au Canada, la prévalence des nouveaux cas est plus élevée chez certains groupes de populations. L’usage de drogues injectables représente actuellement la majorité des nouvelles infections par le virus de l’hépatite C (VHC). Nous ne savons pas précisément dans quelle mesure l’infection par le VHC associée à l’utilisation de services de soins de santé ou personnels a contribué aux cas prévalents d’hépatite C chronique. Le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs (GECSSP) examine actuellement les données probantes relatives à différentes approches de dépistage du VHC, ainsi que les avantages et inconvénients d’un tel dépistage. Le dépistage fondé sur les risques demeure essentiel pour détecter l’hépatite C, car la connaissance du statut d’une personne a été associée au parcours de soins et à une amélioration des résultats de cette population en matière de santé. Le présent article vise à mettre en évidence les facteurs de risque associés à l’acquisition du VHC afin que les fournisseurs de soins de santé puissent dépister, s’il y a lieu, et détecter les cas d’hépatite C chronique.

Citation proposée: Ha S, Totten S, Pogany L, Wu J, Gale-Rowe M. L’hépatite C au Canada et l’importance du dépistage fondé sur les risques. Relevé des maladies transmissibles au Canada 2016;42:65-71.

Introduction

L’hépatite C, une inflammation du foie causée par le virus de l’hépatite C (VHC), est d’origine infectieuse et peut provoquer une maladie chronique à laquelle s’ajoute la dimension de transmission. L’hépatite C est souvent asymptomatique pendant des décennies, jusqu’à ce que les dommages causés au foie se fassent sentir; d’où l’importance d’un dépistage précoce.

Le contact par le sang avec une personne ou un produit infecté constitue son principal mode de transmission. Le VHC peut provoquer une hépatite C aiguë et chronique. Environ 25 % des personnes souffrant d’hépatite C aiguë élimineront spontanément le virus Note de bas de page 1; les 75 % restant contractent une hépatite C chronique qui peut se transformer en cirrhose, en insuffisance hépatique ou en carcinome hépatocellulaire Note de bas de page 2.

Parmi les sept génotypes de VHC connus dans le monde Note de bas de page 3, le génotype 1 est le plus courant au Canada Note de bas de page 4 et a été difficile à traiter jusqu’à récemment. Les approbations de nouveaux médicaments pour la prise en charge de l’hépatite C chronique au Canada peuvent faire de celle-ci une maladie infectieuse guérissable.

Au Canada, 346 décès ont été attribués à l’hépatite C chronique en 2011 Note de bas de page 5; toutefois, le nombre de décès liés à l’hépatite C est probablement  sous-estimé de façon considérable en raison de la classification erronée sur les certificats de décès Note de bas de page 6. Les données du Registre canadien des insuffisances et des transplantations d’organes (RCITO) indiquent que le virus de l’hépatite C était le principal diagnostic de 21 % des personnes ayant bénéficié d’une transplantation du foie, de 2004 à 2013, au Canada Note de bas de page 7. Dans une étude menée en Ontario en 2010, il a été estimé que le VHC représentait le plus important fardeau des pathogènes infectieux en ce qui concerne le nombre d’années de vie perdues en raison d’une mortalité précoce, les années équivalentes de fonctionnement réduit et les années de vie ajustées en fonction de la santé Note de bas de page 8, ce qui souligne l’impact de cette infection sur la santé des Canadiens.

En 2012 et en 2013, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et les United States Preventive Services Task Force (USPSTF) ont publié des lignes directrices à jour sur le dépistage du VHC. Ils ont recommandé à tous les adultes nés entre 1945 et 1965 (génération du baby-boom) de passer un test de dépistage ponctuel du VHC, peu importe leurs facteurs de risque Note de bas de page 9,Note de bas de page 10. Les recommandations des États-Unis visant le dépistage ponctuel des personnes de la génération du baby-boom étaient fondées sur des données épidémiologiques démontrant 1) une forte prévalence du VHC dans la cohorte de naissance de la génération du baby-boom, 2) une proportion élevée de patients atteints d’une infection non diagnostiquée, 3) une augmentation prévue du fardeau de la maladie et 4) des données probantes indirectes liant le dépistage à l’amélioration des résultats en matière de santé Note de bas de page 9,Note de bas de page 10.

À la suite de la publication des recommandations des États-Unis, l’Agence de la santé publique du Canada a examiné le fardeau prévu lié à l’hépatite C Note de bas de page 11 et a modélisé les estimations en matière de prévalence de l’anti-virus de l’hépatite C et de l’hépatite C chronique Note de bas de page 12. Compte tenu de l’incertitude entourant les estimations et des avantages et des conséquences du dépistage, d’autres analyses étaient requises pour établir si des modifications devraient être apportées aux recommandations actuelles du Canada en matière de dépistage reposant sur le risque. Ces éléments seront examinés par le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé préventifs (GECSSP). Le GECSSP effectue un examen des données canadiennes afin de déterminer l’applicabilité des différentes approches de dépistage, notamment le dépistage des cohortes de naissance, au Canada.

Les objectifs du présent article consistent à mettre en évidence les facteurs de risque qui contribuent à la transmission et à l’acquisition du VHC et à encourager les fournisseurs de soins de santé à évaluer le besoin de dépistage du VHC dans le cadre de soins médicaux de routine tandis que nous attendons les résultats de l’évaluation des données probantes pour le dépistage des cohortes de naissance au Canada.

Prise en charge des médicaments

L’objectif du traitement de l’hépatite C consiste à obtenir une réponse virologique soutenue, définie par l’obtention d’une charge virale non détectable dans le sang à la suite du traitement. Jusqu’à tout récemment, le traitement de l’hépatite C consistait en des injections d’interféron pégylé-α et de ribavirine, ce qui provoquait une réponse virologique soutenue inférieure à 60 % Note de bas de page 13. En outre, les thérapies duraient longtemps (jusqu’à 48 semaines), consistaient en des injections et avaient des effets indésirables importants (p. ex. anémie, fièvre), ce qui limitait l’efficacité et la tolérabilité chez les patients Note de bas de page 13,Note de bas de page 14.

En décembre 2014, Santé Canada a approuvé de nouveaux traitements de courte durée sans interféron Note de bas de page 15. Les patients de génotype 1 traités avec ces nouveaux schémas peuvent atteindre une réponse virologique soutenue supérieure à 90 % avec peu d’effets secondaires Note de bas de page 14,Note de bas de page 16,Note de bas de page 17. Ces nouveaux traitements permettent de réduire la morbidité et la mortalité associées à l’hépatite C et le poids sur le système de soins de santé. L’introduction de nouveaux traitements a permis de passer d’une mentalité où les patients devaient bien vivre avec l’hépatite C à celle que l’hépatite C pouvait être guérie.

Épidémiologie

Au Canada, le VHC est à déclaration obligatoire sous surveillance nationale depuis 1991. Les autorités sanitaires provinciales et territoriales déclarent des cas d’infection par le VHC au Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire. Les dernières données de surveillance indiquent qu’entre 2005 et 2012, le taux de cas déclarés de VHC a constamment diminué; il est passé de 40,4 à 29,3 pour 100 000 habitants. Les taux ont diminué chez les hommes et les femmes de tous les groupes d’âge, à l’exception de faibles augmentations chez les hommes âgés de 60 ans et plus et les femmes de 25 à 29 ans. Au cours de la période de huit ans, les taux de cas déclarés de VHC ont été systématiquement plus élevés chez les hommes que chez les femmes dans l’ensemble Note de bas de page 18. Même si aucun renseignement sur le statut de l’hépatite C aiguë ou chronique n’était disponible auprès des provinces et territoires, cette infection représente probablement la majorité des cas déclarés au Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire, car l’infection aiguë est généralement asymptomatique et il est moins probable d’établir un diagnostic pour celle-ci Note de bas de page 18.

Une analyse des effets des cohortes parmi les cas de VHC déclarés entre 1991 et 2010 au Canada a révélé que les personnes nées entre 1946 et 1965 représentaient plus de la moitié de tous les cas Note de bas de page 19. Même si le taux de cas déclarés au Canada semble être en baisse, le nombre de personnes infectées il y a quelques décennies et qui vivent maintenant avec des séquelles devrait augmenter au fil du temps à mesure que la maladie progresse Note de bas de page 20.

Les études de prévalence de l’infection par le VHC basées sur la population fournissent des renseignements supplémentaires sur l’étendue de la maladie. L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) a révélé que la séroprévalence des anticorps contre le VHC (anti-VHC), un paramètre de l’exposition à vie au virus, était de 0,5 % parmi la population vivant dans un ménage au Canada durant une période de collecte de données s’étalant de 2007 à 2011 Note de bas de page 21. Toutefois, les estimations modélisées de la prévalence tenant compte des populations vulnérables non interrogées par l’ECMS (comme les sans-abri, les détenus et les personnes nées à l’étranger qui ne parlent pas l’anglais ou le français) indiquent que le taux de l’anti-VHC au sein de la population canadienne pourrait être plus près de 1 % (intervalle de plausibilité de 0,6 % à 1,3 %) Note de bas de page 12. On estime que la prévalence de l’hépatite C chronique est de 0,6 % et qu’environ 44 % des personnes ne savent pas qu’elles sont infectées Note de bas de page 12.

Facteurs de risque

Les renseignements sur les facteurs de risque disponibles grâce à la surveillance nationale du VHC sont limités; toutefois, il existe un nombre considérable de recherches sur les conditions qui influencent la probabilité de devenir infecté par le virus. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des pratiques qui augmentent le risque de contracter le VHC, ainsi que les populations déclarées comme ayant des taux d’infection par le VHC plus élevés que la moyenne.

Utilisation de drogues injectables

L’utilisation de drogues injectables (UDI) continue d’être la principale cause de cas incidents de VHC dans les pays développés Note de bas de page 19. Au Canada, parmi les nouveaux cas d’infection par le virus de l’hépatite C possédant des renseignements en matière de facteurs de risque connus, 61 % avaient des antécédents d’utilisation de drogues injectables Note de bas de page 22. De plus, une enquête réalisée entre 2010 et 2012 auprès de personnes utilisant des drogues injectables révélait que 68 % d’entre elles avaient des preuves d’exposition au VHC durant leur vie Note de bas de page 23. La prévention de la transmission du VHC est un véritable défi en raison de la forte prévalence de l’infection par le VHC chez les utilisateurs de drogues injectables et de la forte infectiosité du VHC Note de bas de page 24,Note de bas de page 25. L’utilisation de drogues injectables ou le partage d’aiguilles ou d’autre matériel de consommation de drogue (filtres, seringues, pipes, cuillères), ne serait-ce qu’une seule fois, augmente le risque de contracter ou de transmettre l’hépatite C.

Matériel contaminé utilisé dans le cadre de services médicaux, dentaires ou personnels

Le manque de mise en œuvre de pratiques normalisées de contrôle et de prévention des infections dans le cadre des soins de santé (p. ex. dans les hôpitaux, les cabinets dentaires) ou de services personnels (p. ex. salons de tatouages et de manucure) est un autre risque d’infection par le virus de l’hépatite C Note de bas de page 26,Note de bas de page 27,Note de bas de page 28,Note de bas de page 29,Note de bas de page 30. Par exemple, les patients qui nécessitent une hémodialyse courent un risque plus élevé de contracter le VHC, surtout si le matériel a été réutilisé ou mal stérilisé Note de bas de page 26. De plus, un examen systématique récent des publications internationales a révélé que les travailleurs de la santé en contact direct avec des patients ou du sang (blessures par piqûre d’aiguille) ont un risque 1,6 fois plus élevé d’être infectés par le VHC que la population générale. On a trouvé une prévalence accrue du VHC chez les membres du personnel médical (rapport de cotes de 2,2), du personnel de laboratoire (rapport de cotes de 2,2) et du personnel dentaire (rapport de cotes de 3,5) par rapport au groupe témoin Note de bas de page 27. Des éclosions de VHC ont également eu lieu dans des cliniques de colonoscopie au Canada Note de bas de page 31,Note de bas de page 32,Note de bas de page 33,Note de bas de page 34,Note de bas de page 35.

Les pratiques de tatouage non sécuritaires utilisant un équipement non stérile augmentent le risque de contracter le VHC Note de bas de page 28. Les résultats d’un examen systématique indiquent que le risque de VHC augmente à mesure que la surface recouverte de tatouages et le nombre de tatouages augmentent Note de bas de page 28.

Pour réduire le risque de transmission de maladies infectieuses dans les établissements de soins de santé et de prestation de services personnels, il faut assurer une bonne sensibilisation et une bonne formation du personnel afin qu’il respecte les pratiques de prévention et de contrôle des infections Note de bas de page 29,Note de bas de page 30.

Sang, produits sanguins et greffe d’organe avant 1992

Avant la mise en œuvre du dépistage systématique dans les dons de sang, les produits sanguins et les organes en 1992, les procédures de transfusion sanguine et de greffe d’organe représentaient un risque important de transmission du virus de l’hépatite C. Ces risques ont été minimisés au Canada grâce au dépistage systématique et à l’élimination de dons contenant une maladie transmissible; toutefois, ce n’est pas le cas pour tous les pays. Les données de la Société canadienne du sang de 2014 indiquent que le VHC a été détecté dans 6,1 dons sur 100 000; le risque résiduel de contracter le VHC par réception d’une unité de sang est considéré comme étant très faible et a lieu une fois sur 6,7 millions de dons Note de bas de page 36.

Transmission verticale

La transmission du VHC d’une mère à son enfant, ou transmission verticale, peut avoir lieu lorsqu’un enfant naît d’une mère infectée par le VHC. Les résultats d’une récente méta-analyse laissent entendre que le risque de transmission verticale d’une femme séropositive pour l’anti-virus de l’hépatite C et séropositive pour l’ARN est d’environ 5,8 % (IC à 95 %, 4,2 % à 7,8 %) et que le risque pour les enfants nés d’une mère séropositive pour l’anti-virus de l’hépatite C avec une résolution spontanée de l’infection (négative pour l’ARN) n’étaient pas significatifs Note de bas de page 37,Note de bas de page 38.

Autres activités pouvant entraîner un contact avec du sang contaminé

Le partage d’articles de soins personnels tels que des rasoirs, des brosses à dents ou des coupe-ongles avec une personne séropositive pour le VHC représente un risque de contracter l’hépatite C même s’il est moins courant. En effet, le VHC peut demeurer infectieux sur les surfaces inanimées pendant 6 semaines Note de bas de page 24.

Bien que le risque de transmission sexuelle du VHC pendant les relations sexuelles soit faible Note de bas de page 39, adopter un comportement sexuel risqué, tel que les relations sexuelles anales sans condom, pourrait transmettre le VHC Note de bas de page 40,Note de bas de page 41,Note de bas de page 42 si la muqueuse se rompt, entraînant un contact de sang à sang.

Populations affichant une prévalence plus élevée d’infection par le virus de l’hépatite C
Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes

Certaines études ont révélé des taux plus élevés d’infection par le VHC chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) séropositifs pour le VIH par rapport aux HARSAH séronégatifs pour le VIH Note de bas de page 43,Note de bas de page 44. Certains HARSAH séropositifs pour le VIH sont plus susceptibles d’adopter des pratiques augmentant le risque de transmission du VHC. Ces pratiques peuvent inclure un comportement sexuel à haut risque (p. ex. relation sexuelle anale non protégée ou pénétration avec le poing, pouvant provoquer un saignement); l’utilisation de drogues injectables et la consommation de drogues à usage récréatif ayant été associées à une activité sexuelle à risque élevé et le sérotriage (c’est-à-dire le fait de choisir des partenaires sexuels ayant la même sérologie VIH que la sienne) ayant aussi été associé à la transmission d’infections transmissibles sexuellement et par le sang chez les HARSAH séropositifs pour le VIH. En outre, l’infection au VIH elle-même, ainsi que la co-infection avec d’autres infections transmissibles sexuellement (p. ex. la syphilis, la gonorrhée ou la chlamydiose), peuvent augmenter la probabilité de contracter le VHC par ulcération des muqueuses génitales ou suppression du système immunitaire Note de bas de page 41,Note de bas de page 42,Note de bas de page 43,Note de bas de page 45,Note de bas de page 46,Note de bas de page 47.

Populations incarcérées

On a observé des taux élevés d’infection par le virus de l’hépatite C chez les détenus des pénitenciers fédéraux et provinciaux grâce à des dépistages systématiques offerts. Même si tous les détenus n’acceptent pas le dépistage du VHC, ceux ayant reçu un diagnostic d’hépatite C chronique sont traités en fonction de leur stade de fibrose du foie Note de bas de page 48. De récentes données de surveillance du Service correctionnel du Canada indiquent que 86,1 % des détenus des pénitenciers fédéraux acceptaient le dépistage du VHC au moment de leur admission et que 18,5 % étaient séropositifs pour le VHC en 2012 Note de bas de page 49. Les facteurs de risque pour la contraction du VHC chez les détenus incluent le contact avec du sang infecté lors de bagarres, l’exposition sexuelle, l’utilisation de drogues injectables ou les pratiques de tatouage non sécuritaires (50 et données non publiées du Service correctionnel du Canada, 2015).

Autochtones

Les Autochtones semblent être touchés par l’infection par le VHC de manière disproportionnée : une enquête pilote auprès des Autochtones à Regina (Saskatchewan), réalisée de 2011 à 2012, a révélé que 42 % des participants avaient été exposés au VHC dans leur vie Note de bas de page 51,Note de bas de page 52,Note de bas de page 53. Comme dans le cas des Canadiens non Autochtones, l’utilisation de drogues injectables est le principal facteur de risque. D’autres déterminants sociaux pouvant rendre les Autochtones vulnérables à l’infection par le VHC incluent la pauvreté, un logement inadéquat et un manque d’accès à des services de soins de santé Note de bas de page 51.

Immigrants en provenance d’un pays à forte prévalence de VHC

Certains pays ont une prévalence de VHC supérieure à la moyenne (plus de 3 %); les personnes nées dans ces régions ou y ayant habité pendant une période significative peuvent avoir un risque plus élevé d’infection par le virus de l’hépatite C, en particulier dans les régions où les mesures de prévention et de contrôle des infections dans les établissements de soins de santé ou de prestation de services personnels ne sont pas systématiquement mises en œuvre Note de bas de page 54. Régions où l’hépatite C est plus courante : Asie centrale, Extrême-Orient, Asie du Sud, Australasie et Océanie, Europe de l’Est, Afrique subsaharienne et Afrique du Nord/Moyen-Orient Note de bas de page 4,Note de bas de page 55.

Dépistage

Le dépistage est une intervention viable en matière de santé publique lorsque les critères suivants sont satisfaits : la condition faisait l’objet du dépistage doit être un problème de santé important, l’évolution naturelle doit être bien comprise, il doit y avoir un stade précoce détectable, un test adapté doit être disponible pour les stades précoces, le traitement à un stade précoce doit être plus bénéfique qu’à un stade plus avancé, la disponibilité d’un test diagnostique doit être acceptée, des intervalles de tests répétés doivent être déterminés, des prestations des services de santé doivent être disponibles, les avantages doivent être supérieurs aux inconvénients, un traitement efficace doit être disponible et accessible, et enfin, le coût doit être compensé par les avantages Note de bas de page 56.

Le dépistage de l’hépatite C chronique doit offrir des avantages pour la santé personnelle et la santé publique en interrompant la transmission virale (avantage public) et en réduisant la mortalité et la morbidité (avantage personnel). L’atteinte d’une réponse virologique soutenue est associée à un risque réduit d’événements hépatiques et à une vie plus saine pour les patients Note de bas de page 57. De plus, un diagnostic précoce permet de formuler des recommandations visant à réduire la consommation d’alcool, ce qui peut ralentir la progression de la maladie du foie Note de bas de page 58.

L’avantage pour la santé publique qui consiste à déterminer les cas non diagnostiqués par l’entremise d’un dépistage fondé sur les risques sert à prévenir l’acquisition et la transmission du VHC chez les nouveaux cas. Des arguments sont avancés pour le dépistage de cohortes de naissance visant à déterminer les personnes souffrant d’hépatite C chronique qui autrement ne recevraient pas de diagnostic. L’évaluation du GECSSP permettra de mieux comprendre l’applicabilité du dépistage de cohortes de naissance au Canada. On encourage les professionnels de la santé à évaluer le besoin en matière de dépistage du VHC dans le cadre des soins courants.

Dépistage de l’hépatite C fondé sur les risques

Les recommandations actuelles en matière de dépistage de l’hépatite C au Canada sont fondées sur l’évaluation des facteurs de risque Note de bas de page 59. Les risques associés à l’acquisition du VHC comprennent les activités impliquant tout risque d’exposition à du sang ou à des produits sanguins contaminés, notamment :

  • Utilisation de drogues injectables ou partage de matériel d’utilisation de drogues contaminé, même une seule fois
  • Réception de services de soins de santé ou personnels pour lesquels les pratiques de prévention et contrôle des infections ne sont pas bien appliquées
  • Réception d’une transfusion sanguine, de produits sanguins ou d’une greffe d’organe avant 1992, au Canada
  • Naissance ou résidence dans une région où l’hépatite C est plus courante (prévalence supérieure à 3 %), notamment : Asie centrale, Extrême-Orient, Asie du Sud, Australasie et Océanie, Europe de l’Est, Afrique subsaharienne et Afrique du Nord/Moyen-Orient
  • Autres risques :
    • Partage d’articles de soins personnels avec une personne séropositive pour le virus de l’hépatite C
    • Participation à une activité sexuelle à risque
    • Être né d’une mère séropositive pour le VHC

Conclusion

L’hépatite C est une maladie complexe, car elle est infectieuse, peut demeurer asymptomatique pendant des décennies, peut se présenter sous la forme d’une maladie chronique et est associée à d’autres comorbidités chroniques. La présence de comorbidités peut avoir des répercussions sur le diagnostic, la prise en charge et la réussite du traitement de l’hépatite C chronique. Grâce à la disponibilité de nouveaux traitements efficaces pour l’hépatite C, le dépistage de l’hépatite C est important pour la détection précoce et pour améliorer la santé de la population et les résultats des patients. Il faut connaître les facteurs de risque d’acquisition du VHC et identifier les personnes à risque afin de réduire la morbidité et la mortalité associées à l’hépatite C et empêcher la retransmission.

Conflit d’intérêts

Aucun.

Références

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :