Politique sur les résultats : Qu’est-ce que l’évaluation?

Sur cette page

Les évaluations visent à recueillir et à analyser de manière systématique et neutre des données probantes pour évaluer si un programme, une initiative ou une politique fonctionne, de même que pour évaluer la raison pour laquelle il fonctionne et la manière dont il fonctionne, dans le but d’éclairer la prise de décision, l’amélioration, l’innovation et la responsabilisation. Les évaluations et les fonctions d’évaluation dans les ministères jouent un rôle important dans le programme des résultats en fournissant le réservoir des données probantes et l’expertise nécessaires pour comprendre les programmes et les initiatives en matière de résultats et la manière dont ils peuvent être améliorés.

La présente note précise :

Objet

Les évaluations portent habituellement sur au moins un enjeu, y compris la question de savoir si ce qui est évalué est pertinent et répond à un besoin établi; les évaluations portent également sur les résultats produits et sur la question de savoir s’ils sont produits efficacement, sur l’efficience de l’objet de l’évaluation et la manière dont il peut être amélioré. Les évaluations peuvent cibler des programmes, des initiatives, des politiques, des priorités, des projets ou d’autres sujets, au besoin. Les évaluations :

  • aident les gestionnaires de programme et les cadres à améliorer l’atteinte de résultats dans leurs programmes ou leur ministère;
  • servent aux mémoires au Cabinet, aux présentations au Conseil du Trésor et à la gestion des dépenses en général;
  • soutiennent les communications au Parlement et aux Canadiens sur les résultats obtenus par les ministères;
  • facilitent l’innovation et l’apprentissage dans les organisations.

Qui

Les grands ministères doivent faire ce qui suit :

  • Avoir une évaluation, menée par un chef de l’évaluation et surveillée par un Comité de la mesure du rendement et de l’évaluation (CMRE) présidé par l’administrateur général.
  • Avoir un plan d’évaluation quinquennal fondé sur le principe que toutes les dépenses doivent être évaluées périodiquement et ensuite cibler les évaluations de manière stratégique afin qu’elles soient centrées sur les risques, les besoins et les priorités, en justifiant ce qui ne sera pas évalué, au besoinVoir la note en bas de page 1.

Les petits ministères  :

  • Doivent avoir un chef de l’évaluation et un CMRE.
  • N’ont pas besoin d’avoir un plan d’évaluation officiel, mais doivent effectuer annuellement un exercice de planification d’évaluation afin de déterminer les besoins d’évaluation quinquennaux du ministère en tenant compte des besoins de renseignements visant à soutenir la prise de décision de la direction, d’autres activités de surveillance ministérielle planifiées et des évaluations conjointes avec d’autres ministères.

Les fonctions d’évaluation doivent être à l’intérieur du ministère, mais en dehors des secteurs de programme. La crédibilité et l’utilité des évaluations sont issues de relations de collaboration respectueuse dans lesquelles les chefs de l’évaluation et les évaluateurs font preuve de neutralité dans leur comportement, les processus et les décisions, et ils appliquent activement les normes d’évaluation, et les valeurs et l’éthique personnelles. Les rapports d’évaluation sont approuvés par l’administrateur général. Les évaluations menées centralement peuvent être effectuées au besoin.

Comment

Les évaluations utilisent habituellement des méthodes de science sociale comme les examens de document, les entrevues, les sondages, les études de cas, les groupes de discussion, les statistiques et les protocoles expérimentaux avec randomisation. Elles peuvent porter sur un vaste ensemble de sources pour recueillir des renseignements, allant des bénéficiaires de programme aux médias sociaux pour l’analyse prédictive fondée sur les mégadonnées. Elles peuvent être menées avant la mise en œuvre d’un programme afin de fonder sa conception, pendant la prestation d’un programme afin de contribuer à adapter le programme, ou après qu’un programme est terminé ou a été mené pendant un certain temps, afin d’évaluer ses effets.
Les types d’évaluation comprennent les suivantes :

  • Évaluations des effets, centrées sur l’évaluation des résultats du programme et la compréhension des résultats engendrés par le programme
  • Évaluations économiques, qui envisagent si le programme présentait un bon rapport coût‑efficacité, ou si les coûts justifiaient les avantages
  • Évaluations de l’innovation, qui évaluent des projets pilotes dans le cadre desquels les ministères essaient de nouvelles approches et souhaitent déterminer l’efficacité et établir s’il est possible de les déployer à grande échelle
  • Les évaluations de la prestation, des processus et de la formation, qui considèrent la manière d’améliorer la mise en œuvre ou l’exécution d’un programme
  • Les évaluations de la théorie du changement, qui explorent et mettent à l’essai les hypothèses sous-jacentes des raisons pour lesquelles un programme fonctionne et de la manière dont il fonctionne
  • Les évaluations de la conception et des besoins, dont le but est d’élaborer ou d’évaluer la conception de programme ou de concevoir à nouveau un programme existant

Évaluation et mesure du rendement

La mesure et l’évaluation du rendement font partie du même continuum et se soutiennent. Les chefs des deux fonctions rendent compte au Comité de la mesure du rendement et de l’évaluation et les deux fonctions aident à informer les gestionnaires de programme, la haute direction, les organismes centraux, le Parlement et les Canadiens.

Évaluation Mesure du rendement
  • Habituellement périodique.
  • Effectuée par des évaluateurs neutres qui travaillent en dehors des programmes.
  • Accent mis sur l’explication de savoir si un programme ou une politique fonctionne, la manière dont il fonctionne et la raison pour laquelle il fonctionne, de même que sur les résultats qui peuvent être attribués au programme en soi.
  • Souvent utile pour cerner et comparer des solutions à des problèmes déterminés avec une mesure du rendement dirigée par le programme.
  • Par analogie, il s’agit de regarder ce qu’il y a « sous le capot » d’une voiture pour expliquer ou améliorer son rendement.
  • Continue.
  • Faite par les gestionnaires de programme qui travaillent en consultation avec le chef de la mesure du rendement et le chef de l’évaluation.
  • Utilise les indicateurs de rendement et l’avancement en les comparant aux cibles pour évaluer le rendement.
  • Souvent utile pour cerner les problèmes.
  • Par analogie, le tableau de bord d’une voiture, qui présente des renseignements sur la vitesse, la température du moteur et les niveaux d’essence.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :