Biographie : Conseillère spéciale pour lutter contre la traite de personnes - Shirley Cuillierrier

Document d'information

Le 4 septembre 2019, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile a nommé la commissaire adjointe à la retraite de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et membre de la Première Nation Mohawk de Kanesatake, Shirley Cuillierrier, M.O.M., à titre de conseillère spéciale de la lutte contre la traite de personnes. Dans le cadre de cette fonction occupée de façon intérimaire, Mme Cuillierrier fournira au gouvernement des conseils de spécialiste relativement aux efforts pour lutter contre la traite de personnes et pour accroître la sensibilisation à ce crime odieux.

En 1982, Mme Cuillierrier s’est jointe à la GRC en provenance de Montréal et a ensuite servi dans le Canada atlantique. En 1998, elle a été transférée à la Direction générale de la GRC où on lui a demandé de s’acquitter d’une variété de tâches opérationnelles au sein des Services de police contractuels et autochtones. Après avoir été nommée au commissariat en 2004, elle a été choisie comme officière responsable des Services des relations GRC-Autochtones et, en 2007, elle a été dépêchée au ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada en tant que directrice nationale de la gestion des urgences. Elle a été la première récipiendaire canadienne du prix « Indian Country Law Enforcement Officer of the Year 2007 » remis par l’Association internationale des chefs de police et a été honorée par une citation du Chef de commandement pour son service exceptionnel relativement au recrutement d’Autochtones.

Pendant son mandat en tant qu’officière responsable, elle a fourni un soutien opérationnel dans le cadre de différentes enquêtes sur des cas de traite de personnes et a dirigé le Centre national de coordination contre la traite des personnes. Tout au long de sa carrière et lorsqu’elle effectuait du bénévolat dans la collectivité, elle a consacré la majeure partie de son temps à soutenir les femmes et les enfants victimes de violence familiale. Elle a, à ce titre, travaillé en tant que membre du groupe de travail de la Fondation canadienne des femmes (FCF) (qui se penche sur la traite des femmes et des filles) et en tant que membre du conseil d’administration du Canadian Centre to End Human Trafficking.

Mme Cuillierrier reconnaît la nécessité d’opérer des changements transformationnels afin d’aborder l’expérience que vivent les Autochtones du Canada qui doivent composer avec le système de justice pénale en tant que survivant, que membre de la famille d’une victime, que témoin ou que délinquant. En janvier 2017, elle a été nommée conseillère principale pour la réconciliation afin de développer et de promouvoir les principes des appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation et de soutenir différents actes de réconciliation pouvant être mis de l’avant au quotidien. À ce titre, Mme Cuillierrier avait également la responsabilité de diriger la réponse fournie par la GRC à l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

De façon plus particulière, Mme Cuillierrier a reçu les médailles du jubilé d’or et de diamant de la Reine Elizabeth II pour les nombreux services qu’elle a rendus aux Canadiens. En mai 2017, elle a été nommée membre de l’Ordre du mérite des corps policiers par le gouverneur général du Canada, et, en octobre 2018, elle a reçu le prix de la gouverneur générale en commémoration de l’affaire « personne » pour les progrès réalisés en vue de promouvoir l’égalité des sexes.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :