Gouvernement du Canada crée le Groupe de travail sur l’assurance contre les inondations et la réinstallation

Communiqué de presse

Le 23 novembre 2020
Ottawa (Ontario)                     

Le coût des changements climatiques est indéniable. Les inondations continuent d’être les catastrophes naturelles les plus fréquentes et coûteuses au Canada. Les dommages causés par l’eau vont au-delà de la destruction de biens; cela a un prix émotionnel sur les personnes qui voient leurs maisons détruites et leur famille délogées. Chaque année, trop de Canadiens, y compris les collectivités autochtones, sont exposés aux pires effets des changements climatiques. Pour aider les gens à se préparer aux risques et réalités climatiques, le gouvernement du Canada prend des mesures pour créer une approche plus résiliente et plus durable relativement aux inondations au Canada.

Aujourd’hui, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, l’honorable Bill Blair, et le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, l’honorable Ahmed Hussen, ont annoncé la création d’un Groupe de travail interdisciplinaire sur l’assurance contre les inondations et la réinstallation. Comme première étape dans la création d’un Programme national d’assurance résidentielle contre les inondations à risque élevé, le Groupe de travail examinera les options pour protéger les propriétaires à risque élevés d’inondation et qui n’ont pas d’assurance adéquate, en plus d’examiner la viabilité d’un programme national d’assurance contre les inondations à faible coût. Le Groupe de travail examinera également les options relatives à la réinstallation potentielle des résidents des zones les plus menacées par des inondations récurrentes.

Le Groupe de travail sera composé de représentants des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux et de l’industrie de l’assurance. En parallèle, le Services aux Autochtones Canada travailler avec des partenaires des Premières Nations en vue de mettre sur pied le comité directeur sur les besoins des Premières Nations en matière d’assurance résidentielle contre les inondations. Le comité se penchera sur le contexte unique des réserves.

Le gouvernement du Canada est par ailleurs déterminé à s’assurer que les vastes points de vue des Autochtones sont pris en considération dans la gestion des risques d’inondation au Canada. Le Groupe de travail et le comité directeur se partageront des renseignements et collaboreront étroitement afin de mobiliser divers partenaires, dont les communautés et les organisations des Premières Nations hors réserve, des Inuits et des Métis. Les deux entités entameront leurs travaux d’ici janvier 2021 et rendront compte de leurs constatations d’ici le printemps 2022.

Nous continuerons d’aider les personnes dont les emplois et moyens de subsistance sont touchés en cas de catastrophe, ainsi qu’aider les personnes et collectivités à faire face aux réalités des risques et catastrophes accrus relatifs au climat et ultimement, d’augmenter la résilience du pays aux catastrophes naturelles. Afin d’appuyer davantage les collectivités à gérer, atténuer, préparer et intervenir efficacement en cas d’événement dangereux, y compris une inondation, Sécurité publique Canada entreprendra également un examen des Accords d’aide financière en cas de catastrophe, afin d’évaluer et d’améliorer la viabilité de ce programme. De plus, conformément à l’engagement pris dans la Mise à jour économique de juillet 2020, le Programme national d’atténuation des catastrophes sera prolongé jusqu’en 2022, afin de partager les coûts des projets d’atténuation des répercussions des inondations avec les provinces et les territoires. Un appel de propositions sera bientôt lancé pour poursuivre ces travaux importants.

Citations

« Les inondations au Canada ont des répercussions dévastatrices sur des milliers de Canadiens chaque année. Notre gouvernement fait des investissements pour réduire l’incidence des catastrophes liées au climat afin de favoriser un Canada plus résilient. Cet important Groupe de travail qui collaborera avec tous les ordres de gouvernement et l’industrie de l’assurance pour rendre nos collectivités plus sûres et plus résilientes aux répercussions des inondations. »

– L’honorable Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

« Chaque Canadien et Canadienne mérite un logement sécuritaire et abordable. Les inondations menacent nos logements et notre gagne-pain. Ce groupe de travail étudiera les meilleures façons d’atténuer les risques d’inondation pour de nombreux Canadiens et nous guide dans l’élaboration de plans futurs de logement. Nous devons protéger nos logements, en tant que sanctuaires, et nous assurer que nos collectivités demeurent sûres. »

– L’honorable Ahmed Hussen, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social

« Les collectivités des Premières Nations sont parmi les plus susceptibles d’être touchées par les inondations saisonnières et leurs répercussions dévastatrices. Toute planification de risque d’inondation doit prendre en compte leurs besoins, priorités et circonstances et nous devons communiquer avec les partenaires des Premières Nations dès le début pour réussir. En outre, les collectivités des Premières Nations sont 18 fois plus susceptibles d’être évacuées, par rapport aux collectivités hors réserve, en cas d’urgences, comme des inondations. En général, les efforts d’intervention et de rétablissement pour les collectivités sur réserve peuvent s’avérer plus difficiles que dans le cas des collectivités hors réserve. C’est pourquoi nous créons un comité directeur qui fournira ultimement des solutions gérées par les Premières Nations concernant l’assurance contre les inondations et les besoins connexes. »

– L’honorable Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones

« Plus de Canadiens sont exposés aux inondations qu’à tout autre péril lié au climat. Ce groupe de travail permettra aux assureurs de collaborer avec les gouvernements de tout le pays pour que tous les Canadiens aient accès à une assurance inondation abordable. Il s’agit là d’une étape fondamentale dans un effort national urgent visant à mieux protéger les Canadiens, à s’adapter aux changements climatiques et à bâtir des collectivités plus résistantes. »

Don Forgeron, président et chef de la direction, Bureau d’assurance du Canada

Faits en bref

  • Les inondations constituent la catastrophe naturelle la plus courante et coûteuse au Canada, causant plus d’un milliard de dollars (en anglais) de dommages directs aux ménages, aux biens et aux infrastructures et touchent des milliers de Canadiens chaque année.

  • Tel qu’il a été annoncé dans le discours du Trône, le gouvernement du Canada investit dans la réduction des répercussions des catastrophes liées au climat, comme les inondations et les incendies, afin de rendre les collectivités plus sûres et plus résilientes.

  • Le Groupe de travail sur l’assurance contre les inondations et la réinstallation est chargé d’examiner un programme d’assurance résidentielle nationale contre les inondations pour les propriétaires qui vivent dans des zones où les risques d’inondation sont élevés et de prendre des mesures en vue d’un plan d’action national pour aider les propriétaires à risque élevé qui pourraient se réinstaller dans des zones plus sûres.

  • En cas de catastrophe naturelle à grande échelle, le gouvernement du Canada offre une aide financière aux gouvernements provinciaux et territoriaux en vue de leur remise dans le cadre d’Accords d’aide financière en cas de catastrophe (AAFCC). Afin d’évaluer la viabilité des AAFCC, Sécurité publique Canada entreprend un examen de ses modalités.

  • Selon une estimation du Bureau d’assurance du Canada, environ 39 % des propriétaires avaient accès en 2019 à l’assurance contre les inondations. Même si la disponibilité de l’assurance contre les inondations au Canada a augmenté depuis l’introduction de l’industrie de l’assurance en 2015, ce sont surtout les maisons dans les zones à faible et à moyen risque qui ont été assurées contre les dommages causés par les inondations. Les propriétaires dans les zones où le risque d’inondation est élevé ne peuvent pas avoir accès à l’assurance contre les inondations parce que les coûts élevés rendent difficile pour l’industrie d’offrir une assurance à un taux abordable pour les propriétaires.

  • Selon Canadian Voices on Flood Risk 2020 (en anglais), un rapport par les Partners for Action, seulement 6 % des répondants savaient qu’ils vivent dans une zone désignée de risque d’inondation. 

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Mary-Liz Power
Attaché de presse
Cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
mary-liz.power@canada.ca

Relations avec les médias
Sécurité publique Canada
613-991-0657
ps.mediarelations-relationsaveclesmedias.sp@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :