Composition du SCRS

Composition du SCRS

La mission du SCRS consiste à protéger la sécurité nationale du Canada. Les employés du SCRS prennent cette mission très au sérieux, car leur rôle leur tient à cœur. Qu’ils occupent un poste d’agent de renseignement, d’analyste des politiques, de spécialiste des RH, de développeur en TI ou d’agent de filature, ils savent qu’ils ont un rôle important à jouer afin de protéger leur famille, leurs amis, leurs voisins et leur mode de vie.

Les employés du SCRS constituent véritablement la ressource la plus précieuse de l’organisation; ce sont eux qui font du SCRS un service de renseignement de premier plan. Le SCRS sait que son effectif doit être représentatif de la société qu’il s’emploie à protéger, car la diversité au sein même de l’organisation l’aide à mieux comprendre les communautés qui composent la population canadienne. C’est également cette diversité qui l’aide à établir et à maintenir les liens de confiance qui doivent exister entre une société civile et un service de renseignement. 

84% 
des employés du SCRS sont fiers de leur travail

85%
des Canadiens font confiance au SCRS

Sources : Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux de 2020 et Rapport de recherche sur l’opinion publique du SCRS en 2021, respectivement

Démographie

Le SCRS a pour objectif d’accroître la diversité et l’inclusion parmi son effectif. La diversité et l’inclusion sont des valeurs de base essentielles à la réussite de sa mission. Le SCRS a besoin de Canadiens qui possèdent des antécédents, des expériences et des compétences des plus variés. Que ce soit à son administration centrale à Ottawa ou dans ses bureaux un peu partout au Canada et ailleurs dans le monde, le SCRS cherche à se doter d’un effectif représentatif de la population pour laquelle il travaille.

Collectivement, les employés du SCRS parlent plus de 117 langues et dialectes, et 67 % des membres du personnel parlent les deux langues officielles. En 2021, l’effectif du SCRS était composé à 49 % de femmes et à 51 % d’hommes. L’organisation a également commencé à collecter des données sur les personnes qui s’identifient comme non binaires ou d’un autre genre, et 0,35 % des personnes embauchées en 2021 entrent dans l’une ou l’autre de ces catégories. Les données du SCRS sur l’équité en matière d’emploi proviennent des déclarations volontaires des employés. En 2021, 19 % des employés ont indiqué appartenir à une minorité visible, 2 % se sont identifiés comme des autochtones et 5 % ont déclaré être des personnes handicapées. Tel que mentionné dans la section « Initiatives en matière de diversité et d’inclusion » du présent rapport, le SCRS améliore ses activités de recrutement de façon à éliminer les obstacles et à accroître la diversité et l’inclusion au sein de son personnel.

Employés de SCRS (en date du 31 décembre 2021

Femmes Hommes Autres
49% 51% 0%
Pourcentage des employés qui maîtrisent une langue étrangère Nombre de langues étrangères parlées par les employés Pourcentage des employés bilingues
19% 117 67%
Peoples autochtones Minorités visibles Personnes handicapées
2% 19% 5%

Personnes embauchées par le SCRS (1er janvier 2021 au 31 décembre 2021)

Femmes Hommes Autres
51.23% 48.42% 0.35%
Peuples autochtones Minorités visibles Personnes handicapées
1.05% 24.56% 4.56%

Communautés repreésentées

Tout au long de 2021, les cadres du SCRS ont encouragé activement les membres du personnel à approfondir leur compréhension du racisme, de la diversité et de l’inclusion pour favoriser un environnement sain et sécuritaire où les personnes issues de la diversité sont intégrées et entendues. Ils veulent ainsi s’assurer que les nouvelles mesures adoptées ont des effets concrets.  

Le SCRS collabore avec les réseaux et les regroupements d’employés et les soutient dans leur cheminement. Les cadres travaillent avec des comités et des réseaux mis sur pied par les employés eux mêmes, dont le Comité consultatif sur la diversité et l’inclusion, le Comité de l’accessibilité, le Réseau des femmes, le Réseau des jeunes professionnels, le Réseau fierté, le Réseau des personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC) et le Réseau de l’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) pour discuter des problèmes et des solutions, aider à sensibiliser la haute direction et faciliter la communication. Les travaux et les perspectives de ces groupes ont aidé les cadres et les responsables des secteurs de programme à prendre des décisions éclairées à plusieurs égards, notamment dans la prestation de cours de formation, la mise en œuvre d’initiatives de recrutement, la création d’un plan de communication et de sensibilisation en matière de diversité et d’inclusion et l’adoption d’une nouvelle stratégie de diversité et d’inclusion.

Inititives en matière de diversité et d'inclusion

Tout au long de 2021, le SCRS a travaillé à l’élaboration d’une nouvelle stratégie de diversité et d’inclusion. Cette stratégie détaillée mettra l’accent sur le leadership inclusif, le recrutement, le maintien en poste, les possibilités relatives à la carrière et au perfectionnement et la lutte contre les préjugés, ainsi que les communications franches sur des questions difficiles comme le racisme systémique. Elle comprendra un plan d’action mettant en lumière les recommandations formulées par les groupes de travail internes axés sur la diversité et l’inclusion et contribuera ainsi à orienter les initiatives du SCRS pour les trois prochains exercices. Cette stratégie axée sur les employés sera diffusée à grande échelle au sein du SCRS afin de continuer de promouvoir un milieu de travail inclusif et respectueux.

Les gestionnaires et les employés ont besoin d’avoir les compétences, les connaissances et les habiletés adéquates pour remplir le mandat du Service et respecter ses priorités stratégiques. Pour ce faire, ils doivent avoir la sensibilité culturelle nécessaire pour comprendre les facteurs complexes et intersectionnels qui touchent les employés du Service et les membres de la population canadienne. En plus de faire la promotion d’une foule de cours et de possibilités de perfectionnement professionnel sur les préjugés inconscients, la sensibilité culturelle et la lutte contre le racisme par l’entremise de l’École de la fonction publique du Canada, le SCRS a mis en place de nouvelles possibilités de formation, dont certaines obligatoires, pour encourager les employés à approfondir leur connaissance des sujets liés à la diversité et l’inclusion.

En 2021, le SCRS a également mis en œuvre de nouvelles initiatives visant à améliorer la diversité et l’inclusion dans ses efforts de recrutement. Voici quelques-unes de ses réalisations sur le plan du recrutement cette année. Le SCRS a :

Le SCRS poursuit son examen des systèmes d’emploi, qui devrait être terminé au printemps 2022. Cet examen permettra de déterminer si les systèmes, les politiques et les pratiques en matière d’emploi du SCRS constituent des obstacles à l’embauche des personnes faisant partie des groupes désignés et de recommander des mesures pour améliorer la situation.

Cette année, le directeur du SCRS a également invité les employés qui s’identifient comme autochtones, noirs ou de couleur à prendre part à des séances informelles avec lui pour parler de leurs expériences au Service. Plus de 150 employés ont accepté l’invitation, et ces séances ont grandement contribué à faire en sorte que les perspectives des employés soient non seulement entendues, mais donnent ausi lieu à des changements concrets. Les exposés présentés à nos employés par les champions internes de la diversité ont amélioré la sensibilisation et les professionnels invités ont aidé à diriger des discussions ouvertes et honnêtes sur le racisme, la discrimination, la diversité et l’inclusion

Toutes ces démarches ont permis au SCRS de donner suite à l’appel à l’action en faveur de la lutte contre le racisme, de l’équité et de l’inclusion dans la fonction publique fédérale diffusé par le greffier du Conseil privé, une initiative qu’il tient résolument à continuer d’appuyer. Il reste encore beaucoup à faire. Le SCRS doit poursuivre ses efforts en vue de devenir une organisation qui représente équitablement toute la population canadienne ainsi que les communautés diversifiées qu’il sert.

Santé et sécurité

En raison de la pandémie de COVID-19, les questions liées à la santé et la sécurité des employés du SCRS demeurent à l’avant-plan et revêtent une importance cruciale. La nécessité de veiller à la sécurité des opérations demande encore d’adopter des mesures uniques pour pouvoir mener des activités dans le contexte de la pandémie. Le SCRS continue de prendre toutes les mesures recommandées pour rendre le milieu de travail sécuritaire pour les personnes qui doivent avoir accès à des documents classifiés. Il fait aussi preuve de davantage de souplesse à l’égard des employés qui s’efforcent de concilier leurs responsabilités professionnelles et personnelles, sans négliger le respect des exigences en matière de sécurité. Les programmes du SCRS visant à favoriser la santé et la sécurité psychologiques des employés ont continué à offrir du soutien pour aider ces derniers à composer avec les pressions découlant de la pandémie en plus de diffuser régulièrement des informations sur la santé.

La pandémie a exacerbé la nécessité pour le SCRS d’assurer la santé de ses employés, y compris leur santé mentale. L’équipe de la santé et du bien-être travaille à une nouvelle stratégie détaillée sur le bien être organisationnel afin d’améliorer la stratégie actuelle du SCRS en matière de santé mentale.

L'avenir du travail

La pandémie de COVID-19 a forcé notre monde à devenir de plus en plus interdépendant, et de nombreux Canadiens travaillent désormais de la maison. La pandémie a changé les attentes de bien des travailleurs qui souhaitent profiter des conditions de travail souples qui constituent désormais la norme plutôt que l’exception, et ce, même si les employeurs s’efforcent encore de déterminer la façon dont leurs organisations mèneront leurs activités à plus long terme.

Même si la pandémie a redéfini la normalité pour bien des gens, le mandat du SCRS, lui, est demeuré inchangé, tout comme la nécessité de protéger les secrets les mieux gardés au pays. Comme il existe un risque de mettre des opérations et des vies en péril, le SCRS ne peut pas s’empresser d’adopter les conditions de travail souples et les nouvelles technologies qui représentent l’«avenir du travail» sans d’abord réfléchir aux façons de le faire sans compromettre son mandat de protéger les informations. Le SCRS mène actuellement des démarches exhaustives pour étudier et prioriser les défis et les occasions associées à l’avenir du travail. Il reconnaît également qu’il lui faut toujours attirer et maintenir en poste tout un éventail de personnes talentueuses, dans un marché de l’emploi qui évolue à toute allure. Or, ces personnes tiennent compte de tout ce que le SCRS a à offrir comme employeur, aussi bien sur le plan de la souplesse des modalités de travail que sur le plan de la mobilité professionnelle.

Au bout du compte, l’avenir du SCRS repose sur le recrutement. L’organisation déploie de grands efforts pour attirer et maintenir en poste les talents dont elle aura besoin dans les années à venir, ainsi que pour donner aux employés en poste le soutien et les occasions dont ils ont besoin pour se développer, s’épanouir et progresser. En plus d’axer certains processus d’embauche sur l’amélioration de la diversité, le SCRS prend également des mesures pour améliorer la façon dont les emplois sont annoncés afin d’attirer des candidats en plus d’étudier comment la technologie peut être utilisée pour optimiser l’évaluation des candidatures de façon virtuelle.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :