Groupe de travail sur la tuberculose

Document d'information

Le Comité du Partenariat entre les Inuits et la Couronne (CPIC) a été établi par le gouvernement du Canada et les dirigeants inuits élus afin de maintenir leur engagement mutuel consistant à favoriser la progression des priorités communes des Inuit et du Canada et à s’attaquer aux enjeux sociaux, culturels, économiques et environnementaux qui touchent précisément les Inuit au quotidien. Cela nécessite une collaboration en vue d’aborder les défis en matière de santé qui sont répandus parmi les Inuit, dont une incidence élevée de la tuberculose comparativement aux populations non inuites.  

Incidence de la tuberculose chez les Inuit

Chez les Inuit, le taux de tuberculose active en 2015 était plus de 270 fois supérieur au taux dans la population non autochtone née au Canada. Dans l’ensemble des provinces et des territoires, le Nunavut a le taux d’incidence de tuberculose active le plus élevé, soit de 119,2 pour 100 000 habitants.  

Dans le but de réduire les taux de tuberculose dans l’Inuit Nunangat, les experts conviennent qu’il importe de mettre l’accent sur la rupture du cycle de transmission et sur la mobilisation des Inuit en tant que partenaires à part entière en ce qui concerne tous les aspects de la prévention et du contrôle de la tuberculose.

Établissement du groupe de travail sur la tuberculose

•    Au cours de sa réunion du 9 février 2017, les membres du CPIC ont reconnu l’importance des partenariats pour aborder la question de l’éradication de la tuberculose et se sont engagés à travailler avec les provinces, les territoires et d’autres partenaires pour aller de l’avant. Le 29 septembre, les ministres et les dirigeants inuits se sont engagés à établir un groupe de travail faisant fond sur les processus existants en vue de collaborer à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une stratégie visant l’éradication de la tuberculose dans l’Inuit Nunangat.

•    Le groupe de travail s’appuiera sur les résultats de la mobilisation continue avec les Inuit, y compris le travail du groupe de travail sur la santé publique des Inuit (composé d’organismes représentant les Inuits et des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux), ainsi que les principales conclusions de la réunion sur l’éradication de la tuberculose chez les Inuit qui a eu lieu du 4 au 6 octobre 2017. Le groupe de travail définira plus précisément l’approche inuite en matière d’éradication de la tuberculose en consultation avec les collectivités inuites, dans le but de définir des mesures tangibles pour concrétiser la vision d’éradication de la tuberculose dans l’Inuit Nunangat.

•    Les travaux concernant l’initiative Nanilavut sont aussi en cours. Cette initiative visant la réconciliation a pour but de trouver les lieux d’inhumation des Inuit qui ont été envoyés loin de leurs collectivités pour subir des traitements médicaux durant l’épidémie de tuberculose des années 1940 à 1960, mais qui ne sont jamais revenus, et pour faciliter les initiatives qui permettront aux membres de leur famille et à leurs collectivités de panser leurs plaies. À ce jour, certaines familles ne savent pas ce qu’il est advenu de leurs proches qui ne sont jamais rentrés à la maison. Le gouvernement du Canada s’est engagé sur la voie de la réconciliation avec les peuples autochtones, mais pour y parvenir, il faut corriger les erreurs du passé.

•    Comme le logement est un élément clé permettant de relever les défis associés à l’éradication de la tuberculose, le CPIC continuera de collaborer à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une stratégie sur le logement inuit, afin de mieux répondre aux besoins de logement dans l’Inuit Nunangat.

Mesures supplémentaires du gouvernement du Canada pour aborder la question de la tuberculose parmi les Inuits

Le budget de 2017 a consacré 828,2 millions de dollars sur cinq ans pour l’amélioration des résultats en matière de santé chez les Premières nations et les Inuit. De ce montant, 13 millions de dollars sont consacrés à la prévention et à la gestion sanitaire, et plus de 1 million de dollars est dédié aux populations inuites.

Dans le cadre du processus de renouvellement du Fonds d’investissement-santé pour les territoires (FIST) 2017-2021, le gouvernement du Nunavut a décidé de faire de son Programme de lutte contre la tuberculose une priorité dans l’allocation annuelle attendue de 4,3 millions de dollars du gouvernement du Canada.   

Au cours des dernières années, le gouvernement du Canada a appuyé plusieurs initiatives importantes concernant la tuberculose dans l’Inuit Nunangat. En voici quelques-unes.  

•    Investissements dans une technologie de diagnostic rapide de la tuberculose : Le dépistage et le traitement précoces de la tuberculose active sont essentiels pour arrêter la propagation de la maladie. Le gouvernement du Canada a fait des investissements dans l’achat de technologie de pointe pour le diagnostic rapide de la tuberculose au Nunavut pour permettre un meilleur accès au dépistage pour les collectivités aux prises avec la tuberculose dans ces régions.

•    Éducation et sensibilisation : Santé Canada appuie l’éducation et la sensibilisation ciblées des professionnels de la santé qui desservent les Premières Nations et les Inuit, en collaboration avec ses partenaires autochtones nationaux, l’Assemblée des Premières Nations et l’Inuit Tapiriit Kanatami.

•    Accès à la rifapentine : La rifapentine est un antibiotique utilisé pour le traitement de la tuberculose qui n’est pas approuvé au Canada. Cependant, en juin 2017, Santé Canada a ajouté la rifapentine sur la liste de médicaments qui peuvent être importés afin de répondre à un besoin urgent en santé publique. Cet ajout facilitera l’accès rapide à la rifapentine pour lutter contre la tuberculose latente dans les régions qui font face à un taux élevé de la maladie.

•    Initiative de mobilisation de la collectivité : Une initiative de mobilisation de la collectivité a eu lieu à Kangiqsualujjuaq, au Nunavik, en 2016. Le but était de favoriser la sensibilisation à l’égard de la tuberculose et de réduire la transmission de la maladie. Les résultats devraient être publiés au printemps 2018.

•    Projet Taima TB 3HP : Le gouvernement du Canada appuie également le projet Taima TB 3HP qui évaluera la faisabilité et le rapport coût efficacité d’un plan de traitement abrégé de l’infection tuberculeuse latente chez les personnes à risque élevé afin qu’elles ne développent pas la tuberculose active. L’étude évaluera également si les gens seront plus nombreux à entreprendre le traitement contre l’infection tuberculeuse latente et s’ils le suivront au complet, s’il est moins long.   


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :