La décision du gouvernement du Canada relative à l’évaluation environnementale du projet aurifère Magino pourrait contribuer à créer des centaines d’emplois dans le nord de l’Ontario

Communiqué de presse

Le 7 mars 2019 — Ottawa — Agence canadienne d’évaluation environnementale

Le gouvernement du Canada s’emploie à protéger l’environnement tout en créant de bons emplois et des possibilités économiques pour les Canadiens.

Aujourd’hui, le député de Sault Ste. Marie, Terry Sheehan, a annoncé au nom de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, que le projet aurifère Magino peut être réalisé. Le projet, qui favorisera une croissance économique, a été approuvé à la suite d’un processus d’évaluation environnementale rigoureux et fondé sur la science concluant qu’il n’est pas susceptible d’entraîner des effets environnementaux négatifs importants lorsque des mesures d’atténuations sont prises en compte.

La déclaration de décision de la ministre établit 120 conditions visant à protéger les poissons et leur habitat, les oiseaux migrateurs, la santé humaine, l’usage courant des terres et des ressources à des fins traditionnelles et les espèces en péril, et renferme des mesures d’atténuation ainsi que des exigences relatives à un programme de suivi que le promoteur doit respecter.

Le projet, proposé par Prodigy Gold Incorporated, comprend la construction, l’exploitation, la désaffectation et la fermeture d’une mine d’or à ciel ouvert et d’une usine métallurgique sur place situées près de Dubreuilville, en Ontario.

Le projet, évalué à 427 millions de dollars, pourrait créer jusqu’à 550 emplois pendant la construction et 350 emplois pendant la phase d’exploitation, tout au long de la durée de vie du projet. Le promoteur du projet s’est engagé à embaucher la main-d’œuvre locale, à offrir des traitements et des salaires compétitifs et à collaborer avec les établissements d’enseignement régionaux et locaux afin de coordonner la formation et de maximiser les possibilités d’emploi pour les résidents et les groupes autochtones. Le promoteur s’est également engagé à maximiser les achats locaux au cours de toutes les phases du projet.

En collaborant avec les Canadiens pour s’assurer que les bons projets sont réalisés, le gouvernement du Canada contribue à créer de bons emplois et à protéger l’environnement.

Citations

« Les évaluations environnementales réussies mènent au développement économique pour les collectivités. Le projet aurifère Magino, comme d’autres projets dans le nord de l’Ontario qui ont fait l’objet d’une évaluation environnementale rigoureuse par l’Agence, peut être réalisé afin de créer des centaines de bons emplois pour les communautés et favoriser une croissance économique propre. »

– Terry Sheehan, député de Sault Ste. Marie

« Le gouvernement s’emploie à protéger l’environnement tout en créant de bons emplois et en stimulant l’économie. Ma décision repose sur des preuves scientifiques rigoureuses et des consultations approfondies auprès du public et des groupes autochtones, et comprend des conditions visant à protéger les terres, l’eau, la faune et les droits des Autochtones. L’évaluation environnementale réussie de ce projet pourrait se traduire par la création de centaines d’emplois à court et à long terme dans le secteur minier, tout en prenant soin de l’environnement. »

– L’honorable Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • Le 24 janvier 2019, la ministre de l’Environnement et du Changement climatique a annoncé que le projet aurifère Magino n’était pas susceptible d’entraîner des effets environnementaux négatifs importants lorsque des mesures d’atténuation étaient prises en compte.

  • Pour prendre sa décision, la ministre a tenu compte du rapport d’évaluation environnementale et des commentaires reçus du public et des groupes autochtones.

  • L’approche et les principes provisoires du gouvernement en matière d’évaluation environnementale permettent de s’assurer que les décisions relatives aux projets reposent sur des consultations significatives auprès des peuples autochtones, les commentaires du public et des preuves scientifiques, y compris les connaissances autochtones, et sur une évaluation des émissions de gaz à effet de serre.

  • La déclaration de décision de la ministre établit 120 conditions visant à protéger les poissons et leur habitat, les oiseaux migrateurs, la santé humaine, l’usage courant des terres et des ressources à des fins traditionnelles et les espèces en péril, et renferme des mesures d’atténuation ainsi que des exigences relatives à un programme de suivi que le promoteur doit respecter.

Liens connexes

Personnes-ressources

Sabrina Kim
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-743-7138
Sabrina.Kim2@canada.ca

Marissa Harfouche
Conseillère en communications
Agence canadienne d’évaluation environnementale
613-219-2789
Marissa.Harfouche@canada.ca

Suivez-nous sur Twitter : @ACEE_CEAA

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :