Nouveaux projets fondés sur l'ADN pour stimuler le commerce de plantes fruitières

Communiqué de presse

La technologie stimule la compétitivité commerciale en réduisant le temps de quarantaine de plus de deux ans pour les plantes à fruits

Le 15 août 2017 – Ottawa (Ontario) – Agence canadienne d'inspection des aliments

Les fruiticulteurs canadiens ont besoin des meilleures variétés végétales pour réussir. Dans le cas des fraisiculteurs canadiens, ils cultivent les meilleures variétés, ce que les acheteurs étrangers exigent. Toutefois, l'importation et l'exportation de plantes à fruits doivent se soumettre aux tests de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) pour détecter les phytovirus potentiellement dévastateurs. À l'heure actuelle, ce processus de tests et de mise en quarantaine prend, en moyenne, trois ans, ce qui nuit considérablement à la vitesse du commerce.

Aujourd'hui, l'honorable Lawrence MacAulay, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, a annoncé que l'ACIA dirigerait deux projets, d'une valeur de
500 000 dollars, faisant appel à de nouvelles technologies de l'ADN pour réduire les périodes d'essais en quarantaine et ainsi rehausser le commerce et la compétitivité économique de l'industrie canadienne des plantes fruitières, une industrie de 240 millions de dollars.

Le premier projet réduira considérablement la durée des essais sur les semences, les boutures et les bulbes importés au Canada pour la culture de nouvelles variétés de plantes. Grâce à ces fonds, les scientifiques auront recours à la technologie du séquençage de l'ADN pour analyser le matériel génétique de tous les virus associés aux végétaux importés afin d'obtenir une indication précoce de la présence de phytovirus. Cette technologie pourrait réduire de 30 mois le temps de quarantaines des nouvelles plantes.

Le second projet permettra de simplifier l'analyse des plantes de fraisiers. Normalement, de nombreux essais sur des virus sont exigés avant d'exporter les plantes de fraisiers vers certains marchés étrangers. Dans le cadre de ce projet, les scientifiques analyseront une multitude de phytovirus au moyen d'un seul essai, réduisant du coup le temps et les coûts de mise en marché des plantes.

Ces projets sont financés dans le cadre d'un partenariat entre l'ACIA, Génome Colombie-Britannique, Summerland Varieties Corporation, Phyto Diagnostic, la British Columbia Cherry Association et le Vineland Research and Innovations Centre.


Citations

« Avec nos partenaires provinciaux et l'industrie, le gouvernement du Canada fait des investissements dans des solutions scientifiques novatrices qui permettent au secteur agricole d'être un chef de file de la croissance économique au Canada. Ensemble, nous pouvons contribuer à répondre à la demande mondiale croissante en matière d'aliments durables et de grande qualité, ainsi que participer à la prospérité de notre classe moyenne. »
   - L'honorable Lawrence MacAulay, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire

« Les partenariats sont essentiels pour apporter des changements concrets pour les Canadiens ainsi que pour faire avancer la science et l'économie. Les partenariats comme celui-ci sont un excellent exemple de la façon dont on peut utiliser la science pour créer des systèmes plus efficaces pour renforcer le commerce et fournir des produits de haute qualité au monde entier. »
   - L'honorable Jody Wilson-Raybould, députée de Vancouver Granville, ministre de la Justice et procureure générale du Canada

« Notre gouvernement est heureux d'encourager le partenariat entre les scientifiques du gouvernement et les producteurs de fruits d'ici, dans la vallée de l'Okanagan, pour trouver des façons novatrices d'intégrer de nouvelles variétés de fruits dans la région. Ce partenariat supportera la croissance d'un secteur vital de notre économie locale et entraînera la création de nouveaux emplois à Kelowna, Lake Country et dans l'ensemble de la vallée de l'Okanagan. »
   - Stephen Fuhr, député de Kelowna—Lake Country

« L'ACIA s'engage à faire des recherches et à mettre en œuvre des technologies novatrices fondées sur l'ADN qui améliorent la compétitivité des agriculteurs canadiens et protègent les ressources végétales du Canada. »
   - Michael Rott, Ph.D., chercheur à l'Agence canadienne d'inspection des aliments

« La capacité d'évaluer de nouvelles variétés à l'aide de méthodes du séquençage de nouvelle génération accélérera exponentiellement le système d'évaluation actuel et permettra aux producteurs canadiens de rester concurrentiels en offrant un accès rapide aux nouvelles variétés de fruits provenant du monde entier. »
   - Nick Ibuki, gestionnaire des opérations, Summerland Varieties Corporation

« Les marchés d'importation et d'exportation du Canada seront plus forts et plus compétitifs au moyen de ces outils fondés sur la génomique. La détection précoce des agents pathogènes et des virus est un résultat crucial de la génomique et est appliquée à l'échelle de plusieurs secteurs économiques clés. »
   - Dre Catalina Lopez-Correa, conseillère scientifique en chef et vice-présidente, Génome Colombie-Britannique

Faits en bref

  • Les projets comptent pour un des deux projets de collaboration (en anglais seulement) avec Génome Colombie-Britannique qui étudient les moyens de protéger les végétaux canadiens à l’aide des technologies fondées sur l’ADN.

  • La valeur de l'industrie canadienne des plants de fraisiers s'élève à 17 millions de dollars.

  • La génomique est la science qui étudie les séquences génétiques (ADN et ARN) et la complexité de leurs multiples interactions et qui permet aux scientifiques d'identifier les « empreintes digitales » de l'ADN et de l'ARN particulières à certains organismes, comme les plantes et les virus.

  • Les essais génomiques tenteront de détecter l'acide ribonucléique (ARN), une molécule semblable à l'ADN que la majorité des phytovirus utilisent pour emmagasiner leur information génétique.

  • Le budget de 2017 prévoit un investissement de 80 millions de dollars afin de remplacer le Centre de protection des végétaux de Sidney par un centre de recherche de renommée mondiale qui permettra d'appuyer la croissance économique de l'industrie agroalimentaire par l'innovation en phytologie.

  • Dans le nouveau programme d'innovation du budget de 2016, le gouvernement du Canada a annoncé une aide de 30 millions de dollars sur six ans en recherche génomique avancée pour l'atténuation de menaces biologiques en agriculture.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Guy Gallant
Directeur des communications
Cabinet de l'honorable Lawrence MacAulay
613-773-1059

Relations avec les médias
Agence canadienne d'inspection des aliments
613-773-6600

Suivez l'Agence canadienne d'inspection des aliments sur les médias sociaux.
Twitter : @ACIA_Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :