Le Centre national canadien des maladies animales exotiques désigné comme laboratoire de référence de l'Organisation mondiale de la santé animale pour la peste porcine africaine

Déclaration

Le 16 juin 2022 – Ottawa, Ontario

Le Canada a été reconnu comme un chef de file mondial en expertise scientifique et technique pour traiter les problèmes liés à la peste porcine africaine (PPA). L'Organisation mondiale de la santé animale (OMSA, fondée sous le nom d'Office international des Épizooties) a reconnu officiellement le Centre national des maladies animales exotiques (CNMAE) de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) à Winnipeg comme un laboratoire de référence de l'OMSA pour lutter contre la PPA. Seulement six autres laboratoires dans le monde ont cette désignation. Le Dr Aruna Ambagala de l'ACIA a également été reconnu comme l'expert désigné du Canada pour la PPA.

La PPA est une maladie virale qui n'infecte pas les humains, mais qui présente un risque important pour la santé des troupeaux de porcs canadiens, de l'industrie du porc et de l'économie canadienne.

Les Laboratoires de référence de l'OMSA sont des centres d'expertise de renommée internationale sur des maladies animales spécifiques.

Ces laboratoires jouent un rôle essentiel dans la surveillance et le contrôle internationaux des maladies animales, dans la recherche appliquée, ainsi que dans le soutien au diagnostic, à la formation et aux conseils aux pays membres. Cette désignation par l'OMSA est un signe de l'excellence scientifique du Canada et démontre l'aptitude, la capacité et la disponibilité accrues du Canada à détecter et à réagir à une éclosion de PPA et à appuyer les efforts mondiaux de gestion de la maladie.

L'ACIA est responsable de la salubrité des aliments et de la protection des végétaux et de la santé des animaux au Canada. Ce mandat est appuyé par le réseau de 13 laboratoires de l'ACIA à travers le pays. Le CNMAE est également désigné comme laboratoire de référence pour la fièvre porcine classique, l'influenza aviaire hautement pathogène et faiblement pathogène chez la volaille et la fièvre aphteuse.

Ces laboratoires et le travail de leurs scientifiques sont essentiels pour protéger la santé et le bien-être des gens, des animaux et de l'économie, tant au Canada qu'à l'étranger.

Les faits en bref

  • La PPA ne peut pas être transmise à l'humain et elle ne pose pas de risque pour la salubrité alimentaire.
  • La PPA est une maladie porcine contagieuse et mortelle qui se propage aux porcs par contact direct et indirect avec des cochons, des porcs et des sous-produits du porc infectés.
  • Il n'y a pas de traitement ni de vaccin accepté à l'échelle internationale contre la PPA.
  • L'industrie canadienne du porc contribue à la création de plus de 100 000 emplois directs et indirects et génère environ 28 milliards de dollars dans l'économie canadienne.
  • En 2020, le Canada a exporté 1,49 million de tonnes de porc dans 95 pays, pour une valeur totale de plus de 5 milliards de dollars. Le Canada est le troisième pays exportateur de porc en matière de valeur et de volume et représente 14 % du commerce mondial du porc. Le Canada exporte près de 70 % de sa production de porc et de porc vivants.
  • Le CNMAE est également l'un des laboratoires de référence de l'OMSA pour la peste porcine classique. Le CNMAE est ainsi le seul laboratoire de référence de l'OMSA des Amériques à être désigné pour la fièvre porcine classique et africaine.
  • Quatre laboratoires de l'ACIA sont reconnus par l'Organisation mondiale de la santé animale (OMSA), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pour leur excellence scientifique et leur leadership dans 13 domaines d'expertise liés aux maladies animales et aux parasites d'origine alimentaire.
  • L'Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) a été fondée et connue auparavant sous le nom d'Office international des Épizooties. Le nouveau nom a été lancé en mai 2022.


À propos de l'Agence canadienne d'inspection des aliments

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a une incidence positive sur la vie de tous les Canadiens, et ce, de bien des façons. Tous les jours, les employés de l'ACIA – inspecteurs, vétérinaires, scientifiques et d'autres encore – travaillent assidûment à vérifier que les aliments ne posent pas de risque à la salubrité, à protéger les plantes des ravageurs et des espèces envahissantes, et à réagir aux zoonoses qui pourraient menacer la santé des élevages canadiens et celle des humains. En s'appuyant sur un processus décisionnel axé sur la science et sur une réglementation moderne, l'Agence travaille sans répit afin de garantir l'accès à des aliments salubres et sains au Canada et de soutenir l'accès de nos produits agricoles de haute qualité aux marchés internationaux. Pour en savoir plus, consultez inspection.canada.ca.

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :