Déclaration de John Ossowski, président de l’Agence des services frontaliers du Canada

Déclaration

Le 26 mars 2020 – Ottawa (Ontario) – Agence des services frontaliers du Canada

Aujourd’hui, John Ossowski, président de l’Agence des services frontaliers du Canada, a fait la déclaration suivante concernant les nouvelles mesures prises à la frontière pour lutter contre la COVID-19 :

« L’Agence des services frontaliers du Canada et ses quelque 8 000 agents en première ligne ont mis en œuvre de nouvelles restrictions sur les déplacements à tous les points d’entrée de tous les modes de transport – terrestre, maritime, aérien et ferroviaire. Il est essentiel d’assurer la santé et la sécurité des Canadiens. Parallèlement, les activités du secteur commercial se poursuivent; l’Agence continuera de traiter les marchandises à la frontière. L’ASFC est fin prête à traiter toutes les marchandises commerciales en vue de leur entrée au Canada.

L’ASFC s’engage à protéger les Canadiens en travaillant sans relâche pour limiter la propagation de la COVID-19 au Canada. Les agents des services frontaliers de première ligne sont des professionnels accomplis, formés pour assurer la santé et la sécurité des Canadiens et protéger les intérêts économiques du Canada.

Conformément à une approche pangouvernementale fondée sur des données scientifiques et l’avis de professionnels de la santé, l’ASFC collabore étroitement avec d’autres partenaires gouvernementaux, y compris l’Agence de la santé publique du Canada, et avec des alliés, comme le Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, pour lutter contre la flambée de COVID-19. Récemment, l’Agence a renforcé sa capacité et amélioré son état opérationnel à tous les points d’entrée au Canada. Voici d’autres mesures qui ont été prises :

  • Le Canada et les États-Unis ont convenu de fermer leur frontière commune à tout voyage non essentiel. Cette nouvelle mesure est entrée en vigueur à minuit une (HAE) le samedi 21 mars 2020 et le demeurera pendant 30 jours, après quoi elle sera réévaluée par les deux parties.
  • Les voyages essentiels sont toujours permis. Il est impératif de ne pas freiner l’économie en ce moment et d’assurer la circulation des marchandises sans perturbation afin que les biens essentiels soient disponibles sur le marché et pour maintenir l’intégrité des chaînes d’approvisionnement. Celles-ci font en sorte que les denrées alimentaires, le carburant et les médicaments vitaux parviennent aux populations des deux côtés de la frontière.
  • Les personnes en santé qui doivent traverser la frontière pour aller travailler ou pour avoir accès à des services nécessaires peuvent le faire, pourvu qu’elles n’aient pas quitté le Canada ou les États-Unis au cours des 14 derniers jours.
  • Des mesures de contrôle sanitaire accrues sont prises dans tous les points d’entrée, notamment de nouvelles questions génériques visant à vérifier l’état de santé des voyageurs et des directives sur l’auto-isolement.
  • Aucun ressortissant étranger qui présente des signes ou des symptômes de maladie respiratoire ne peut entrer au pays.
  • Tous les voyageurs entrant au Canada sont assujettis à une nouvelle obligation d'auto-isolement pendant 14 jours, qu'ils présentent ou non des signes et des symptômes de la COVID-19. Pour les voyageurs dans le mode aérien, cette information est communiquée à de multiples endroits, notamment par les compagnies aériennes avant le départ, l’affichage dans les aéroports et par le biais d’une présence accrue d’agents des services frontaliers. Pour les voyageurs qui arrivent dans les modes terrestre, maritime ou ferroviaire, les agents des services frontaliers leur posent des questions et remettent un document d’information à chaque voyageur.
  • Les travailleurs qui traversent régulièrement la frontière, tels que les camionneurs, les pompiers et les travailleurs médicaux, ainsi que les voyageurs qui entrent au Canada pour recevoir des services essentiels, continueront d'être exemptés de la nouvelle exigence d'isolement obligatoire, à condition qu'ils soient asymptomatiques. Les travailleurs en bonne santé qui fournissent des services essentiels, entretiennent des infrastructures essentielles et assurent la continuité des chaînes d'approvisionnement économiques entre le Canada et les États-Unis pourront également traverser la frontière. Les personnes exemptées de l'isolement obligatoire devront toutefois se surveiller en permanence et pratiquer des mesures d'isolement appropriées lorsqu'elles ne sont pas en train de remplir leurs fonctions.
  • Le Canada et les États-Unis ont conclu un accord réciproque pour renvoyer les personnes qui franchissent notre frontière à des points d'entrée irréguliers. Des exceptions peuvent être faites dans des circonstances particulières, comme dans le cas d'un mineur non accompagné, mais en général les personnes qui franchissent nos frontières à des points d'entrée irréguliers seront renvoyées.
  • Les agents de l’ASFC observeront les voyageurs pour déceler les signes de maladie et dirigeront tout voyageur qu’ils soupçonnent d’être malade vers l’Agence de la santé publique du Canada pour une évaluation médicale, quelles que soient les réponses données par le voyageur aux questions posées;
  • Toute personne qui n’est pas un citoyen canadien ou un résident permanent du Canada ne peut entrer au pays dans le mode aérien, à moins qu’elle ne voyage à des fins essentielles et n’ait pas été à l’extérieur du Canada ou des États-Unis au cours des 14 derniers jours. D’autres exemptions précises s’appliqueront.  
  • Tous les vols internationaux sont dirigés vers quatre aéroports canadiens (aéroport Pearson de Toronto, aéroport Pierre-Elliot-Trudeau de Montréal, aéroport international de Vancouver et aéroport international de Calgary).
  • Les compagnies aériennes doivent empêcher tout voyageur qui présente des symptômes de monter à bord d’un vol à destination du Canada; les transporteurs aériens doivent également surveiller les passagers à bord pendant le vol pour déceler la présence potentielle de symptômes.
  • Si, au cours d’un vol, on estime qu’un voyageur présente des symptômes, à l’arrivée de ce dernier dans un aéroport canadien, des agents des services frontaliers iront à sa rencontre et l’escorteront jusqu’à une zone à l’écart des autres voyageurs, où il sera pris en charge par le personnel de la santé publique.
  • Les agents de l’ASFC remettent aux voyageurs qui présentent des symptômes des masques chirurgicaux et des directives sur comment les utiliser.
  • Afin d’assurer une présence plus importante dans tous les aéroports, des équipes d’agents des services frontaliers y ont été déployées et y assurent une patrouille; des affiches supplémentaires ont également été installées pour sensibiliser davantage les passagers.

Les agents de l’ASFC demeurent vigilants et déploient toujours des efforts pour cerner les voyageurs qui cherchent à entrer au Canada et qui pourraient représenter une menace pour la santé et la sécurité des Canadiens. Ils procèdent au contrôle des voyageurs, mais comptent sur des professionnels de la santé pour l’exécution des évaluations de santé. Par exemple, les agents de l’ASPC procèdent aux évaluations des voyageurs qui présentent des symptômes, et peuvent prendre leur température.

En tant que président, je suis extrêmement fier du dévouement dont font preuve au quotidien l’Agence et les agents des services frontaliers pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Nous avons tous un rôle à jouer dans l’intervention face à cette grave menace pour la santé publique. En tant qu’Agence, nous continuerons de prendre des mesures musclées pour soutenir la lutte du Canada contre cette pandémie. »

Recherche d'information connexe par mot-clés: Sécurité publique | Agence des services frontaliers du Canada | Canada | Douanes | voyageurs | déclarations
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :