Programme de récupération d’aliments excédentaires

Document d'information

Le Programme de récupération d’aliments excédentaires est une initiative de 50 millions de dollars qui aidera le système alimentaire et les transformateurs, les producteurs et les distributeurs d’aliments au Canada à veiller à ce que tous les Canadiens aient accès aux aliments dont ils ont besoin.

Le financement sera utilisé pour aider dans la gestion et l’acheminement des surplus existants vers les organisations de lutte contre l’insécurité alimentaire et ainsi éviter que ces produits excédentaires ne soient gaspillés.

La COVID-19 et les aliments excédentaires

Les répercussions de la COVID-19 ont entraîné des perturbations dans certains secteurs de la filière alimentaire canadienne, car elles ont provoqué la quasi-fermeture de l’industrie de la restauration et de l’hôtellerie au Canada et aux États-Unis. Certains producteurs canadiens se retrouvent avec des excédents d’aliments de qualité, et on ne s’attend pas à ce que la demande accrue provenant des épiceries suffise à écouler les stocks avant qu’ils ne se gâtent.

La pandémie a aussi entraîné une hausse de la demande auprès des banques alimentaires et des autres organisations qui assurent la sécurité alimentaire dans les collectivités de l’ensemble du Canada.

Le Programme de récupération d’aliments excédentaires permettra de réduire ces fluctuations en offrant du financement nouveau pour revaloriser et réacheminer les aliments excédentaires vers les Canadiens vulnérables.

Le Programme

Dans le cadre de consultations continues avec l’industrie et les intervenants gouvernementaux, le Programme a été conçu pour gérer un volume élevé de produits excédentaires hautement périssables provenant des industries de l’horticulture, de la viande, du poisson et des fruits de mer, dont la récupération est urgente.

Le Programme permettra de répondre aux besoins en aliments des populations vulnérables au Canada, de maintenir les relations positives avec les fournisseurs d’aliments des collectivités et d’appuyer les efforts pour réduire le gaspillage alimentaire.

Le Programme de récupération d’aliments excédentaires a accordé des contributions à des organisations, comme des groupes sectoriels, des transformateurs, des distributeurs et des organismes de sécurité alimentaire ainsi qu’à des administrations et à des organismes régionaux et municipaux qui doivent :

  • faire l’acquisition de la plus grande quantité de produits excédentaires et la transporter (et déterminer la quantité devant être transportée);
  • adopter l’approche la plus rentable (pour l’acquisition d’aliments/l’acquisition de produits à un coût égal ou inférieur au coût de production, ou au moyen de dons selon le cas);
  • adopter l’approche la plus rentable pour la transformation (ne transformer que si les produits ne pourraient pas être distribués autrement) et la moins chère;
  • être les plus efficaces, depuis l’achat en gros jusqu’aux organismes de services alimentaires (utilisation rapide des surplus);
  • veiller à ce que les aliments parviennent aux collectivités les plus vulnérables et éloignées, en particulier aux collectivités nordiques (cibler jusqu’à 10 % de tous les aliments visés par le programme);
  • avoir déjà établi des partenariats dans la chaîne d’approvisionnement, notamment avec des organismes de services alimentaires.

Projets approuvés dans le cadre du Programme de récupération d’aliments excédentaires

Font partie des projets approuvés dans le cadre du Programme :

Second Harvest – 11 007 095 $

Second Harvest récupérera de nombreux produits excédentaires et acheminera ces aliments en l’état et après transformation aux populations vulnérables de tout le Canada. La distribution se fera au moyen de la plateforme en ligne et de l’application mobile FoodRescue.ca afin de déterminer quand et à quel endroit d’origine les aliments excédentaires particuliers sont achetés, et de veiller à ce que le taux de distribution ne dépasse pas la capacité de manutention et d’entreposage de chaque organisme de bienfaisance alimentaire. La portée du projet englobe l’achat, la transformation ultérieure, l’entreposage et la distribution des aliments excédentaires aux partenaires caritatifs régionaux de tout le Canada.

Les Fermes Dani – 1 430 000 $

Les Fermes Dani distribueront leurs surplus de pommes de terre aux collectivités autochtones de tout leur réseau de distribution. La portée du projet englobe l’emballage, le transport, l’entreposage et la distribution des surplus de pommes de terre à des collectivités du Nouveau-Brunswick et de tout le Canada.

L’Association canadienne de la distribution des fruits et légumes, en partenariat avec son réseau d’organismes de bienfaisance – 11 429 926 $

L’Association canadienne de la distribution de fruits et légumes récupérera de nombreux produits excédentaires et acheminera ces aliments en l’état et après transformation aux populations vulnérables de tout le Canada par l’entremise de son réseau d’organismes de bienfaisance et d’entreprises de distribution et de transport. La portée du projet englobe l’achat, la transformation ultérieure, l’entreposage et la distribution des surplus aux organismes de bienfaisance partenaires régionaux de tout le Canada.

Green Seafoods Ltd., en partenariat avec Feed Nova Scotia – 55 230 $

Green Seafoods Ltd. achètera 24 000 livres de moules bleues cuites emballées sous vide et congelées. Les moules seront distribuées aux populations vulnérables par l’entremise du réseau de distribution existant de Feed Nova Scotia.

Banques alimentaires Canada – 11 358 529 $

Banques alimentaires Canada récupérera de nombreux produits excédentaires et acheminera ces aliments en l’état et après transformation aux populations vulnérables de tout le Canada par son réseau de plus de 3 000 banques alimentaires et organismes communautaires locaux. La portée du projet englobe l’achat, la transformation ultérieure, l’entreposage et la distribution des aliments excédentaires aux organismes de bienfaisance partenaires régionaux de tout le Canada.

Première nation crie de Fisher River – 10 845 048 $

La Nation crie de Fisher River récupérera jusqu’à 2,9 millions de livres de poissons d’eau douce (doré jaune) pêchés dans les lacs du Canada. En collaboration avec l’Office de commercialisation du poisson d’eau douce, la prise excédentaire sera distribuée à plus de 75 collectivités autochtones du Manitoba, de la Saskatchewan et du Nord.

Clearwater Seafood, en partenariat avec les collectivités Mi’kmaq à Membertou – 1 491 072 $

Clearwater achètera 150 000 livres de produits de la mer excédentaires pour distribution dans les collectivités autochtones de la Nouvelle-Écosse et du Canada. Le projet comprend la prise, la transformation, l’entreposage et la distribution de poissons et de fruits de mer aux collectivités autochtones.

La Tablée des Chefs – 1 522 900 $

La Tablée des Chefs récupérera plus de 350 000 kg de produits excédentaires qui seront transformés en repas par le réseau des chefs des Cuisines Solidaires au Québec et dans les grandes villes canadiennes, en l’occurrence Calgary, Toronto, Ottawa, Vancouver et Winnipeg. Les aliments seront redistribués aux populations vulnérables par l’entremise des Banques Alimentaires du Québec, de Second Harvest et d’autres organismes qui nourrissent des milliers de personnes dans le besoin.

La Politique alimentaire pour le Canada

Le Programme de récupération d’aliments excédentaires est une mesure d’urgence que le gouvernement a créée en réponse à la crise de la COVID 19; il répond également aux objectifs énoncés dans la Politique alimentaire pour le Canada.

La Politique alimentaire pour le Canada vise à créer un système alimentaire canadien plus sain et plus durable, qui prend appui sur le programme ambitieux que le gouvernement fédéral a mis en place pour favoriser la croissance des producteurs agricoles et des entreprises alimentaires du Canada.

L’industrie canadienne de l’alimentation, à laquelle on doit un emploi sur huit au pays, est un puissant moteur de l’économie, surtout dans les collectivités rurales.

La pandémie de COVID-19 a exercé une énorme pression sur notre système alimentaire. Aujourd’hui plus que jamais, de nombreux Canadiens vulnérables n’ont pas un accès fiable à des quantités suffisantes de nourriture.

De plus, on estime qu’avant la pandémie, plus de 11 millions de tonnes métriques de nourriture d’une valeur de près de 50 milliards de dollars étaient gaspillées chaque année. Les pressions exercées par la pandémie ont aggravé cette situation.

Produits connexes

Personnes-ressources

Jean-Sébastien Comeau
Attaché de presse
Cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
jean-sebastien.comeau@canada.ca
343-549-2326

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ottawa (Ontario)
613-773-7972
1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca
Suivez-nous sur Twitter : @AAC_Canada
Aimez-nous sur Facebook : AgricultureCanadienne

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :