Document d’information : Moment historique : Le Canada relié d’un océan à l’autre grâce à l’achèvement de la route entre Inuvik et Tuktoyaktuk 

Document d'information

L’achèvement de la route entre Inuvik et Tuktoyaktuk (RIT) a été un objectif de longue date pour la Ville d’Inuvik, le Hameau de Tuktoyaktuk et les résidents de la région désignée des Inuvialuits depuis les années 1960.

La réalisation du projet a été possible grâce à une contribution de 200 millions de dollars du gouvernement du Canada et à une contribution de 99 millions de dollars du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. La RIT, qui est devenue réalité, fait 137 kilomètres et a été construite sur une période de cinq ans.  

La nouvelle route toutes saisons contribuera aux déplacements des gens dans les Territoires du Nord-Ouest et entraînera de nombreux avantages régionaux sur les plans économique et social.

À l’échelle nationale, il s’agissait du dernier tronçon routier à construire pour compléter le réseau routier qui relie le Canada d’un océan à l’autre. La route relie donc la mer de Beaufort et la région de l’Arctique au reste du pays.

La première saison de construction a débuté à l’hiver 2014, et les derniers travaux de nivellement et de surfaçage, de même que l’installation des panneaux de signalisation et des glissières de sécurité, ont eu lieu cet automne. La majeure partie des travaux de construction se sont déroulés durant les mois d’hiver, afin de préserver le pergélisol.

En plus d’avoir alloué du financement à la RIT, les gouvernements fédéral et territorial ont travaillé en étroite collaboration pour s’assurer que les impacts environnementaux du projet étaient gérés adéquatement.

Le 8 avril 2016, les gouvernements du Canada et des Territoires du Nord-Ouest ont souligné la jonction historique des parties nord et sud des travaux de construction.  

Emplois et formation :

  • Le projet a nécessité l’embauche d’un peu plus de 600 personnes au sommet de la construction, et 74 pour cent de ces travailleurs étaient des résidents des Territoires du Nord-Ouest. Le projet a également permis de créer 40 emplois à long terme dans le Nord.
  • Aux fins du projet, on a fourni de la formation à environ 185 personnes, notamment de la formation pour les conducteurs de classe 1 et 3, les opérateurs de machines lourdes, les étudiants d’été et les apprentis. Un total de 70 personnes ont également reçu une formation à l’aide de simulateurs pour apprendre à faire fonctionner les camions à pierres, niveleuses et excavatrices.
  • 350 travailleurs ont reçu une formation en lien avec le Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) et le transport de marchandises dangereuses (TMD), une formation sur les extincteurs d’incendie, ainsi qu’une formation sur la sécurité des conducteurs.  
  • 225 travailleurs ont reçu une formation dans le cadre du financement alloué aux actifs et à la formation en cours d’emploi.
  • 285 travailleurs ont reçu de la formation à l’aide de simulateurs de machinerie.
  • 3 travailleurs ont suivi le programme d’apprentissage.

Recherche :

  • Plusieurs projets de recherche sont en cours le long de la RIT, notamment les stations sentinelles de surveillance du pergélisol, l’étude des coupes de remblais de grande profondeur et le rétablissement écologique des bancs d’emprunt en région nordique.
  • L’étude du pergélisol s’avère de très grand intérêt pour les chercheurs du Nord. Le réseau de stations sentinelles de surveillance du pergélisol, qui compte plus de 70 installations de surveillance de la température du sol, a été mis en place dans le but de recueillir des données environnementales le long de la RIT. 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :