Rapport du Conseil national des aînés sur le bénévolat chez les aînés et le vieillissement positif et actif

Mesures proposées : Le bénévolat chez les aînés

Une des questions les plus importantes que les participants ont soulevées au sujet du bénévolat chez les aînés est que la définition du bénévolat n'est pas universelle. En effet, certains participants indiquent que la définition du bénévolat peut varier d'une culture à l'autre. Nombreux sont les Canadiens qui ne considèrent pas leurs activités communautaires ou familiales comme étant du bénévolat, mais plutôt comme l'une de leurs responsabilités personnelles et civiques.

Recrutement de bénévoles

Aînés bénévoles

Dans presque toutes les tables rondes, les participants ont mentionné qu'il est difficile de recruter des bénévoles parmi les aînés et que la récente crise économique a rendu le recrutement de bénévoles encore plus difficile, puisque bon nombre de personnes doivent travailler plus longtemps pour accumuler une épargne retraite suffisante. Ils soulignent également qu'il est difficile de recruter les aînés à faible revenu qui ont des problèmes de santé ou qui vivent dans l'isolement. Les participants soulignent également que les stratégies de recrutement qui fonctionnent auprès d'un groupe de la population ou d'une génération ne seront peut être pas efficaces auprès d'un autre groupe ou d'une autre génération, et qu'il est donc important d'élaborer des stratégies qui ciblent les aînés en particulier.

Au moment d'élaborer de telles stratégies, les participants indiquent que la façon la plus simple de recruter des aînés bénévoles est de les approcher; on oublie souvent les aînés dans les campagnes de recrutement de bénévoles. Les participants encouragent les organisations à utiliser des endroits où les aînés sont susceptibles de se réunir, comme les bibliothèques et d'autres installations publiques, afin de faire connaître les activités locales de bénévolat. Les participants indiquent également que même si certains aînés sont à l'aise avec l'utilisation des technologies de l'information, d'autres ne le sont pas. Pour cette raison, les participants déconseillent de mettre l'accent uniquement sur Internet et d'autres technologies de l'information pour joindre les aînés. Internet n'est peut être pas non plus un outil viable pour recruter les aînés pour qui l'anglais ou le français n'est pas la langue maternelle.

En dépit des propositions susmentionnées, les participants soulignent que ce ne sont pas tous les adultes âgés qui se considèrent comme des aînés. Par conséquent, ces personnes ne participeront peut être pas à des initiatives de bénévolat ciblant les aînés. De même, ils ajoutent que les aînés ne forment pas un groupe homogène et que d'autres facteurs, comme l'emplacement géographique et l'origine culturelle et ethnique, doivent être pris en compte au moment d'élaborer une stratégie de recrutement de bénévoles.

Baby-boomers bénévoles

À mesure que la population du Canada vieillit, une nouvelle génération de bénévoles devra prendre la place des aînés bénévoles d'aujourd'hui, bien que d'une manière nouvelle et différente. Les baby-boomers forment un vaste groupe démographique distinct. Bien que leurs intérêts puissent varier, ils sont généralement plus instruits que les aînés d'aujourd'hui et privilégient des activités de bénévolat flexibles et épisodiques qui mettent à profit leurs compétences professionnelles, qui donnent des résultats concrets et qui sont significatives et stimulantes sur le plan personnel. Les baby-boomers ne s'identifient pas aux images traditionnelles des aînés bénévoles, mais se voient plutôt comme étant plus jeunes et dynamiques que leurs parents. Finalement, ils sont confrontés à des obstacles au bénévolat, notamment le report de leur retraite en raison de la récente crise économique de même que des responsabilités concurrentes comme la garde d'enfants et la prestation de soins aux parents âgés.

En raison de ces caractéristiques, les baby-boomers peuvent privilégier un bénévolat différent de celui de la génération précédente et trouver que les organisations bénévoles ne se sont pas bien adaptés à cette nouvelle réalité. Le recrutement de baby-boomers bénévoles doit par conséquent tenir compte des caractéristiques propres à ce groupe. Par exemple, comme les baby-boomers sont de plus en plus initiés aux nouvelles technologies, Internet sera probablement un outil efficace pour les solliciter et les convaincre de faire du bénévolat.

Mesure proposée

Appuyer et promouvoir des initiatives qui encouragent le bénévolat chez les baby-boomers.

Le gouvernement du Canada pourrait soutenir la prise d'initiatives visant à encourager les baby-boomers à transmettre leur expérience en devenant membres de comités de bénévoles, en faisant du mentorat et de l'accompagnement auprès des jeunes générations pour leur transmettre des aptitudes professionnelles, familiales et personnelles ou en se mobilisant en faveur de mesures communautaires visant à aborder des problèmes sociaux.

Créer une culture du bénévolat

Dans bon nombre des tables rondes régionales, les participants mentionnent qu'il est primordial de créer une culture du bénévolat pour accroître la participation et que cette culture devrait constituer l'épine dorsale de toute campagne de recrutement de bénévoles. Dans certaines collectivités, les organisations religieuses représentent d'importantes sources de bénévoles; toutefois, certains participants indiquent que les baby-boomers semblent moins enclins à faire du bénévolat pour ces organisations. Étant donné qu'il y a de moins en moins de gens au service d'organisations religieuses, les participants ont envisagé d'autres façons de promouvoir le bénévolat. Les participants mentionnent que pour faire du bénévolat un élément clé de la participation civique, il faut promouvoir et encourager le bénévolat dès le jeune âge et pendant toute la vie. À cet égard, certains participants mentionnent la réussite de programmes favorisant le bénévolat dans le cadre du cursus scolaire et de programmes établissant un pont entre les générations.

Générer des expériences de bénévolat gratifiantes et intéressantes pour les aînés

Au cours des tables rondes, les participants ont relevé des expériences de bénévolat particulières qui pourraient être gratifiantes et intéressantes pour les aînés. On indique que ces derniers ont tendance à vouloir offrir des services de bénévolat à d'autres aînés. Les participants mentionnent également que le bénévolat est une façon de maintenir des liens sociaux en vieillissant. Finalement, on considère que les possibilités de bénévolat intergénérationnel sont valorisantes et intéressantes pour les aînés puisqu'elles leur permettent de partager leur sagesse et leur expérience avec d'autres générations en plus d'apprendre de nouvelles choses des plus jeunes.

Mesure proposée

Élaborer et mettre en œuvre une campagne nationale de marketing social pour promouvoir le bénévolat.

En s'appuyant sur les commentaires des participants, le Conseil propose d'élaborer et de mettre en œuvre une campagne nationale de marketing social pour promouvoir le bénévolat. Cette campagne porterait sur les avantages du bénévolat pour les bénévoles et la collectivité et ciblerait le secteur privé et les Canadiens. La campagne pourrait aussi comprendre des segments pour joindre différents groupes de population et de cohortes, notamment les baby-boomers, les Autochtones, les Néo-Canadiens, les membres des communautés ethnoculturelles minoritaires de même que les personnes qui ne se considèrent pas comme des aînés. Les éléments de cette campagne pourraient comprendre de la publicité, un portail en ligne, des concours promotionnels et la célébration d'aînés ou de personnalités approchant le troisième âge qui ont réussi.

Soutien aux aînés bénévoles

Lors des séances de discussion, on considère le soutien aux bénévoles comme un facteur essentiel pour recruter des aînés et les maintenir en poste. Chacune des sections suivantes décrit un aspect à améliorer pour mieux appuyer les aînés bénévoles.

Transport

Le transport représente un enjeu clé en ce qui concerne le vieillissement positif et actif. Le transport à destination et en provenance du lieu de bénévolat peut devenir un important obstacle au bénévolat chez les aînés en raison des coûts et du manque d'accès au transport privé et public. Les participants soulignent également que de nombreux aînés ne se sentent pas à l'aise de conduire à certains moments de l'année en raison des intempéries ou du manque de lumière.

Les participants de partout au pays demandent des stratégies qui facilitent le transport en provenance et à destination des lieux de bénévolat, comme le remboursement des frais de transport des bénévoles ou la gratuité des transports et la création de lieux de bénévolat facilement accessibles. Les participants proposent la création d'activités de bénévolat pouvant être exercées à la maison pour éliminer les déplacements à l'extérieur de la maison.

Accessibilité

Les participants mentionnent que les aînés ont des capacités physiques, mentales et cognitives différentes et changeantes. Pour encourager tous les aînés à participer, y compris les personnes handicapées, les participants demandent que les lieux de bénévolat soient plus accessibles et mieux adaptés afin de répondre davantage aux besoins évolutifs des aînés et de respecter leurs capacités changeantes.

Assurer des placements appropriés sur le plan culturel et linguistique

Afin de recruter et de maintenir en poste les aînés bénévoles, les placements doivent non seulement être adaptés aux valeurs et aux normes culturelles des bénévoles, mais aussi être offerts dans la langue choisie par les bénévoles. Les participants proposent donc d'adapter les programmes existants afin de répondre aux besoins des Autochtones et des groupes ethnoculturels minoritaires et de satisfaire leurs intérêts.

Coûts du bénévolat

Plusieurs coûts sont liés au bénévolat, comme le transport, les vêtements et l'équipement de sécurité appropriés à l'activité bénévole, les vérifications de sécurité et les soins de relève liés à la prestation de soins. Pour résoudre ces difficultés, les organisations bénévoles doivent veiller à ce que leurs activités bénévoles engendrent le moins de dépenses possible ou rembourser aux bénévoles les dépenses qu'ils ont engagées. Cela est particulièrement vrai pour les aînés bénévoles à faible revenu ou à revenu fixe.

Mesure proposée

Créer un crédit d'impôt pour les bénévoles qui leur permette de demander chaque année un certain montant pour les dépenses admissibles associées au bénévolat.

Le gouvernement a pris des mesures pour rembourser les dépenses des bénévoles. Les lignes directrices actuelles de la plupart des subventions et contributions fédérales permettent aux organismes sans but lucratif de rembourser les bénévoles pour les menues dépenses raisonnables, comme le transport et d'autres frais connexes, engagées pour atteindre les objectifs du projet.

Bien que ces nouvelles mesures soient un pas dans la bonne direction pour les organisations qui reçoivent des subventions et des contributions fédérales, plusieurs organisations sans but lucratif qui ne bénéficient pas de subventions ne peuvent rembourser les dépenses de leurs bénévoles. Le gouvernement fédéral devrait examiner l'incidence d'un programme plus universel comme un programme de crédit d'impôt offert à tous les bénévoles. Non seulement cette mesure permettrait de reconnaître davantage leur contribution, mais aussi de rembourser les bénévoles, notamment les aînés, pour beaucoup des frais cachés associés au bénévolat.

Reconnaissance

Afin de retenir les aînés bénévoles, les participants soulignent l'importance de la reconnaissance à titre immédiat et sur une base continue. Pour témoigner une telle reconnaissance, on propose notamment de féliciter publiquement les aînés bénévoles dans le journal local, d'établir des journées de reconnaissance du bénévolat (à l'échelle locale ou nationale) et d'offrir des crédits d'impôt pour les activités bénévoles (comme il a été mentionné précédemment).

Actuellement, le gouvernement du Canada a un prix pour reconnaître le travail des bénévoles canadiens. Le Prix Thérèse Casgrain du bénévolat reconnaît et promeut le bénévolat en honorant chaque année deux Canadiens exceptionnels qui ont démontré, tout au long de leur vie, un engagement à l'égard du bénévolat. De plus, le Prix du Gouverneur général pour l'entraide honore des Canadiens pour des activités bénévoles, le plus souvent derrière la scène au niveau communautaire, et consiste en un certificat et une épinglette, qui sont présentés aux bénéficiaires par le gouverneur général ou par un délégué, comme le lieutenant-gouverneur ou un commissaire territorial.

Mesure proposée

Créer un prix du Premier ministre qui souligne la contribution des aînés bénévoles du Canada.

Le Conseil national des aînés souligne la création d'un prix du Premier ministre pour le bénévolat qui a été annoncé dans le Discours du Trône du 3 mars 2010. Le Conseil estime que ce sera une initiative efficace et encourage le gouvernement à créer un prix du premier ministre qui reconnaît la contribution des aînés bénévoles du Canada afin de promouvoir le bénévolat.

Soutien aux organisations qui recrutent des bénévoles

Non seulement les bénévoles aînés ont besoin de soutien, mais il en va de même pour les organisations qui placent ces bénévoles. Les participants soulignent les différentes façons dont ces organisations ont besoin de soutien, notamment pour améliorer le recrutement, la gestion et la sensibilisation des bénévoles. Les mesures de soutien pourraient comprendre des subventions pour améliorer et diffuser les outils de recrutement et de gestion des bénévoles qui existent actuellement, des subventions pour aider les organisations sans but lucratif à améliorer leur capacité à employer et à former de nouvelles recrues, et une campagne de sensibilisation médiatique pour sensibiliser davantage les Canadiens au besoin de bénévoles dans le secteur sans but lucratif et accroître l'effectif de bénévoles.

Coordonnateurs de bénévoles

Dans la majorité des tables rondes, les participants soulignent l'importance des coordonnateurs de bénévoles pour recruter, former et appuyer les bénévoles. Les coordonnateurs contribuent aussi à adapter les activités bénévoles aux besoins des bénévoles et affectent ceux-ci aux endroits appropriés. Pour bien faire leur travail, ils doivent avoir suivi une formation et des études particulières. Malheureusement, bon nombre d'organisations bénévoles n'ont pas les ressources financières ou humaines suffisantes pour engager un coordonnateur de bénévoles ou pour lui fournir le soutien requis. Les coordonnateurs de bénévoles assument des fonctions opérationnelles qui devraient être considérées essentielles aux organisations afin qu'ils puissent continuer à recruter, à retenir et à former les bénévoles nécessaires pour atteindre leurs objectifs organisationnels et réaliser leur mandat.

Agences de ressources bénévoles

Les agences de ressources bénévoles sont considérées comme un partenaire important et fort utile pour les organisations qui recrutent des bénévoles. Les services offerts par ces agences comprennent de l'aide pour placer les bénévoles et des renseignements sur la planification de la relève, le renforcement des capacités, la formation et le financement accessible.

Financement des organisations

Les participants soulignent les coûts importants que doivent assumer les organismes sans but lucratif pour recruter, former et soutenir les bénévoles. Ils demandent d'accroître le financement accordé à ces organismes et de modifier la façon dont le financement est accordé. Plus particulièrement, les participants demandent des subventions et des contributions plus durables qui vont au delà de la phase de lancement, qui ne sont pas axées sur les projets et qui durent plus d'un ou deux ans.

Les participants affirment aussi que la réduction du fardeau administratif, jumelée à des subventions et des contributions, appuierait de façon efficace les organisations bénévoles, car un grand nombre d'entre-eux travaillent avec des ressources humaines limitées. Cette question a été soulevée dans le Discours du Trône du 3 mars 2010, dans lequel le gouvernement du Canada a mentionné les difficultés auxquelles un grand nombre d'organismes locaux sont confrontés quand ils demandent des fonds au gouvernement ou établissent les rapports à ce sujet. Le Conseil soutient la promesse du gouvernement du Canada d'alléger le fardeau administratif des partenaires communautaires de façon à appuyer leurs efforts pour résoudre les difficultés locales.

Création de partenariats avec les principaux intervenants sociaux

Afin de promouvoir le bénévolat chez les aînés et les personnes approchant le troisième âge, les participants demandent la création de partenariats novateurs avec des intervenants sociaux, y compris les collectivités, le secteur sans but lucratif et le secteur privé.

Solliciter le secteur des entreprises

Les participants des tables rondes demandent d'accroître le rôle du secteur privé à but lucratif à l'appui du bénévolat. Plus particulièrement, ils ont examiné les types d'incitatifs qui pourraient être mis en place pour encourager le bénévolat dans le monde des affaires.

Les membres du Conseil national des aînés ont indiqué qu'ils seraient prêts à rencontrer des membres du secteur privé pour faciliter la collaboration avec les entreprises concernant le bénévolat chez les aînés.

Mesure proposée

Collaborer avec les principaux partenaires du secteur privé afin de promouvoir le bénévolat chez les Canadiens.

Dans le cadre de la campagne visant à promouvoir le bénévolat, le gouvernement du Canada pourrait collaborer avec des partenaires du secteur privé afin de souligner le travail exceptionnel d'aînés bénévoles ou de bénévoles approchant le troisième âge et d'inciter les Canadiens à donner de leur temps pour renforcer les collectivités du Canada.

Recherche sur le bénévolat

Aux yeux des participants aux tables rondes, les recherches dans le secteur bénévole sont considérées comme un enjeu important. Plus particulièrement, les participants soulignent l'importance de faire des recherches sur la valeur du bénévolat pour l'économie canadienne. Les participants demandent davantage de recherches, de collectes de données et d'analyses sur le bénévolat dans les collectivités autochtones et au sein de diverses populations ethnoculturelles minoritaires. Finalement, certains participants recommandent que les données existantes sur le bénévolat soient analysées sous un angle qui tient compte du genre, du statut socioéconomique et de l'ethnicité.

Mesure proposée

Maintenir les investissements du gouvernement fédéral dans la recherche sur le bénévolat.

Par l'entremise de l'Enquête nationale sur le don, le bénévolat et la participation et du Compte satellite des institutions sans but lucratif et du bénévolat, le gouvernement appuie et encourage les travaux en cours visant à recueillir des données pertinentes et exactes en temps opportun sur les bénévoles et la contribution du secteur sans but lucratif à la vie des Canadiens, aux collectivités et à l'économie.

Coordination des bénévoles dans le secteur sans but lucratif

Les participants affirment que le secteur sans but lucratif serait plus efficace s'il y avait une coordination centralisée du bénévolat à l'échelle municipale ou provinciale. Ainsi, de nombreux participants demandent la création d'un plan stratégique national pour appuyer le bénévolat chez les aînés et pour aider les organismes sans but lucratif à s'adapter à la population vieillissante. Certains participants demandent la création de normes et d'un processus d'accréditation pour les organismes sans but lucratif qui dépendent des bénévoles, alors que d'autres participants déconseillent de réglementer trop lourdement le secteur.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :