Projet des îles du Saint-Laurent

Document d'information

Le 24 avril 2019, Environnement et Changement climatique Canada, Pêches et Océans Canada et l’Administration portuaire de Montréal ont exprimé leur intention de travailler ensemble afin de désigner une série d’îles sous leur responsabilité comme réserves nationales de faune.

Le projet des îles du Saint-Laurent comprend la création potentielle de trois réserves nationales de faune : la réserve nationale de faune des Îles-de-Boucherville, la réserve nationale de faune des Îles-de-Varennes-et-de-Verchères et la réserve nationale de faune des Îles-du-Lac-St-Pierre. Le projet cible 27 îles situées au cœur du fleuve Saint-Laurent entre Montréal et le lac Saint-Pierre. La superficie estimée des terres protégées totalise près de 775 hectares.

Les réserves nationales de faune sont créées afin de veiller à la conservation, à la recherche et à l’interprétation des espèces sauvages. Leur création est régie par la Loi sur les espèces sauvages du Canada et leur gestion relève d’Environnement et Changement climatique Canada.

Réserve nationale de faune des Îles-de-Boucherville

Le projet de la réserve nationale de faune des Îles-de-Boucherville comprend neuf îles, dont la superficie totalise près de 175 hectares.

Les îles de Boucherville sont situées dans un corridor géographique utilisé fréquemment par les oiseaux migrateurs, en plus de faire partie des dernières îles naturelles de la région. On y trouve également des habitats importants pour la sauvagine et l’habitat essentiel du Petit Blongios, une espèce en péril au Canada.

L’Administration portuaire est le gestionnaire des terrains ciblés.

Réserve nationale de faune des Îles-de-Varennes-et-de-Verchères

Le projet de la réserve nationale de faune des Îles-de-Varennes-et-de-Verchères comprend onze îles, dont la superficie totalise près de 110 hectares.

Les îles de Varennes et de Verchères sont des habitats d’importants pour les oiseaux. On y trouve des espèces inscrites au Registre public des espèces en péril telles que le Goglu des prés, l’Hirondelle de rivage, le Hibou des marais et le Râle jaune. On y trouve également l’habitat essentiel du Petit Blongios. Ces îles sont le deuxième plus important site de reproduction des Canards barboteurs au Québec et abritent la plus grosse colonie de Goélands à bec cerclé de la province. Au total, 43 espèces d’oiseaux y ont été observées.

Environnement et Changement climatique Canada et Pêches et Océans Canada sont les gestionnaires actuels des terrains ciblés.

Réserve nationale de faune des Îles-du-Lac-Saint-Pierre

Le projet de la réserve nationale de faune des Îles-du-Lac-Saint-Pierre comprend sept îles, dont la superficie totalise près de 490 hectares.

Les îles du lac Saint-Pierre offrent des habitats importants pour les oiseaux. Au total, 62 espèces ont été observées, dont des espèces en péril comme le Goglu des prés, la Sturnelle des prés, l’Hirondelle rustique et l’Hirondelle de rivage. On y trouve également l’habitat essentiel du Petit Blongios, du Noyer cendré et d’autres espèces inscrites au Registre public des espèces en péril.

Environnement et Changement climatique Canada et Pêches et Océans Canada sont les gestionnaires des terrains ciblés.

Les réserves nationales de faune du Canada

Il existe présentement 55 réserves nationales de faune au Canada qui accueillent des habitats importants d’animaux ou de plantes. Les réserves nationales de faune d’Environnement et Changement climatique Canada aident à protéger environ un million d’hectares d’habitat, dont près de la moitié de cette superficie est composée d’habitats marins.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :