Projets de lieux prioritaires désignés par les collectivités

Document d'information

1. Colombie-Britannique – Kootenay Connect : Le principal bénéficiaire, le Kootenay Conservation Program, est une collaboration entre les organismes de conservation de la région de Kootenay. Le projet vise à améliorer, à restaurer et à gérer de grands complexes riverains et de terres humides afin de favoriser le rétablissement de 16 espèces en péril inscrites, dont le grizzli, et d’une douzaine d’espèces préoccupantes non encore inscrites. Le projet est situé dans les terres humides ripariennes du fleuve Columbia Nord de la région de Kootenay, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, et couvre 218 000 hectares.

2. Colombie-Britannique – Projet intégré de restauration de l’écosystème de la forêt sèche du sillon des Rocheuses : La collectivité d’Ɂaq̓am collaborera avec la bande indienne de Tobacco Plains et la Rocky Mountain Trench Natural Resources Society pour restaurer les forêts sèches ouvertes et l’habitat des prairies et appuyer le rétablissement de 19 espèces en péril inscrites, comme le pic de Lewis et le blaireau d’Amérique, ainsi que des espèces préoccupantes comme le mouflon d’Amérique et des espèces ayant une importance culturelle pour les peuples autochtones. Le projet se déroulera dans le sillon des Rocheuses, en Colombie-Britannique, sur une superficie de 262 983 hectares.

3. Saskatchewan – Gestion des espèces en péril dans la grande région de la réserve de la biosphère du lac Redberry : L’Association de la réserve de la biosphère du lac Redberry et des partenaires comme Canards Illimités Canada, Mistawasis Nehiyawak et la Nation crie de Muskeg Lake collaboreront à des mesures prioritaires comme le débroussaillage, l’enlèvement des espèces envahissantes et la restauration des prairies indigènes, ce qui profitera à 22 espèces en péril et à 41 espèces préoccupantes inscrites. Le projet est situé sur les terres des Premières Nations de Mistawasis et de Muskeg Lake et dans les environs du centre-ouest de la Saskatchewan, couvrant 112 200 hectares.

4. Saskatchewan – Planification de la conservation et mise en œuvre de mesures de rétablissement dans la région de Southwest Sand Hills de la Saskatchewan : Conservation de la nature Canada travaillera avec des partenaires, dont Nature Saskatchewan et Études d’Oiseaux Canada, afin de planifier des mesures de conservation et de surveillance dans la région de Southwest Sand Hills. Le projet prendra également des mesures pour réduire les principales menaces comme l’agriculture, le pétrole et le gaz, la modification du cycle naturel des incendies et les espèces envahissantes, ce qui profitera à 29 espèces en péril inscrites, dont la chevêche des terriers et le pluvier siffleur. Le projet se déroulera dans la région de Southwest Sand Hills dans l’écozone des Prairies et couvrira 1 253 999 hectares.

5. Manitoba – Renforcer et améliorer le rétablissement de plusieurs espèces en péril avec des partenaires dans le paysage des prairies à herbes hautes : Conservation de la nature Canada travaillera avec la Manitoba Naturalists Society, la Société protectrice du patrimoine écologique du Manitoba, des partenaires gouvernementaux et la municipalité rurale de Stuartburn pour améliorer l’habitat et réduire les menaces pour 25 espèces en péril inscrites sur la liste, dont la platanthère blanchâtre de l’Ouest et le monarque. Le projet se déroulera dans le sud-est du Manitoba et couvrira 445 628 hectares.

6. Ontario – La région de la biosphère de la baie Georgienne accorde la priorité à l’action collective pour la conservation des espèces en péril et de la biodiversité : La réserve de la biosphère de la baie Georgienne et les codemandeurs, dont la Première Nation de Shawanaga, la Première Nation de Magnetawan et la fiducie foncière Georgian Bay, travailleront avec des partenaires pour recueillir des données, planifier et mettre en œuvre des mesures visant à contrer les menaces telles que les routes et chemins de fer, les plantes envahissantes et le changement climatique. Le projet profitera à 46 espèces en péril inscrites sur la liste, dont la tortue mouchetée et le massasauga, ainsi qu’à 6 espèces évaluées par le COSEPAC qui ne sont pas encore inscrites. Le projet couvrira 347 000 hectares dans la région de l’est de la baie Georgienne, en Ontario.

7. Ontario – Planification, mise en valeur et protection d’un refuge définitif, cours communautaire et coopératif visant à protéger les espèces en péril, les habitats prioritaires et les services essentiels de la terre entre les biorégions : Ce projet est le fruit d’une collaboration entre The Land Between, Scales Nature Park, Blazing Star Environmental, Couchiching Conservancy, la Première Nation de Curve Lake, Watersheds Canada, la Fédération canadienne de la faune, le Georgian Bay Turtle Hospital, Trent Severn Waterway et la fiducie foncière pour Frontenac, Lennox et Addington. Le projet comprend la collecte de données, la planification, la restauration de l’habitat et l’éducation au profit de 57 espèces en péril inscrites sur la liste, comme le vespertilion brun et le loup algonquin de l’Est dans le centre de l’Ontario, de la baie Georgienne à l’arche Frontenac, couvrant 2 984 600 hectares.

8. Québec – Les montagnes vertes du Nord : Vers une gestion des terres pour la protection et le rétablissement des espèces en péril : Le Corridor des Appalaches collaborera avec des organisations non gouvernementales environnementales, des municipalités, des organismes provinciaux et d’autres organismes de conservation pour renforcer les capacités et faire face aux menaces de l’agriculture, de la foresterie, des espèces envahissantes et du développement urbain dans la région des Appalaches du Québec, couvrant 345 478 hectares.

Le projet profitera à 11 espèces en péril inscrites sur la liste, y compris l’engoulevent bois-pourri de l’Est et l’hirondelle rustique, ainsi qu’à 138 autres espèces dont la conservation est préoccupante.

9. Québec – Protection de l’habitat essentiel au rétablissement des espèces en péril aux Îles-de-la-Madeleine : Attention FragÎles travaillera avec les organisations non gouvernementales environnementales, les municipalités, les ministères provinciaux et les clubs de loisirs de plein air afin d’élaborer une approche de collaboration pour la conservation et la gestion de l’habitat essentiel, le renforcement des capacités et la réduction des conflits d’utilisation du sol. Le projet profitera à 11 espèces en péril inscrites sur la liste, comme le grèbe esclavon et le hibou des marais, ainsi qu’à 36 espèces préoccupantes non encore inscrites. Le projet est situé dans le golfe du Saint-Laurent, dans l’archipel des Îles-de-la-Madeleine, et couvre 20 550 hectares.

10. Île-du-Prince-Édouard – Écosystèmes côtiers de l’Île-du-Prince-Édouard : Comprendre les liens, protéger et partager l’espace : Island Nature Trust travaillera avec la Abegweit Conservation Society, l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et de nombreux groupes de bassins hydrographiques pour créer un plan d’action et s’attaquer aux principales menaces comme le développement urbain, les perturbations humaines, les changements climatiques et les espèces problématiques, afin de soutenir le rétablissement de huit espèces en péril inscrites, dont le pluvier siffleur et l’hirondelle de rivage, ainsi que des espèces importantes pour les Mi’kmaq. Le projet est situé dans les régions côtières terrestres de l’Île-du-Prince-Édouard et couvre 800 kilomètres linéaires de rivage.

11. Nouvelle-Écosse – Maliamu’kik’msit ko’kmanaq – Une approche collaborative pour gérer divers écosystèmes au profit des espèces en péril du Bras d’Or : L’Unama’ki Institute of Natural Resources travaillera avec des partenaires de l’industrie, des gouvernements provincial et fédéral, des municipalités, des organisations non gouvernementales et des propriétaires fonciers privés pour créer un plan d’action et aborder les principales menaces en adoptant une double optique pour intégrer la perspective mondiale scientifique et autochtone. Ce projet profitera à 18 espèces en péril inscrites sur la liste, dont la paruline du Canada et la tortue des bois, ainsi qu’à 6 espèces en péril évaluées par le COSEPAC. Le projet se déroulera dans le bassin hydrographique du lac Bras d’Or, en Nouvelle-Écosse, sur une superficie de 350 000 hectares.

12. Nouveau-Brunswick – Établissement d’un cadre communautaire à double optique de conservation des espèces en péril dans les zones côtières de l’est du Nouveau-Brunswick : Nature NB travaillera avec Anqotum Resource Management, Conservation de la nature Canada, Études d’Oiseaux Canada, Nature Trust New Brunswick et Mi’gmawe’l Tplu’taqnn Inc. pour élaborer et mettre en œuvre des plans de conservation communautaires visant des menaces et cibles précises. Le projet profitera directement à au moins 14 espèces en péril inscrites sur la liste, dont le pluvier siffleur et le bécasseau maubèche. Le projet se déroulera dans la péninsule acadienne et les régions côtières du détroit de Northumberland, au Nouveau-Brunswick, sur une superficie de 226 510 hectares.

13. Nouvelle-Écosse et Nouveau-Brunswick – Une communauté de pratique pour protéger et rétablir les espèces en péril de l’isthme de Chignecto : Conservation de la nature Canada travaillera avec des partenaires, dont Études d’Oiseaux Canada, Community Forests International, le programme de rétablissement de l’habitat de Fort Folly et la Confederacy of Mainland Mi’kmaq - Mi’kmaw Conservation Group, pour établir et renforcer les relations communautaires, élaborer un plan de conservation, sensibiliser le public et offrir des programmes au profit des espèces en péril. Le projet profitera à 20 espèces en péril inscrites sur la liste, dont l’engoulevent d’Amérique et la tortue des bois, et à 20 autres espèces préoccupantes. Il sera présent dans la région de l’isthme de Chignecto en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, couvrant 739 596 hectares.

14. Terre-Neuve-et-Labrador – Conservation et compréhension des espèces en péril de Cape Freels : La Indian Bay Ecosystem Corporation collaborera avec la ville de New-Wes-Valley, le district de services locaux de Cape Freels, la Stewardship Association of Municipalities, la Société pour la nature et les parcs du Canada, The Homestead Adventures et Études d’Oiseaux Canada pour élaborer une structure de gouvernance et un plan d’action de conservation, suivis de mesures de conservation pour réduire les menaces envers les espèces en péril, restaurer leur habitat et compléter les activités existantes de conservation et d’intervention. Ce projet profitera à diverses espèces en péril inscrites sur la liste, comme le bécasseau roussâtre et le vespertilion brun, ainsi qu’à d’autres espèces en déclin, notamment les oiseaux de rivage.

Le projet se déroulera dans la région de Cape Freels, à Terre-Neuve, sur une superficie de 1 200 hectares.

15. Terre-Neuve-et-Labrador – Mesures de rétablissement pour les espèces en péril dans l’ouest de Terre-Neuve : Intervale Associates Inc. travaillera avec des partenaires, dont l’Université Memorial de Terre-Neuve, Conservation de la nature Canada et la Première Nation Qalipu Mi’kmaq pour créer une structure de gouvernance et un plan de conservation des mesures visant à contrer les principales menaces, comme les perturbations humaines, les prises incidentes et l’extraction des ressources. Ce projet profitera à 19 espèces en péril inscrites sur la liste, comme le pluvier siffleur et la braya de Long dans l’ouest de Terre-Neuve, de Port aux Basques au cap Norman, à l’extrémité de la péninsule Great Northern, sur une superficie de 3 242 691 hectares.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :