Déclaration commune de l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (U.S. EPA) et d’Environnement et Changement climatique Canada sur l’environnement et les changements climatiques

Déclaration

Le 1 Avril, 2021, Ottawa (Ontario)  

Michael Regan, administrateur de l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis, et Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique du Canada, ont fait la déclaration suivante :

Le Canada et les États-Unis partagent une vision commune: celle d’une économie prospère et durable qui contribuera à protéger l’environnement et la santé des collectivités de toute l’Amérique du Nord. Les États-Unis et le Canada partagent la plus longue frontière du monde, des écosystèmes communs et une économie intégrée. Aujourd’hui, nous nous engageons de nouveau à travailler ensemble pour lutter contre les changements climatiques et pour faire croître nos économies dans l’intérêt de tous nos citoyens, notamment les plus vulnérables aux menaces liées au climat et à l’environnement.

À l’appui de la Feuille de route pour un partenariat renouvelé entre les États-Unis et le Canada annoncée par le président Biden et le premier ministre Trudeau, et en nous appuyant aussi sur nos accords environnementaux de longue date sur la qualité de l’air, la gestion des déchets et la qualité de l’eau, nous travaillerons ensemble pour accélérer les mesures fondées sur la science et les données probantes, qui soutiennent un monde sain et juste pour tous. Un environnement sain et juste permettra de déployer des technologies de pointe adaptées au climat et de soutenir nos objectifs économiques communs pour « reconstruire en mieux » après la pandémie de COVID-19 en nous appuyant sur les mesures de tous les ordres de gouvernement et en consultant les gouvernements infranationaux, les peuples autochtones, les industries, les organisations non gouvernementales et les groupes de citoyens.

Il y a trente ans, nos pays ont uni leurs forces afin de réduire les risques pour la santé publique découlant de la pollution à l’origine des pluies acides en signant l’Accord Canada-États-Unis sur la qualité de l’air, un accord historique. Nous avons travaillé ensemble pour réduire les émissions nocives de dioxyde de soufre, d’oxydes d’azote et de particules fines et nous poursuivons cette étroite collaboration, y compris dans le cadre de la Feuille de route, en donnant un nouveau souffle à la coopération sur les émissions du secteur pétrolier et gazier. C’est l’un des nombreux domaines dans lesquels nous voyons la possibilité d’accélérer des engagements stratégiques et concrets pour réduire les émissions. À l’approche du Sommet sur le climat du 22 avril, le Canada et les États-Unis ont convenu de cibler trois domaines importants, à savoir :

  •  les réductions des émissions de méthane provenant des opérations pétrolières et gazières et potentiellement d’autres secteurs;
  • les réductions des émissions du secteur des transports;
  • les possibilités pour un secteur de l’électricité plus propre.

Le Canada et les États-Unis se sont engagés conjointement à réduire, d’ici 2025, les émissions de méthane provenant des opérations pétrolières et gazières et potentiellement d’autres secteurs. En tant que membres fondateurs de l’Initiative mondiale sur le méthane (IMM) et étant deux des plus grands émetteurs de méthane du secteur pétrolier et gazier au monde, nous reconnaissons que de nouvelles réductions des émissions sont non seulement réalisables mais également essentielles pour progresser rapidement dans la lutte contre les changements climatiques. Grâce à la nouvelle charte de l’IMM, les États-Unis, et le Canada, qui préside actuellement le comité directeur, travailleront ensemble pour accroître les exigences nationales en matière de réduction des émissions de méthane et pour relever les ambitions mondiales en matière d’atténuation des émissions de méthane.

Nous partageons également la priorité de rendre nos routes plus propres en luttant contre les émissions des véhicules. Conscients de l’importance d’un avenir où les véhicules ne produiront pas d’émissions et de l’étroite interconnexion de nos chaînes d’approvisionnement, les États-Unis et le Canada s’engagent à travailler en collaboration, y compris avec les gouvernements infranationaux, sur des normes rigoureuses à court et à long terme pour les véhicules afin d’améliorer l’efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre de tous les véhicules – légers, moyens et lourds.

L’électricité propre est une composante essentielle de l’objectif de carboneutralité. Nous nous engageons à une collaboration bilatérale pour augmenter la production et l’utilisation d’électricité propre, y compris la transmission transfrontalière.

Le Canada et les États-Unis sont déterminés à s’associer dans les principaux forums internationaux, notamment l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et l’Organisation maritime internationale (OMI). À l’OACI, nous participerons à des processus visant à faire progresser un nouvel objectif ambitieux à long terme, conformément à notre vision de la décarbonisation du secteur de l’aviation. À l’OMI, pour réduire les émissions des navires, nous prévoyons de travailler à la réalisation de l’ambition reflétée dans la stratégie initiale de l’OMI sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à savoir réduire de moitié les émissions des navires d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2008.

Le Canada et les États-Unis peuvent être des chefs de file mondiaux en matière de liens entre la nature et le climat. Nos pays ont en commun la géographie, des habitats essentiels, des voies navigables clées et un désir commun de protéger les zones de biodiversité pour les générations futures.

Nous sommes fiers de l’importance écologique et économique de notre ressource naturelle commune, les Grands Lacs. Les Grands Lacs contiennent un cinquième de l’eau douce de surface de la planète, la source d’eau potable de dizaines de millions de personnes, et constituent l’un des écosystèmes les plus diversifiés de la planète sur le plan écologique. Ils sont également essentiels à notre prospérité économique et à notre bien-être. À l’approche du 50e anniversaire de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, signé pour la première fois par les gouvernements du Canada et des États-Unis en 1972, nous examinerons les progrès réalisés à ce jour et les défis actuels, et nous déterminerons les efforts à déployer pour faire progresser la restauration et la protection des Grands Lacs.

Les États-Unis et le Canada s’engagent à honorer nos collectivités autochtones et tribales et à travailler en étroite collaboration avec elles. Nous travaillerons ensemble, par l’intermédiaire d’organisations régionales, afin de consulter et de mobiliser de manière inclusive les Premières Nations, les tribus, les villages autochtones d’Alaska, les Inuits et les Métis, et de prendre des mesures de coopération pour renforcer la résilience de toutes les collectivités. Il s’agit notamment d’étudier comment nous pourrions répondre aux besoins des collectivités de l’Arctique et du Nord, dont beaucoup sont déjà confrontées à la menace existentielle des changements climatiques, et comment nous pourrions les soutenir. Nous agirons également pour répondre aux préoccupations des tribus et des peuples autochtones en matière d’intégrité environnementale en prenant des mesures pour limiter la pollution transfrontalière.

Nous nous félicitons de la coopération trilatérale en Amérique du Nord dans le cadre de l’Accord Canada–États-Unis–Mexique/États-Unis–Mexique–Canada et de la Commission de coopération environnementale, et nous reconnaissons l’importance du partenariat des États-Unis et du Canada avec le Mexique. Nous avons l’intention de travailler en étroite collaboration avec le Mexique afin de définir une ligne de conduite trilatérale pour faire face aux changements climatiques et aux autres priorités environnementales.

Ensemble, nous savons que la lutte contre les changements climatiques représente à la fois un défi et une possibilité économique sans précédent. Élaborer et déployer de nouvelles technologies respectueuses du climat en travaillant ensemble, en échangent de l’information et en fondant les politiques sur des données scientifiques solides, en partenariat avec les secteurs privé et public, peut contribuer à rebâtir notre économie. Soutenir les politiques et les actions en faveur de la justice environnementale permettra non seulement d’élargir les avantages économiques pour nos collectivités les plus vulnérables et les moins bien desservies, mais aussi de les aider à renforcer leur résilience.

Nous nous engageons à préserver la santé de notre environnement, la force de notre économie et le bien-être des collectivités nord-américaines que nous avons en commun. Nous savons que le climat mondial est en train de changer, et nous nous unissons pour créer les innovations de demain, en reconstruisant nos économies d’une manière qui favorise l’emploi, la durabilité et l’équité.

Personnes-ressources

Moira Kelly
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-271-6218
moira.kelly@canada.ca

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
ec.media.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :