Le Canada se joint à plus de quarante pays dans le cadre de la dernière réunion multilatérale officielle en vue de la COP26

Communiqué de presse

Le 1er octobre 2021 – Milan (Italie)

Il y a six ans, le monde s’est réuni pour signer l’Accord de Paris – un accord historique entre nations qui vise à prendre des mesures ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques et s’adapter à leurs impacts. Selon la science, pour garder à portée de main les objectifs de l’Accord de Paris et prévenir les pires répercussions des changements climatiques, le monde doit redoubler d’efforts et resserrer son échéancier. Par conséquent, plus de 190 pays se réuniront à Glasgow cette année pour la COP26, et le Canada a rehaussé considérablement ses cibles et ses mesures de lutte contre les changements climatiques depuis l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris.

À moins d’un mois de la COP26, le Canada s’est réuni cette semaine avec plus de quarante pays à Milan, dans le cadre de la réunion préparatoire (la pré-COP) – la toute dernière réunion ministérielle officielle en vue du sommet mondial de novembre. Des pays de partout à travers le monde ont discuté de la nécessité et de la manière de garder à portée de main l’objectif de limiter le réchauffement mondial à 1,5 °C, de mettre pleinement en œuvre l’Accord de Paris et d’aider les pays en développement à atténuer les effets des changements climatiques et à s’y adapter.

L’approche du Canada pour lutter contre les changements climatiques – approche qui repose sur des actions concrètes comme l’accélération de l’élimination progressive de la production d’électricité à partir du charbon, l’adoption de l’un des systèmes de tarification du carbone les plus ambitieux au monde et l’enchâssement des cibles climatiques du Canada dans la loi, et notamment l’objectif de devenir carboneutre d’ici 2050 – continue de faire partie des pratiques exemplaires internationales alors que le monde travaille à la diffusion du savoir et des politiques efficaces pour lutter contre les changements climatiques.

En juillet 2021, le ministre Wilkinson et le secrétaire d’État allemand Jochen Flasbarth ont accepté une invitation du président désigné de la COP, Alok Sharma, afin d’élaborer un plan en vue de la COP26 pour veiller à ce que les pays développés respectent leur engagement visant à mobiliser 100 milliards de dollars pour aider les pays en développement à atténuer les effets des changements climatiques et à s’y adapter. Depuis, les deux codirigeants se sont attelés à cette tâche cruciale et ont tenu une série de réunions avec des donateurs et des pays en développement tout au long de la pré-COP afin de soutenir les efforts en ce sens.

Dans le cadre de la pré-COP, le ministre Wilkinson a également rencontré l’envoyé spécial du président des États-Unis, John Kerry, afin de discuter de leurs efforts pour accroître la portée et l’étendue de l’action climatique dans leurs pays respectifs et à l’étranger.

Dans le cadre du sommet des jeunes sur le climat qui s’est également tenu à Milan du 28 au 30 septembre, le ministre Wilkinson a imploré les jeunes délégués de continuer de se faire entendre et de faire pression sur leurs gouvernements pour qu’ils en fassent plus et plus rapidement pour lutter contre les changements climatiques. Le sommet a accueilli près de 400 délégués, y compris de jeunes représentants du Canada, et il a servi de base au dialogue entre les jeunes délégués et les ministres présents à la pré-COP. Au cours du sommet, le premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson, qui sera l’hôte de la COP26, a souligné que malgré la gravité de la crise climatique, il est encore possible de changer rapidement les choses, et la COP26 peut – et devrait – marquer le début de la fin pour les changements climatiques. Le Canada quitte la pré-COP de cette semaine avec un engagement renouvelé l’amenant à continuer à exercer un leadership dans la prise de mesures ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques afin de répondre aux souhaits et aux besoins de la population mondiale.

Citations

« Le monde a fait face à de grands défis au cours de la dernière année et demie : une pandémie couplée à une crise climatique. Comme c’est le cas pour la pandémie, la science et les solutions pour lutter contre les changements climatiques sont claires, et les Canadiens s’attendent à ce que leurs dirigeants agissent. Depuis 2015, le gouvernement a agi sans tarder pour lutter contre les changements climatiques, et à moins d’un mois de la COP26 qui se tiendra à Glasgow, nous entendons poursuivre sur la même voie. La réunion préparatoire de la COP de cette semaine a été une formidable occasion pour le Canada de participer à d’intéressantes discussions en personne et de travailler avec ses partenaires à donner l’impulsion nécessaire et à établir les conditions requises pour obtenir les résultats attendus à Glasgow. »
– L’honorable Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • Depuis 2015, le gouvernement du Canada a investi plus de 100 milliards de dollars dans la croissance verte. Le Canada a également mis en place une série de mesures incitatives et réglementaires, notamment un des meilleurs systèmes de tarification du carbone et de redistribution des produits au monde, une réglementation visant à accélérer l’abandon progressif du charbon et des normes pour des combustibles plus propres applicables à l’ensemble de l’économie.

  • En vertu de l’Accord de Paris, les pays sont tenus de fixer, tous les cinq ans, des cibles nationales de réduction des émissions de gaz à effet de serre, appelées contributions déterminées au niveau national. Chaque nouvelle contribution doit être plus ambitieuse que la précédente. Grâce aux mesures déjà prises par le gouvernement du Canada dans la lutte contre les changements climatiques, le pays est en passe de dépasser sa cible précédente et, plus tôt cette année, le gouvernement a pu fixer une nouvelle cible ambitieuse de réduction de 40 à 45 p. 100 par rapport aux niveaux de 2005 pour 2030.

  • Une analyse récente du Fonds monétaire international (FMI) (en anglais seulement) montre que si les pays du G20 adoptaient ne serait-ce que la moitié des politiques de tarification progressive du carbone adoptées par le Canada, ils tripleraient presque leurs objectifs de réduction des émissions en vertu de l’Accord de Paris.

  • En 2009 et 2015, les pays développés se sont engagés à verser 100 milliards de dollars par an aux pays en voie de développement pour les aider à atténuer les effets des changements climatiques et à s’y adapter. En juillet 2021, le ministre Wilkinson et le secrétaire d’État allemand Jochen Flasbarth ont accepté l’invitation du président de la COP26, le Britannique Alok Sharma, à élaborer, à l’approche de la COP26, un plan de mise en œuvre permettant de s’assurer que les pays développés respectent cet engagement.

  • Lors du sommet des dirigeants mondiaux du G7 en juin 2021, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le Canada doublerait son financement de la lutte contre les changements climatiques, lequel passerait de 2,65 à 5,3 milliards de dollars.

  • Le précédent engagement du Canada en matière de financement climatique, qui s’élevait à 2,65 milliards de dollars, a été réalisé au cours des cinq dernières années dans le cadre de projets dont les avantages devraient être les suivants : réduire ou prévenir l’émission de 222 millions de tonnes de gaz à effet de serre par année, aider 5,9 millions de personnes à s’adapter aux effets des changements climatiques dans leurs collectivités et contribuer à la mobilisation des contributions financières du secteur privé pour le climat.

  • En tant que partenaire de la présidence britannique de la COP26, l’Italie accueille du 30 septembre au 2 octobre 2021 la réunion préparatoire de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, à laquelle quarante pays participent. Cette rencontre est la dernière réunion multilatérale officielle où les ministres pourront peaufiner les détails des négociations en vue de la COP26 qui se tiendra à Glasgow en novembre prochain.

Liens connexes

Personnes-ressources

Joanna Sivasankaran
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-790-1907
Joanna.Sivasankaran@ec.gc.ca

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
media@ec.gc.ca

Page Twitter d’Environnement et Changement climatique Canada

Page Facebook d’Environnement et Changement climatique Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :