Jusqu’à 40 millions de dollars de financement sont disponibles dès maintenant pour des projets de conservation par zone menés par les Autochtones

Communiqué de presse

Le 22 septembre 2022 – Gatineau (Québec)

Les peuples autochtones du Canada veillent depuis longtemps à la protection de l’environnement sur les terres, les glaces et les eaux. Ils ont été les précurseurs du développement durable et de la gestion des ressources naturelles. C’est pourquoi le gouvernement du Canada est déterminé à travailler en partenariat avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis en vue de favoriser leur leadership dans les projets de conservation, alors que nous affrontons deux crises indissociables, soit l’appauvrissement de la biodiversité et les changements climatiques.

Aujourd’hui, le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, l’honorable Steven Guilbeault, a annoncé que le Ministère accepte maintenant les déclarations d’intérêt d’une valeur allant jusqu’à 40 millions de dollars en financement pour des projets de conservation par zone menés par les Autochtones. Le programme axé sur les projets de conservation par zone menés par les Autochtones offre du financement aux peuples autochtones pour les aider à diriger et à codiriger des projets en vue d’établir et de faire reconnaître des zones protégées, notamment en instaurant d’autres mesures efficaces de conservation par zone partout au Canada, comme des aires protégées et de conservation autochtones, qui peuvent contribuer à l’atteinte des cibles de conservation du Canada.

Environnement et Changement climatique Canada acceptera les déclarations d’intérêt jusqu’au 14 novembre 2022. Pour être admissibles au financement, les projets doivent être dirigés par des Autochtones; contribuer à l’atteinte des cibles de conservation du Canada au cours des prochaines années et avoir le soutien des administrations provinciales ou territoriales concernées ou de l’autorité compétente.

En plus d’aider à freiner la perte de biodiversité et les changements climatiques, les aires de conservation comportent aussi d’importants avantages pour les communautés autochtones, le milieu naturel et les espèces en péril.

Ce ne sont là que quelques-unes des mesures que prend le gouvernement du Canada pour protéger la nature, alors qu’il se prépare à accueillir le monde entier à Montréal en décembre 2022 pour la 15e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies (COP15). La COP15 est une occasion pour le Canada de démontrer son leadership en prenant des mesures pour conserver la nature et freiner la perte de biodiversité dans le monde, en partenariat avec les peuples autochtones, les premiers gardiens du territoire.

Citations

« Les peuples autochtones s’occupent depuis toujours des terres dont nous profitons tous. Ce n’est qu’en reconnaissant les rôles traditionnels, la science et le savoir des Autochtones que nous pouvons ralentir la perte de biodiversité et atteindre les objectifs de conservation du Canada. Dans un esprit de réconciliation, le gouvernement du Canada s’engage à soutenir le leadership autochtone dans le domaine de la conservation. »

– L’honorable Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Faits en bref

  • Le gouvernement du Canada a pour objectif de protéger 25 p. 100 des terres et des eaux intérieures au pays d’ici 2025 et appuie une cible mondiale visant à conserver 30 p. 100 d’ici 2030.

  • Compte tenu des 640 espèces en péril au Canada et du grand nombre de populations fauniques en baisse, le gouvernement du Canada est déterminé à mettre un terme à l’appauvrissement de la biodiversité au Canada et à renverser la vapeur d’ici 2030.

  • Les autres mesures efficaces de conservation par zone aident le Canada à atteindre ses objectifs de conservation. Il s’agit de zones gérées et régies de manière à obtenir des résultats positifs pour la biodiversité, équivalant à ceux d’une zone protégée.

  • Les autres mesures efficaces de conservation par zone mettent en valeur l’importance des travaux de conservation déjà en cours au pays. Elles aident le Canada à adopter une approche globale de la conservation de la biodiversité et à atteindre ses objectifs de conservation.

  • Selon les données des Nations Unies, en dépit du fait que les terres autochtones n’occupent environ que 20 p. 100 du territoire de la planète, jusqu’à 80 p. 100 de la biodiversité du monde s’y trouverait.

Liens connexes

Personnes-ressources

Kaitlin Power
Attachée de presse
Cabinet du ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-230-1557
Kaitlin.Power@ec.gc.ca

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
media@ec.gc.ca

Page Twitter d’Environnement et Changement climatique Canada

Page Facebook d’Environnement et Changement climatique Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :