Archivée : Rapport ministériel sur le rendement 2014-2015 tableaux supplémentaires, Environnement Canada, chapitre 7


Rapport d’étape sur les projets de transformation et les grands projets de l’État

Nom du projet

Projet d’assainissement des sédiments du récif Randle

Description

Le récif Randle est une zone présentant des sédiments fortement contaminés située sur la rive sud du port de Hamilton, à l’extrémité ouest du lac Ontario. Il est considéré comme étant la zone de sédiments contaminés la plus importante en superficie et l’une des plus complexes et des plus polluées des Grands Lacs. Avec la fin des travaux d’assainissement des étangs de goudron de Sydney qui approche, le récif Randle est aujourd’hui le plus vaste site contaminé par des sédiments d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) au Canada. L’assainissement des sédiments est nécessaire pour réduire l’impact des contaminants sur l’environnement, notamment les HAP et les métaux lourds qui se trouvent dans ce site.

Compte tenu de sa longue histoire de contamination (plus de 150 ans) provenant de multiples sources, il est impossible d’appliquer ici le principe du pollueur-payeur. Au lieu de cela, le gouvernement du Canada, le gouvernement de l’Ontario et les collectivités locales ont adopté un modèle de responsabilité partagée dans le cadre duquel ils participent en parts égales à l’élaboration et à la mise en œuvre d’une solution. Cette zone est une priorité en matière d’assainissement dans le Plan d’assainissement du port de Hamilton et l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs signé entre le Canada et les États-Unis.

Le projet d’assainissement des sédiments du récif Randle comprend la construction d’une installation de confinement actif de 6,2 ha au-dessus des sédiments les plus fortement contaminés, le dragage d’autres sédiments contaminés et leur mise en place dans l’installation, ainsi que le recouvrement in situ et l’isolation des sédiments ciblés restants, représentant un total global de 695 000 m3 de sédiments gérés.

Résultats du projet

Le projet vise à favoriser l’amélioration des conditions environnementales du port de Hamilton et sa radiation de la liste des secteurs préoccupants. Le rendement du projet d’assainissement des sédiments sera mesuré à l’aide d’études sur un ensemble d’indicateurs conçus pour évaluer l’efficacité de ce projet. Les études sur les indicateurs ont été réalisées pour le projet en vue de définir les conditions biologiques et chimiques de référence dans la zone d’assainissement; ces conditions serviront à évaluer l’efficacité du projet en comparant les conditions avant les travaux d’assainissement avec celles après ces travaux. Ces études comprennent :

  • la détermination des concentrations et du profilage chimique des HAP dans les sédiments en suspension;
  • la détermination de la toxicité des sédiments et de la structure de la communauté d’invertébrés benthiques;
  • l’évaluation de l’incidence des tumeurs et des anomalies externes chez les poissons sauvages.

Le projet d’assainissement des sédiments du récif Randle permettra de prévenir ou de réduire la propagation des sédiments contaminés par des HAP dans le reste du port. L’assainissement du récif améliorera la qualité de l’eau et réduira les concentrations de contaminants dans le biote, ce qui finira par rendre plus sûre la consommation de poisson pêché dans le port. Il permettra aussi de lever les restrictions en vigueur concernant la navigation et de générer des retombées économiques grâce à la création de terrains portuaires de valeur.

Retombées industrielles

Le port de Hamilton, situé à l’extrémité ouest du lac Ontario, est une échancrure de 2 150 ha reliée au lac par un seul canal navigable qui traverse la barrière de sable qui forme la baie. Le port de Hamilton représente également un port commercial et un important centre de transport des marchandises. La rive sud du port abrite la plus forte concentration d’industries de métaux lourds (principalement du secteur sidérurgique) au Canada.

Les sédiments contaminés visés par l’assainissement sont situés au récif Randle, le long de la rive sud du port de Hamilton et à proximité des quais 14, 15 et 16. L’installation de confinement actif sera reliée au quai 15, lequel appartient l’Administration portuaire de Hamilton (APH).

Une fois le projet terminé, l’Administration portuaire de Hamilton aménagera et exploitera la surface de l’installation de confinement actif comme une installation maritime et elle sera responsable des activités de surveillance et d’entretien continues. La plus grande partie du site pourrait être aménagée en terminal maritime pouvant accueillir des navires ayant un tirant d’eau leur permettant de naviguer dans le réseau Grands Lacs-Voie maritime du Saint-Laurent.

Une étude menée en 2007 par l’Université York a estimé à 126 millions de dollars sur 25 ans les avantages nets (environnementaux, sociaux et économiques) associés à l’assainissement du récif Randle. Le projet d’assainissement des sédiments du récif Randle proposé permettra d’améliorer la compétitivité économique de la région grâce à l’agrandissement des installations portuaires, au réaménagement du rivage et à la création d’environ 60 emplois par année pour la durée de vie du projet de sept ans.

Ministère parrain

Environnement Canada

Autorité contractante

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC)

Ministères participants

Sans objet

Entrepreneur principal

McNally International (construction de l’installation de confinement actif); Riggs Engineering Ltd. (service de génie chargé de la surveillance des travaux); et Dean Construction Co. Ltd. (reconstruction du quai 15)

Sous-traitants principaux

À déterminer

Phase du projet

Le projet en est à l’étape de la mise en œuvre. Le rapport d’études approfondies de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale (ACEE) a été signé par le Ministre en mai 2013. Les accords pour l’exécution du projet entre Environnement Canada et chacune des organisations de financement du projet ont été signés en septembre 2013, après quoi le Ministère a conclu un accord de service avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) pour assurer l’exécution du projet en tant qu’autorité contractante. À la suite de l’échec d’un appel d’offres en 2014, la conception et le plan de mise en œuvre du projet ont été optimisés pour réduire le coût du projet. Le processus d’appel d’offres du contrat de TPSGC s’est achevé au printemps 2015 pour permettre de commencer les travaux à l’automne 2015. L’Administration portuaire de Hamilton est l’autorité contractante de la reconstruction du mur de port adjacent au quai 15, lequel est nécessaire pour draguer les sédiments contaminés de cette zone au cours de l’étape 2 du projet.

Jalons importants

De 2013 à 2015 - Préparatifs en vue de la construction

De septembre 2015 à l’automne 2017 - Étape 1 : Construction de l’installation de confinement actif

De 2017-2018 à juin 2019 - Étape 2 : Dragage et confinement

De 2019-2020 à juin 2022 - Étape 3 : Recouvrement et aménagement

De 2022-2023 à 2036-2037 - Surveillance et entretien après la construction

Rapport d’étape et explication des écarts

Le Conseil du Trésor a approuvé le projet d’assainissement des sédiments du récif Randle le 13 décembre 2012 pour un coût est estimé à 138,9 millions de dollars. La phase de construction du projet devrait se terminer en 2022; une fois la construction achevée, la surveillance devrait se poursuivre pendant une période supplémentaire de 15 ans, soit jusqu’en 2037.

Ce projet de sept ans sera mis en œuvre de manière progressive et dirigé par Environnement Canada avec TPSGC pour autorité contractante. Des accords juridiques ont été négociés concernant le partage des coûts du projet entre Environnement Canada, l’Ontario et les collectivités locales : chaque partie assumera un tiers du coût du projet.

La date de début du projet initialement prévue en 2014 a été retardée, car les coûts proposés par les entrepreneurs pour l’étape 1 du projet dans leurs soumissions dépassaient les estimations. Environnement Canada et les partenaires de financement du projet ont alors étudié diverses options pour réaliser le projet dans la limite des ressources disponibles tout en atteignant les objectifs environnementaux. Le ministre de l’Environnement et les partenaires du projet se sont entendus sur un plan qui modifie la conception du projet : les travaux dans l’eau débutent maintenant en septembre en 2015 et la première étape de la construction devrait être terminée au cours de l’exercice 2017-2018.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :