Organisations non gouvernementales

Association canadienne du droit de l’environnement

https://cela.ca/

Directrice générale et avocate : Theresa McClenaghan

Profil de l’organisation

L’Association canadienne du droit de l’environnement (ACDE) est un organisme d’intérêt public sans but lucratif fondé en 1970 dans le but d’utiliser les lois existantes pour protéger l’environnement et de militer en faveur de réformes du droit de l’environnement. L’ACDE travaille également à la protection de la santé publique et de l’environnement en cherchant à obtenir justice pour les personnes touchées par la pollution ou de mauvaises décisions et en modifiant les politiques pour prévenir les problèmes au départ. De plus, l’ACDE mène à bien des projets d’information et de réforme du droit financés par le gouvernement et des fondations privées.

L’ACDE fournit entre autres des services juridiques en matière de droit de l’environnement, notamment la représentation devant diverses instances ainsi que de l’aide aux citoyens qui se représentent eux-mêmes, des conseils sommaires, des campagnes de réforme du droit et des réformes politiques.

En plus de fournir des services juridiques à des citoyens et à des groupes communautaires sans but lucratif, l’ACDE mène des activités stratégiques en vue d’aider à l’élaboration des lois et des règlements en matière de protection de l’environnement.

Association pulmonaire du Canada

https://www.poumon.ca/

Président et chef de la direction : Terry Dean

Profil de l’organisation :

L’Association pulmonaire du Canada est une fédération d’organismes de bienfaisance nationaux regroupant dix associations provinciales, un bureau national et deux sociétés professionnelles – la Société canadienne de thoracologie et les Professionnels canadiens en santé respiratoire. Ces entités conjuguent leurs efforts pour aider plus de six millions de Canadiens qui ont des problèmes respiratoires.

Situé à Ottawa, le bureau national de l’Association pulmonaire canadienne diffuse en ligne de l’information de qualité sur la santé pulmonaire, dirige les efforts nationaux de représentation et de sensibilisation et gère un programme national de recherche.

L’Association pulmonaire du Canada est la principale organisation au Canada qui travaille à promouvoir la santé pulmonaire et à prévenir et gérer les maladies pulmonaires. Pour ce faire, elle préconise des mesures visant à réduire au minimum les dommages causés à la santé pulmonaire par le chauffage résidentiel au bois, l’amiante, le cannabis et le tabac.

Canards Illimités Canada

https://www.canards.ca/

Chef de la direction : Karla Guyn

Profil de l’organisation :

Fondée en 1938, Canards Illimités Canada est une organisation nationale privée sans but lucratif qui se consacre à la conservation de l’habitat de la sauvagine depuis plus de 70 ans. Elle a pour vision de créer pour la sauvagine d’Amérique du Nord une mosaïque de milieux humides et d’habitats naturels connexes, restaurés et bien gérés.

Canards Illimités Canada utilise quatre grandes méthodes pour veiller à la conservation des milieux humides :

Reconnaissant la nature transfrontalière des espèces migratoires, des sources d’eau et des habitats naturels, Canards Illimités Canada participe à titre de partenaire au Plan nord-américain de gestion de la sauvagine. Ce programme international de conservation a pour objectif de ramener les populations de sauvagine aux niveaux moyens observés dans les années 1970. L’ensemble des activités de planification, de conception et de gestion du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine sont menées dans le cadre de coentreprises de protection de l’habitat au Canada et aux États-Unis. Cet accord international rallie des gouvernements fédéraux et provinciaux, des administrations des États et des municipalités, des organisations non gouvernementales, des entreprises privées et de particuliers dans des projets de conservation des terres humides de différentes régions d’Amérique du Nord.

Canards Illimités est l’un des partenaires du Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN), un programme financé par le gouvernement fédéral qui vise à protéger les habitats importants pour les espèces en péril. Le programme est axé sur le soutien des aires protégées privées dans les paysages écosensibles, des forêts aux prairies en voie de disparition, en passant par les terres humides et les régions côtières.

Composition du Comité :

CIC et ECCC coprésident le Conseil nord-américain de conservation des terres humides (CNACTH) du Canada. Le CNACTH (Canada) fournit un mécanisme national pour la mise en œuvre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS).

Avec la Fédération canadienne de l’agriculture, CIC copréside également la Table ronde sur les terres humides du Canada (TRTHC), un groupe de travail national multipartite qui, au moyen de lois, politiques et mesures adoptées par les divers intervenants et par l’industrie primaire, vise à favoriser la durabilité, la santé et la gestion responsable des terres humides du Canada.

De concert avec ECCC et l’APC, CIC s’est engagé dans le Partenariat de conservation par la réconciliation (PCR), une initiative collective visant à soutenir les démarches visant à favoriser la progression des initiatives de conservation dirigées par les Autochtones au Canada.

Conseil canadien des aires écologiques

https://www.ccea.org/fr/

Présidente du conseil d’administration : Jessica Elliott

Profil de l’organisation :

Le Conseil canadien des aires écologiques cherche à aider les Canadiens à créer et à maintenir un réseau complet d’aires protégées qui soit représentatif de la diversité naturelle écologique terrestre et aquatique du Canada.

Le Conseil fournit des services à ses organismes membres, à la population canadienne et à la collectivité internationale comme suit :

Les travaux du Conseil comprennent la représentativité des écosystèmes terrestres, un cadre national pour les aires protégées, les stratégies d’analyse des écarts, les aires marines de conservation et la gestion des données.

Le Conseil se réunit régulièrement dans diverses régions du pays pour discuter d’enjeux communs aux provinces et territoires ainsi que des réalisations et des enjeux régionaux en particulier. Il tient compte des divers points de vue régionaux afin de dégager un tableau d’ensemble écologique cohérent qui soit pertinent pour toutes les administrations.

Le portefeuille international du Conseil est pertinent au regard des efforts déployés à l’échelle régionale et nationale de sorte que le Canada puisse s’acquitter de ses obligations internationales comme celles qui sont énoncées dans la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique. Sur la scène internationale, le Conseil collabore également avec des organismes comme la Commission nord-américaine de coopération environnementale, les gouvernements du Zimbabwe et du Mexique, la Commission mondiale des aires protégées, l’Union internationale pour la conservation de la nature et le Centre de surveillance de la conservation de la nature.

Conservation de la nature Canada

http://www.natureconservancy.ca/fr/

Président et chef de la direction : John Lounds

Profil de l’organisation :

Fondée en 1962, Conservation de la nature Canada est une organisation nationale sans but lucratif de conservation des terres vouée à protéger directement les zones d’importance écologique grâce à des dons, des achats, des servitudes de conservation et à la renonciation à d’autres intérêts juridiques en matière de propriété foncière) dont elle assure la gestion à long terme. CNC a pour mission de protéger des aires biodiversifiées qui présentent une valeur intrinsèque pour en faire profiter les générations futures. Le plan d’action de Conservation de la nature Canada repose sur la création de partenariats et la conclusion d’ententes créatrices avec des particuliers, des entreprises, des groupes communautaires, des groupes de conservation ou des entités gouvernementales qui ont les mêmes objectifs. CNC a contribué à la conservation de plus de 2,6 millions d’acres (1 million d’hectares) partout au pays.

Les principaux champs d’activité de Conservation de la nature Canada sont les suivants :

Programme de conservation du patrimoine naturel (PCPN) : Conservation de la nature Canada est l’un des partenaires du PCPN, un programme de 100 millions de dollars financé par le gouvernement fédéral pour protéger les habitats importants d’espèces en péril. Le programme est axé sur le soutien des aires protégées privées dans les paysages écosensibles, des forêts aux prairies en voie de disparition, en passant par les terres humides et les régions côtières. Conservation de la nature Canada supervisera le PCPN grâce aux contributions de Canards Illimités Canada et des partenaires de la Fiducie foncière du Canada (Groupe de travail des fiducies foncières canadiennes). Habitat faunique Canada administrera la partie du programme qui concerne les fiducies foncières locales.

Le PCPN a remplacé le Programme de conservation des zones naturelles (PCZN), qui était également administré par CNC. Le PCZN a reçu un financement de plus de 320 millions de dollars entre 2007 et 2018.

Composition du Comité :

Un représentant de Conservation de la nature Canada, Michael Bradstreet, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Éco héros

https://www.ecoheros.ca/

Présidente : Tovah Barocas

Profil de l’organisation :

Éco héros est une organisation canadienne de conservation dont la mission est de sensibiliser les enfants et les membres de leur famille à l’importance de la biodiversité et de leur donner les outils nécessaires pour protéger les animaux et leurs habitats. Outre un programme de sensibilisation des écoliers et de visites en classe, Éco héros organise des spectacles communautaires, participe à des émissions de télévision nationale et a mis sur pied « Restaurer la nature », une initiative qui donne aux enfants un moyen concret de changer les choses. Ces programmes visent à inciter les enfants du Canada à intervenir pour aider à protéger les animaux et leurs habitats.

La campagne Restaurer la nature est une initiative nationale de sensibilisation et de financement qui enseigne aux enfants l’importance de protéger les animaux en préservant leurs habitats naturels et leur permet de contribuer à des projets de conservation visant à assurer la survie de quatre espèces indigènes par année. Les projets de conservation réalisés en 2014-2015 visaient avant tout à protéger le loup de l’Est, le renard véloce, le petit-duc des montagnes et le goglu des prés.

Le programme de sensibilisation d’Éco héros a pour but d’aider les élèves à comprendre les effets de l’activité humaine sur la planète et les espèces qui l’habitent. L’organisme offre un catalogue en ligne de ressources scientifiques à l’intention des éducateurs pour les aider à organiser des activités et des plans de leçons liés au programme scolaire. Ces ressources éducatives visent à mobiliser les élèves et à faciliter l’établissement d’un lien avec la faune à la fois en classe et à l’extérieur.

Pour faire participer les enfants canadiens à la conservation de la faune, ECCC accorde un financement de trois ans à Éco héros, un programme qui aidera les jeunes canadiens à devenir des intendants actifs du monde naturel, à protéger la faune du Canada et à prendre des mesures pour préserver la nature. Le financement comprend un soutien au programme de rassemblement scolaire Éco héros et la participation des enfants à des activités concrètes par l’entremise de missions orientées vers l’action, de projets Restaurer la nature et d’événements locaux dans le cadre du Programme d’adhésion à Éco héros.

Ecojustice

https://www.ecojustice.ca/

Directeur général : Devon Page

Profil de l’organisation :

Ecojustice (autrefois connu sous le nom de Sierra Legal Defense Fund) est la plus importante organisation de bienfaisance nationale spécialisée dans le droit de l’environnement. Créée en 1990, l’organisation vise à aider les citoyens à dénoncer les auteurs d’infractions et à exiger des gouvernements qu’ils respectent l’obligation de rendre compte, tout en créant des précédents à fort retentissement, de manière à conserver les combustibles fossiles dans le sol et à accélérer la transition vers un avenir énergétique propre, à garantir la pureté de l’eau potable, à protéger les aires naturelles, à édifier des collectivités saines et à trouver des solutions au réchauffement climatique. Ecojustice compte parmi ses effectifs plus de 50 avocats et scientifiques à Vancouver, à Toronto, à Ottawa, à Halifax et à Calgary.

Ecojustice mène les activités suivantes pour atteindre ses objectifs de protection de l’environnement :

Plus de 80 organisations et associations de protection de l’environnement figurent parmi les clients auxquels Ecojustice a fourni des services dans le passé. Les affaires récentes d’Ecojustice impliquant le gouvernement fédéral ont porté sur la fraude sur les niveaux d’émissions dans l’industrie automobile, l’approbation du projet de pipeline Trans Mountain, la modernisation des lois environnementales, l’élimination progressive des pesticides illégaux et l’évaluation des projets de transport ferroviaire de pétrole.

Composition du Comité :

Une représentante d’Ecojustice, Liat Podolsky, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Équiterre

https://equiterre.org/

Directrice générale : Colleen Thorpe

Profil de l’organisation :

Fondée en 1993, Équiterre s’est engagée à proposer des solutions concrètes pour accélérer la transition vers une société où les citoyens, les organismes et les gouvernements font des choix écologiques qui sont à la fois sains et équitables. Dans le cadre de ses quatre programmes – agriculture écologique, commerce équitable, transport écologique efficacité énergétique – l’organisation a élaboré des projets qui encouragent les citoyens, les organisations et les gouvernements à prendre des mesures concrètes qui entraîneront des changements positifs pour l’environnement et la société.

Équiterre mène des activités de recherche et de plaidoyer sur diverses questions de politique environnementale, ciblant le gouvernement fédéral et le Québec, et portant particulièrement sur les politiques climatiques.

Voici les grands secteurs d’activité d’Équiterre.

Environmental Defence Canada

https://environmentaldefence.ca/

Directeur général : Tim Gray

Profil de l’organisation :

Environmental Defence Canada (EDC) est une organisation sans but lucratif composée d’experts en politiques et de membres de la collectivité, appuyés par des scientifiques, des chefs d’entreprise, des avocats et des citoyens. EDC met tout en œuvre pour protéger l’environnement et la santé humaine au Canada. L’objectif de l’organisme est de favoriser la collaboration entre les particuliers, l’industrie et le gouvernement par les moyens suivants : 1) permettre aux Canadiens de prendre des mesures au quotidien; 2) travailler avec l’industrie pour bâtir une économie propre et prospère; 3) inciter le gouvernement à adopter des politiques visant à protéger l’environnement des Canadiens.

Les enjeux prioritaires d’Environmental Defence Canada sont les suivants :

Études d’Oiseaux Canada

https://birdscanada.org/?lang=FR

Président : Steven Price

Profil de l’organisation :

Études d’Oiseaux Canada est un organisme de bienfaisance national qui s’appuie sur les contributions de milliers de partisans et de citoyens scientifiques.

Fondée en 1960, Études d’Oiseaux Canada s’emploie à conserver les oiseaux sauvages au Canada par la recherche, la participation du public et la défense des droits fondée sur la science. Les partenaires d’Études d’Oiseaux Canada mènent des programmes régionaux, nationaux et internationaux. Dans sa publication The State of Canada’s Birds 2019, Études d’Oiseaux Canada signale que le Canada a perdu de 40 à 60 % de ses populations d’oiseaux de rivage, d’oiseaux des prairies et d’insectivores aériens. Au cours de la dernière décennie, 80 % des espèces d’oiseaux identifiées comme étant menacées ou en voie de disparition au Canada étaient des insectivores aériens ou des oiseaux des prairies.

Études d’Oiseaux Canada travaille en étroite collaboration avec ECCC et reçoit du financement pour divers projets.

Fédération canadienne de la faune

http://cwf-fcf.org/fr/

Président : Guy Vézina

Profil de l’organisation :

La Fédération canadienne de la faune (FCF) est une organisation caritative non gouvernementale et non partisane qui a pour mission d’assurer la conservation de la faune du Canada et d’encourager une utilisation judicieuse des ressources naturelles au moyen d’initiatives en matière de conservation, de sciences, d’éducation et de représentation. Les activités de la Fédération portent sur les thèmes stratégiques suivants : rapprocher les Canadiens de la nature, conserver des populations fauniques prospères, notamment le rétablissement des espèces en péril, ainsi que la conservation et la restauration des habitats fauniques. Fondée en 1962, la Fédération représente 300 000 membres et sympathisants et elle est entièrement financée par leurs dons.

La Fédération compte à son actif un rôle dans la création du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), qui a été créé pour fournir aux Canadiens une classification unique et rigoureusement scientifique des espèces en péril et qui a été incorporé en 2002 à la Loi sur les espèces en péril (LEP). Elle continue à assurer la protection des espèces en péril, notamment en menant des recherches nationales sur les infestations de salicaire pourpre, la surpêche dans l’Atlantique et diverses espèces en péril, comme la grue blanche, le renard véloce et la chevêche des terriers. De plus, la Fédération a appuyé dernièrement la réintroduction du putois d’Amérique dans le parc national des Prairies.

La Fédération livre le programme Faune et flore du pays grâce au financement du Ministère.

Voici les activités courantes et les produits de la Fédération canadienne de la faune :

Composition du Comité :

Un représentant de la FCF, James Page, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Fédération canadienne des municipalités

https://fcm.ca/fr

Chef de la direction : Brock Carlton

Profil de l’organisation :

Fondation David Suzuki

https://fr.davidsuzuki.org/

Chef de la direction : Steve Cornish

Profil de l’organisation :

Cofondée en 1990 par David Suzuki et Tara Cullis, la Fondation David Suzuki est une fondation caritative sans but lucratif et non partisane incorporée au Canada et aux États-Unis qui étudie les effets de l’activité humaine sur l’environnement, s’attachant particulièrement à trouver des solutions. Ayant pour mission de protéger la diversité de la nature et la qualité de vie, la Fondation travaille à l’atteinte de ses objectifs en menant d’importants projets (p. ex., le Défi nature), des programmes d’éducation (p. ex., la publication de guides à l’intention des consommateurs), ainsi que des travaux de recherche, en rédigeant des publications et en défendant les valeurs de protection de l’environnement.

La Fondation exerce ses activités avec l’aide de 50 employés qui travaillent dans cinq grands secteurs :

Composition du Comité :

Rachel Plotkin, représentante de la Fondation David Suzuki, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Tout comme ECCC et l’APC, la Fondation David Suzuki s’est engagée dans le Partenariat de conservation par la réconciliation (PCR), une initiative collective visant à favoriser la progression des initiatives de conservation dirigées par les Autochtones au Canada.

La Fondation David Suzuki est également un membre de l’équipe-cadre de la Coalition canadienne sur les principales aires de diversité biologique. Les membres principaux contribuent aux communications et à la sensibilisation, en plus de fournir des données, de l’expertise et des analyses, et de favoriser les partenariats permettant de faire progresser la définition normalisée des domaines importants pour la biodiversité au Canada et la production de rapports à leur sujet.

Fondation Sierra Club Canada

https://www.sierraclub.ca/fr

Directeur général : John Bennett

Profil de l’organisation :

La Fondation Sierra Club Canada est une organisation non gouvernementale soutenue par ses membres qui vise à donner aux gens les moyens de protéger la planète et de la remettre en état pour en faire un lieu de vie sain et sécuritaire dont ils puissent profiter. En activité depuis 1963, Sierra Club Canada a établi son bureau national à Ottawa en 1989. La Fondation compte quatre sections régionales actives au Canada : dans les Prairies, en Ontario, au Québec et au Canada atlantique. Il n’y a pas de section régionale en Colombie-Britannique, mais l’organisation est affiliée à la Sierra Club of BC Foundation. Sierra Club Canada compte quelque 10 000 membres, partisans et jeunes membres affiliés partout au Canada.

La Fondation s’est donné pour mission de permettre aux citoyens de devenir des chefs de file dans la protection et la remise en état des écosystèmes pour les rendre sains et sûrs afin que la population canadienne puisse en profiter.

Les principaux domaines de travail de Sierra Club Canada sont les suivants :

Fonds mondial pour la nature (Canada)

http://www.wwf.ca/fr/

Présidente et chef de la direction : Megan Leslie

Profil de l’organisation :

Le Fonds mondial pour la nature (Canada) [FMN-Canada], fondé en 1967, est une organisation nationale non gouvernementale et non partisane de conservation. FMN-Canada compte plus de 170 000 partisans et plus de 100 de ses membres travaillent dans ses sept bureaux situés dans diverses régions du pays. À titre de membre du réseau international du FMN, FMN-Canada contribue à la mission de l’organisation qui est de mettre un frein à la dégradation de l’environnement naturel de la planète et de bâtir un avenir où l’être humain vit en harmonie avec la nature en :

Le FMN utilise divers outils pour produire ses résultats dans le domaine de la conservation, notamment la recherche sur le terrain, la cartographie scientifique, la défense de l’intérêt public, les solutions axées sur le marché et la sensibilisation du public. Le FMN a aussi créé « une heure pour la Terre », un événement symbolique au cours duquel des gens du monde entier éteignent leurs lumières pendant une heure pour montrer qu’ils appuient les interventions contre les changements climatiques.

Les principaux domaines d’activité du FMN-Canada sont les suivants :

Greenpeace Canada

https://www.greenpeace.org/canada/fr/

Directrice générale : Christy Ferguson

Profil de l’organisation :

Greenpeace Canada est une organisation non gouvernementale indépendante vouée à la protection de l’environnement. Elle vise à changer les attitudes et les comportements, à protéger et à conserver l’environnement et à faire la promotion de la paix par ses activités de recherche, de lobbying et de diplomatie discrète et en ayant recours à la confrontation non violente à haut retentissement afin de rehausser le niveau et la qualité du débat public. Fondée à Vancouver en 1971, Greenpeace International est présente dans 40 pays. Au Canada, elle possède des bureaux à Toronto, à Montréal et à Vancouver. Son siège se trouve à Amsterdam.

Voici les principaux secteurs d’activité de Greenpeace Canada :

Groupe ETC : Groupe d’action sur l’érosion, la technologie et la concentration

https://www.etcgroup.org/fr

Codirecteurs généraux : Codirecteurs généraux : Jim Thomas et Neth Daño

Profil de l’organisation :

Le Groupe ETC est un organisme environnemental à vocation technologique qui se penche sur les enjeux socioéconomiques et écologiques entourant les nouvelles technologies susceptibles d’influer sur les personnes les plus démunies et les plus vulnérables du monde. L’organisme étudie l’érosion écologique et la mise au point de nouvelles technologies, et surveille de près les questions de gouvernance mondiale, dont la concentration des entreprises et le commerce de technologies. Le Groupe ETC œuvre sur la scène politique mondiale tout en collaborant de près avec des organisations de la société civile partenaires et des mouvements sociaux, notamment en Afrique, en Asie et en Amérique latine.

L’organisation :

Le Groupe ETC veille actuellement à apporter des changements dans six domaines d’intérêt principaux : la biodiversité (CDB, OSASTT et IPBES), le climat et la géo-ingénierie, les monopoles d’entreprises, le développement durable, la biologie synthétique et l’évaluation des technologies.

Habitat faunique Canada

https://whc.org/fr/

Directeur général : Cameron Mack

Profil de l’organisation :

Habitat faunique Canada (HFC) vise à conserver, restaurer et améliorer les habitats fauniques au Canada. L’organisme finance des projets de conservation de l’habitat, préconise des interventions en matière de conservation et favorise la coordination entre des groupes qui s’intéressent à la conservation.

Depuis 1985, son programme de subventions fournit des fonds pour la restauration, l’amélioration et la protection de l’habitat partout au Canada, dont certains projets et initiatives liés à la gestion de la sauvagine et des oiseaux migrateurs en vertu d’une entente avec Environnement et Changement climatique Canada.

HFC est membre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine et s’efforce d’améliorer la situation des oiseaux migrateurs et la qualité de leurs habitats au Canada.

Composition du Comité :

Un représentant du WWF-Canada, Pete Ewins, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi. De concert avec ECCC et l’APC, le WWF s’est engagé dans le Partenariat de conservation par la réconciliation (PCR), une initiative collective visant à soutenir les démarches visant à favoriser la progression des initiatives de conservation dirigées par les Autochtones au Canada.

Institut international du développement durable

https://www.iisd.org/

Présidente par intérim et chef de la direction Jane McDonald

Profil de l’organisation :

L’Institut international du développement durable (IIDD) est un organisme sans but lucratif établi au Canada qui favorise le changement vers le développement durable en menant des recherches stratégiques et en offrant une tribune pour faire participer les gouvernements, les entreprises, les organisations non gouvernementales et d’autres secteurs à l’élaboration et à la mise en œuvre de politiques de développement durable. L’Institut a pour mission de promouvoir le développement humain et la durabilité de l’environnement par des recherches, des communications et des partenariats novateurs.

L’Institut a des bureaux au Canada, en Suisse et aux États-Unis. Il est actif dans plus de 70 pays.

Les grands champs d’activité de l’Institut sont les suivants :

Institut Pembina

https://www.pembina.org/

Directeur général : Simon Dyer

Profil de l’organisation :

L’Institut Pembina est une organisation sans but lucratif et indépendante qui s’occupe de recherches et de formation en matière de politique sur l’environnement. L’Institut a pour mission de faire la promotion de solutions énergétiques propres grâce à la recherche, à l’éducation, aux conseils et aux plaidoyers novateurs. Fondé en 1985, l’Institut Pembina a des bureaux à Vancouver, Yellowknife, Edmonton, Calgary et Toronto. L’organisation entrevoit un monde où l’on répond aux besoins tant immédiats que futurs de manière à protéger les systèmes vivants de la Terre et à garantir la salubrité de l’air, du sol et de l’eau, à éviter les changements climatiques dangereux et à créer une communauté mondiale sûre et juste.

Les grands domaines d’activité de l’Institut Pembina sont les suivants :

International Council on Clean Transportation

https://theicct.org/

Directeur général : Drew Kodjak

Profil de l’organisation :

L’International Council on Clean Transportation est une organisation indépendante sans but lucratif fondée pour fournir des recherches et des analyses techniques et scientifiques de premier ordre et impartiales aux organismes de réglementation de l’environnement. Elle a pour mission d’améliorer le rendement environnemental et l’efficacité énergétique du transport routier, maritime et aérien, afin de favoriser la santé publique et d’atténuer les effets des changements climatiques.

Living Oceans Society

https://www.livingoceans.org/?language=fr

Directrice générale : Karen Wristen

Profil de l’organisation :

La Living Oceans Society est une organisation sans but lucratif qui préconise une gestion des océans centrée sur le bien commun, basée sur des politiques à fondement scientifique et qui tient compte de l’intégralité des écosystèmes.

La mission de la Living Oceans Society consiste à :

Les principaux domaines d’activité de la Living Oceans Society sont les suivants :

Mersey Tobeatic Research Institute

http://www.merseytobeatic.ca/  

Directrice générale : Amanda Lavers

Profil de l’organisation :

Le Mersey Tobeatic Research Institute (MTRI) est un institut de recherche coopérative sans but lucratif qui exploite une station expérimentale située dans le comté de Queens, en Nouvelle-Écosse, entre les collectivités de Kempt et de Caledonia. Il a été créé en 2004 pour promouvoir l’utilisation durable des ressources naturelles et la conservation de la biodiversité dans la réserve de la biosphère du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et au-delà par la recherche, l’éducation et l’exploitation d’une station expérimentale. MTRI compte tout un éventail de projets en cours. Qu’il s’agisse de la recherche sur les espèces en péril, de la connectivité aquatique, des vieilles forêts, de la dimension humaine ou de la sensibilisation des jeunes, MTRI mène une variété de projets à court terme et de programmes continus dans la région.

Composition du Comité :

Un représentant du Mersey Tobeatic Research Institute, Brad Toms, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Nature Canada

https://naturecanada.ca/?lang=fr

Directeur général : Graham Saul

Profil de l’organisation :

Fondée en 1939, Nature Canada est une organisation de conservation sans but lucratif soutenue par ses membres; elle représente un réseau de 45 000 partisans et plus de 350 organismes naturalistes actifs à l’échelle locale, régionale et provinciale partout au Canada. Nature Canada a pour mission de protéger et de conserver la faune et son habitat au Canada en suscitant la participation du public et en faisant la promotion de la nature. Sur la scène internationale, Nature Canada est membre de l’Union internationale pour la conservation de la nature et le copartenaire canadien de BirdLife International.

Les principaux champs d’activité de Nature Canada sont les suivants :

Composition du Comité :

Un représentant de Nature Canada, Stephen Hazell, participe, mais pas à titre de membre, au Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP) établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

NatureServe Canada

https://www.natureserve.org/

Directeur général : Patrick Henry

Profil de l’organisation :

NatureServe Canada est une organisation de bienfaisance enregistrée qui fait fonction de réseau de centres de données de conservation provinciaux et territoriaux dans le but d’élaborer, de gérer et de diffuser de l’information qui fait autorité et est essentielle à la conservation de la biodiversité du Canada. Des organismes fédéraux et provinciaux, l’industrie privée, des chercheurs et des organismes de conservation ont abondamment recours aux données détenues par NatureServe Canada afin d’améliorer la gestion, l’utilisation et la conservation des ressources biologiques au Canada. NatureServe Canada représente aussi les centres de données de conservation canadiens dans le réseau international plus étendu de centres semblables que l’on retrouve partout dans l’hémisphère occidental, connu sous le nom de NatureServe.

NatureServe Canada s’est donné pour mission d’être une source de renseignements accessibles, à jour, fiables et faisant autorité sur la répartition et l’abondance de la diversité biologique du pays. L’organisme vise à améliorer la prise de décisions sur les ressources naturelles et à servir le public en sensibilisant davantage les Canadiens au patrimoine naturel national.

Les activités clés de l’organisation consistent notamment à :

Ocean Wise

https://ocean.org/  

Vice-président du développement : Jeremy Douglas

Profil de l’organisation :

Pollution Probe

https://www.pollutionprobe.org/

Chef de la direction : Christopher Hilkene

Profil de l’organisation :

Fondée en 1969, Pollution Probe est une organisation caritative canadienne à vocation environnementale qui s’intéresse de près à la convergence des collectivités, de la santé et de l’environnement. Elle cherche à définir les problèmes environnementaux au moyen de la recherche, à faciliter la compréhension par l’éducation et à faire adopter des solutions pratiques par la représentation. Pollution Probe se concentre sur la création de partenariats, la mise à contribution des organismes gouvernementaux, des entreprises privées et d’autres organismes sans but lucratif afin de trouver des solutions visant à assurer de l’air sain et de l’eau propre. Pollution Probe a pour mission d’améliorer la santé et le bien-être des Canadiens en faisant valoir l’importance de politiques qui apportent des changements environnementaux positifs et tangibles.

Les principaux champs d’activité de Pollution Probe portent notamment sur les domaines suivants :

Porpoise Conservation Society

https://porpoise.org/

Présidente : Dre Anna Hall

Profil de l’organisation :

Fondée en 2015, cette organisation est la première au monde à se consacrer à la recherche et à la conservation de certains des plus petits mammifères marins : les marsouins. La Porpoise Conservation Society a été créée dans le but de devenir la principale ressource pour la conservation de toutes les espèces de marsouins et la sensibilisation du public à cet égard. Présentes dans l’ensemble des hémisphères nord et sud, ces espèces ont été largement négligées en raison de leur petite taille et de la difficulté de les trouver à l’état sauvage. En outre, ces animaux font face à une myriade de menaces à leur conservation et leur survie, et la Porpoise Conservation Society est vouée à sensibiliser le public, à mener des recherches scientifiques et à favoriser par une mobilisation communautaire la survie à long terme de toutes les espèces de marsouins.

Composition du Comité :

Une représentante de la Porpoise Conservation Society, Dre  Anna Hall, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Société canadienne d’écologie et d’évolution

http://csee-scee.ca/fr/

Présidente : Isabelle Côté

Profil de l’organisation :

La Société canadienne pour l’écologie et l’évolution (SCEE) est un groupe non partisan d’écologistes actifs et de biologistes de l’évolution dans l’ensemble du pays. Elle parraine des programmes scientifiques visant à faire la synthèse des données sur les systèmes naturels, à élaborer de nouvelles théories et à fournir des évaluations scientifiques impartiales sur les aspects écologiques et évolutifs des politiques publiques. La SCEE est encadrée par un consortium d’universités canadiennes, dont l’Université Carleton, l’Université McGill, l’Université de la Colombie-Britannique et l’Université de Toronto. Elle est en outre soutenue par la Société canadienne pour l’écologie et l’évolution, la société savante nationale.

Composition du Comité :

Sarah (Sally) Otto, représentante de la Société canadienne pour l’écologie et l’évolution, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Société pour la nature et les parcs du Canada

https://snapcanada.org/

Directrice générale nationale : Sandra Schwartz

Profil de l’organisation :

La Société pour la nature et les parcs du Canada est une organisation communautaire sans but lucratif qui a pour objectif d’établir de nouvelles aires et de nouveaux parcs marins et terrestres protégés et de veiller à ce que la gestion de ces espaces tienne compte en priorité des besoins de la nature. Depuis 1963, la Société a créé plus de deux tiers des aires protégées du Canada. Selon sa vision des choses, le Canada devrait protéger au moins la moitié de ses terres publiques et de ses eaux intérieures. À titre d’organisation caritative nationale comptant 13 sections régionales, 60 000 membres et des centaines de bénévoles, la Société collabore avec les gouvernements, les collectivités locales, l’industrie et les Autochtones afin d’assurer la protection des magnifiques milieux naturels du Canada.

L’organisation a pour mission de créer une écosphère saine où il est possible de vivre en respectant les écosystèmes naturels. Pour se faire, la Société s’efforce :

Ses principaux secteurs d’activité sont :

Composition du Comité :

Florence Daviet, représentante de la Société, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Sustainable Forestry Initiative Inc.

https://www.sfiprogram.org/

Présidente et chef de la direction Kathy Abusow

Profil de l’organisation :

La Sustainable Forestry Initiative (SFI) est un organisme indépendant sans but lucratif qui se consacre à la promotion de la durabilité des forêts et des liens qui rattachent les forêts durables aux collectivités viables grâce à des programmes de subventions, à des recherches soigneusement ciblées, à l’éducation des jeunes, aux services de support de la chaîne d’approvisionnement et à des partenariats qui contribuent efficacement à la réalisation de multiples objectifs de conservation.

Les forêts certifiées selon la norme d’aménagement forestier de la SFI couvrent 285 millions d’acres/115 millions d’hectares, tandis que des millions d’acres supplémentaires bénéficient de sa norme d’approvisionnement en fibres. La Sustainable Forestry Initiative est une « norme de certification forestière » nord-américaine et un programme de SFI Inc., un organisme sans but lucratif. La Sustainable Forestry Initiative est la plus importante norme de certification forestière au monde. La SFI a son siège social à Ottawa.

Composition du Comité :

Un représentant de Sustainable Forestry Initiative Inc., Darren Sleep, est membre du Comité consultatif sur les espèces en péril (CCEP), établi en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour conseiller le ministre d’ECCC sur l’administration de la Loi.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :