Essais d’abrasion sur les composants critiques de dispositifs hydrocinétiques

Essais d’abrasion sur les composants critiques de dispositifs hydrocinétiques

ÉTAT : Terminé

I. Aperçu

Les dégâts causés aux roulements à billes étanche et immergés peuvent réduire les durées de vie et raccourcir les intervalles d’entretien pour les installations de production de l’électricité, et peuvent également causer une défaillance catastrophique du système. La résistance à l’usure de différents matériaux de roulement est difficile à prédire : elle est déterminée par une interaction complexe de nombreux paramètres et les essais typiques réalisés dans des conditions sèches sont peu pertinents pour les applications marines renouvelables. Une meilleure compréhension des facteurs ayant une incidence sur la résistance à l’usure permettra de développer des roulements et des joints d’étanchéité plus résistants pour les installations énergétiques océaniques.

II. Description du projet 

Dans le cadre de son engagement envers le Dialogue États-Unis – Canada sur l’énergie propre (DEP), le département de l’Énergie des États-Unis a financé le projet « Abrasion Testing of Critical Components of Hydrokinetic Devices » (Essais d’abrasion sur les composants critiques de dispositifs hydrocinétiques), un projet conjoint de la Ocean Renewable Power Company (ORPC) et de l’Université de l’Alaska. Le département de l’Énergie des États-Unis s’est engagé à faire part des constatations du projet à Ressources naturelles Canada, lesquelles serviront également à orienter l’entreprise commune d’ORPC avec Fundy Tidal Incorporated, dans le comté de Digby, en Nouvelle-Écosse.

Grâce au financement du département de l’Énergie des États-Unis et de l’ORPC, les chercheurs de l’Université de l’Alaska à Anchorage ont conçu un canal jaugeur d’essai qui simule les conditions de chargement et de fonctionnement auxquelles sont soumis les roulements hydrocinétiques sur le terrain. Diverses combinaisons de roulements à billes et de joints d’étanchéité ont été mises à l’essai pour déterminer leur potentiel d’usure et leurs taux d’échec après 60 heures de simulation en eau douce non contaminée. Il apparaît que les roulements en diamant polycristallin connaissent le moins d’usures dans ces conditions.

De nombreux emplacements éventuels pour la production d’électricité cinétique océanique ont de fortes concentrations de sédiments en suspension telles que le limon à fines particules emporté par les mouvements de la marée. Le département de l’Énergie des États-Unis a financé le prolongement de ce projet en dehors du cadre du DEP, lequel permettra de mettre à l’essai les roulements à billes étanche dans des milieux salés et riches en sédiments. Ce projet appuiera le développement technologique en faveur du déploiement de l’énergie marine renouvelable dans de nouveaux milieux, et facilitera la planification des coûts pour les projets d’énergie océanique utilisant les technologies existantes.

III. Durée du projet

            Le département de l’Énergie des États-Unis a libéré les fonds pour le projet en janvier 2011, et la mise à l’essai des roulements à billes étanche et des joints d’étanchéité a eu lieu en automne 2011. Les résultats du projet ont été présentés lors du Marine Energy Technology Symposium dans le cadre de la Global Marine Renewable Energy Conference (GMREC), en avril 2013. L’article et la présentation sont disponibles (en anglais seulement) sur le site Web de la GMREC.1

IV. Partenaires/participants

Gouvernement

  • Le département de l’Énergie des États-Unis
  • L’Université de l’Alaska à Anchorage

Autres partenaires et participants

  • Ocean Renewable Power Company

1 Ce lien conduit à un site d’une entité non assujettie à la Loi sur les langues officielles. L'information sur ce site est disponible dans la langue du site.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :