Stratégie de conservation des oiseaux de la région 8 : forêt coniférienne boréale de la région des Prairies et du Nord

- Version abrégée -

Juillet 2014

Couverture de la publication

La version abrégée de la stratégie disponible ici contient un résumé des résultats, mais ne comprend pas une analyse des besoins de conservation par habitat, une discussion sur les problèmes de conservation généralisés, ou l'identification des besoins en matière de recherche et de surveillance.

 

Pour obtenir la version complète de la présente stratégie, veuillez contacter migratorybirds_oiseauxmigrateurs@ec.gc.ca.

Préface

Environnement et Changement climatique Canada a dirigé l’élaboration de stratégies pour la conservation de tous les oiseaux dans chacune des régions de conservation des oiseaux (RCO) situées sur le territoire canadien, en ébauchant de nouvelles stratégies qui, avec les stratégies déjà existantes, ont été intégrées à un cadre global de conservation de toutes les espèces aviaires. Ces stratégies intégrées de conservation de tous les oiseaux serviront d’assise à la mise en œuvre des programmes de conservation de l’avifaune au Canada, en plus d’orienter le soutien apporté par le Canada aux mesures de conservation déployées dans les autres pays importants pour les oiseaux migrateurs du Canada. La contribution des partenaires de conservation d’Environnement et Changement climatique Canada aux stratégies est tout aussi essentielle que leur collaboration à la mise en œuvre des recommandations contenues dans les stratégies.

Pour assurer l’emploi d’une méthode uniforme dans toutes les RCO, Environnement et Changement climatique Canada a établi des normes nationales pour la conception des stratégies. Les stratégies de conservation des oiseaux serviront de toile de fond à l’établissement, pour chaque RCO, de plans de mise en œuvre qui s’appuieront sur les programmes actuellement exécutés sous l’égide des plans conjoints ou d’autres mécanismes de partenariat. Les propriétaires fonciers, y compris les Autochtones, seront consultés avant la mise en œuvre des stratégies.

Les objectifs de conservation et les mesures recommandées dans les stratégies de conservation constitueront le fondement biologique qui soutiendra la formulation des lignes directrices et des pratiques de gestion bénéfiques favorisant l’observation des règlements d’application de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

Remerciements

Jean-Michel DeVink est le principal auteur du présent document, qui s'appuie sur des modèles élaborés par Alaine Camfield, Judith Kennedy et Elsie Krebs, avec l'aide des planificateurs des RCO dans chacune des régions du Service canadien de la faune du Canada. K. Calon, W. Fleming, T.J. Habib, K.C. Hannah, E. Kuczynski, C.L. Mahon et K. St. Laurent ont effectué tout le travail initial pour parachever les listes de priorité des espèces, évaluer les objectifs et les menaces, et mener les recherches sur les associations d'habitat. Ils ont aussi préparé la première ébauche du plan et entré les données dans la base. Un travail de cette envergure ne pourrait être accompli sans l'apport d'autres collègues qui ont fourni ou validé l'information technique, commenté les versions antérieures de la stratégie et soutenu le processus de planification. Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont aidé à élaborer la présente stratégie.

Stratégie de conservation des oiseaux pour la région de conservation des oiseaux 8 de la Région des Prairies et du Nord : forêt coniférienne boréale

Carte

Description textuelle pour la carte

Carte des régions de conservation des oiseaux (RCO) du Canada, avec la RCO 8, région de Prairies et du Nord : Forêt coniférienne boréale mise en relief. L’étendue de la carte inclut le Canada, l’Alaska et le Groenland ainsi que la portion du Nord des É.-U. La carte est divisée en RCO - il en existe 12 au total au Canada - de couleurs différentes. Leur grandeur et leur emplacement exacts sont difficiles à percevoir, sauf pour la RCO 8 de la RPN.

La RCO 8 mise en relief s'étend au long de la partie centrale du Manitoba à partir de la frontière de l’Ontario, au long de la côte est du lac Winnipeg et vers le nord au lac Reindeer. Elle comprend également une grande partie du nord de la Saskatchewan et s’étend un peu jusqu'en Alberta, au sud du lac Athabasca.

Légende : Régions de conservation des oiseaux du Canada. 8 RPN - Forêt coniférienne boréale; logo d’Environnement et Changement climatique Canada et le logo du gouvernement du Canada.

 

 

Sommaire

Quiscale rouilleux

Quiscale rouilleux photo : © Dick Daniels

La partie de la Région des Prairies et du Nord (RPN) de la région de conservation des oiseaux 8 (RCO 8), désignée ci-après par l’abréviation « RCO 8 RPN », comprend la partie ouest du Bouclier boréal, qui est la plus vaste écozone du Canada. Le Bouclier boréal couvre 18,2 % de la superficie totale du Canada. Il s’étend du coin nord­est de l’Alberta jusqu’au Labrador; pour sa part, la RCO 8 RPN comprend la partie du Bouclier boréal qui se trouve au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Il est bordé par l’écozone des Plaines boréales, au sud et à l’ouest, et par les écozones de la Taïga du Bouclier et des Plaines hudsonniennes, au nord.

La partie de la RPN du Bouclier boréal est caractérisée, sur le plan topographique, par des collines ondulées, le till glaciaire étant le matériau d’origine qui y prédomine. Les dépressions topographiques manquent de perméabilité, et lacs, étangs et tourbières ombrotrophes et minérotrophes se trouvent communément dans cette région. Les forêts constituent la principale couverture terrestre (88,2 %). La plage de latitudes s’étend de 49° N., dans le sud­est, jusqu’à presque 60° N., dans le nord­ouest, de sorte qu’on y trouve une large plage de températures et que la composition en espèces y est très variée. La forêt boréale constitue la majorité de la RCO; elle est caractérisée par des conifères, notamment l’épinette blanche (Picea glauca), l’épinette noire (Picea mariana), le mélèze laricin (Larix laricina), le sapin baumier (Abies balsamea) et le pin gris (Pinus banksiana). Le peuplier baumier (Populus balsamifera), le peuplier faux­tremble (Populus tremuloides) et le bouleau à papier (Betula papyrifera) sont les principaux feuillus; leur présence est plus commune dans la partie sud de l’écozone. On retrouve des forêts tempérées dans la partie sud du Bouclier boréal, du Manitoba vers l’est, où il y a un plus grand nombre d’arbres qui ne tolèrent pas le froid extrême, par exemple le bouleau, l’érable, le peuplier et plusieurs espèces de pins.

On sait que 215 espèces d’oiseaux fréquentent la RCO 8 RPN; 67 d’entre elles ont été identifiées comme étant des espèces prioritaires, compte tenu de leur répartition et de leur abondance, des menaces qui pèsent sur elles, de leur statut à l’échelle fédérale et provinciale, de leur mention dans les plans de conservation/d’intendance régionales et continentales, ou compte tenu de l’opinion d’experts. Sur les quatre groupes d’oiseaux (oiseaux terrestres, oiseaux de rivage, oiseaux aquatiques et sauvagine), les oiseaux terrestres sont les plus nombreux; on en compte 152 espèces sur les 215 espèces d’oiseaux dans la région. Les tendances démographiques quantitatives des oiseaux terrestres sont fondées sur les données du Relevé des oiseaux nicheurs d’Amérique du Nord (BBS pour Breeding Bird Survey) lorsque c’est possible, mais il faut noter que toutes les espèces ne font pas l’objet d’une surveillance adéquate et que la couverture géographique est limitée en raison de la conception des relevés et de l’éloignement de la RCO 8 RPN.

Les milieux humides font partie de l’habitat le plus important des oiseaux, dans la région. On rencontre un plus grand nombre d’espèces prioritaires (39, soit 60 %) dans les milieux humides que dans n’importe quel autre type de milieu, et un tiers des espèces prioritaires qui sont considérées comme en péril dans la RCO 8 RPN fréquentent ce type de couverture terrestre. Les forêts (de feuillus, de conifères et mixtes) ainsi que les arbustaies et les milieux de début de succession et les plans d’eau sont aussi très utilisés par les espèces prioritaires dans la RCO 8 RPN.

Les feux de forêt sont la principale perturbation naturelle touchant le Bouclier boréal ouest, mais le déracinement par le vent et les infestations d’insectes deviennent de plus en plus communs dans les parties sud de cette région. Les perturbations anthropiques sont toujours limitées dans le Bouclier boréal ouest, comparativement aux autres RCO du Canada, mais leur nombre est grandissant. L’exploitation minière et forestière, les barrages et les réservoirs ainsi que les infrastructures connexes (p. ex. les routes) constituent quelques­unes des menaces de niveau faible pesant sur l’intégrité écologique de la région. Les mines sont la principale industrie dans le nord de la Saskatchewan, principalement les mines d’uranium et d’or. Le transport à distance des polluants atmosphériques et l'acidification des écosystèmes, y compris les répercussions sur la disponibilité de la nourriture, sont les conséquences possibles de l'exploitation des sables bitumineux en amont de la région et peuvent représenter une menace à l'avenir. Même si l’agriculture est limitée à cause du climat frais et des sols peu profonds du Bouclier boréal, l’exploitation forestière contribue, pour sa part, à l’histoire économique de la région. Inversement, les industries du tourisme et des loisirs, qui existent grâce à l’abondance des poissons et des autres ressources sauvages dans la région, ont des répercussions très localisées et peuvent, au contraire, promouvoir le maintien de l’habitat, car elles donnent une valeur économique directe aux écosystèmes fonctionnels.

On prévoit que le changement climatique aura aussi de vastes répercussions dans l’ensemble de la RCO 8 RPN à l’avenir. Le changement climatique a probablement des conséquences sur les régimes de perturbation et de succession forestières et pourrait constituer une menace encore plus grande pour l’habitat et la disponibilité de la nourriture dans le futur. Les milieux humides seraient particulièrement menacés. En effet, la modélisation des changements climatiques prédit que les milieux humides dans la RCO 8 RPN subiront un assèchement important. Les projections au cours du prochain siècle prévoient le déclin des populations de sauvagine comme les macreuses et le Petit fuligule, et d'oiseaux terrestres comme le Moucherolle à côtés olive et le Quiscale rouilleux. Toutefois, dans l'ensemble, les prévisions varient, indiquant que certaines espèces augmenteront tandis que d'autres diminueront, et ce, à divers degrés, ce qui laisse supposer l'importance accrue de la gestion de chaque espèce à l'avenir. Effectuer l'inventaire et assurer la protection des stations de refuge qui demeureront relativement stables dans un climat dynamique et changeant peut faciliter l'adaptation des populations.

Petit Fuligule

Petit Fuligule photo : © Davefoc

Des données de surveillances inadéquates constituent un problème généralisé dans la RCO 8 RPN : pour 57 % des espèces prioritaires, il n’a pas été possible d’attribuer un objectif démographique quantitatif. Le manque d’information dans la RCO 8 RPN serait le plus grand dans le cas des oiseaux terrestres et des oiseaux aquatiques. De nombreuses espèces prioritaires dans ces groupes se sont vu attribuer l’objectif démographique : « évaluer/maintenir » (18 des 28 espèces d’oiseaux terrestres; 9 des 14 espèces d’oiseaux aquatiques). Bien qu’on dispose de plus de données pour l’évaluation des objectifs démographiques dans le cas des espèces d’oiseaux de rivage et de sauvagine, il reste malgré tout d’importantes lacunes en matière d’information. Toutefois, certaines données démographiques sont disponibles. Pour 29 % des espèces prioritaires, les signes de déclin démographique étaient suffisants pour suggérer une cible d’augmentation des effectifs de 50 ou 100 %.

De façon générale, la majorité des mesures de conservation recommandées dans la RCO 8 RPN, qui est principalement composée de terres de la Couronne, font partie de la catégorie des lois et des politiques, l’accent étant mis sur l’élaboration et la mise en œuvre de pratiques de gestion bénéfiques afin d’éviter, de réduire et d’atténuer les conséquences des activités humaines sur les milieux communément utilisés par les espèces d’oiseaux prioritaires. Les mesures de gestion des terres, telles la réintroduction du régime naturel des feux dans les forêts et la protection des milieux constituant l’habitat clé, sont aussi essentielles. Il est aussi recommandé de sensibiliser davantage le public en ce qui concerne les espèces prioritaires et leurs besoins et de poursuivre les recherches visant à combler les lacunes importantes dans les connaissances.

Globalement, la RCO 8 RPN demeure relativement intacte comparativement à de nombreuses autres régions plus touchées par les perturbations anthropiques, et l’ampleur de la plupart des menaces, à l’échelle de la région, est actuellement faible. Il s’agit d’une occasion d’évaluer cette RCO pour la protection et la préservation des caractéristiques et processus écologiques qui sont uniques à la région ou importants pour celle­ci, présentement et à l’avenir. La réussite en termes de conservation dans la région, par la mise en œuvre des mesures de conservation recommandées contenues dans cette stratégie et dans d’autres stratégies, nécessitera une grande collaboration entre les gouvernements fédéraux et provinciaux, l’industrie, les peuples autochtones et les autres parties intéressées.

Introduction : Stratégies de conservation des oiseaux

Contexte

Le présent document fait partie d’une série de stratégies régionales de conservation des oiseaux qu’Environnement et Changement climatique Canada a préparées pour toutes les régions du pays. Ces stratégies répondent au besoin qu’a Environnement et Changement climatique Canada d’établir des priorités de conservation des oiseaux qui soient intégrées et clairement formulées, afin de soutenir la mise en œuvre du programme canadien sur les oiseaux migrateurs, tant au pays qu’à l’échelle internationale. Cette série de stratégies prend appui sur les plans de conservation déjà établis pour les quatre groupes d’oiseaux (sauvagineFootnote[1], oiseaux aquatiquesFootnote[2], oiseaux de rivageFootnote[3] et oiseaux terrestresFootnote[4]) dans la plupart des régions du Canada, et sur des plans nationaux et continentaux, et inclut les oiseaux qui relèvent des mandats provinciaux et territoriaux. De plus, ces nouvelles stratégies uniformisent les méthodes employées partout au Canada, en plus de combler des lacunes, puisque les plans régionaux précédents ne couvrent pas toutes les régions du Canada ni tous les groupes d’oiseaux.

Ces stratégies présentent un recueil des interventions requises selon le principe général préconisant l’atteinte des niveaux de population établis à partir de données scientifiques, principe promu par les quatre principales initiatives de conservation des oiseaux. Ces niveaux de population ne correspondent pas nécessairement aux populations minimales viables ou durables, mais sont représentatifs de l’état de l’habitat ou du paysage à une époque antérieure aux chutes démographiques importantes qu’ont connues récemment de nombreuses espèces, de sources connues ou inconnues. Les menaces dégagées dans ces stratégies ont été établies à partir de l’information scientifique actuellement disponible et de l’avis des experts. Les objectifs et les mesures de conservation correspondants vont contribuer à stabiliser les populations aux niveaux souhaités.

Les stratégies s’appliquant aux RCO ne sont pas des documents hautement directifs. En général, les praticiens devront consulter des sources d’information complémentaires à l’échelle locale afin d’obtenir suffisamment de détails pour pouvoir appliquer les recommandations des stratégies. Des outils comme des pratiques de gestion bénéfiques permettront aussi d’orienter la mise en œuvre des stratégies. Les partenaires qui souhaitent contribuer à mettre en œuvre ces stratégies, comme les participants aux plans conjoints pour l’habitat établis dans le cadre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS), connaissent bien le type de planification détaillée de la mise en œuvre nécessaire pour coordonner et accomplir le travail de terrain.

Structure de la stratégie

La Section 1 de la stratégie contient de l'information générale sur la RCO et la sous-région, avec un survol des six élémentsFootnote[5] qui résument l'état de la conservation des oiseaux à l'échelle de la sous-région. La Section 2, qui fait partie de la version complète de la stratégie, fournit des renseignements plus détaillés sur les menaces, les objectifs et les mesures à prendre pour des regroupements d'espèces prioritaires, constitués selon chacun des grands types d'habitats de la sous-région. La Section 3, également partie de la version complète de la stratégie, présente d'autres problématiques généralisées liées à la conservation qui ne s'appliquent pas à un habitat en particulier ou qui n'ont pas été prises en compte lors de l'évaluation des menaces pour une espèce donnée, et traite des besoins en matière de recherche et de surveillance, de même que des menaces affectant les oiseaux migrateurs lorsqu'ils sont à l'extérieur du Canada. L'approche et la méthodologie sont résumées dans les annexes, mais sont exposées plus en détail dans un document distinct (Kennedy et coll., 2012). Une base de données nationale contient toute l'information sous-jacente résumée dans la présente stratégie (migratorybirds_oiseauxmigrateurs@ec.gc.ca).

Caractéristiques de la région de conservation des oiseaux 8

Grèbe esclavon

Grèbe esclavon photo : © Donna Dewhurst

La partie de la Région des Prairies et du Nord (RPN) de la RCO 8 comprend la partie ouest du Bouclier boréal, qui est la plus vaste écozone au Canada. Le Bouclier boréal couvre 18,2 % de la superficie totale du Canada (Système de rapport et de suivi pour les aires de conservation, 2009). Il s’étend du coin nord­est de l’Alberta jusqu’au Labrador, la partie de la RPN de la RCO 8 comprenant la portion du Bouclier boréal qui se trouve à l’ouest de la frontière entre le Manitoba et l’Ontario. Il est bordé par l’écozone des Plaines boréales, au sud et à l’ouest, et par les écozones de la Taïga du Bouclier et des Plaines hudsonniennes, au nord (figure 1).

Sur le plan topographique, on y trouve des collines ondulées, et le till glaciaire est le matériau d’origine qui y prédomine (Commission géologique du Canada, 1995). Les dépressions topographiques manquent de perméabilité, et lacs, étangs et tourbières ombrotrophes et minérotrophes se trouvent communément dans cette région. Les forêts constituent la principale couverture terrestre (88,2 %).

La plage de latitudes s’étend de 49° N., dans le sud­est, jusqu’à presque 60° N., dans le nord­ouest, de sorte qu’on y trouve une large plage de températures et que la composition en espèces y est très variée. La forêt boréale constitue la majorité de la RCO (figure 1); elle est caractérisée par des conifères, notamment l’épinette blanche (Picea glauca), l’épinette noire (Picea mariana), le sapin baumier (Abies balsamea) et le pin gris (Pinus banksiana). Le peuplier baumier (Populus balsamifera), le peuplier faux­tremble (Populus tremuloides) et le bouleau à papier (Betula papyrifera) sont les principaux feuillus; leur présence est plus commune dans la partie sud de l’écozone. On retrouve des forêts tempérées dans la partie sud du Bouclier boréal, du Manitoba vers l’est, où il y a un plus grand nombre d’arbres qui ne tolèrent pas le froid extrême, par exemple le bouleau, l’érable, le peuplier ainsi que des espèces de pins (Groupe de travail sur la stratification écologique, 1995).

Les feux de forêt sont la principale perturbation naturelle touchant le Bouclier boréal ouest, tandis que le déracinement par le vent et les infestations d’insectes sont plus communs dans les parties sud. Les perturbations anthropiques sont toujours limitées dans le Bouclier boréal ouest, mais leur nombre est grandissant. Le changement climatique a probablement eu des conséquences sur les régimes de perturbation et de succession forestières et pourrait constituer une menace encore plus grande pour l’habitat à l’avenir.

L’exploitation minière et forestière, les barrages et les réservoirs ainsi que les infrastructures connexes (p. ex. les routes) pourraient avoir un effet sur l’intégrité écologique de la région. Les mines sont la principale industrie dans le nord de la Saskatchewan, principalement les mines d’uranium et d’or. Les projets d’exploitation des sables bitumineux se trouvent à l’ouest du Bouclier boréal, dans la RCO 6. Toutefois, on s’inquiète de plus en plus au sujet de la pollution atmosphérique, qui contribue à l’acidification des écosystèmes, en raison de la mise en œuvre de tels projets en amont de la région.

L’exploitation forestière est effectuée dans plusieurs secteurs de la région, tandis que l’agriculture est limitée à cause du climat frais et des sols peu profonds du Bouclier boréal. Les industries du tourisme et des loisirs existent en raison de l’abondance des poissons et des autres ressources sauvages dans la région, mais leurs répercussions sont très localisées.

Actuellement, on retrouve un petit nombre d’aires protégées dans la RCO 8 RPN (figure 2), qui accordent une protection limitée à l’habitat pour assurer la conservation des espèces prioritaires. Juste avant la publication de cette stratégie, la création d’une nouvelle et vaste réserve écologique a été annoncée en Saskatchewan. La Pink Lake Representative Area Ecological Reserve, située à 160 km au nord de LaRonge, ajoutera 3 660 km2 supplémentaires aux aires protégées dans la région.

Figure 1. Couverture terrestre de la RCO 8 RPN.

Carte

Description textuelle de la Figure 1

Carte de l'étendue terrestre dans la RCO 8, région des Prairies et du Nord : Forêt coniférienne boréale. La limite de la carte inclut la plupart du Manitoba et de la Saskatchewan ainsi qu'une partie de l'est de l'Alberta; les frontières des RCO jouxtantes sont délimitées.

La RCO 8 RPN s'étend au long de la partie centrale du Manitoba à partir de la frontière de l'Ontario, au long de la côte est du lac Winnipeg et vers le nord au lac Reindeer. Elle comprend également une grande partie du nord de la Saskatchewan et s'étend un peu jusqu'en Alberta, au sud du lac Athabasca.

Les divers types d'habitats dans la RCO sont illustrés sur la carte et sont expliqués dans une légende bilingue, ensemble avec des sources de renseignements, une légende et une projection cartographique. Pour la RCO 8 RPN, les types d'habitat les plus communs sont les forêts conifères, les plans d'eau, les zones humides et les zones herbacées.

 

Figure 2. Carte des aires protégées dans la RCO 8 RPN.

Carte

Description textuelle de la Figure 2

Carte des zones protégées et d'autres zones désignées dans la RCO 8, région des Prairies et du Nord : Forêt coniférienne boréale. La limite de la carte inclut la plupart du Manitoba et de la Saskatchewan ainsi qu'une partie de l'est de l'Alberta; les frontières des RCO jouxtantes sont délimitées.

La RCO 8 RPN s'étend au long de la partie centrale du Manitoba à partir de la frontière de l'Ontario, au long de la côte est du lac Winnipeg et vers le nord au lac Reindeer. Elle comprend également une grande partie du nord de la Saskatchewan et s'étend un peu jusqu'en Alberta, au sud du lac Athabasca.

Les divers types de zones protégées qui existent dans la RCO sont illustrées sur la carte et qui sont expliquées dans la légende bilingue, ensemble avec l'échelle et la projection cartographique.

Le type de zone protégée la plus commune est l'aire provinciale. Il y a également des Zones importantes pour la conservation des oiseaux visibles dans le coin nord-ouest de la RCO.

  • Coniferous / conifères
  • Deciduous / feuillus
  • Mixedwood / forêt mixte
  • Shrubs and early successional / arbustes et régénération
  • cultivate and managed areas/zones cultivées et aménagées
  • Wetlands / terres humides
  • Bare areas / denude
  • urban / urbain
  • Water bodies / plans d’eau

Le reste du texte de la légende comprend les sources d’information pour la carte (p. ex. Couverture du sol circa 2000 (CIT, 2009)), la projection de la carte (p. ex. UTM 16 (NAD 1983)) et il y a une représentation visuelle de l'échelle de la carte. Dans la RCO 12 ON, les types d'habitat les plus communs sont les forêts de feuillus (notamment dans la partie est), les forêts de conifères et les forêts mixtes (notamment dans la partie ouest).

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :