Hydraste du Canada : avis de commerce non préjudiciable

Publié 2007-10-25 - Révisé 2014-02-17

Avis de commerce non préjudiciable (Avis d'exportation non préjudiciable (NDF)) pour Hydrastis canadensis L. (Hydraste du Canada) pour le Canada

Hydraste du Canada est inscrit à l'Annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Les permis d'exportation sont requis pour toutes les parties souterraines (par ex. les racines, les rhizomes) : entières, en morceaux ou en poudre. Note1

Résumé de l'avis :

L'exportation d'hydraste du Canada à l'état sauvage est jugée préjudiciable.

  • L'Autorité scientifique de la CITES ne peut élaborer un avis d'exportation non préjudiciable pour l'hydraste du Canada à l'état sauvage en se fondant sur les facteurs suivants : sa faible abondance dans un habitat fragmenté et limité, son faible potentiel de régénération, sa faible efficacité de dispersion, la pénurie de facteurs écologiques nécessaires à la croissance et à la répartition de la population et la destruction continue de son habitat. Par conséquent, l'exportation d'hydraste du Canada à l'état sauvage est interdite.

  • Les principales menaces à l'hydraste du Canada sont la perte et la modification de l'habitat, la pénurie de facteurs écologiques nécessaires à sa croissance démographique telles qu'une dispersion et une régénération efficaces ainsi que des niveaux appropriés de perturbation naturelle. L'accroissement de sa popularité comme produit de santé naturel a augmenté le risque de récolte illégale de cette espèce.

  • L'hydraste du Canada figure sur la liste des espèces menacées à l'échelle fédérale en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada et à l'échelle provinciale sur la liste des espèces en péril en Ontario (EEPEO). Sur la totalité les populations d'hydraste du Canada connues en Ontario, 41 p.100 se trouvent sur des terres domaniales ou dans des parcs provinciaux et sont, par conséquent, protégés par la LEP et la Loi sur les parcs provinciaux respectivement. L'espèce ne bénéficie d'aucune protection légale sur les propriétés privées.

  • L'espèce est largement répandue en Amérique du Nord; cependant, au Canada, les populations sont petites et se limitent à des fragments de terrain boisé d'arbres à feuilles caduques dans le sud-ouest de l'Ontario.

  • L'abondance de l'hydraste du Canada est faible au pays (on ne connaît que 28 petites populations isolées) et la plupart des populations déclinent rapidement. La perte continue d'habitat et la popularité grandissante de l'hydraste du Canada comme produits de santé naturelles posent un risque important aux populations canadiennes restantes d'hydraste.

  • Malgré l'augmentation de la popularité de l'hydraste du Canada dans les produits de santé naturels, le risque de récolte et de commerce illégaux de l'hydraste du Canada à l'état sauvage est jugé modéré en ce moment. En raison de la petite taille de leur population et de leur distribution fragmentée, les populations restantes offriraient peu ou pas d'avantages à une collecte unique ou répétée. La surveillance de la population (à laquelle participent à l'heure actuelle des membres des gouvernements, tant fédéral que provinciaux, ainsi que des propriétaires de terres privées) est continue, et une équipe de rétablissement de l'hydraste du Canada est en formation.

Renseignements à l'appui

Caractéristiques biologiques

L'hydraste du Canada est une plante pluriannuelle clonale qui subit principalement une multiplication végétative : La reproduction se limite aux graines en raison de faibles taux de germination. Trouvée principalement dans des portions perturbées de terrains boisés d'arbres à feuilles caduques près de plaines périodiquement inondées, dans le sud ouest de l'Ontario, l'espèce a un faible taux de croissance et des capacités de dispersion inefficaces.

Situation

L'hydraste du Canada figure sur la liste des espèces menacées en vertu de la LEP du Canada et de la liste des EEPEO. Les principales menaces pour l'espèce sont la perte et la modification de l'habitat ainsi que l'absence des besoins écologiques (p. ex. dispersion efficace et perturbation des substrats) nécessaires à la croissance de la population. Actuellement, 28 petites populations isolées dans une distribution limitée, lesquelles sont jugées stables dans l'ensemble. Cependant, les menaces à ces populations sont importantes, particulièrement en raison de la perte de l'habitat et de la popularité croissante de l'hydraste du Canada comme produit de santé naturel.

Gestion de la récolte

La récolte illégale se fait sur des terres privées par la violation de la propriété, et dans des aires protégées ou dans les aires faisant l'objet de la gestion des ressources. La collecte de racines sauvages dans les parcs de l'Ontario et l'exportation de racines sauvages du Canada sont interdites.

Contrôle de la récolte

L'hydraste du Canada est protégé sur les terres domaniales et provinciales dans le cadre de la LEP et de la Loi sur les parcs provinciaux ; par conséquent, la récolte est interdite dans ces régions. L'espèce ne bénéficie d'aucune protection légale sur les terres privées.

Tendance de la récolte

La récolte illégale de populations d'hydraste du Canada (sur les terres tant privées que protégées) a augmenté d'après les observations et les dénombrements initiaux. En raison de la petite taille des populations, une seule récolte pourrait éliminer la plupart des populations. Cependant, une seule récolte et la probabilité de récoltes multiples d'une même population, sont jugées faibles en raison de leur petite taille fragmentée. Ceci produirait peu ou pas d'avantages lors d'une récolte unique ou répétée.

Surveillance de la récolte

Les populations d'hydraste du Canada sont surveillées actuellement par des estimés directes de la population. Les données de référence sont disponibles pour 1990, et des dénombrements des populations ont été effectués de 1998 à 2001 inclusivement ainsi qu'en 2003 et 2004. Un réseau de conservation composé de propriétaires fonciers est en place pour faciliter la surveillance future. En vertu de la LEP, les équipes de rétablissement écosystémique protégeant l'aire de répartition de l'hydraste du Canada chercheront à protéger son habitat et à surveiller sa situation en tant qu'espèce faisant partie des initiatives de rétablissement. Une équipe de rétablissement de l'hydraste du Canada est en formation et fournira une protection plus directe ainsi que des activités de surveillance.

Avantages incitatifs associés à la récolte

La récolte sauvage n'offre pas d'avantages de conservation, étant donné que les petites populations ont un taux de croissance stable et que les taux sont très variables Actuellement, la récolte a été jugée néfaste pour la survie de la population.

Protection contre la récolte

Grâce à la LEP et à la Loi sur les parcs provinciaux , 41 p. 100 des populations naturelles d'hydraste du Canada connues ont une protection légale.

Répartition des compétences

Sud-ouest de l'Ontario.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :