Rapport annuel de 2015 à 2016 sur la Loi sur les ressources en eau du Canada : chapitre 5

3.1. Recherche des effets des changements climatiques sur les systèmes aquatiques

En 2015-2016, Environnement et changement climatique Canada (ECCC) a entrepris des activités de quantification et de prédiction des sensibilités locales, régionales et nationales des régimes hydrologiques et des écosystèmes aquatiques aux changements climatiques, y compris :

  • le catalogage des sources d’eau favorisant la biodiversité des milieux d’eau douce dans le Nord du Canada;
  • une étude des effets du dégel du pergélisol sur les lacs de la toundra, et en particulier en ce qui concerne les réactions hydrochimiques, et des conséquences sur les communautés d’invertébrés benthiques;
  • la détermination des effets des températures de l’air plus élevées, des régimes de précipitation plus humides et du dégel du pergélisol sur les principaux régimes et processus écologiques et hydrologiques dans les régions pergélisolées du Canada;
  • un projet de quantification des effets sur la phénologie des glaces des rivières et des lacsNote de bas de page1 dans les régions nordiques;
  • la poursuite des travaux de recherche sur l’évaluation des changements dans les épisodes de ruissellement de pointe vers l’océan Arctique;
  • des travaux de recherche en cours au bassin versant de recherche du ruisseau Baker sur la façon dont le ruissellement de base et les régimes chimiques de l’eau changent pour évaluer correctement la mise en valeur responsable des ressources dans le Bouclier canadien subarctique;
  • l’évaluation continue des répercussions climatiques passées et futures sur les ressources en eau de l'Ouest canadien a permis de quantifier la configuration de la circulation atmosphérique de la grande échelle à l'échelle synoptique qui cause les phénomènes hydroclimatiques extrêmes et la variabilité observés dans les principaux bassins versants. D’autres travaux viseront notamment à déterminer les modifications à apporter aux modèles de circulation atmosphérique et leurs répercussions sur les ressources en eau dans la région;
  • l’estimation de la variabilité du climat et des changements climatiques sur les milieux humides et l’hydrologie des prairies;
  • en collaboration avec des partenaires universitaires au pays et à l’étranger, des travaux de recherche sur la vulnérabilité des régions de l’Ouest canadien qui dépendent des sources d’eau de montagne à l’augmentation des risques de sécheresse et à la diminution des manteaux neigeux;
  • l’établissement du réseau de surveillance de l’évaporation des eaux des Grands Lacs qui gère des plateformes d’observation afin d’évaluer les renseignements par rapport aux glaces, à la température des lacs, à l’évaporation et au niveau de l’eau et d’améliorer les outils analytiques pour comprendre et prévoir les impacts, les risques et les vulnérabilités en ce qui concerne la qualité des eaux des Grands Lacs face aux effets des changements climatiques prévus;
  • la mise au point d’une méthode pour quantifier les effets cumulatifs du climat et de la régularisation sur la fréquence des inondations causées par les embâcles dans les cours d’eau exploités pour la production d’hydroélectricité. Son applicabilité générale représente une importante avancée pour notre compréhension des interactions entre le climat et l’hydrologie dans les cours d’eau régularisés.

3.2. Lessivage des terres cultivées et eaux de ruissellement industrielles

Les efforts de recherche entrepris par ECCC et Agriculture et Agroalimentaire Canada, en collaboration avec des partenaires de recherche universitaire de l’Université de Calgary, se sont poursuivis en 2015-2016.

Le principal objectif de ces efforts de recherche collaborative est l’atténuation des effets des activités agricoles sur la qualité des eaux souterraines dans l’aquifère transfrontalier d’Abbotsford-Sumas. L’aquifère d’Abbotsford-Sumas chevauche la frontière entre le Canada et les États-Unis et constitue une source précieuse d’eau douce pour les collectivités des deux côtés de la frontière. ECCC gère un réseau de puits de surveillance du côté canadien de l’aquifère, principalement dans le secteur agricole où des teneurs élevées en nitrates ont été mesurées dans les eaux souterraines. La surveillance continue des eaux souterraines dans cette partie de l’aquifère a révélé un dépassement, depuis 1992, de l’ordre de 70 % pour les échantillons par rapport aux Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada (RQEPC) pour les nitrates depuis 1992. Les RQEPC suggèrent une concentration maximale acceptable pour les nitrates est de 10 mg/L de N nitrique), tandis que la concentration moyenne, de 1990 à 2015, dans la zone d'étude est d'environ 14,4 mg/L de N nitrique. En mars 2015, les valeurs de concentration des nitrates se sont élevées jusqu’à 51,8 mg/L de N nitrique. La concentration moyenne de nitrates élevée, supérieure à la concentration maximale prescrite par les RQEPC, préoccupe les utilisateurs des eaux souterraines des deux côtés de la frontière, étant donné que les eaux souterraines s’écoulent vers le sud. Les résultats de la recherche collaborative sur les effets des pratiques agricoles actuelles sur la qualité de l'eau de cet aquifère ont été publiés dans le numéro d'hiver 2015 du Journal of Groundwater Monitoring and Remediation (volume 35(1), pages 82-96).

Un deuxième volet de ces efforts de recherche collaborative est réalisé à l’Île-du-Prince-Édouard, dans le cadre duquel les chercheurs d’ECCC et d’AAC collaborent avec des partenaires de recherche du milieu universitaire (Université de Calgary, Université de Guelph, Université du New Brunswick et Université de l’Île-du-Prince-Édouard) afin d’étudier les effets des pratiques d’agriculture intensive sur la quantité et la qualité des eaux souterraines et, par conséquent, sur les écosystèmes aquatiques. À l’Île-du-Prince-Édouard, l’aquifère à nappe libre qui se trouve dans du grès fracturé est une ressource publique précieuse, car il constitue l’unique source d’eau potable dans la province. Au cours des dernières décennies, les concentrations de nitrates tant dans les cours d’eau que les eaux souterraines sont à la hausse, ce qui a causé des proliférations d’algues et des phénomènes anoxiques plus fréquents dans plusieurs estuaires au cours des dernières années. Les efforts de recherche visent à évaluer les effets de nouveaux systèmes de production culturale sur la qualité des eaux réceptrices, ainsi qu’à comprendre le cycle des nutriments dans la zone de sols, ainsi que le passage des engrais à travers les strates géologiques peu profondes. Les résultats de cette recherche collaborative ont été publiés en 2015 dans le Journal of Groundwater Monitoring and Remediation (volume 53(1), pages 30-42).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :