Substances nouvelles : organismes, résumé de l'évaluation des risques no 16373

(Format PDF - 33 Ko)

Le présent document vise à expliquer la décision réglementaire prise en vertu de la partie 6 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)] et de son Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles (organismes) [RRSN(O)] concernant l’importation de la souche FTK 897A de Phlebiopsis gigantea par AEF Global Inc. en vue d’une étude expérimentale sur le terrain. Les renseignements pertinents concernant la souche FTK 897A de P. gigantea ont été fournis conformément au paragraphe 3(5) du RRSN(O).

Environnement Canada et Santé Canada ont évalué les renseignements présentés par AEF Global Inc., ainsi que d’autres données scientifiques, pour déterminer si la souche FTK 897A de P. gigantea satisfait aux critères énoncés à l’article 64 de la LCPE (1999)[1].

Décision réglementaire

En tenant compte des questions de danger et d’exposition et d’après l’évaluation des risques, Environnement Canada et Santé Canada ont conclu que la souche FTK 897A de P. gigantea ne présente aucun danger pour l’environnement ni pour la santé humaine au Canada au sens de l’article 64 de la LCPE 1999 si elle est importée en vue d’être introduite dans une étude expérimentale sur le terrain. Ainsi, après le 20 juin 2011, l’importation de la souche FTK 897A de P. gigantea à cette fin est permise.
 
La présente évaluation ne comprend pas d’évaluation des risques pour la santé humaine dans un milieu de travail.

Annexe du RRSN(O) : 3 (micro-organismes destinés à être introduits dans le cadre d’une étude expérimentale sur le terrain)
Identification de l’organisme : Souche FTK 897A de Phlebiopsis gigantea
Déclarant : AEF Global Inc., 201, rue Monseigneur-Bourget, Lévis QC G6V 6Z3
Date de la décision : 20 juin 2011
Utilisation proposée : Étude expérimentale sur le terrain concernant l’efficacité de la souche FTK 897A de Phlebiopsis gigantea pour réduire la teneur en eau du bois fraîchement scié

Identité / Historique de la souche

P. gigantea est une espèce de champignon bien caractérisée qui est naturellement présente dans les souches et les troncs d’arbre au sol, ainsi que dans d’autres bois morts de conifères forestiers. La souche FTK 897A a été isolée par une entreprise canadienne à partir d’une bille de pin gris dans une scierie sur le fleuve Saint-Laurent, au Québec, en 1997 et elle a été ajoutée sous le nom de FTK 897A à la Culture Collection of Wood-Inhabiting Fungi (collection de cultures de champignons arboricoles). En 2010, AEF Global Inc. a acquis le champignon à des fins d’essais et de production commerciale. Le déclarant a l’intention d’importer la souche FTK 897A de P. gigantea dans le produit commercial WOODDRY pour vérifier sa capacité de réduire la teneur en eau du bois fraîchement scié.

L’identification de la souche FTK 897A de P. gigantea est fondée sur les caractéristiques morphologiques et sur leur alignement avec les séquences des espaces entre les gènes de l’ADNr d’autres isolats environnementaux de P. gigantea.

Examen des dangers

Caractérisation des dangers pour l’environnement

P. gigantea est un champignon saprophyte d’origine naturelle qui se nourrit des parties malades ou mortes de conifères. P. gigantea est très répandu dans les forêts, où il est présent à de faibles concentrations se trouvant à l’état d’équilibre avec d’autres espèces fongiques. S’il est appliqué à l’état concentré sur des arbres, P. gigantea est un agent de lutte biologique efficace contre la maladie du rond causée par Heterobasidion annosum, un autre champignon. Plusieurs produits contenant diverses souches de P. gigantea ont été homologués et commercialisés partout dans le monde à titre de pesticides pour lutter contre des champignons lignivores. Une souche étroitement apparentée à P. gigantea est utilisée sans effet néfaste comme agent de lutte biologique en Europe depuis 40 ans, et une évaluation de cette souche par l’État d’Estonie a permis d’établir que le potentiel d’effets néfastes pour l’environnement est très faible (rapport anonyme, 2008).

P. gigantea, qui est classé comme un organisme de niveau de biosécurité 1 par l’ATCC (American Type Culture Collection), ne figure dans aucune base de données de pathogènes végétaux. La documentation publiée ne fait mention d’aucune occurrence de maladie associée à P. gigantea chez les mammifères sauvages, les oiseaux, les vers de terre, les abeilles et d’autres arthropodes, les végétaux, les invertébrés aquatiques, les poissons, et les algues et d’autres plantes aquatiques.

À la lumière des données probantes ci-dessus, compilées à partir des renseignements présentés par le déclarant sur la souche déclarée et sur les souches apparentées, ainsi que des recherches documentaires menées à l’interne sur l’espèce en question, le potentiel de l’organisme déclaré de provoquer des effets néfastes pour l’environnement ou pour sa diversité biologique est jugé faible.

Caractérisation des dangers pour la santé humaine

Bien que P. gigantea soit très répandu dans la nature, aucun cas d’infection humaine n’a jamais été signalé. Un examen approfondi de la documentation n’a fait ressortir aucun métabolite toxique, qu’il s’agisse d’un produit naturel ou d’un sous-produit de P. gigantea, qui puisse être préoccupant pour la santé humaine.

La température de croissance optimale de P. gigantea, qui est de 20 à 25 ºC, est nettement inférieure à la température du corps humain (37 ºC). P. gigantea cesse de croître à 30 ºC et meurt à 40 ºC (Yang, 2007). P. gigantea ne peut pas coloniser ni envahir l’humain ou les animaux (rapport anonyme, 2008); il a même été considéré comme un champignon comestible par Worgan (1968).

Deux souches de P. gigantea sont classées comme des organismes de niveau de biosécurité 1 par l’ATCC. À la lumière des renseignements présentés par le déclarant et de l’examen interne de la documentation scientifique, P. gigantea est considéré comme présentant un faible danger pour la santé humaine.

Examen des aspects liés à l’exposition

Caractérisation de l'exposition environnementale et humaine

Environ 50-100 kg de spores et de mycélium séchés contenant 2 x 107 spores vivantes par gramme seront importées par AEF Global Inc. à Lévis (Québec), puis transportées à un site d’essai au champ de 1 km2 dans une scierie à Saint-Pamphile, dans la municipalité régionale du comté de L’Islet, au Québec.

Le déclarant a présenté des renseignements détaillés sur les protocoles qui seront utilisés pour formuler le produit, pour tremper le bois dans un réservoir contenant le produit formulé et pour vérifier l’humidité, le temps de séchage, la qualité et le rendement du bois.

Le confinement de l’organisme est assuré par les mesures de contrôle prises pendant le processus de trempage et d’entreposage du bois traité, par le maintien d’une température élevée pendant le processus de séchage et par la mise en place de procédures concernant la prise en charge de tout résidu contenant la souche FTK 897A de P. gigantea et de tout rejet accidentel. Ces mesures ont été jugées suffisantes pour confiner l’organisme à l’intérieur de la zone de l’étude expérimentale. De plus, comme le produit contenant la souche FTK 897A de P. gigantea est rapidement absorbé par le bois, il est peu probable que l’organisme pénétrera dans l’eau ou dans le sol. L’organisme déclaré est peu susceptible de se propager du bois traité à son environnement adjacent, car la suspension de trempage formulée ne contient que des spores asexuées, qui sont incapables de se déplacer sur de longues distances (Vainio, 2008). Le bois traité sera couvert et emballé, de manière à confiner toute spore rejetée durant l’entreposage avant le séchage à l’étuve, durant lequel les spores devraient mourir. Aucun organe de fructification ni aucune spore n’a été détecté sur le bois traité séché à l’étuve dans les études préliminaires (Yang, 2010).

Moins de cinquante personnes seront directement exposées à l’organisme durant l’étude expérimentale. L’exposition humaine sera aussi réduite par le port d’équipement de protection individuelle, notamment des vêtements de protection appropriés, des bottes en caoutchouc, des gants en caoutchouc ou en plastique (p. ex., nitrile) et des masques respiratoires filtrants. Le risque d’exposition accidentelle de la population générale à la souche FTK 897A de P. gigantea est limité par la nature de l’étude expérimentale et par les procédures de confinement mises en place.

Compte tenu des mesures de sécurité et de confinement mises en place pour prévenir et réduire au minimum les rejets dans l’environnement, ainsi que du potentiel de dispersion limité de l’organisme, le risque d’exposition humaine et environnementale à la souche FTK 897A de P. gigantea est jugé faible.

Caractérisation des risques

La souche FTK 897A de P. gigantea est bien caractérisée, et elle est déjà utilisée sans danger comme agent de lutte biologique. Ce champignon saprophyte n’est associé à aucune maladie végétale, animale ou humaine. De plus, la souche FTK 897A de P. gigantea déclarée sera utilisée dans une zone d’étude expérimentale rigoureusement contrôlée, où des mesures adéquates ont été mises en place en cas de rejet accidentel. En tenant compte des considérations  de danger et d’exposition ci-dessus et d’après l’évaluation des risques, Environnement Canada et Santé Canada ont conclu que la souche FTK 897A de P. gigantea ne présente aucun danger pour l’environnement ni pour la santé humaine au Canada et ne correspond à aucun des critères de l’article 64 de la LCPE (1999).

Références

Anonymous, (2008) Draft Assessment Report (DAR) Initial risk assessment provided by the rapporteur Member State Estonia for the existing active substance Phlebiopsis gigantea of the fourth stage of the review programme referred to in Article 8(2) of Council Directive 91/414/EEC, Volume 1.

Worgan, J.T. (1968) Culture of the higher fungi, in Progress in Industrial Microbiology. (Hockenhull, D.J.D., Ed.) J.&A. Churchill Ltd, London.

Vainio, E.J. (2008) Ecological impacts of Phlebiopsis gigantea against Heterobasidion spp. as revealed by fungal community profiling and population analyses. Academic dissertation, Dissertationes Forestales 63. Yang, D. (2010) Promoting Natural Biocontrol of Wetwood General Revenue Report Project No. 201000571. Forintek Canada Corp.
 
Yang, D. (2007) Biological Method to Pre-dry Lumber with Wetwood. Forintek Canada Corp.  

Yang, D. (2010) Promoting Natural Biocontrol of Wetwood General Revenue Report Project No. 201000571. Forintek Canada Corp.

Note de bas de page

[1] Selon l’article 64 de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], est toxique toute substance qui pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement en une quantité ou concentration ou dans des conditions de nature à : a) avoir, immédiatement ou à long terme, un effet nocif sur l’environnement ou sur la diversité biologique; b) mettre en danger l’environnement essentiel pour la vie; c) constituer un danger au Canada pour la vie ou la santé humaines.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :