Situation des populations d’oiseaux migrateurs du Canada

Les populations d'oiseaux du Canada subissent fortement l'influence de l'activité humaine; cette activité favorise certaines espèces mais nuit à d'autres. Des 368 espèces d'oiseaux migrateurs géréesNote de bas de page [1] et régulièrement observées au Canada (et pour lesquelles les données de suivi sont adéquates), 57 % (208 espèces) ont des tailles de population à l'intérieur de limites acceptables, ce qui n'est pas le cas pour 43 % (160) des espèces. La proportion des espèces dont les populations ont une taille acceptable varie entre les groupes écologiques. Par exemple, la plupart des espèces de sauvagine (67 %) et d'oiseaux forestiers (63 %) se situent dans des limites acceptables, mais la proportion des espèces dont le niveau démographique est acceptable est plus faible pour les oiseaux de prairie (18 %) et les insectivores aériens (oiseaux qui attrapent des insectes en vol, 28 %).

Situation des populations d'oiseaux migrateurs, Canada, 2013

Diagramme à barres proportionnelles

Description longue

Le diagramme à barres proportionnelles montre, qu'au Canada, la taille des populations de 57 % des espèces d'oiseaux migrateurs se situe dans des limites acceptables, alors que ce n'est pas le cas pour 43 % des espèces. D'autres barres illustrent les proportions pour des groupes d'espèces dont l'écologie est semblable. C'est pour la sauvagine et les autres oiseaux aquatiques que la proportion des espèces ayant des populations dont la taille est acceptable est la plus élevée et pour les oiseaux de prairie et les insectivores aériens qu'elle est la plus faible. La sauvagine est le seul groupe comptant des espèces qui dépassent les limites acceptables.

Données du graphique
Situation des populations d'oiseaux migrateurs, Canada, 2013
Groupe écologique Sous les limites
(nombre d'espèces/de populations)
Au-dessus des limites
(nombre d'espèces/de populations)
Dans les limites
(nombre d'espèces/de populations)
Données insuffisantes
(nombre d'espèces/de populations)
Toutes les espèces visées par la LCOM 151 9 208 53
Oiseaux forestiers 36 0 61 2
Sauvagine 10 9 39 10
Autres oiseaux aquatiques 19 0 41 18
Oiseaux de rivage 31 0 14 5
Oiseaux de prairie 18 0 4 0
Insectivores aériens 21 0 8 1

Note : Les groupes d'espèces sont les mêmes que dans le rapport État des populations d'oiseaux du Canada, mais le tableau ne présente que les espèces visées par la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs (LCOM). Il n'y a pas suffisamment de données pour évaluer 53 espèces.
Le terme « espèce » tel qu'il est utilisé ici peut inclure des sous-espèces ou des populations pertinentes pour la gestion. Les groupes d'espèces sont les mêmes que dans le rapport État des populations d'oiseaux du Canada; veuillez noter que, sur les 420 espèces prises en compte ici, 70 ne peuvent être classées dans les groupes écologiques et n'apparaissent donc dans aucun groupe. Il s'agit, par exemple, des espèces généralistes en matière d'habitat qui utilisent à la fois la forêt et les prairies. Les insectivores aériens sont présentés séparément, mais sont aussi inclus dans d'autres groupes.
Source : Service canadien de la faune, Environnement Canada, 2014.

Les oiseaux sont importants pour les Canadiens. L'observation des oiseaux est une activité populaire et des millions de Canadiens les nourrissent dans leur arrière-cour. La chasse à la sauvagine contribue au tourisme, procure de la nourriture et maintient les traditions. Les oiseaux fournissent aussi des bienfaits écologiques parce qu'ils contrôlent les populations d'insectes et de rongeurs, assurent la dispersion des graines, pollinisent les plantes et jouent des rôles essentiels dans le fonctionnement des écosystèmes. Ces « services écosystémiques » contribuent à notre économie et à notre bien-être.

Un éventail de réponses est nécessaire pour conserver les oiseaux du Canada. À la fin du XIXe siècle, de nombreuses espèces d'oiseaux d'Amérique du Nord ont été tellement chassées qu'elles ont presque disparu. Une meilleure conscience de la précarité de leur situation a mené à la prise de mesures de protection nationales et internationales, incluant la Convention concernant les oiseaux migrateurs, signée par le Canada et les États-Unis en 1916. Cette convention a jeté les bases pour près d'un siècle de coopération internationale sur la conservation des oiseaux. La chasse des oiseaux à des fins commerciales a été interdite et la réglementation a aidé à ce que la chasse sportive soit durable dans les deux pays. De nombreuses espèces, comme les hérons, les aigrettes et la sauvagine, ont connu un rétablissement spectaculaire à la suite de ces mesures de protection.Note de bas de page [2] La conservation de l'habitat reste essentielle, non seulement au Canada, mais aussi le long des voies migratoires et dans les aires d'hivernage pour les espèces migratrices.

Icône
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :