Indice des espèces canadiennes

Accéder au PDF (768 ko)

Les Canadiens affectionnent particulièrement la faune animale, laquelle constitue d'ailleurs l'une des composantes les plus visibles et les plus étudiées de la biodiversité. L'indice des espèces canadiennes permet de distinguer les tendances à la hausse et à la baisse des populations des espèces surveillées. L'indice fournit également une mesure intégrée de l'état de notre environnement.

Résultats

Aperçu des résultats

  • Entre 1970 et 2014, les populations de vertébrés ont diminué en moyenne d'environ 10 %.
  • Les tendances des espèces d'eau douce ont varié au fil du temps; en 2014, ces espèces présentaient peu de changement net.
  • Les espèces terrestres ont diminué en moyenne; en 2014, elles avaient reculé d'environ 10 % par rapport au niveau de référence de 1970, principalement en raison de la réduction des populations de mammifères.
  • Les espèces marines ont généralement augmenté dans les années 1970, pour ensuite diminuer. Les tendances varient selon les groupes d'espèces. Les 2 plus grands groupes d'espèces sont les poissons, qui ont affiché une tendance à la baisse après 1975, et les oiseaux, dont les populations ont généralement augmenté. Les tendances à court terme doivent être interprétées avec prudence.

Indice des espèces canadiennes, 1970 à 2014 (1970 = 0)

Indice des espèces canadiennes, 1970 à 2014 (1970 = 0) (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

Dans l'ensemble, la tendance des espèces de vertébrés surveillées au Canada indique une baisse graduelle. Trois sous-indices sont également affichés. Le sous-indice marin révèle une hausse dans un premier temps, puis une baisse. Le sous-indice des espèces d'eau douce indique des fluctuations, suivies d'un retour près des valeurs de référence. Le sous-indice terrestre révèle un recul général.

Données du graphique
Tableau 1. Indice des espèces canadiennes, 1970 à 2014 (1970 = 0)
Année Indice national Indice terrestre Indice d'eau douce Indice marin Nombre d'espèces
1970 0 0 0 0 419
1971 0,00093 -0,00609 0,00321 0,01907 430
1972 0,00124 -0,01269 0,00263 0,03726 429
1973 0,00069 -0,01856 -0,00054 0,05026 449
1974 -0,00182 -0,02760 -0,00360 0,06060 459
1975 -0,00365 -0,03297 -0,00612 0,06494 472
1976 -0,00636 -0,03590 -0,01177 0,06416 459
1977 -0,00921 -0,03789 -0,01842 0,06196 465
1978 -0,01035 -0,03735 -0,02158 0,05888 461
1979 -0,01095 -0,03743 -0,02394 0,05846 465
1980 -0,01078 -0,03590 -0,02552 0,05800 473
1981 -0,01086 -0,03392 -0,02657 0,05581 474
1982 -0,01348 -0,03677 -0,02721 0,05226 476
1983 -0,01521 -0,03859 -0,02691 0,04902 494
1984 -0,01315 -0,03473 -0,02257 0,04684 512
1985 -0,01113 -0,03212 -0,01911 0,04792 520
1986 -0,01000 -0,02723 -0,01602 0,04402 511
1987 -0,01469 -0,02786 -0,02032 0,03478 536
1988 -0,01756 -0,02763 -0,02181 0,02769 501
1989 -0,02016 -0,02562 -0,02351 0,01890 533
1990 -0,02060 -0,02246 -0,01766 0,01033 515
1991 -0,02287 -0,02168 -0,01976 0,00414 542
1992 -0,02567 -0,02372 -0,02107 -0,00043 537
1993 -0,02438 -0,02677 -0,01081 0,00040 576
1994 -0,02018 -0,02948 0,00249 0,00697 563
1995 -0,01837 -0,03023 0,00751 0,00986 586
1996 -0,01855 -0,02748 -0,00010 0,01151 559
1997 -0,01933 -0,02542 -0,01064 0,01463 548
1998 -0,02246 -0,02730 -0,02024 0,01529 574
1999 -0,02519 -0,03414 -0,02130 0,01691 552
2000 -0,02825 -0,04157 -0,02032 0,01699 573
2001 -0,03143 -0,05075 -0,01697 0,01782 557
2002 -0,03322 -0,05331 -0,01398 0,01295 585
2003 -0,03352 -0,05102 -0,01251 0,00699 626
2004 -0,03383 -0,04624 -0,01107 -0,00150 634
2005 -0,03353 -0,04249 -0,01212 -0,00429 674
2006 -0,03274 -0,04052 -0,00988 -0,00682 621
2007 -0,03152 -0,03877 -0,00757 -0,00777 643
2008 -0,03216 -0,03823 -0,00727 -0,01092 608
2009 -0,03107 -0,03810 -0,00646 -0,00944 609
2010 -0,03002 -0,03928 -0,00279 -0,00851 601
2011 -0,02877 -0,04039 0,00163 -0,00776 605
2012 -0,03295 -0,04343 0,00667 -0,01869 589
2013 -0,04010 -0,04415 0,00619 -0,03581 527
2014 -0,04623 -0,04512 0,00705 -0,05023 542

Remarque : Le calcul des tendances est basé sur la variation proportionnelle de la population des espèces de vertébrés surveillées. Toutes les espèces sont pondérées de manière égale, de sorte qu'une espèce dont la population a doublé sera contrebalancée par une espèce qui a diminué de moitié. Les résultats sont tracés sur une échelle logarithmique; 0,06 représente une augmentation d'environ 15 % par rapport à la période de référence; -0,06 représente une baisse d'environ 13 %.
Source : Zoological Society of London, 2017.

Complément d'information

La tendance des espèces d'eau douce résulte des augmentations de population de la sauvagine, qui a bénéficié d'initiatives telles que le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, et de la diminution générale des populations d'autres espèces d'eau douce.

La diminution marquée des espèces marines après 2011 est due au fait que les populations d'oiseaux, de mammifères et de poissons ont toutes diminué en même temps. Cette tendance à court terme doit être interprétée avec prudence.

La tendance nationale représente la moyenne des tendances de tous les vertébrés; il s'agit du taux de variation moyen de toutes les espèces. Les données ne sont pas disponibles pour toutes les espèces, et les données existantes ne couvrent pas toujours la zone géographique ou la période complète de chaque espèce. L'indice doit être interprété en tenant compte de ces lacunes.

Les espèces d'oiseaux et de mammifères sont bien représentées. De nombreuses espèces de poissons sont incluses, mais la proportion d'espèces de poissons est faible, car au Canada, les espèces de poissons sont plus nombreuses que celles de tous les autres vertébrés pris ensemble.

Bien que la moyenne des tendances de nombreuses espèces fournisse un portrait global, il est important d'examiner les tendances à plus petite échelle qui peuvent avoir été masquées. Par exemple, si l'on considère les groupes taxonomiques de l'indice marin, on peut observer des tendances assez différentes chez les oiseaux et les poissons. En 2014, l'indice moyen des oiseaux marins avait augmenté à 175 % des niveaux de 1970, alors que l'indice des poissons avait diminué à près de 70 % des niveaux de 1970.Note de bas de page1

Indice des espèces canadiennes d'oiseaux marins et de poissons, 1970 à 2014 (1970 = 0)

Indice des espèces canadiennes d'oiseaux marins et de poissons, 1970 à 2014 (1970 = 0) (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

L'indice des oiseaux marins suit une tendance principalement à la hausse à partir de 1970. L'indice des poissons de mer augmente jusqu'en 1975, puis suit une tendance essentiellement décroissante.

Données du graphique
Tableau 2. Indice des espèces canadiennes, espèces marines par groupe taxonomique, 1970 à 2014
Année Indice des oiseaux marins Nombre d'espèces d'oiseaux Indice des poissons marins Nombre d'espèces de poissons Indice des mammifères marins Nombre d'espèces de mammifères marins
1970 0 21 0 75 0 4
1971 0,02444 21 0,01851 81 0,00134 4
1972 0,05690 21 0,03398 72 0,00903 5
1973 0,08686 25 0,04189 83 0,03648 7
1974 0,10989 25 0,04768 96 0,06181 5
1975 0,12075 33 0,04970 84 0,07442 5
1976 0,12448 26 0,04699 91 0,07927 5
1977 0,12824 28 0,04276 89 0,07855 9
1978 0,13413 25 0,03632 97 0,08008 7
1979 0,14270 25 0,03211 100 0,09165 5
1980 0,15287 26 0,02758 100 0,10138 5
1981 0,16245 26 0,02110 102 0,10781 4
1982 0,16899 26 0,01397 108 0,10988 7
1983 0,17333 26 0,00824 113 0,10892 4
1984 0,17812 25 0,00427 134 0,10311 7
1985 0,18497 36 0,00452 115 0,09585 7
1986 0,19212 26 -0,00236 117 0,09177 6
1987 0,18009 27 -0,01204 144 0,10061 8
1988 0,18806 27 -0,02512 111 0,12005 14
1989 0,19610 27 -0,04016 136 0,12824 13
1990 0,20194 26 -0,05422 108 0,13579 13
1991 0,20438 26 -0,06407 139 0,14210 9
1992 0,20550 26 -0,07063 111 0,14155 12
1993 0,20805 27 -0,06980 140 0,13850 14
1994 0,21195 26 -0,06150 118 0,13675 15
1995 0,21528 37 -0,06031 114 0,14819 13
1996 0,21801 26 -0,06090 113 0,16128 14
1997 0,22221 27 -0,06053 88 0,17911 15
1998 0,22739 26 -0,06283 120 0,18842 16
1999 0,23352 29 -0,06459 90 0,20235 16
2000 0,23558 31 -0,06872 114 0,21202 13
2001 0,24462 32 -0,07240 90 0,21024 15
2002 0,23661 31 -0,07821 111 0,20881 12
2003 0,21803 31 -0,08145 155 0,20874 13
2004 0,21902 32 -0,09585 166 0,22693 15
2005 0,21988 42 -0,10174 188 0,24276 14
2006 0,22429 29 -0,10682 176 0,26004 12
2007 0,22811 32 -0,10986 206 0,27931 13
2008 0,23537 35 -0,11533 178 0,28614 11
2009 0,24543 33 -0,11505 178 0,28665 13
2010 0,25752 32 -0,11510 176 0,27883 16
2011 0,26376 32 -0,11344 180 0,25689 14
2012 0,26463 29 -0,12374 176 0,19777 7
2013 0,25400 18 -0,14142 169 0,18168 8
2014 0,24326 18 -0,15545 176 0,14216 6

Remarque : Le calcul des tendances est basé sur la variation proportionnelle de la taille des populations des espèces choisies de vertébrés surveillées. Les résultats sont tracés sur une échelle logarithmique. 
Source : Zoological Society of London, 2017.

En plus de refléter les tendances environnementales, les indices peuvent refléter les changements dans la disponibilité des données. Cela complique l'interprétation des tendances à court terme. Par exemple, l'indice des espèces d'eau douce a connu une variation brusque à partir de 1992, à un moment où la disponibilité des données a augmenté. Les changements de trajectoire peuvent être causés par de véritables changements environnementaux ou peuvent survenir du fait que des espèces aux tendances divergentes ont été ajoutées à l'indice. Souvent, ces causes peuvent survenir simultanément.

L'Indice des espèces canadiennes est essentiellement identique au Living Planet Index (en anglais seulement). À l'échelle mondiale, l'Indice planète vivante présente une forte baisse des populations de vertébrés dans les biomes terrestres, marins et surtout les biomes d'eau douce. L'Indice planète vivante du Canada (2017) utilise les mêmes méthodes que l'Indice des espèces canadiennes, mais comporte différents sous-indices.

À propos de l'indicateur

À propos de l'indicateur

Ce que mesure l'indicateur

L'Indice des espèces canadiennes représente la variation proportionnelle moyenne de la taille des populations d'espèces de vertébrés au Canada. L'indice correspond à une « tendance des tendances », plutôt qu'à une mesure des changements dans le nombre total d'animaux : chaque espèce, commune ou rare, a le même effet sur l'indice. L'indice rend compte des tendances générales plutôt que de l'évolution des populations vers des niveaux souhaités. L'indice national comprend des données pour 900 des quelque 2000 espèces de vertébrés indigènes au Canada.

Pourquoi cet indicateur est important

Les populations d'espèces animales dépendent de la disponibilité d'un habitat auquel elles sont adaptées. Cet indicateur montre les tendances dans les populations animales et constitue une bonne mesure indirecte des tendances générales liées à la biodiversité et à la santé des écosystèmes. Cet indicateur soutient également la mesure des progrès réalisés en vue de l'atteinte de l'objectif à long terme de la Stratégie fédérale de développement durable 2016–2019 : Toutes les espèces ont des populations saines et viables. 

Indicateurs connexes

Les Tendances des populations d'espèces en péril suivent les changements dans la taille et la répartition des populations d'espèces surveillées en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

La Situation générale des espèces au Canada rend compte des risques d'extinction parmi un large éventail d'espèces.

Les Tendances liées aux populations d'oiseaux migrateurs du Canada suivent l'évolution des populations aviaires qui migrent sur différentes distances.

Sources des données et méthodes

Sources des données et méthodes

Sources des données

Les données sur l'évolution des populations de vertébrés sont recueillies à partir de diverses sources et rassemblées dans la Base de données Living Planet (en anglais seulement) tenue par la Zoological Society of London. Les sources comprennent des articles scientifiques examinés par des pairs, des rapports gouvernementaux et des banques de données en ligne d'origine fiable. Parmi les sources notables utilisées pour le Canada figurent le Relevé des oiseaux nicheurs de l'Amérique du Nord et la Bibliothèque de Pêches et Océans Canada.

Complément d'information

Les données comprennent le nombre de sujets ainsi que des mesures indirectes, par exemple les indices d'abondance, la densité de frai et les taux de détection de sujets. Chaque enregistrement est également accompagné de données géographiques et écologiques visant à permettre une analyse plus approfondie. Collectivement, ces enregistrements constituent l'ensemble de données utilisé pour calculer l'indice.

Au moins une partie de l'information relative aux 900 (50 %) des 1 794 espèces de vertébrés indigènesNote de bas de page2 au Canada a été intégrée à cet ensemble de données. Le groupe des espèces d'oiseaux est celui qui est le mieux représenté.

L'indice a été calculé pour la période de 1970 à 2014, pour laquelle les données sont suffisantes pour établir des estimations crédibles.

Méthodes

La tendance de la taille de la population de chaque espèce est estimée en utilisant toutes les données disponibles pour l'espèce visée. Il peut s'agir d'une seule mesure ou d'une combinaison de mesures prises sur différentes populations de la même espèce. Une moyenne des tendances est établie pour toutes les espèces afin de produire l'indice des espèces canadiennes.

Complément d'information

Collecte des données et attribution de balises

Afin d'être utilisées dans l'indice, les séries chronologiques tirées des données canadiennes contenues dans la base de données de la Zoological Society of London doivent satisfaire à tous les critères suivants :

  • Avoir des données pour au moins 2 points dans le temps depuis 1970
  • Les données doivent avoir été collectées pour une population définie selon des méthodes comparables au cours des années
  • Des unités de taille de population ou un paramètre comparable fiable doivent être utilisés, par exemple la biomasse ou la densité du frai
  • Les données doivent provenir d'une source référencée et pouvant être retracée

Chaque série chronologique est appelée « population », bien qu'il ne s'agisse pas nécessairement de populations au sens biologique du terme.

Les données de population ont été recueillies dans des articles scientifiques, lors de recherches en ligne ainsi qu'en parlant à des experts. Les oiseaux ont fait l'objet de relevés au niveau national pendant des décennies, et des données de haute qualité sont facilement disponibles pour ce groupe d'espèces. Les données sont disponibles en moins grande quantité pour les autres groupes d'espèces. Afin d'aider à combler le déséquilibre dans les données disponibles pour les différents groupes d'espèces, des recherches ciblées ont été menées pour les groupes sous-représentés. Des recherches ont également été effectuées pour localiser les données dans le cas des régions sous-représentées.

Chaque enregistrement est accompagné de balises contextuelles : par exemple région géographique, groupe d'espèces et type d'habitat. Les balises de données permettent d'extraire un sous-ensemble de données pour effectuer une analyse ciblée. Les renseignements associés à ces balises proviennent de la source originale des données si possible; cependant, des documents de référence supplémentaires sont également utilisés. Les espèces rencontrées dans plus d'un type d'écosystème (terrestre, d'eau douce ou marin) sont balisées comme appartenant à l'écosystème dans lequel elles ont été observées et dont elles dépendent pendant au moins une partie de leur cycle de développement. Par exemple, une série temporelle contenant des dénombrements de frai de saumon dans les rivières serait considérée comme rattachée au milieu d'eau douce, tandis qu'une série contenant des observations en mer serait considérée comme marine.

Prétraitement

Choix des espèces

Les données utilisées dans l'indice global étaient limitées aux espèces de vertébrés rencontrées régulièrement au Canada. La classification reposait sur les rapports Espèces sauvages de 2005 et 2010. Les espèces évaluées comme « envahissantes » ou « accidentelles » ont été exclues.

L'augmentation de la taille d'une population est généralement interprétée comme un signe d'amélioration de l'environnement. Cependant, certaines espèces d'oiseaux sont connues pour avoir une taille de population qui dépasse les limites acceptables (voir Situation des populations d'oiseaux migrateurs du Canada), et dans leur cas, une augmentation de la population constitue un résultat défavorable. Trois espèces, l'oie des neiges (les 2 sous-espèces), l'oie de Ross et la bernache du CanadaNote de bas de page3 ont été exclues de l'indice pour cette raison.

Dans quelques cas (6 séries chronologiques, 3 espèces),Note de bas de page4 les données n'ont pu être clairement attribuées à une espèce donnée, à cause des changements de taxonomie; par conséquent, ces séries chronologiques ont été exclues.

Modélisation de la population

Pour chaque population, une fiche d'abondance au cours des années est créée. La modélisation sert à réduire l'effet des écarts aléatoires et du « bruit de mesure ». Pour les séries chronologiques comprenant au moins 6 points de données, les tendances ont été traitées à l'aide de la modélisation additive généralisée. Pour les séries chronologiques plus courtes, et pour toute série qui n'a pu être traitée selon une modélisation additive généralisée, un modèle de régression linéaire a été utilisé. Pour les séries chronologiques comportant seulement 2 valeurs de données, cela équivaut à une ligne droite reliant les 2 points. Les séries chronologiques ne sont pas extrapolées au-delà de la date de début et de fin des observations.

Pour certaines années et certaines séries temporelles, une valeur nulle a été enregistrée. Dans quelques cas, cela peut être dû à une extinction locale, mais plus souvent, c'est parce que les animaux ne sont pas observés. Un défaut d'observation des animaux peut être dû au fait qu'il y a peu d'animaux à observer, ce qui est un indice réel de faibles nombres. Cela peut également signifier que les animaux n'ont tout simplement pas été détectés. Cela peut se produire, par exemple, si des conditions météorologiques inhabituelles causent de l'imprévisibilité dans les tendances de déplacement, auquel cas zéro (0) représenterait une valeur manquante. Aux fins de l'indicateur, les valeurs nulles (0) ont été traitées comme des valeurs manquantes, ce qui résulte en une estimation prudente des variations.

Calcul de l'indice

Tendances pour une série chronologique

Pour chaque série chronologique, la variation proportionnelle dt est calculée pour chaque année pour laquelle des données existent, comme suit :

             dt = log10(Nt /N(t-1))

où :

Nt = estimation modélisée de la taille de la population pour l'année t

N(t-1) = estimation modélisée de la taille de la population pour l'année t-1

Calcul de l'indice

Pour les espèces comportant plus d'une série chronologique, la variation proportionnelle moyenne (lambda, λ) est calculée pour chaque année avec toutes les séries chronologiques (y compris toutes les sous-espèces) de l'espèce. Spécifiquement, pour les espèces i et l'année t :

Calcul de l'indice

où :

λi,t = variation proportionnelle moyenne de l'espèce i dans l'année t

di, j, t = variation proportionnelle des séries chronologiques j, pour l'espèce i dans l'année t

m = Nombre de séries chronologiques pour l'espèce i dans l'année t

Pour une espèce comportant une seule série chronologique,

  • La variation annuelle globale est calculée comme étant la valeur lambda moyenne de toutes les espèces assorties de données pour cette année. Autrement dit, l'indice pour 2014 est la moyenne  de toutes les espèces pour lesquelles il existe des estimations de population en 2013 et 2014. Les espèces sont pondérées de manière égale, indépendamment de la disponibilité des données.
  • L'indice pour une année donnée correspond à la somme des changements annuels survenus depuis 1970.

Les variations en pourcentage sont calculées en prenant l'antilogarithme de l'indice.

Les sous-indices sont calculés selon la même méthode, mais pour un sous-ensemble d'espèces choisies.

Évaluation de l'incertitude

Le degré de variabilité parmi les valeurs lambda au niveau de l'espèce pour une année donnée indique si les tendances sont similaires pour toutes les espèces comprises dans l'indice. Un petit intervalle signifie que la plupart des espèces évoluent dans des proportions similaires, tandis qu'un large intervalle signifie qu'il existe un grand éventail de tendances. Étant donné que les espèces indexées ne proviennent pas d'un choix aléatoire ou représentatif de l'espèce dans l'environnement, il ne peut s'agir que d'une évaluation partielle d'incertitude. L'incertitude due à un échantillon non représentatif de l'espèce ne peut pas être mesurée.

Répartition des valeurs lambda au niveau de l'espèce, 1970 à 2014

Les points montrent la valeur lambda annuelle moyenne pour toutes les espèces; les barres verticales montrent l'écart-type de la valeur lambda annuelle moyenne dans toutes les espèces.

Répartition des valeurs lambda au niveau de l'espèce, 1970 à 2014 (voir la description longue ci-dessous)
Description longue

Quatre graphiques (indice national en haut à gauche, indice terrestre en haut à droite, indice d'eau douce en bas à gauche et indice marin en bas à droite) montrent la moyenne et l'écart-type de la valeur lambda annuelle moyenne pour toutes les espèces. Dans le cas de l'indice national, la valeur lambda annuelle moyenne fluctue autour de zéro dans le temps et est généralement légèrement négative. L'écart-type est approximativement le même d'année en année. Dans le cas de l'indice terrestre, la valeur lambda annuelle moyenne fluctue avec le temps et est généralement légèrement négative. L'écart-type est similaire d'année en année. Dans le cas de l'indice des espèces d'eau douce, la valeur lambda annuelle moyenne fluctue avec le temps; un nombre accru d'années sont légèrement négatives jusqu'autour de 2000, lorsque les valeurs sont plus souvent positives. L'écart-type est plus élevé durant la deuxième moitié de cette série chronologique. Pour l'indice des espèces marines, la valeur lambda annuelle moyenne est généralement positive jusqu'en 1975, après quoi elle est principalement négative jusqu'au début des années 1990. Les valeurs sont surtout légèrement positives pendant environ une décennie, puis sont principalement négatives, et deviennent nettement négatives au cours des 3 dernières années de la série. L'écart-type est généralement plus élevé que pour d'autres types d'écosystèmes.

Données du graphique
Tableau 3. Valeurs lambda au niveau des espèces, écart-type et nombre d'espèces contribuant aux indices
Année Indice national, moyenne lambda Indice national, écart-type Indice national, nombre d'espèces Indice terrestre, moyenne lambda Indice terrestre, écart-type Indice terrestre, nombre d'espèces
1970 s/o s/o 419 s/o s/o 237
1971 0,000933 0,058524 430 -0,006090 0,049920 242
1972 0,000310 0,056476 429 -0,006600 0,050108 245
1973 -0,000560 0,058232 449 -0,005870 0,051287 249
1974 -0,002500 0,054278 459 -0,009040 0,053918 250
1975 -0,001840 0,047345 472 -0,005370 0,047116 254
1976 -0,002700 0,041464 459 -0,002930 0,038787 247
1977 -0,002850 0,047247 465 -0,001990 0,050388 249
1978 -0,001150 0,043653 461 0,000548 0,042319 245
1979 -0,000590 0,036872 465 -0,000080 0,030584 247
1980 0,000172 0,035672 473 0,001522 0,032618 249
1981 -0,000082 0,037185 474 0,001982 0,035328 249
1982 -0,002630 0,044215 476 -0,002850 0,044869 245
1983 -0,001730 0,043117 494 -0,001820 0,041594 254
1984 0,002064 0,050115 512 0,003865 0,055055 249
1985 0,002018 0,047430 520 0,002604 0,054640 258
1986 0,001132 0,049571 511 0,004888 0,048414 256
1987 -0,004690 0,051398 536 -0,000630 0,023069 256
1988 -0,002870 0,047221 501 0,000233 0,038886 248
1989 -0,002600 0,047341 533 0,002006 0,041261 254
1990 -0,000430 0,050438 515 0,003161 0,034226 264
1991 -0,002270 0,045203 542 0,000782 0,044405 266
1992 -0,002800 0,043322 537 -0,002040 0,043405 264
1993 0,001288 0,060552 576 -0,003050 0,037638 269
1994 0,004199 0,062742 563 -0,002710 0,044753 271
1995 0,001811 0,049341 586 -0,000750 0,034239 280
1996 -0,000180 0,061408 559 0,002745 0,045110 271
1997 -0,000780 0,055231 548 0,002065 0,045912 281
1998 -0,003120 0,060931 574 -0,001880 0,047419 275
1999 -0,002730 0,052758 552 -0,006840 0,040958 281
2000 -0,003060 0,051086 573 -0,007430 0,050475 280
2001 -0,003180 0,067504 557 -0,009180 0,063524 279
2002 -0,001790 0,055315 585 -0,002560 0,038883 275
2003 -0,000290 0,087840 626 0,002291 0,045101 269
2004 -0,000320 0,072640 634 0,004778 0,041182 271
2005 0,000304 0,061717 674 0,003752 0,031508 273
2006 0,000790 0,056466 621 0,001969 0,035861 263
2007 0,001220 0,044739 643 0,001749 0,032300 262
2008 -0,000640 0,048199 608 0,000535 0,025482 251
2009 0,001092 0,049121 609 0,000130 0,029182 251
2010 0,001049 0,047328 601 -0,001180 0,027069 250
2011 0,001247 0,050440 605 -0,001110 0,033687 248
2012 -0,004180 0,070602 589 -0,003040 0,066169 245
2013 -0,007150 0,061849 527 -0,000720 0,026604 232
2014 -0,006130 0,061709 542 -0,000970 0,029333 232
Tableau 4. Valeurs lambda au niveau des espèces, écart-type et nombre d'espèces contribuant aux indices
Année Indice d'eau douce, moyenne lambda Indice d'eau douce, écart-type Indice d'eau douce, nombre d'espèces Indice marin, moyenne lambda Indice marin, écart-type Indice marin, nombre d'espèces
1970 s/o s/o 83 s/o s/o 100
1971 0,003209 0,072907 84 0,019068 0,078881 106
1972 -0,000570 0,055298 87 0,018189 0,074600 98
1973 -0,003170 0,030530 86 0,013006 0,081197 115
1974 -0,003060 0,021661 84 0,010340 0,067792 126
1975 -0,002520 0,023655 97 0,004336 0,058898 122
1976 -0,005650 0,033131 91 -0,000780 0,051049 122
1977 -0,006650 0,034253 91 -0,002200 0,050348 126
1978 -0,003160 0,030211 88 -0,003080 0,053150 129
1979 -0,002360 0,028524 89 -0,000420 0,048866 130
1980 -0,001580 0,022597 94 -0,000460 0,045895 131
1981 -0,001060 0,025227 94 -0,002190 0,045993 132
1982 -0,000630 0,028074 91 -0,003550 0,051117 141
1983 0,000294 0,029095 98 -0,003240 0,052176 143
1984 0,004346 0,039020 98 -0,002180 0,048426 166
1985 0,003454 0,042823 105 0,001086 0,040589 158
1986 0,003095 0,049498 108 -0,003900 0,054400 149
1987 -0,004300 0,040624 102 -0,009230 0,078878 179
1988 -0,001490 0,028555 103 -0,007100 0,063753 152
1989 -0,001690 0,024964 104 -0,008790 0,061620 176
1990 0,005843 0,066078 105 -0,008570 0,055600 147
1991 -0,002100 0,042925 103 -0,006180 0,047396 174
1992 -0,001310 0,031176 125 -0,004570 0,049378 149
1993 0,010261 0,086692 128 0,000827 0,062261 181
1994 0,013306 0,091117 134 0,006570 0,058641 159
1995 0,005018 0,063880 143 0,002892 0,056369 164
1996 -0,007610 0,073933 136 0,001649 0,070776 153
1997 -0,010550 0,069966 138 0,003118 0,053735 130
1998 -0,009600 0,083413 138 0,000662 0,055578 162
1999 -0,001070 0,069933 136 0,001614 0,051927 136
2000 0,000983 0,053296 134 0,000086 0,050373 159
2001 0,003348 0,057190 141 0,000824 0,080258 138
2002 0,002989 0,057260 155 -0,004870 0,073208 155
2003 0,001474 0,134962 159 -0,005960 0,083864 200
2004 0,001434 0,066574 151 -0,008490 0,102688 214
2005 -0,001050 0,063999 160 -0,002790 0,082323 245
2006 0,002243 0,075059 144 -0,002530 0,063818 218
2007 0,002306 0,049205 137 -0,000950 0,054711 251
2008 0,000303 0,045761 138 -0,003140 0,065009 224
2009 0,000814 0,057078 139 0,001478 0,060182 224
2010 0,003667 0,054047 132 0,000931 0,059050 224
2011 0,004425 0,048627 137 0,000747 0,065224 226
2012 0,005040 0,047651 135 -0,010930 0,084366 212
2013 -0,000490 0,044590 105 -0,017120 0,087764 195
2014 0,000863 0,037377 114 -0,014420 0,088115 200

Remarque : s.o. = sans objet.

Source : Zoological Society of London, 2017.

Mises en garde et limites

L'Indice des espèces canadiennes a été élaboré à partir de Living Planet Index, conçu à l'origine par le World Wildlife Fund; cet indice est maintenant élaboré en partenariat avec la Zoological Society of London. Il repose sur une méthode évaluée par les pairsNote de bas de page5 pouvant intégrer de nombreux types de mesures de la population. La méthode de calcul de l'Indice des espèces canadiennes a été améliorée et révisée, et les résultats ne peuvent être comparés directement à l'Indice planète vivante.

L'indice utilise les données recueillies antérieurement; il est donc biaisé en faveur de certaines espèces. Il s'agit notamment des espèces faciles à observer, des espèces gérées pour leur utilisation par l'être humain ou la conservation, et des espèces présentant un attrait esthétique. Les espèces d'oiseaux sont bien représentées, mais la plupart des autres groupes de vertébrés ne le sont pas. Certaines espèces sont représentées par des données provenant d'une étude locale portant sur une faible partie de la population totale. Bien qu'il existe une grande incertitude dans les tendances de ces espèces, la combinaison des données de nombreuses espèces mène à des résultats plus faciles à interpréter.

Complément d'information

L'indice est descriptif. Étant donné que les données sous-jacentes ont été recueillies à d'autres fins, l'ensemble des espèces couvertes par l'indice comporte des biais d'échantillonnage inconnus. Pour cette raison, l'indice ne satisfait pas à l'exigence d'échantillonnage aléatoire requise pour les tests d'hypothèses statistiques classiques, de sorte que les variations de l'indice ne peuvent être considérées comme étant statistiquement significatives. Les tendances de l'indice fournissent une indication des tendances dans l'environnement et peuvent servir à déterminer les besoins d'analyse ou d'information complémentaire.

Le calcul de la moyenne des tendances de toutes les populations à l'intérieur de chaque espèce peut masquer une importante variabilité entre les sous-espèces, les variétés ou les régions géographiques. Le calcul de la moyenne des tendances entre les espèces peut également masquer des renseignements importants. L'analyse de différentes parties de l'ensemble de données peut aider à faire ressortir ces tendances.

Les mesures de la taille des populations comportent toujours une certaine incertitude, car il est impossible de trouver chacun des animaux et de les compter à chaque intervalle d'échantillonnage. Le facteur d'incertitude dans les mesures ne peut être dissocié des variations réelles de la taille de la population. La variabilité aléatoire peut faire en sorte que l'on compte quelques animaux de plus ou de moins. Si cette variabilité entraîne une grande variation proportionnelle, comme c'est le cas lorsque le nombre moyen d'individus trouvés est faible, l'incertitude qui en résulte dans l'indice peut être considérable. Cependant, l'incertitude des mesures s'estompe à mesure qu'augmentent la longueur des séries chronologiques et le nombre d'espèces. Pour cette raison, l'interprétation des petits sous-ensembles de données doit être effectuée en tenant compte du contexte de la biologie des espèces incluses et des points forts et des faiblesses des protocoles de surveillance.

Seules les espèces de vertébrés sont incluses dans l'indice, car elles constituent le seul groupe offrant des données suffisantes au niveau de la population. Les invertébrés et les plantes sont généralement surveillés à l'aide d'une zone d'occurrence, un type de données difficile à intégrer dans l'indice.

Ressources

Ressources

Références

Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (2006) Espèces sauvages 2005 : la situation générale des espèces au Canada. Groupe de travail national sur la situation générale. Consulté en août 2017.

Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (2011) Espèces sauvages 2010 : la situation générale des espèces au Canada. Groupe de travail national sur la situation générale. Consulté en août 2017.

Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (2017) Espèces sauvages 2015 : la situation générale des espèces au Canada. Groupe de travail national sur la situation générale. Consulté en août 2017.

Collen B et al. (2009) Monitoring Change in Vertebrate Abundance: the Living Planet Index. Conservation Biology 23(2): 317-327 (en anglais seulement).

Renseignements connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :