Refuge d’oiseaux migrateurs de l’île-Bylot

Le refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l'île-Bylot est situé au nord-ouest de l'île de Bylot, Nunavut. Il offre beaucoup de nourriture aux oiseaux marins et des sites pour nicher.

Importance du refuge : oiseaux migrateurs et espèces sauvages

Situé au large du nord-est de l’île de Baffin, au Nunavut, le refuge d’oiseaux migrateurs de l’île-Bylot abrite une faune riche, une grande diversité d’habitats ainsi qu’un paysage spectaculaire. La faune aviaire de l’île Bylot est particulièrement diversifiée; 71 espèces ont été identifiées dans le refuge, dont au moins 35 espèces s’y reproduisent et six espèces y résident de façon permanente. Une telle diversité est impressionnante pour un endroit aussi reculé dans le Nord. Cet éventail assez important est attribuable principalement aux eaux libres qui se forment chaque année à la jonction du détroit de Lancaster et de la baie de Baffin, offrant des sites d’alimentation importants pour des dizaines de milliers d’oiseaux marins. La qualité supérieure des aires de nidification dans cette zone constitue également en un facteur de choix. Les oiseaux marins se rassemblent et construisent leur nid le long de la pointe nord-ouest de l’île, au cap Hay, ainsi qu’au sud-est, au cap Graham Moore. Les oiseaux marins comptent pour 37 % de la vie aviaire sur l’île, alors que les oiseaux de rivage, les espèces de la sauvagine et les oiseaux chanteurs (les passereaux) composent la population restante.

Ce refuge a été créé aux seules fins de protéger les aires de nidification des guillemots de Brünnich, des mouettes tridactyles et des grandes oies des neiges. Ces oiseaux utilisent tous le refuge dans les concentrations exceptionnelles et on estime que plus de 10 % de la population canadienne de guillemots de Brünnich et 25 % de celle des mouettes tridactyles partagent les falaises de l’île. Ces proportions représentent un rassemblement de plus de 300 000 guillemots et 50 000 mouettes tridactyles dans un seul lieu chaque printemps pendant la période de reproduction (le reste de l’année est passé en mer). Outre ces chiffres ahurissants, environ 100 000 grandes oies des neiges, constituant environ 15 % de la population canadienne et la plus grande colonie connue, peuvent se trouver dans l’habitat de toundra des basses terres du sud-ouest de l’île Bylot à la fin de chaque été. Les mêmes oies se reposent et se nourrissent dans le sud du Québec quelques semaines pendant leur migration chaque printemps et chaque automne.

Oies des neiges
Oies des neiges. Photo : P. Dupuis


L’île Bylot abrite des espèces du Haut-Arctique et du Bas-Artique, et des espèces de ces deux groupes se reproduisent sur l’île. Les oiseaux classés dans le groupe du Haut-Arctique comprennent le pluvier argenté, le tourne-pierre à collier et le bécasseau à croupion blanc, alors que le groupe du Bas-Arctique comprend l’alouette hausse-col, la mouette de Sabine et le pluvier bronzé. Comme ces oiseaux cohabitent sur l’île, il est possible de voir des grues du Canada et des bécasseaux à poitrine cendrée, de la variété du Bas-Arctique, nichant à proximité de tourne-pierres à collier et de bécasseaux à croupion blanc, des oiseaux qui proviennent généralement de la population du Haut-Arctique. Au moins trois espèces des vieux pays (celles que l’on retrouve généralement en Europe, en Afrique et en Asie) sont connues pour visiter l’île Bylot ou y nicher, notamment la maubèche, le pluvier grand-gravelot et le traquet motteux. Ces oiseaux volent vers le nord canadien en passant par le Groenland et l’Islande depuis leurs aires d’hivernage de l’Ancien monde.

Paysage

Comme l’île Bylot est adjacente au détroit de Lancaster, lequel constitue une importante voie migratoire et une aire de retraite estivale pour les mammifères marins, 21 espèces de mammifères marins et terrestres ont été répertoriées à l’intérieur et aux alentours du refuge. Celles-ci comprennent cinq espèces de phoques, quatre espèces de baleines et de nombreux ours blancs, qui utilisent l’île comme aire de retraite durant l’été. D’autres espèces couramment observées dans le refuge comprennent le renard arctique, le lemming variable et le lièvre arctique.

Créé en 1965, le refuge d’oiseaux migrateurs de l’île-Bylot englobe l’ensemble de l’île Bylot ainsi que les eaux marines adjacentes s’étendant à moins de 3,2 km de la rive. En raison de la richesse de la faune sauvage et de la grande beauté et de la diversité des paysages de la région, une grande partie de l’île fait également partie du parc national Sirmilik, qui fût créé en 2001.

Les rives de l’île Bylot sont délimitées par le détroit de Lancaster au nord, la baie de Baffin à l’est, l’inlet Navy Board à l’ouest et l’inlet Pond et le détroit d’Éclipse au sud. L’île est composée de montagnes, de champs de neige, de champs de glace, de glaciers et de pingos.

Paysage
Paysage de la vallée Qarlikturvik, refuge d'oiseaux migrateurs de l'île-Bylot. Photo : Josée Lefebvre


La diversité d’espèces d’oiseaux observées à cette latitude peut être attribuée principalement à la juxtaposition d'habitats marins et terrestres où la polynie et le chenal de séparation se forme annuellement à la jonction du détroit de Lancaster et de la baie de Baffin.

Le saviez-vous?

Les pingos sont des collines coniques qui sont uniques au milieu de pergélisol. Ces buttes à noyau de glace se forment lorsque les lacs du nord se drainent (de façon partielle ou complète), et que des étendues de sable saturées d’eau sont ainsi exposées aux températures glaciales de l’hiver. Les pressions changeantes qui surviennent dans la terre lorsque l’eau commence à geler entraînent la déformation vers le haut du lit du lac, ce qui crée un monticule. Comme les pingos sont souvent présents sur les terrains très plats, ils sont particulièrement visibles.

Carte du refuge

Carte du refuge d'oiseaux migrateurs de l'île-Bylot
Description longue

Carte montrant l'emplacement du refuge d'oiseaux migrateurs (ROM) de l'île-Bylot par rapport au Nunavut, à l'île de Baffin, à l'île de Bylot, à la baie de Baffin, à Parry Channel, à Pond Inlet, à Tasiujaq et à Navy Board Inlet. La carte indique les limites du refuge, qui renferme l'île de Bylot en entier ainsi que les eaux du littoral qui l'entourent. L'échelle de la carte est en kilomètres. Les eaux permanentes ainsi que les zones intertidales sont indiquées sur la carte. Un encart sur la carte montre l'emplacement du refuge dans le Canada.

Accès au refuge

Des refuges d’oiseaux migrateurs, comme celui de l’île-Bylot, sont établis à la grandeur du pays afin de protéger les oiseaux migrateurs durant les périodes critiques de leur cycle vital. Que ces refuges soient utilisés par les oiseaux pour s’alimenter, se reposer ou nicher, ils jouent un rôle important dans la survie de nombreuses espèces. Les conditions d'accès aux refuges varient d'un site à l'autre et sont établies par le propriétaire et le gestionnaire des terres. Veuillez-vous assurer de savoir comment protéger le refuge et veuillez lire les restrictions (notamment en ce qui concerne les armes à feu et la chasse) qui s’y appliquent afin de conserver la faune qui y vit.

Le ROM est géré par Environnement et Changement climatique Canada, en partenariat avec le comité de cogestion (CCG) Asungasungaat de Pond Inlet, Nunavut.

Veuillez prendre note que, conformément à l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut et à l’Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits pour les réserves nationales de faune et les refuges d’oiseaux migrateurs dans la région du Nunavut, les bénéficiaires du Nunavut n’ont pas besoin de permis pour réaliser des activités liées à l’exploitation aux fins de subsistance dans ce refuge. Toute autre personne souhaitant avoir accès au refuge d’oiseaux migrateurs de l’île Bylot est priée d’obtenir un permis.

Si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur les activités permises dans les refuges d’oiseaux migrateurs, veuillez consulter la section Gestion et activités du site Web. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le refuge d’oiseaux migrateurs de l’île Bylot, veuillez communiquer avec notre bureau régional.

Éléments clés au sujet du refuge d’oiseaux migrateurs de l’île-Bylot

Désignation de l’aire protégée Refuge d’oiseaux migrateurs
Province ou territoire Nunavut
Latitude et longitude 73°13' N, 78°34' O
Taille 1 282 730 hectares (renferme une partie marine de 176 515 ha autour de l’île)
Date de création (publication dans la Gazette du Canada) 1965
Catégorie de gestion de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Parc national (II) (disponsible en anglais seulement)
Autres désignations Zone importante pour la conservation des oiseaux du cap Hay
Zone importante pour la conservation des oiseaux de la partie sud-ouest de l’île Bylot
Zone importante pour la conservation des oiseaux du cap Graham Moore
Parc national Sirmilik
Type d’habitat principal Eaux libres (14 %), montagnes (69 %, y compris une grande partie couverte par la calotte glaciaire), falaises de calcaire (1 %), plaines basses toundratiques humides (16 %)
Espèces clés d’oiseaux Guillemot de Brünnich, mouette tridactyle, grande oie des neiges
Autres espèces Oiseaux : Guillemot à miroir, goéland bourgmestre, fulmar boréal, mouette de Sabine, pluvier bronzé, sterne arctique, pluvier argenté, grand corbeau, pluvier grand gravelot, alouette hausse-col, labbe à longue queue, traquet motteux, bécasseau à poitrine cendrée, faucon pèlerin, bécasseau maubèche, lagopède alpin, tourne-pierre à collier, plectrophane des neiges, harfang des neiges, bécasseau à croupion blanc, eider à tête grise, harelde kakawi, plongeon catmarin, grue du Canada
Marins : Phoque barbu, phoque annelé, phoque du Groenland, phoque à capuchon, phoque commun, béluga, épaulard, narval, baleine boréale
Terrestres : Caribou, lemming variable, renard arctique, lièvre arctique, ours blanc
Espèces inscrites sous la Loi sur les espèces en péril (LEP) Faucon pèlerin, bécasseau maubèche et baleine boréale (population de l’arctique de l’est)
Organisme de gestion Service canadien de la faune, région des Prairies et du Nord en collaboration avec le Comité de cogestion d’Asungasungaaq de la région de l’inlet Pond.
Propriétaires fonciers Terres de la Couronne et terres inuites

Liens connexes

Coordonnées

Environnement et Changement climatique Canada – Région du Nord
Service canadien de la faune
Aires protégées et intendance
Unité arctique orientale
C.P. 1714
Iqaluit (Nunavut)  X0A 0H0

Sans frais : 1-800-668-6767 (au Canada seulement)
Adresse électronique : ec.enviroinfo.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :