Sels d’aluminium, contenu final : annexe B

Annexe B

Tableau B1 : Enquêtes épidémiologiques sur les maladies neurologiques et l’aluminium dans l’eau potable
Lieu

Période de collecte
Réfé rences

Type d’étude
Population étudiée et résultats cliniques Mesure de l’exposition Résultats Commentaires

Ontario

1981 - 1991

McLachlan et al. (1996)

Étude cas-témoins

Cas et témoins fondés sur les cerveaux donnés à la Canadian Brain Tissue Bank.

Cas : a1 - 296 patients atteints de la MA, fondés sur les antécédents cliniques de démence et des critères histo-pathologiques (plaques séniles et ENF dans des régions particulières du cerveau); a2 - 89 patients atteints de la MA comme ci-dessus et souffrant d’autres neuropathies.
Témoins : c1 - 125 sans histopathologie du cerveau; c2 - 170 atteints d’autres maladies neurodé-
génératives.

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données du Programme de surveillance de la qualité de l'eau du ministère ontarien de l’Environnement pour les réseaux municipaux desservant le lieu de résidence ainsi que sur les antécédents résidentiels (1981 - 1991).

Non pondérés en fonction des antécédents résidentiels :
Al vs c1 + c2 :
Al ≥ 100 vs < 100 µg/L, RC = 1,7 (IC de 95 % : 1,2 - 2,6)
Al ≥ 125 vs < 125 µg/L, RC = 3,6 (IC de 95 % : 1,4 - 9,9)
Al ≥ 150 vs < 150 µg/L, RC = 4,4 (IC de 95 % : 0,98 - 20)
Al ≥ 175 vs < 175 µg/L, RC = 7,6 (IC de 95 % : 0,98 - 61)
a1 + a2 vs c1 + c2 :
Al ≥ 100 vs < 100 µg/L, RC = 1,7 (IC de 95 % : 1,2 - 2,5)

Pondérés en fonction des antécédents résidentiels sur une période de 10 ans :
A1 vs c1 + c2 :
Al ≥ 100 vs < 100 µg/L, RC = 2,6 (IC de 95 % : 1,2 - 5,7)
a1 + a2 vs c1 + c2 :
Al ≥ 100 vs <100 µg/L, RC = 2,5 (IC de 95 % : 1,2 - 5,3)
a1 vs c2:
Al ≥ 100 vs <100 µg/L, RC = 2,5 (IC de 95 % : 1,1 - 5,6)

Pas de prise en compte de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de la profession, etc.

Exposition pondérée en fonction des antécédents résidentiels sur une période de 10 ans pour 119 cas et 51 témoins.

Critères de diagnostic clinique de la MA non précisés.

Ontario

1984 - 1991

Forbes et al. (1995b)
Forbes et McLachlan (1996)

Étude transversale

MA ou démence présénile fondée sur les données des certificats de décès (CIM-9331,0 et CIM-9290,1) de la cohorte ELV.

Forbes et al. (1995b) : ≈3000 certificats de décès mentionnant la démence (MA et démence présénile).

Forbes et McLachlan (1996) : 1041 certificats de décès mentionnant la MA (≥ 85 ans).

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données du Programme de surveillance de la qualité de l'eau du ministère ontarien de l’Environnement pour les réseaux municipaux desservant le lieu de résidence au moment du décès.

Forbes et al. (1995b) :
Pour des personnes atteintes de la MA âgées de ≥ 75 ans :

Al seul :
Al ≤67 µg/L, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, RR = 0,91 (IC de 95 % : 0,82 - 1,01)
Al ≥ 336 µg/L, RR = 3,15 (IC de 95 % : 1,85 - 5,36)

Ajustement en fonction du pH :
Al ≤ 67 µg/L, pH < 7,85, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, pH = 7,85 - 7,95, RR = 0,91 (IC de 95 % : 0,82 - 1,00)
Al ≥ 336 µg/L, pH ≥ 7,95, RR = 3,27 (IC de 95 % : 1,92 - 5,57)

Ajustement en fonction du F :
Al ≤ 67 µg/L, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, F < 300 µg/L, RR = 0,95 (IC de 95 % : 0,84 - 1,06)
Al ≥ 336 µg/L, F ≥ 860 µg/L, RR = 3,10 (IC de 95 % : 1,81 - 5,27)

Ajustement en fonction du paramètre d’interaction Al/F :
Al ≤ 67 µg/L, F <300 µg/L, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, RR = 1,11 (IC de 95 % : 0,92 - 1,33)
Al ≥ 336 µg/L, RR = 3,88 (IC de 95 % : 2,22 - 6,77)
Al ≤ 67 µg/L, F ≥ 860 µg/L, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, RR = 0,85 (IC de 95 % : 0,74 - 0,98)
Al ≥ 336 µg/L, RR = 0,98 (IC de 95 % : 0,14 - 6,97)

Ajustement en fonction du Si :
Al ≤ 67 µg/L, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, Si < 1,5 mg/L, RR = 0,90 (IC de 95 % : 0,81 - 1,00)
Al ≥ 336 µg/L, Si ≥ 1,5 mg/L, RR = 3,14 (IC de 95 % : 1,84 - 5,34)

Ajustement en fonction du paramètre d’interaction Al/Si :
Al ≤ 67 µg/L, Si < 1,5 mg/L, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, RR = 1,00 (IC de 95 % : 0,89 - 1,13)
Al ≥ 336 µg/L, RR = 4,04 (IC de 95 % : 2,32 - 7,03)
Al ≤ 67 µg/L, Si ≥ 1,5 mg/L, RR = 1,00
Al = 68 - 200 µg/L, RR = 0,67 (IC de 95 % : 0,55 - 0,82)
Al ≥ 336 µg/L, RR = 0,88 (IC de 95 % : 0,12 - 6,29)

Des analyses similaires réalisées avec des personnes atteintes de la MA et de démence présénile, de démence présénile seulement et avec des personnes de tout âge atteintes de la MA ont été présentées. Les RR étaient plus faibles.

Forbes et McLachlan (1996) :
Pour des personnes âgées de ≥ 85 ans :
Al seul :
Al = 68 - 250 µg/L vs ≤ 67 µg/L, RR = 0,85, p  < 0,05
A l> 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 4,76, p < 0,05

Ajustement en fonction de la source d’eau :
Al = 68 - 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 0,88, p >0,05
A l> 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 4,93, p < 0,05

Ajustement en fonction de la source d’eau et du Si :
Al = 68 - 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 0,91, p > 0,05
A l> 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 5,07, p < 0,05

Ajustement en fonction de la source d’eau, du Si et du Fe :
Al = 68 - 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 0,89, p > 0,05
A l> 250 µg/L vs, ≤67 µg/L, RR = 6,27, p < 0,05

Ajustement en fonction de la source d’eau, du Si, du Fe et du pH :
Al = 68 - 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 0,91, p > 0,05
Al > 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 7,38, p < 0,05

Ajustement en fonction de la source d’eau, du Si, du Fe, du pH et du F :
Al = 68 - 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 0,90, p > 0,05
Al > 250 µg/L vs, ≤ 67 µg/L, RR= 7,56, p < 0,05

Ajustement en fonction de la source d’eau, du Si, du Fe, du pH, du F et de la turbidité :
Al = 68 - 250 µg/L vs ≤67 µg/L, RR = 0,89, p > 0,05
Al > 250 µg/L vs ≤ 67 µg/L, RR = 9,95, p < 0,05

Pas de prise en compte du sexe, du niveau d’éducation, de la profession, etc.

Inexactitudes possibles dans les données apparaissant dans les certificats de décès en raison des différentes façons qu’ont les médecins d’établir les certificats de décès.

Aucune information sur la durée d’exposition.

RR correspond au quotient de deux risques; la population de référence provient de l’Étude longitudinale sur le vieillissement de l’Ontario.

Ontario

1990 - 1991

Forbes et al. (1992)
Forbes et al. (1994)
Forbes et Agwani (1994)
Forbes et al. (1995a)

Étude transversale

Hommes de la cohorte ELV souffrant de troubles cognitifs selon les entrevues/ questionnaires du test modifié de l’état mental. Les survivants ou des tiers ont répondu aux questionnaires des personnes décédées.

Forbes et al. (1992) : 485 hommes.

Forbes et al. (1994) : 290 hommes pour l’analyse de l’eau potable de surface et 485 hommes pour une autre analyse.

Forbes et Agwani (1994) : 530 hommes.

Forbes et al. (1995a) : 494 - 541 hommes pour chaque analyse.

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données du Programme de surveillance de la qualité de l'eau du ministère ontarien de l’Environnement pour les réseaux municipaux desservant le lieu de résidence ainsi que sur les antécédents résidentiels.

Les médianes des concentrations d’Al et de F représentent les valeurs limites.

Forbes et al. (1992) :
Basés sur l’eau traitée :
Al ≥ 84,7 µg/L vs Al < 84,7 µg/L RC = 1,14 (p > 0,05)
Al < 84,7 µg/L, F > 880 µg/L, RC = 1,00
Al ≥ 84,7 µg/L, F > 880 µg/L, RC = 1,69 (p > 0,05)
Al < 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 2,21 (p < 0,05)
Al ≥ 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 2,72 (p < 0,01)
Al < 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 1,00
Al < 84,7 µg/L, F > 880 µg/L, RC = 0,45 (p < 0,05)
Al ≥ 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 1,23 (p > 0,05)
Al ≥ 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 1,00
D’autres combinaisons d’Al et de F, RC ≈ 0,61 (p > 0,05)
Al < 84,7 µg/L, F > 880 µg/L, RC = 1,00
Al ≥ 84,7 µg/L, F > 880 µg/L, RC = 1,69 (p > 0,05)
D’autres combinaisons d’Al et de F, RC = 1,95 (p < 0,05)

Des analyses similaires réalisées avec des concentrations dans l’eau brute ont été présentées, mais aucune association significative n’a été signalée.

Forbes et al, (1994) :
Eau potable de surface seulement (N = 290) :
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 1,53 (IC de 95 % : 0,94 - 2,51)
Al < 84,7 µg/L, F ≥ 880 µg/L, RC = 1,00
A l≥ 84,7 µg/L, F ≥ 880 µg/L, RC = 2,13 (IC de 95 % : 1,09 - 4,12)
Al < 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 2,75 (IC de 95 % : 1,20 - 6,27)
Al ≥ 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 3,98 (IC de 95 % : 1,7 2- 9,19)

Forbes et al, (1994) :
RC accrus lorsque l’analyse se limite aux sujets ayant résidé à la même adresse depuis plus de 5 ans.
Les analyses sont fondées sur l’eau potable (N = 485) :

pH < 7,85 (N = 68)
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 0,76 (IC de 95 % : 0,28 - 2,06)
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 0,91 (IC de 95 % : 0,30 - 2,74)

pH = 7,85 - 8,05 (N = 54)
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 0,68 (IC de 95 % : 0,21 - 2,19)
A l≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 0,67 (IC de 95 % : 0,07 - 6,41)

pH > 8,05 (N = 363)
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 1,30 (IC de 95 % : 0,85 - 2,04)
A l≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, F < 880 µg/L, RC = 1,36 (IC de 95 % : 0,55 - 3,39)
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, F ≥ 880 vs < 880 µg/L, RC = 0,87 (IC de 95 % : 0,50 - 1,52)
Al < 84,7 µg/L, F ≥ 880 vs < 880 µg/L, RC = 0,47 (IC de 95 % : 0,23 - 0,97)

Régression logistique ajustée en fonction de F, du pH, de la source d’eau, de l’âge, du niveau d’éducation, de la santé, du revenu et du nombre de déménagements :

Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 1,72 (IC de 95 % : 1,08 - 2,75)

Forbes et Agwani (1994) :
Régression logistique ajustée en fonction de F, du pH, de la turbidité, du carbone organique dissous et de la source d’eau :

Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 1,97 (IC de 95 % : 1,21 - 3,22)

Régression logistique ajustée en fonction de F, du pH, de la turbidité, du carbone organique dissous, de la source d’eau et d’informations détaillées sur la source d’eau :

Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 2,27 (IC de 95 % : 1,27 - 4,07)

Forbes et al, (1995a) :
Régression logistique ajustée en fonction de F, du pH, de la turbidité, du carbone organique dissous, du Si, du Fe, de la source d’eau, du niveau d’éducation, de l’état de santé, du revenu et du nombre de déménagements (N = 530) :

Sans le paramètre de l’âge :
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 2,19 (IC de 95 % : 1,29 - 3,71)

Avec le paramètre de l’âge :
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 2,19 (IC de 95 % : 1,29 - 3,71)
Avec les paramètres de l’âge et d’interaction Al/Si :
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 2,35 (IC de 95 % : 1,32 - 4,18)

Régression logistique ajustée en fonction de F, du pH, du Si, de la source d’eau et de l’interaction Al/Si (N = 541) :
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 1,98 (IC de 95 % : 1,20 - 3,26)

Analyse pour le Si (N = 494) :
Al ≥ 84,7 vs < 84,7 µg/L, RC = 1,47 (IC de 95 % : 0,99 - 2,20)
Al < 84,7 µg/L, Si ≥ 790 vs < 790 µg/L, RC = 2,20 (IC de 95 % : 1,02 - 4,74)
Al ≥ 84,7 µg/L, Si ≥ 790 vs < 790 µg/L, RC = 0,89 (IC de 95 % : 0,54 - 1,47)

Forbes et al. (1992), Forbes et al. (1994), Forbes et Agwani, (1994), Forbes et al. (1995a) :
Exposition non pondérée en fonction des antécédents résidentiels.
Troubles cognitifs généralement légers.

Forbes et al. (1992), Forbes et Agwani, (1994) :
Pas de prise en compte de l’âge, du niveau d’éducation, de la profession, etc.

Forbes et al. (1994), Forbes et al. (1995a) :
Analyses sélectionnées tenant compte du niveau d’éducation, de l’état de santé à 62 ans, du revenu à 45 ans, du nombre de déménagements et de l’âge.

Ontario

1986 - 1987

Neri et Hewitt (1991)
Neri et al. (1992)

Cas-témoins

Cas : MA et démence présénile fondées sur les critères CIM obtenus à partir des données de sortie de l’hôpital.

Témoins : autres diagnostics (ni psychia-
triques, ni neurologiques) appariés aux cas selon l’âge et le sexe.

≥ 55 ans.

Neri et Hewitt (1991) : 2232 cas/2232 témoins.

Neri et al. (1992) : 2258 cas/2258 témoins.

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données du Programme de surveillance de la qualité de l'eau du ministère ontarien de l’Environnement pour les réseaux municipaux desservant le lieu de résidence.

Neri et Hewitt (1991); Neri et al. (1992) :
Relation dose-réponse significative entre la MA et les concentrations ≥ 10 µg/L (p < 0,05).

Neri et Hewitt (1991) :
< 10 µg/L, RR = 1,0
10 - 99 µg/L, RR = 1,13
100 - 199 µg/L, RR = 1,26
> 200 µg/L, RR = 1,46
IC de 95 % ou valeur de p non précisée

Neri et al. (1992) :
< 10 µg/L, RR = 1,00
10 - 99 µg/L, RR = 1,15
100 - 199 µg/L, RR = 1,45
> 200 µg/L, RR = 1,46
IC de 95 % ou valeur de p non précisée

Prise en compte de l’âge et du sexe.
Relation dose-réponse plus étroite lors de l’analyse se limitant aux sujets > 75 ans (Smith, 1995).
Aucune information sur l’exposition antérieure.
Inexactitudes possibles dans les données apparaissant dans les certificats de décès en raison des différentes façons qu’ont les médecins d’établir les certificats de décès.

Québec (Saguenay-Lac-Saint-Jean)

1994

Gauthier et al. (2000)

Étude cas-témoins

Cas : 68 cas probables et possibles de MA fondés sur une procédure en trois étapes : 1) examen MMS, 2) critères DSM-IV, 3) NINCDS-ADRDA et CIM-10.

Témoins : 68 exempts de troubles cognitifs, appariés selon l’âge et le sexe.

≥ 70 ans.

Aluminium dans l’eau potable fondé sur les échantillons d’eau de 54 municipalités prélevés quatre fois entre 1995 et 1996.

Les espèces d’aluminium (dissous, monomère et polymère, par exemple) ont été quantifiées.

Le quatrième quartile de la concentration de chaque espèce d’aluminium était la valeur limite.

Aucune association significative entre l’exposition à long terme (entre 1945 et l’apparition de la maladie) à toute espèce d’aluminium et la MA.

Pour l’exposition estimée à l’apparition de la maladie (vs < quatrième quartile) :
Total (> 77,2 µg/L) : RC = 2,10 (IC de 95 % : 0,83 - 5,35)
Total dissous (> 38,9 µg/L) : RC = 1,93 (IC de 95 % : 0,79 - 4,67)
Monomère organique (> 12,2 µg/L): RC = 2,67 (IC de 95 % : 1,04 - 6,90)
Monomère inorganique (> 8,4 µg/L) : RC = 0,71 (IC de 95 % : 0,29 - 1,72)
Al-OH (> 8 µg/L) : RC = 0,53 (IC de 95 % : 0,20 - 1,42)
Al-F (> 0,3 µg/L) : RC = 0,67 (IC de 95 % : 0,26 - 1,67)
Al-Si (> 0,04 µg/L) : RC = 0,67 (IC de 95 % : 0,26 - 1,69)
Polymère (> 14,6 µg/L) : RC = 1,98 (IC de 95 % : 0,79 - 4,98)

Examen de la spéciation de l’aluminium dans l’eau potable.

Prise en compte de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, des antécédents familiaux, de l’allèle ε4 de l’apoE et de l’exposition professionnelle.

Sud-ouest de la France (Gironde et Dordogne)

1988 - 1989

Jacqmin et al. (1994)
Jacqmin-Gadda et al. (1996)

Étude transversale

Troubles cognitifs fondés sur l’examen MMS chez des personnes âgées de ≥ 65 ans issues de la cohorte PAQUID.

Jacqmin et al. (1994) : 3469 personnes.

Jacqmin-Gadda et al. (1996) : 3430 personnes.

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données de la station de traitement ou du réseau de distribution desservant le lieu de résidence (issu de deux enquêtes).
Les données provenant du réseau de distribution ont été pondérées pour tenir compte de la période d’utilisation de chaque station de traitement au cours des dix dernières années (1981 - 1991) et du débit horaire ou de la contribution relative de la station de traitement.

Jacqmin et al. (1994) :
Aucune association significative avec l’aluminium sans ajustement en fonction du pH; association positive lorsque le pH ≤ 7,3, association négative lorsque le pH ≥ 7,3 (valeurs de p non précisées).

Régression logistique ajustée en fonction de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de la profession, du calcium et du pH :

RC = 5,2 (IC de 95 % : 1,1 - 25,1), avec une augmentation du logarithme de la concentration d’aluminium (1 mg Al/L)
RC = 0,80 (IC de 95 % : 0,65 - 0,98), avec une augmentation du logarithme de la concentration d’aluminium (1 mg Al/L)en tenant compte du paramètre d’interaction pH/Al
Aucune association significative (p > 0,05) après ajustement en fonction du niveau d’éducation et de la profession.

Jacqmin-Gadda et al. (1996) :
Régression logistique ajustée en fonction de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de la profession, du calcium, du pH et du Si :
Association significative (p < 0,05) avec l’aluminium seulement lorsque la valeur limite était le premier quartile de l’aluminium (vs le quartile médian et le troisième quartile) :
Al ≥ 3,5 µg/L vs < 3,5 µg/L :
RC = 1,65 (IC de 95 % : 0,80 - 3,39) (sans tenir compte du paramètre d’interaction Al/Si)
RC = 3,94 (IC de 95 % : 1,39 - 11,2) (en tenant compte du paramètre d’interaction Al/Si)

Régression logistique ajustée en fonction des caractéristiques personnelles et du calcium :
Al < 3,5 µg/L, pH < 7,35, Si < 10,4 mg/L, RC = 1,00
Al ≥ 3,5 µg/L :
pH ≥ 7,35, Si ≥ 10,4 mg/L, RC = 0,75 (IC de 95 % : 0,59 - 0,96)
pH ≥ 7,35, Si < 10,4 mg/L, RC = 0,89 (IC de 95 % : 0,64 - 1,22)
pH < 7,35, Si ≥ 10,4 mg/L, RC = 0,74 (IC de 95 % : 0,53 - 1,02)
pH < 7,35, Si < 10,4 mg/L, RC = 1,30 (IC de 95 % : 0,75 - 2,24)

Prise en compte de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de l’emploi principal permanent et du calcium.

L’exposition n’a pas été pondérée en fonction des antécédents résidentiels.

Sud-ouest de la France (Gironde et Dordogne)

1988 - 1989 à 1997

Rondeau et al. (2000)
Rondeau et al. (2001)

Étude longitudinale (analyse de suivi réalisée huit ans plus tard)

Démence et MA fondées sur une procédure en deux étapes : 1) critères DSM-III, 2) critères NINCDS-ADRDA pour la MA et score de Hachinski pour la démence vasculaire pour les personnes ayant des résultats DSM positifs ou un moins bon score MMS (> 2 points).

Réévaluation des sujets un, trois, cinq et huit ans après la première visite (les sujets de la Dordogne n’ont pas été réévalués après un an).

Au départ, 2698 sujets non déments âgés de ≥ 65 ans issus de la cohorte PAQUID ont participé à cette étude.

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données de la station de traitement ou du réseau de distribution desservant le lieu de résidence (issu de deux enquêtes).

Les données provenant du réseau de distribution ont été pondérées pour tenir compte de la période d’utilisation de chaque station de traitement au cours des dix dernières années (1981 - 1991) et du débit horaire ou de la contribution relative de la station de traitement.

RR de 253 cas de démence :
Ajustement en fonction de l’âge et du sexe :
Al ≥ 100 vs < 100 µg/L, RR = 2,33 (IC de 95 % : 1,42 - 3,82)
Augmentation de 100 µg/L Al, RR = 1,36 (IC de 95 % : 1,15 - 1,61)

Ajustement en fonction de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de la consommation de vin et du lieu de résidence :
Al < 3,8 µg/L, RR = 1
A l≥ 3,8 vs <11,0 µg/L, RR = 1,03 (IC de 95 % : 0,74 - 1,43)
Al ≥ 11,0 vs < 100 µg/L, RR = 0,98 (IC de 95 % : 0,69 - 1,40)
Al ≥ 100 µg/L, RR = 2,00 (IC de 95 % : 1,15 - 3,50)
Al ≥ 100 vs < 100 µg/L, RR = 1,99 (IC de 95 % : 1,20 - 3,28)
Augmentation de 100 µg/L Al, RR = 1,25 (IC de 95 % : 1,05 - 1,50)

RR de 182 cas de MA :
Ajustement en fonction de l’âge et du sexe :
A l≥ 100 vs < 100 µg/L, RR = 2,20 (IC de 95 % : 1,24 - 3,84)
Augmentation de 100 µg/L Al, RR = 1,46 (IC de 95 % : 1,23 - 1,74)

Ajustement en fonction de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de la consommation de vin et du lieu de résidence :
Al < 3,8 µg/L, RR = 1
Al ≥ 3,8 vs < 11,0 µg/L, RR = 1,16 (IC de 95 % : 0,78 - 1,72)
Al ≥ 11,0 vs < 100 µg/L, RR = 0,97 (IC de 95 % : 0,63 - 1,49)
Al ≥ 100 µg/L, RR = 2,27 (IC de 95 % : 1,19 - 4,34)
Al ≥ 100 vs < 100 µg/L, RR = 2,14 (IC de 95 % : 1,21 - 3,80)
Augmentation de 100 µg/L Al, RR = 1,35 (IC de 95 % : 1,11 - 1,62)

RR de 105 cas de démence (parmi 1638 personnes) :
Ajustement en fonction de la consommation d’eau minérale, de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de la consommation de vin et du lieu de résidence :
Al ≥ 100 vs < 100 µg/L, RR = 3,36 (IC de 95 % : 1,74 - 6,49)

Prise en compte de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de la consommation de vin et du lieu de résidence.

L’exposition n’a pas été pondérée en fonction des antécédents résidentiels.

Sud-ouest de la France (Gironde et Dordogne)

1988 - 1989

Michel et al. (1991)

Étude transversale

Cas possibles et probables de MA fondés sur une procédure en deux étapes : 1) critères DSM-III, et 2) critères NINCDS-ADRDA chez 2731 personnes âgées de ≥ 65 ans issues de la cohorte PAQUID. Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données de la station de traitement ou du réseau de distribution desservant le lieu de résidence (années de collecte non précisées).

La corrélation de rang de Spearman entre la concentration d’aluminium et la MA était bien différente de zéro (p < 0,05).

Régression logistique ajustée en fonction de l’âge, du niveau d’éducation et du lieu de résidence :

Augmentation de 10 µg/L, RR = 1,16, p = 0,0014
Augmentation de 100 µg/L, RR = 4,53 (IC de 95 % : 3,36 - 6,10)

Prise en compte de l’âge, du niveau d’éducation et du lieu de résidence (urbain ou rural).
Lien entre l’aluminium et la MA rejeté suite aux dernières analyses des concentrations d’aluminium dans l’eau réalisées après la publication (Smith, 1995; OMS, 1997).

Huit régions de l’Angleterre et du pays de Galles

1986 - 1992

Martyn et al. (1997)

Étude cas-témoins

Cas : 106 avec diagnostic clinique de la MA ou tomodensi-
togramme normal ou atrophie cérébrale, et détérioration progressive de la cognition en l’absence d’autres causes de démence.

Témoins : 99 patients souffrant d’autres types de démence (tomodensi-
togramme normal), 226 patients atteints d’un cancer du cerveau et 441 patients souffrant d’autres troubles neurologiques.

Les sujets et les témoins étaient tous des hommes nés entre 1916 et 1945.

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données de la station de traitement ou du réseau de distribution desservant le lieu de résidence et sur les antécédents résidentiels depuis l’âge de 25 ans jusqu’au diagnostic.

Aucune association significative entre la MA et les concentrations dans l’eau potable, selon plusieurs RC (27 RC ont été présentés et n’étaient pas significatifs p > 0,05) :

Al = 15 - 44, Al = 45 - 109 et Al ≥ 110 µg/L comparé à Al < 15 µg/L

Lorsque :
une moyenne des concentrations d’aluminium a été établie sur une période de plus de 10 ans avant le diagnostic
une moyenne des concentrations d’aluminium a été établie sur une période allant de l’âge de 25 ans jusqu’à 10 ans avant le diagnostic
une moyenne des concentrations d’aluminium a été établie sur une période de plus de 10 ans avant le diagnostic

Pour les trois ensembles de témoins (soit autre forme de démence, cancer du cerveau et autres diagnostics).
Aucune association significative entre la MA et l’aluminium dans l’eau potable lorsque Si < 6 mg/L (encore une fois, selon 27 RC, ≈40 cas, ≈34 patients atteints d’autres formes de démence, ≈60 patients atteints d’un cancer du cerveau et ≈166 patients ayant un autre diagnostic).

Prise en compte de l’âge, du centre de neuroradiologie où le diagnostic a été posé et de la distance séparant la résidence du centre de neuroradiologie.

Critères du diagnostic clinique de la MA non précisés.

Nord de l’Angleterre

1990 - 1992

Forster et al. (1995)

Étude cas-témoins

Cas : 109 cas de démence présénile de type Alzheimer avant l’âge de 65 ans fondés sur une procédure en trois étapes : 1) dossiers d’hôpitaux (critères NINCDS-ADRDA et DSM), 2) examen MMS, 3) examen gériatrique de l’état mental.

Témoins : 109 provenant de la population générale appariés selon l’âge et le sexe, à l’exception de la démence.

Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données de la station de traitement desservant le lieu de résidence et sur les antécédents résidentiels concernant la période de résidence la plus longue au cours des 10 années précédant l’apparition de la maladie.
Consommation de thé et d’antiacides issue des données d’entrevues.

Al dans l’eau potable 10 ans avant l’apparition de la démence :
Al < 50 vs > 50 µg/L, RC = 1,2 (IC de 95 % : 0,67 - 2,37)
Al > 50 vs < 50 µg/L, RC = 0,8 (IC de 95 % : 0,42 - 1,50)
Al > 99 vs < 99 µg/L, RC = 0,8 (IC de 95 % : 0,44 - 1,49)
Al > 149 vs < 149 µg/L, RC = 1,0 (IC de 95 % : 0,41 - 2,43)

Mêmes conclusions lorsque l’exposition est fondée sur l’aluminium dans l’eau potable du lieu de naissance (N = 80 cas/témoins).

>4 tasses de thé par jour, RC = 1,4 (IC de 95 % : 0,81 - 2,63)
Emploi prolongé d’antiacides, RC = 1,6 (IC de 95 % : 0,77 - 3,51)

Prise en compte de l’âge et du sexe.

Mêmes conclusions avec les témoins pour les antécédents familiaux de démence.

Aucune information sur la présence ou l’absence d’aluminium dans les antiacides.

Nord de l’Angleterre
(trois districts : North Tyneside, Sunderland et Durham)

1982 - 1985

Wood et al. (1988)

Étude transversale

Démence chez 386 patients de > 55 ans ayant subi une fracture de la hanche (aucune information sur l’examen mental). Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données de stations de traitement de deux districts où l’eau n’est pas traitée avec des coagulants à base d’aluminium (faible teneur en aluminium) ou d’un district où l’eau est traitée à l’alun (teneur élevée en aluminium) (1982 - 1985), et sur le lieu de résidence. Aucune différence importante dans les scores de l’examen mental entre les résidents du district à forte concentration d’aluminium (180 - 250 µg/L) et ceux des districts à faible concentration d’aluminium (≤ 50 µg/L).

Prise en compte de l’âge et du sexe.

L'étude portait principalement sur la masse osseuse et les fractures de la hanche.

Aucune information sur l’exposition antérieure.

Aucun détail sur les scores de l’examen mental.

Suisse (Zurich)

≈1989

Wettstein et al. (1991)

Étude transversale

Troubles cognitifs fondés sur les scores du MMS de 805 résidents âgés entre 81 et 85 ans, provenant de deux districts (400/district) où ils ont habité depuis plus de 15 ans. Aluminium total dans l’eau potable fondé sur les données de stations de traitement d’un district où l’eau n’est pas traitée avec des coagulants à base d’aluminium (faible teneur en aluminium) ou d’un district où l’eau est traitée à l’alun (teneur élevée en aluminium), et sur le lieu de résidence. Aucune différence importante dans les scores du MMS entre les résidents du district à faible concentration d’aluminium (4 µg/L) et ceux du district à forte concentration d’aluminium (98 µg/L). Prise en compte du statut socio-économique, de l’âge et du niveau d’éducation.
Aucune différence importante dans l’aluminium sérique, urinaire ou le rapport aluminium /créatinine dans l’urine entre 20 patients probablement atteints de la MA et 20 témoins.

Notes :
Al = aluminium
ELV = Étude longitudinale sur le vieillissement de l’Ontario
ENF = enchevêtrement neurofibrillaire
F = fluorure
MA = maladie d’Alzheimer
PAQUID = étude de cohorte de personnes âgées en France (≥ 65 ans)
RC = rapport de cotes
RR = risque relatif
Si = silicium

Critères de la maladie d’Alzheimer ou de démence :
ADRDA = Alzheimer’s Disease and Related Disorders Associations
CIM = classification internationale des maladies (Organisation mondiale de la Santé)
DSM = Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders
MMS = mini-examen de l’état mental
NINCDS = National Institute of Neurological and Communicative Disorders and Stroke

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :