Ginseng à cinq folioles: évaluation et mise à jour du rapport de situation du COSEPAC : chapitre 9

Taille et tendances des populations

En 1988, au moment de la rédaction du dernier rapport de situation, 25 sites ontariens et 15 sites québécois de ginseng à cinq folioles avaient été recensés de manière détaillée (White, 1988). L’effectif moyen de ces populations était de plus de 100 sujets, mais seules les plus grandes populations connues avaient été retenues pour l’étude. White (1988) estimait que l’effectif moyen réel des populations ontariennes se situait entre 10 et 20 sujets, et de nombreuses populations ne comptaient que quelques sujets. White (1988) mentionnait, qu’en théorie, outre les sites recensés de manière détaillée, il pouvait encore exister 80 autres sites en Ontario et 13 au Québec.

Dans le présent rapport, nous mentionnons 65 sites de ginseng à cinq folioles pour l’Ontario, dont 31 certainement encore existantes, 11 certainement disparus, et 23 peut-être encore existants (annexe 1). Parmi ces 65 sites, 42 ont été étudiés en détail entre 1996 et 1998. En 1997, 20 des 25 sites ontariens étudiés en 1988 ont été examinés à nouveau (tableau 1) et les résultats sont alarmants : 25 % d’entre eux sont disparus, tandis que 50 % ont décliné. L’étude a permis de confirmer ou soupçonner la pratique de la cueillette dans 55 % des sites examinés et la coupe forestière peut avoir causé le déclin de 25 % des sites. En 1997 et 1998, 22 autres sites ontariens ont fait l’objet de recherches et de recensements (tableau 2). Sur ces 22 sites, 27 % avaient disparu; seulement quelques-uns avaient fait l’objet d’un recensement antérieur suffisamment fiable pour qu’on puisse déterminer si leur population avait augmenté ou décliné. Dans l’ensemble, la situation des 42 sites ontariens étudiés semble très précaire (figure 2). Par ailleurs, 83 % des sites ontariens recensés en 1988 sont aujourd’hui disparus, ou menacés en raison de leur petite taille (N < 170 sujets, seuil de viabilité selon Nantel et al., 1996; voir la section Biologie générale). De plus, cette proportion doit être considérée comme une estimation prudente, car seuls les plus grands sites ont été retenus pour l’étude. Le nombre total de sujets recensés en Ontario s’élève à 8 619, mais 70 % de cet effectif est constitué par les deux plus grandes populations.

La situation de l’espèce est également précaire au Québec. Dans le dernier rapport de situation, White (1988) mentionne 15 sites confirmés et 13 sites possibles. À la suite de travaux de terrain intensifs répartis sur plusieurs années, la base de données du Centre de données du patrimoine écologique du Québec comporte maintenant 74 « occurrences » du ginseng à cinq folioles pour la province (annexe 2). De 1994 à 1998, 59 sites ont été étudiés en détail. Dans le cas de dix (17 %) de ces sites, les populations sont disparues, tandis que dans la plupart des autres cas, elles sont petites (figure 4). Au Québec, 75 % de toutes les populations de ginseng à cinq folioles mentionnées à ce jour sont disparues ou menacées (N<PMV). On connaît actuellement 15 populations viables dans la province, mais presque 50 % de l’effectif connu (N=10 956) est constitué des deux plus grandes populations, dont seulement une est protégée. Au Québec, l’effectif de l’espèce est concentré dans le sud de la province, en Montérégie, région la plus développée et urbanisée de la province. Par conséquent, la plupart des populations sont petites et dispersées dans un paysage fragmenté où l’habitat de l’espèce connaît un taux élevé de destruction et de dégradation. La cueillette se pratique moins au Québec qu’en Ontario et n’a été relevée que sur 15 % des sites étudiés.

Nous avons établi la présence de sept populations viables en Ontario et de 15 au Québec. Bien que ces sites soient jugés viables du point vue biologique, aucun ne peut être considéré comme protégé ou hors de danger, et tous ont un avenir incertain. Les menaces que constituent la cueillette en Ontario et la destruction de l’habitat au Québec sont manifestes à la lumière des observations récentes. Il est évident que la cueillette du ginseng à cinq folioles ainsi que la destruction de son habitat par la coupe forestière et le développement ont considérablement réduit les populations canadiennes de cette espèce depuis la rédaction du rapport de situation de 1988.

Table 4: Facteurs menaçant les populations viables de ginseng à cinq folioles au Canada
Prov. Site Tenure/Utilisation du territoire Effectif Caractéristiques Menaces (potentielles)
ON   Terrain privé/ Récréation > 500 Perte de vigueur, probablement due à la maladie observée. Très faible production de graines. Le site est situé dans une municipalité et l’espèce y a probablement été semée ou plantée. Maladie
Développement
(Cueillette)
ON   Terrain privé/ Pâturage 240 Population située dans un ravin escarpé la protégeant des bovins broutant à proximité. Broutage par les bovins
Habitat isolé
(Coupe forestière)
ON   Parc provincial/ Récréation > 500 Population immature comportant 2 000 sujets unifoliés. La moitié des sujets adultes ont été cueillis en 1997. Très faible potentiel reproducteur. Cueillette en 1997.
Très visible depuis le sentier.
ON   Terrain privé/ Récréation 226 Population mature avec bonne production de graines, mais recrutement très faible. Coupe forestière
(Gravière)
ON   Terrain privé/ Utilisation inconnue 192 Déclin important depuis 1988, dû à l’ouverture du couvert forestier par l’activité des castors. Îlot de forêt décidue à l’intérieur d’un vaste complexe de milieux palustres. Dégradation de l’habitat
Habitat isolé
ON   Parc provincial/ Récréation 237 Population immature à cause de la cueillette. La moitié des sujets sont de jeunes semis. Cueillette durant les années 1980.
Couvert forestier affecté par la tempête de verglas.
ON   Terrain privé/ Utilisation inconnue > 500 Population mature, très vigoureuse malgré une cueillette importante (au moins 105 sujets adultes ainsi que des fruits). Cueillette en 1997.
QC 001*QC 1 Réserve nationale de faune/ Récréation et conservation 467 Population mature modérément productive, mais sujets de petite taille. La proportion des sujets immatures a augmenté de 1994 à 1998. Aménagement récent d’un sentier à proximité.
(Cueillette)
QC 003*QC Parc provincial/ Récréation et conservation > 500 Plusieurs sous-populations dispersées à l’intérieur d’une zone protégée. Une petite sous-population a été détruite par la maladie en 1995. Cueillette depuis 1995. La présence de nombreux sentiers expose la population à la cueillette. Cueillette depuis 1995.
Maladie
QC 004*QC Terrain privé/ Acériculture et récréation 366 Pertes importantes en 1998 à cause de la tempête de verglas. Déclin marqué depuis 1995 dû à l’aménagement d’un terrain de golf à proximité. Production de graines réduite. Développement
Perte importante de couvert forestier due à la tempête de verglas. Fragmentation de l’habitat.
QC 006*QC Terrain privé/ Exploitation forestière et récréation > 500 Population mature très vigoureuse. Dégâts importants dus à la tempête de verglas. Piste de VTT à proximité. Coupe forestière en 1995.
Perte importante de couvert forestier due à la tempête de verglas.
QC 0015*QC Terrain privé/ Acériculture 262 Population à structure très jeune, mais bonne régénération. Nombreux sentiers utilisés pour l’acériculture à proximité. (Coupe forestière)
(Cueillette)
QC 0020b*QC Terrain privé/ Exploitation forestière 480 Petit groupe de souspopulations à l’intérieur d’un boisé mature. Projet de construction domiciliaire. Coupe forestière
Développement
QC 0037*QC Terrain privé/ Exploitation forestière et récréation 300 Petit groupe de souspopulations à l’intérieur d’un boisé mature. Nombreuses pistes de VTT. Broutage par le cerf de Virginie. Coupe forestière Couvert forestier affecté par la tempête de verglas.
(Cueillette)
QC 0051*QC Terrain privé/ Club de chasse 320 Population mature, mais recrutement médiocre. (Coupe forestière)
QC 0052*QC Parc provincial/ Récréation 272 Population mature avec bonne production de graines. Recrutement médiocre, à cause de la faible viabilité des graines. (Cueillette)
QC 0055*QC Terrain privé/ Exploitation forestière 220 Population mature avec bonne production de graines. Recrutement médiocre, à cause d’une prédation importante des graines. Sentier à proximité. (Coupe forestière)
(Cueillette)
QC 0058*QC Terrain privé/ Récréation et conservation 195 Peuplement immature avec faible production de graines. Possibilité de cueillette passée. Sentiers nombreux. Milieu riche en espèces. Cueillette de graines signalée.
(Coupe forestière)
QC 0059*QC Terrain privé/ Exploitation forestière 281 Population mature avec bon recrutement, mais réduite de moitié par la coupe sélective. Coupe forestière en 1997.
QC 0062*QC Parc national/ Récréation et conservation 222 Population immature située à proximité d’un sentier. Sujets reproducteurs peu nombreux. Population très visible. Dégâts importants dus à la tempête de verglas.
(Cueillette)
QC 0063*QC Terrain privé/ Exploitation forestière 248 Population immature issue d’un ensemencement. Sentiers établis à proximité. Cueillette
Dégâts importants dus à la tempête de verglas.
QC 0068*QC Terrain privé/ Sentiers de nature et acériculture 486 Population mature avec bon recrutement. Érablière mature très fragmentée par les sentiers d’exploitation acéricole et les sentiers de nature. Plus de 100 gros sujets ont été récoltés en 1995. Population très visible. Cueillette en 1995.
Fragmentation.

1 Les localités sont confidentielles. Le nombre de référence des sites correspond aux nombres du système EOCODE.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :