Tortue mouchetée (Emydoidea blandingii) certaines populations évaluation et rapport de situation du COSEPAC 2016 : chapitre 1

Information sur le document

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Tortue mouchetée Emydoidea blandingii au Canada - 2016

COSEWIC Assessment and Statut Report on the Blanding’s Turtle

COSEWIC
Committee on the Statut
of En voie de disparition Wildlife
in Canada

COSEWIC logo

COSEPAC
Comité sur la situation
des espèces en péril
au Cananda

Les rapports de situation du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages que l’on croit en péril. On peut citer le présent rapport de la façon suivante :

COSEPAC. 2016. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la tortue mouchetée (Emydoidea blandingii), population de la Nouvelle–Écosse et population des Grands Lacs et du Saint–Laurent au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. xxi + 124 p. (Registre public des espèces en péril).

Rapport(s) précédent(s) :

COSEPAC. 2005. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la tortue mouchetée (Emydoidea blandingii) au Canada - Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. ix + 47 p. .

HERMAN, T.B., T.D. POWER et B.R. EATON. 1993. COSEWIC status report on the Blanding's Turtle Emydoidea blandingii in Canada. Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada. Ottawa. 32 p.

Note de production :

Le COSEPAC remercie Teresa Piraino et Jeffie McNeil d’avoir rédigé le rapport de situation sur la tortue mouchetée au Canada, aux termes d’un marché conclu avec Environnement Canada. La supervision et la révision du rapport ont été assurées par Jim Bogart, président du Sous-comité de spécialistes des amphibiens et reptiles du COSEPAC.

Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s’adresser au :

Secrétariat du COSEPAC
a/s Service canadien de la faune
Environnement et Changement climatique Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3

Tél. : 819-938-4125
Téléc. : 819-938-3984
Courriel : ec.cosepac-cosewic.ec@canada.ca
Website: COSEPAC

Also available in English under the title COSEWIC Assessment and Statut Report on the Blanding’s Turtle Emydoidea blandingii, Nouvelle–Écosse population and Great Lakes/St. Lawrence population, in Canada.

Illustration/photo de la couverture :

Tortue mouchetée -- Photo : Scott Gillingwater.

COSEPAC Sommaire de l’évaluation

Sommaire de l’évaluation - novembre 2016

Nom commun
Tortue mouchetée - population de la Nouvelle–Écosse
Nom scientifique
Emydoidea blandingii
Statut
En voie de disparition
Justification de la désignation
La présente population compte moins de 500 individus matures. Les trois principales sous–populations se distinguent génétiquement les unes des autres, de même que des autres populations du Québec, de l’Ontario et des États–Unis. Bien que la plus grande sous–population se trouve dans une aire protégée, ses effectifs continuent de connaître un déclin, montrant possiblement encore les effets d’une mortalité historique qui a eu lieu il y a de 30 à 60 ans. Les autres sous–populations sont vulnérables à la dégradation accrue de l’habitat causée par les activités forestières, les loisirs, la manipulation des niveaux d’eau et la construction de chalets. Deux sous–populations sont très petites (moins de cinq adultes) et pourraient ne pas être viables. Les menaces dans l’ensemble de l’aire de répartition incluent l’augmentation de la pression exercée par les prédateurs, la mortalité causée par les véhicules routiers et hors route, la vulnérabilité à la capture, les impacts potentiels des poissons prédateurs exotiques et les effets des changements climatiques.
Répartition
Nouvelle–Écosse
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en avril 1993. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en mai 2005 et en novembre 2016.

Sommaire de l’évaluation - novembre 2016

Nom commun
Tortue mouchetée - population des Grands Lacs et du Saint–Laurent
Nom scientifique
Emydoidea blandingii
Statut
En voie de disparition
Justification de la désignation
Cette population, bien que dispersée, connaît un déclin en raison de plusieurs menaces observées, déduites et projetées. Les menaces les plus graves incluent les suivantes : la mortalité sur la route et les rails; la collecte illégale pour le commerce des animaux de compagnie, des aliments et des produits médicinaux traditionnels; la perte d’habitat causée par le roseau commun envahissant; le développement ainsi que la modification des milieux humides; l’augmentation du nombre de prédateurs. Les analyses quantitatives permettent d’estimer que le nombre total d’individus matures dans cette population a connu un déclin de plus de 60 % au cours des trois dernières générations (en raison du drainage de zones humides à grande échelle après l’arrivée des Européens) et subira un déclin de 50 % au cours des trois prochaines générations causée par la mortalité sur les routes seulement.
Répartition
Ontario, Québec
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en novembre 2016.

COSEPAC
Résumé

Tortue mouchetée
Emydoidea blandingii

Population de la Nouvelle–Écosse
Population des Grands Lacs et du Saint–Laurent

Description et importance de l’espèce sauvage

La tortue mouchetée (Emydoidea blandingii) est le seul représentant du genre Emydoidea. Il s’agit d’une tortue d’eau douce de taille moyenne dotée d’une gorge jaune vif facilement reconnaissable et d’une carapace formant un dôme prononcé, de couleur noire avec des taches et des mouchetures jaunâtres. Son aire de répartition mondiale est parmi les plus petites pour toutes les tortues nord-américaines, et environ 20 % de cette aire, seulement, se trouve au Canada.

Répartition

Au Canada, la population de tortues mouchetées des Grands Lacs et du Saint-Laurent vit principalement dans le sud de l’Ontario (malgré des mentions isolées jusqu’à Timmins, au nord) et dans le sud du Québec (malgré des mentions isolées jusque dans l’Abitibi-Témiscamingue, au nord, et jusque dans la région de la Capitale-Nationale, à Québec, à l’est). La population de la Nouvelle-Écosse, beaucoup plus petite, est observée dans la partie sud de la province; il s’agit de la population la plus isolée au sein de l’aire de répartition de l’espèce.

Aux États-Unis, la tortue mouchetée est présente dans les États du nord-est, et en plus grandes concentrations autour des Grands Lacs. Elle a cependant été observée jusqu’au Nebraska et au Dakota du Sud à l’ouest, et de petites populations isolées existent le long de la côte de l’Atlantique dans les États de New York, du Massachusetts, du New Hampshire et du Maine.

Habitat

En Nouvelle-Écosse, la tortue mouchetée montre une préférence pour les eaux foncées, associées à une productivité secondaire relativement élevée. La population des Grands Lacs et du Saint-Laurent, cependant, est souvent observée dans les milieux humides caractérisés par des eaux claires et eutrophes. L’espèce manifeste une grande fidélité aux sites qu’elle occupe, mais elle peut se déplacer entre plusieurs plans d’eau interreliés au cours de la saison active. Les individus de tout âge fréquentent principalement des habitats d’eau peu profonde. Les femelles creusent leur nid dans divers substrats : sable, sol organique, gravier, galets et crevasses emplies de terre sur des affleurements rocheux. Les adultes et les juvéniles hivernent dans divers plans d’eau permanents d’environ un mètre de profondeur, en moyenne; on a cependant vu des nouveau-nés passer leur premier hiver en milieu terrestre. La superficie moyenne du domaine vital de la tortue mouchetée se situe entre 10 et 60 ha (maximum de 382 ha) ou entre 1 000 et 2 500 m (maximum de 7 000 m). Toutefois, la plupart des études sous-estiment probablement la superficie du domaine vital de l’espèce puisque peu ont eu recours à des enregistreurs utilisant un système GPS pour assurer le suivi quotidien des déplacements pendant une ou plusieurs saisons actives.

Biologie

La tortue mouchetée a une longévité exceptionnelle et une maturité particulièrement tardive, même par comparaison aux autres tortues. Elle met de 14 à 25 ans à atteindre la maturité et peut réussir à se reproduire jusqu’à au moins 75 ans. Les femelles matures produisent une couvée tous les un à trois ans, et la fécondité ainsi que la fréquence de reproduction sont positivement corrélées à l’âge des individus. Les femelles effectuent une migration de nidification sur une longue distance et peuvent alors parcourir plus de 10 km hors de l’eau. La capacité de la tortue mouchetée de se déplacer sur de grandes distances facilite le flux génique entre les milieux humides et augmente peut-être grandement le succès de reproduction. La durée moyenne d’une génération de cette espèce au Canada est d’environ 40 ans.

Taille et tendances des populations

Dans toute son aire de répartition nord-américaine, la tortue mouchetée est principalement observée en petites sous-populations isolées regroupant de quelques dizaines à une centaine d’individus. Au Canada, la plupart des sous-populations ayant fait l’objet d’un suivi semblent comporter moins de 150 adultes; aucune n’en compte plus de 1 000.

La taille de la population de tortues mouchetées des Grands Lacs et du Saint-Laurent est impossible à estimer avec exactitude étant donné que très peu d’études par marquage-recapture ont été faites dans la région. On croit cependant qu’elle compte moins de 50 000 adultes. Selon les estimations, la population a connu un déclin de plus de 60 % au cours des 3 dernières générations en raison du drainage de zones humides à grande échelle après l’arrivée des Européens. Elle devrait subir un déclin de 50 % de plus au cours des 3 prochaines générations d’après les tendances observées dans les sous-populations faisant l’objet d’un suivi et les modèles de mortalité routière. Le programme de marquage-recapture de longue date mis en œuvre au Québec a permis de trouver, à ce jour, moins de 200 adultes. Si aucune tendance n’a été confirmée pour cette sous-population, elle a sans doute elle aussi connu un déclin étant donné la disparition historique des milieux humides et les menaces anthropiques qui se poursuivent.

Le nombre total de tortues mouchetées matures au sein de la population de la Nouvelle-Écosse est estimé à moins de 500. La sous-population étudiée depuis le plus longtemps arrive à maturité très tard (20 à 25 ans) et a une très grande longévité (plus de 70 ans). Si aucune mesure de gestion n’est prise, les modèles prédisent que cette population présente un risque élevé de disparition, même si elle vit dans une aire protégée.

Menaces et facteurs limitatifs

Cette espèce fait l’objet de nombreuses menaces, dont les plus graves sont les suivantes :

  1. mortalité sur les routes et les voies ferrées, et effets connexes des routes;
  2. perte d’habitat causée par le roseau commun, une espèce envahissante, ainsi que par divers types de développement et la modification des milieux humides;
  3. collecte illégale pour le commerce des animaux de compagnie, des aliments et des produits médicinaux traditionnels;
  4. augmentation de la mortalité d’individus et de la destruction de nids par des prédateurs favorisés par les activités humaines.

Les autres menaces possibles incluent la mortalité causée par la production d’agrégats, l’exploitation forestière, la production d’énergie et les activités récréatives; la pollution des milieux humides; les changements climatiques; l’introduction d’autres espèces envahissantes. Les menaces les plus graves pour les sous-populations de tortues mouchetées sont celles qui causent la mortalité ou la perte d’adultes.

Les principaux facteurs limitatifs de l’espèce sont son cycle vital lent (longévité extrême, âge de maturité très élevé, faible efficacité annuelle de la reproduction, faible taux de recrutement des juvéniles et dépendance à un taux annuel élevé de survie des adultes) ainsi que les étés courts et frais à la périphérie septentrionale de son aire de répartition, ce qui réduit sa fréquence de reproduction et son succès de nidification. Ces facteurs limitatifs rendent la tortue mouchetée très vulnérable à toute hausse, même mineure (moins de 5 %), de la mortalité annuelle des adultes. Comme cette espèce met bien plus de temps à atteindre la maturité que les autres tortues qui vivent au Canada, sa vulnérabilité au déclin est aussi beaucoup plus grande. La stabilité et la persistance de la population dépendent donc en grande partie du taux de survie des adultes.

Protection, statuts et classements

En 2016, le COSEPAC a désigné comme « en voie de disparition » la population de la Nouvelle-Écosse ainsi que la population des Grands Lacs et du Saint-Laurent. La tortue mouchetée est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral (L.C. 2002, ch. 29), de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario (S.O. 2007, c. 6), de la Loi de 1997 sur la protection du poisson et de la faune de l’Ontario (S.O. 1997, c. 41), de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune (2002) du Québec (RLRQ, c. C-61.1) et de l’Endangered Species Act (2000) de la Nouvelle-Écosse (1998, c. 11, s. 1). En 2013, l’espèce a été ajoutée à l’annexe II de la CITES; son commerce international est donc aujourd’hui réglementé.

La cote générale attribuée à la tortue mouchetée au Canada, en Ontario, au Québec et en Nouvelle-Écosse est « en péril ». À l’échelle des 18 administrations où elle est présente dans son aire de répartition nord-américaine, l’espèce n’est considérée comme « apparemment non en péril » (S4) que dans un État, le Nebraska, où elle profite d’une protection à grande échelle de l’habitat depuis près d’un siècle. La tortue mouchetée est désignée officiellement comme « en voie de disparition » ou « menacée » dans 13 des 18 provinces ou États où on la trouve; en 2010, l’Union internationale pour la conservation de la nature (en anglais, International Union for Conservation of Nature, ou IUCN) a élevé son statut à « en voie de disparition » puisque la taille de la population de l’espèce a décliné d’au moins 80 % à l’échelle mondiale dans les 3 dernières générations.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :