Phosphore dans les écosystèmes aquatiques : chapitre 1

Préoccupations et enjeux

Depuis des décennies, le phosphore, nutriment essentiel à la croissance des plantes aquatiques et des algues, est considéré comme un élément clé de la productivité générale des écosystèmes d’eau douce. D’autres nutriments, comme l’azote sous forme de nitrates et d’ammoniac, peuvent amplifier cet effet fertilisant, spécialement dans les rivières pauvres en nutriments des régions éloignées ainsi que dans les estuaires et les zones côtières.

Aujourd’hui, la charge en phosphore dans les eaux de surface du Canada provient des apports naturels et anthropiques (Les elements nutritifs et leurs effets sur l'environnement au Canada). Les principaux apports anthropiques dans les eaux canadiennes sont :

  • les eaux de ruissellement provenant des terres défrichée pour l’agriculture, particulièrement là où les fertilisants et le fumier ont été appliqués en quantités dépassant les exigences nutritionnelles des cultures;
  • les eaux de ruissellement provenant de l’exploitation forestière et de l’expansion urbaine;
  • les rejets industriels dans les sols et l’eau (p. ex., fabriques de pâtes et papier et exploitation minière);
  • les rejets des eaux usées municipales et domestiques, y compris les fosses septiques;
  • les poussières transportées par le vent à partir des sols nus.

En l’absence de développement humain, le phosphore ne se trouve que dans les roches contenant des phosphates et son introduction dans l’eau se fait par l’érosion du sol et des roches. Par conséquent, la concentration naturelle de phosphore dans l’eau résulte de la quantité et du type de roches et de sol dans la région. Les plans d’eau des régions où il y a beaucoup de sol, comme les Prairies, ont naturellement des concentrations élevées de phosphore comparativement aux plans d’eau des régions où le sol est mince, comme le Bouclier canadien.

L’excès de phosphore peut entraîner une croissance abondante des plantes aquatiques. Ce phénomène peut mener à un changement dans les assemblages de poissons et d’invertébrés et ainsi favoriser des espèces moins désirables, comme des espèces tolérantes à la pollution, dont certaines peuvent être envahissantes.

Les cyanobactéries (Menaces pour les sources d'eau potable et les écosystèmes aquatiques au Canada) potentiellement toxiques (aussi appelées algues bleu-vert) peuvent produire des proliférations dans certaines conditions, telles que des charges élevées en nutriments et des températures chaudes, et occasionnent des problèmes de goût et d’odeur déplaisants dans l’eau potable. Certaines de ces bactéries peuvent libérer des toxines dans l’eau ce qui peut présenter des risques pour la santé humaine et animale (Les algues bleues (cyanobactéries) et leurs toxines).

Les proliférations algales et l’accumulation de plantes aquatiques en décomposition sont non seulement peu esthétiques, mais elles peuvent également obstruer les prises d’eau, entraver la navigation et, par conséquent, réduire la valeur esthétique et récréative des écosystèmes aquatiques. De plus, des mortalités de poissons peuvent se produire lorsque les teneurs en oxygène dissous chutent.

Diagramme conceptuel comparant un écosystème sain à un écosystème recevant un excès de nutriments.

Un écosystème sain et un écosystème eutrophe.

Source : Modifié de Bricker et al., 2007

Saviez-vous que?
L’enrichissement en phosphore des eaux de surface continue à être un enjeu national au Canada. Entre 2005 et 2007, 32 % de tous les sites de suivi de la qualité de l’eau (108 des 336 sites au total) au Canada dépassait les critères de qualité de l’eau pour le phosphore plus de la moitié du temps où il avait été mesuré (Qualité de l'eau douce dans les rivières canadiennes).

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :