Allocution prononcée par l’honorable Sean Fraser, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté : Annonce relative au Programme d’immigration au Canada atlantique 

Discours

L’honorable Sean Fraser, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, annonce que le Programme d’immigration au Canada atlantique visant à attirer des travailleurs et à stimuler la croissance économique sera désormais permanent

Ottawa (Ontario)

17 décembre 2021

Traduction de l’allocution prononcée

Bon matin tout le monde. C’est un plaisir d’être ici avec vous pour une bonne annonce aujourd’hui.

(langue autochtone)

Avant de commencer, j’aimerais souligner que je me joins à vous de manière virtuelle depuis le territoire ancestral et non cédé des Mi’kmaq. Vous savez, je préférerais de loin être avec vous en personne aujourd’hui, mais si les 18 derniers mois nous ont appris quelque chose, c’est que nous devons prendre au sérieux la menace de la COVID-19 si nous voulons protéger nos collectivités contre la propagation de cette grave maladie. C’est pourquoi, aujourd’hui, je vous parle à partir de mon sous-sol à New Glasgow, en Nouvelle-Écosse, et non du Quai 21, où nous espérions tenir cet événement.

Avant de poursuivre, j’aimerais souhaiter la bienvenue à certains de mes collègues et homologues provinciaux. De ma province, la Nouvelle-Écosse, Tim Houston. Tim, je suis très heureux de vous voir ici aujourd’hui. Je sais que l’annonce d’aujourd’hui revêt beaucoup d’importance à vos yeux. De Terre-Neuve-et-Labrador, le premier ministre Furey; c’est notre premier événement officiel ensemble. Et je tiens à dire aux gens qui nous écoutent qu’à peine 30 minutes après ma nomination, il commençait déjà à me presser de faire venir plus de gens à Terre-Neuve-et-Labrador.

De l’Île-du-Prince-Édouard, le ministre MacKay, et du Nouveau-Brunswick, la ministre Dunn. Votre présence ici me fait comprendre que vous êtes convaincus de l’importance de l’immigration comme stratégie de croissance pour le Canada atlantique, et je ne peux pas vous dire à quel point je suis ravi que vous soyez ici pour notre annonce. Et, bien sûr, mon amie et collègue, la ministre Petitpas Taylor, championne absolue de toute notre région, qui est non seulement ministre des Langues officielles, mais aussi ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique, un moteur clé de la croissance économique de la région qui nous tient tant à cœur.

Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est pour parler de l’un de mes sujets préférés : l’immigration dans le Canada atlantique. Et je dois dire que le moment de l’événement d’aujourd’hui est particulièrement bien choisi, puisque ma province, la Nouvelle-Écosse, a franchi une étape très importante cette semaine : l’atteinte d’une population d’un million de personnes. Ce n’est pas rien. C’est un objectif que nous poursuivons depuis un bon moment. Tim, je sais que cela ne fait que quelques mois que nous sommes au travail, mais il faut bien le dire, atteindre un million de personnes si rapidement, c’est tout un exploit.

Je dois dire que les derniers temps ont été extrêmement difficiles pour l’immigration partout au Canada. Au cours de cette pandémie, nous nous sommes efforcés d’accueillir le plus grand nombre de résidents permanents de l’histoire du Canada à une époque où nos frontières étaient fermées aux voyageurs. Vous pouvez sans doute vous imaginer le défi auquel nous sommes confrontés lorsque nous essayons de faire preuve de créativité pour trouver des moyens de nous assurer que nous continuons à faire croître notre population d’une manière qui soutiendra nos collectivités et notre économie. Nous avons eu beaucoup de difficulté à faire venir des gens au Canada pour protéger la santé et le bien-être de la population. Mais je suis ravi de vous annoncer que, le mois dernier, le Canada a accueilli plus de 47 000 nouveaux résidents permanents, ce qui représente un record pour un seul mois, et que nous sommes maintenant en voie d’atteindre notre objectif de 401 000 nouveaux résidents permanents d’ici la fin de l’année, ce qui constituera le plus grand nombre de nouveaux arrivants en une année dans toute l’histoire du Canada.

Passons maintenant à l’annonce d’aujourd’hui : le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique. Vous savez, lorsque je faisais du porte-à-porte en 2015 en tant que candidat pour la première fois, il m’est apparu évident que les collectivités du Canada atlantique étaient aux prises avec un problème démographique extraordinaire. Nous faisions face à une main-d’œuvre vieillissante, à une croissance limitée dans nos collectivités et à des pénuries de main-d’œuvre, et nous avions franchement de la difficulté à retenir les nouveaux arrivants, surtout dans nos petites collectivités rurales. Au cours de mes premières années à titre de député, en fait, au cours de mes premières semaines, mes collègues et moi-même avons eu de nombreuses discussions sur la nécessité d’adopter une nouvelle approche pour résoudre certains des problèmes de longue date auxquels notre région était confrontée.

Après quelques discussions préliminaires, mon amie et collègue, Alaina Lockhart, ancienne députée de Fundy Royal, s’est servie de son projet de loi d’initiative parlementaire pour présenter la motion 39, dans laquelle on demande au Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration de lancer une étude sur la façon de stimuler l’immigration au Canada atlantique afin de résoudre certains de ces problèmes démographiques. Alaina, si vous êtes à l’écoute aujourd’hui, je tiens à vous remercier personnellement. Je me souviens bien de la participation au débat et à l’étude qui a eu lieu en comité, car cette motion a jeté les bases du Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, qui a été lancé l’année suivante.

Le fait d’attirer de nouveaux arrivants et de les aider à trouver un emploi, à s’établir et à s’intégrer avec succès dans les collectivités requiert la collaboration de nombreux partenaires. C’est pourquoi, de concert avec les provinces, les régions, les municipalités et les employeurs, nous avons travaillé à élaborer des programmes visant à étendre les retombées de l’immigration dans un plus grand nombre de régions au Canada.

Tout le monde a participé à la table de discussion : divers ministères fédéraux, des partenaires provinciaux et des employeurs de la région, entre autres. Nous avons décidé de mettre à l’essai un nouveau modèle, axé sur l’employeur, qui jumelait les nouveaux arrivants à des emplois avant même leur arrivée. Certaines des plus grandes entreprises de notre région se sont jointes à nous dans des secteurs importants comme les soins de santé, l’hébergement, les services alimentaires et la fabrication, et, peu de temps après, des petites entreprises ont aussi sauté sur l’occasion de participer à l’initiative. Enfin, nous avons amélioré les services d’établissement pour que les nouveaux arrivants puissent prendre racine une fois arrivés ici et se préparer à réussir à long terme.

Et je peux vous dire que ça a fonctionné. Le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique a permis de faire venir plus de 10 000 nouveaux arrivants au Canada atlantique et, déjà, 9 800 offres d’emploi ont été faites dans le cadre du programme. Cela a aidé les entreprises, petites et grandes, à obtenir les employés dont elles ont besoin pour réussir et croître. Par exemple, à Saint-Quentin, au Nouveau-Brunswick, le Groupe Savoie, qui est également présent chez Tim et chez moi, dans le comté de Pictou, s’attendait à ce que le tiers de ses employés prenne sa retraite au cours de la prochaine décennie. Grâce au Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, ils ont pu trouver les travailleurs dont ils ont besoin pour faire fonctionner leur usine et leur scierie.

À l’Île-du-Prince-Édouard, Whisperwood Villa n’arrivait pas à embaucher suffisamment de préposés aux services de soutien à la personne à l’échelle locale et estimait qu’il était difficile d’embaucher des travailleurs étrangers temporaires. Grâce au Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, ils ont réussi à attirer le genre de personne dont ils avaient besoin pour s’occuper des aînés de Charlottetown. À King’s Point, à Terre-Neuve-et-Labrador, Green Bay Fibre Products produit des bateaux de classe mondiale et, grâce au Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, l’entreprise a pu embaucher des gens de métier qualifiés qui sont venus du Brésil, des Philippines et d’ailleurs pour contribuer au succès de ce secteur traditionnel.

Dans ma province, la Nouvelle-Écosse, en plus de l’exemple du Groupe Savoie que j’ai mentionné plus tôt, le Dartmouth Child Development Centre risquait de fermer ses portes parce qu’il ne pouvait pas trouver suffisamment de personnel. Le projet pilote a contribué à recruter quatre éducateurs de la petite enfance, et le centre peut désormais s’occuper des jeunes de la collectivité pour les années à venir. Et je vois que M. Shannon s’est joint à nous aujourd’hui. L’importance de l’immigration pour les travailleurs de son entreprise, et j’espère que vous en entendrez parler davantage aujourd’hui, est une chose dont nous avons eu l’occasion de discuter récemment et qui, je le sais, les aidera à réussir à long terme dans notre région.

Écoutez, c’est une chose de faire venir les gens ici, et c’en est une autre de les garder, et je suis vraiment heureux de vous dire que le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique a démontré qu’il constituait un modèle efficace pour retenir les nouveaux arrivants une fois qu’ils sont ici. Après un an, plus de 90 % des nouveaux arrivants dans le cadre du Programme pilote d’immigration au Canada atlantique vivaient toujours au Canada atlantique. Il s’agit d’un taux beaucoup plus élevé que le taux obtenu par tous les autres programmes d’immigration que nous offrons dans toutes les provinces de l’Atlantique.

Donc, qu’est-ce que cela signifie pour notre région? En un mot, la croissance. Dans les villes et les collectivités rurales du Canada atlantique, la population active a augmenté considérablement au cours des dernières années. Si je prends l’exemple de Moncton, madame la ministre Petitpas Taylor, vous serez heureuse de constater qu’il y a eu une augmentation stupéfiante de 18 %. De façon plus générale, au cours des dernières années, la population du Canada atlantique a connu la croissance la plus rapide depuis les années 1970, ou peut-être un peu avant cela, et le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique y est pour quelque chose. Comme je l’ai mentionné pas plus tard que cette semaine, la population de la Nouvelle-Écosse a dépassé le million d’habitants. Il s’agit de la première province de l’Atlantique à franchir cette étape importante.

Et tout cela est ressorti de ce qui était, bien sûr, un programme pilote. Par définition, les projets pilotes sont temporaires. Il s’agit d’un essai pour voir si quelque chose doit être maintenu. Et je suis très heureux d’annoncer – et c’est précisément la raison pour laquelle nous sommes ici aujourd’hui – que, compte tenu du succès du Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, nous allons en faire un élément permanent du système d’immigration du Canada. À compter du 1er janvier de l’année qui vient, le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique deviendra le Programme d’immigration au Canada atlantique.

Grâce au succès du programme pilote d’immigration au Canada atlantique et à l’accueil très favorable qu’il a reçu, je suis ravi d’annoncer qu’il est désormais permanent. À partir du 1er janvier 2022, ce programme deviendra officiellement le Programme d’immigration au Canada atlantique.

Dès le début de ce nouveau programme, on comptera au moins 6 000 places réservées au cours de la prochaine année. Il s’ajoutera aux initiatives existantes et les améliorera, comme le Programme des candidats des provinces; de plus, puisque les tentatives de régler les pénuries de main-d’œuvre sont au premier plan de nos efforts pour sortir de cette récession pandémique, ce nouveau programme aidera les entreprises à attirer les nouveaux arrivants qualifiés dont elles ont besoin. Vous savez, nous avons pu récupérer 106 % des emplois perdus au Canada pendant la pandémie; cependant, lorsque je parle aux employeurs locaux, et lorsque j’examine les données à l’échelle du Canada, on constate qu’on cherche toujours à embaucher plus de gens.

Ce changement nous aidera à réussir afin de sortir de cette récession pandémique plus rapidement que la plupart des autres économies développées du monde entier. Et je dois dire qu’en tant que député, en tant que fier Canadien de l’Atlantique, je trouve encourageant de voir la différence que le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique a faite jusqu’à maintenant, et que fera ce programme permanent. Au cours des cinq dernières années seulement, dans le cadre de ce programme, de nos efforts pour accueillir les réfugiés syriens et de l’accueil réservé à l’immigration par des gens de toutes les allégeances politiques de différentes provinces et de différents partis, j’ai été témoin d’un changement important dans les attitudes à l’égard des nouveaux arrivants.

Vous savez, au Canada atlantique, nous sommes reconnus pour être amicaux et hospitaliers, mais je ne sais pas si nous avons toujours été aussi accueillants que nous aurions pu l’être. Je pense à certaines des attitudes qui étaient un peu plus courantes quand j’étais enfant, et dont j’entends moins parler maintenant, soit l’attitude de certaines gens qui pensaient que les nouveaux arrivants essayaient de prendre leur emploi. Aujourd’hui, j’entends parler des gens pour qui les nouveaux arrivants sont nécessaires pour maintenir les emplois des Canadiens. Il s’agit d’un changement extraordinairement positif et je suis extrêmement fier de le constater dans les régions rurales du Canada atlantique, et fier d’en être originaire.

Permettez-moi de vous répéter, mesdames et messieurs, que je suis ravi de vous annoncer aujourd’hui que ce programme est désormais permanent. J’ai hâte de participer à la rédaction du prochain chapitre sur l’immigration au Canada atlantique, et je suis très heureux que nos homologues provinciaux soient ici aujourd’hui pour que nous puissions le rédiger ensemble.

Merci à tous. Thank you. C’est un plaisir d’être ici avec vous, et j’ai hâte d’entendre ce que diront mes homologues. Sur ce, je suis très heureux de passer le micro à mon ami et voisin, le premier ministre Houston du comté de Pictou, en Nouvelle-Écosse.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :