ARCHIVÉ – Document d’information — Points saillants de l’évaluation du Programme des candidats des provinces

Dans son évaluation nationale du Programme des candidats des provinces (PCP), Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) a examiné la pertinence et le rendement du Programme, en mettant l’accent sur ​​les résultats économiques et la mobilité des candidats des provinces (CP). L’évaluation a porté sur les candidats des provinces admis de 2005 à 2009. En outre, pour certaines parties de l’évaluation, les évaluateurs ont utilisé les données de la Banque de données longitudinales sur les immigrants, englobant les candidats arrivés de 2000 à 2008.

Les évaluateurs ont mesuré la pertinence du Programme en ce qui a trait à sa nécessité continue, à son harmonisation avec les objectifs et les priorités du gouvernement et à sa cohérence par rapport aux rôles et aux responsabilités du gouvernement fédéral. Le rendement du Programme a été évalué en fonction des résultats sur les plans de l’efficacité, de l’efficience et de l’économie.

Portée

Puisqu’il s’agissait d’une évaluation fédérale, la portée a été limitée à l’évaluation du PCP dans une perspective nationale. Les programmes de candidats spécifiques n’ont pas été évalués étant donné que les provinces et les territoires (PT) sont censés mener des évaluations régulières de leurs propres programmes. En outre, l’évaluation a porté sur les demandeurs principaux et n’a pas abordé la situation des époux et des personnes à charge.

Méthodologie

Cette évaluation approfondie a été réalisée à l’aide d’entrevues auprès des intervenants, de groupes de discussion avec des candidats des provinces, d’enquêtes auprès des bureaux des visas, d’examens de documents, d’une recension de documents et d’analyses statistiques de deux bases de données du gouvernement fédéral.

Solides résultats économiques

L’évaluation a révélé que, dans l’ensemble, les candidats des provinces réussissent bien leur établissement économique. Après une année au Canada, 90 % ou plus des candidats des provinces ont déclaré des revenus d’emploi et/ou de travail autonome. De plus, les candidats des provinces recourent très peu aux prestations d’assurance emploi : seuls 6 % à 11 % des candidats des provinces ont utilisé ces prestations dans la première année après leur arrivée. Trois ans après l’arrivée au Canada, la moyenne du revenu d’emploi des candidats des provinces (qui varie de 35 200 $ à 45 100 $) est légèrement supérieur à celui des travailleurs qualifiés du volet fédéral (qui varie de 36 400 $ à 42 700 $). Le rapport indique que les candidats des provinces qui ont déclaré connaître une des deux langues officielles à l’arrivée étaient plus susceptibles de déclarer des revenus d’emploi. Même si les résultats variaient selon le volet et le lieu, dans l’ensemble, environ 70 % des candidats des provinces ayant répondu au sondage avaient un emploi correspondant à leurs compétences. 

Répandre les avantages de l’immigration

L’évaluation a confirmé que le PCP répartit les immigrants économiques à travers le Canada, contrairement à d’autres programmes d’immigration économique, dont les participants ont tendance à s’installer dans les grands centres de quelques PT. De 2005 à 2009, 64 % des candidats des provinces qui sont arrivés au Canada avaient comme destination des PT autres que l’Ontario, la Colombie-Britannique ou l’Alberta. Toutefois, les taux de maintien varient, allant de 23 % à 95 %, selon la province. Dans l’ensemble, 82 % des candidats des provinces qui sont arrivés au Canada de 2000 à 2008 ont continué de résider dans leur province ou territoire de désignation.  

Programme perçu comme indispensable

La majorité des personnes interrogées dans toutes les catégories d’entrevue (y compris les représentants de CIC, des PT, des intervenants et des employeurs) ont déclaré qu’il y a un besoin continu pour le PCP. Les personnes interrogées de 10 PT ont indiqué que le PCP répondait aux besoins du marché du travail, et la majorité a noté que le Programme remédiait à des pénuries de travailleurs qualifiés. Les 67 employeurs interrogés ont tous déclaré qu’ils recouraient au PCP en raison des difficultés de recrutement au niveau local et/ou national. Néanmoins, les évaluateurs recommandent qu’il y ait des liens plus étroits entre les profils professionnels des candidats des provinces et les besoins économiques des PT grâce à l’utilisation de stratégies en bonne et due forme relatives au marché du travail.

Recommandations en vue de l’amélioration du Programme

Bien que l’évaluation soit positive dans l’ensemble et reconnaisse le besoin de maintenir le PCP, elle fait les recommandations suivantes en vue de l’amélioration du Programme :

  • CIC doit collaborer avec les PT afin de mettre en place des normes minimales de maîtrise de la langue pour tous les programmes de candidats des PT, étant donné que la langue est l’un des déterminants clés de l’établissement économique;
  • pour consolider les liens entre le profil professionnel des candidats et les besoins économiques et de main-d’œuvre des PT, CIC doit collaborer avec les PT afin de cerner plus efficacement, à partir de données probantes, leurs besoins en candidats;  
  • CIC doit préciser les rôles et les responsabilités des PT et des bureaux canadiens des visas à l’étranger dans la prestation de certains aspects du Programme, y compris la détection des fraudes;
  • CIC doit collaborer avec les PT afin de renforcer l’accent mis sur l’objectif du PCP de stimuler le développement des communautés de langue officielle en situation minoritaire;
  • en collaboration avec les PT, CIC doit préparer et mettre en œuvre un cadre de surveillance et d’établissement de rapports assorti d’indicateurs de rendement communs établis d’un commun accord.

Démarches pour l’avenir

CIC est d’accord avec les recommandations de l’évaluation, car elles représentent des moyens concrets et pratiques d’améliorer le fonctionnement général de ce qui est maintenant le deuxième programme d’immigration économique en importance. Pendant la réunion des ministres FPT de juin 2010, toutes les parties ont convenu de poursuivre leur collaboration en vue d’améliorer le système d’immigration du Canada et de maximiser la participation des immigrants dans l’économie et la société canadiennes.

En 2012, CIC travaillera avec les PT pour faire avancer le dossier des normes linguistiques minimales pour les candidats des provinces ainsi que sur des mesures conjointes visant à renforcer l’intégrité du Programme et la prestation des services. Comme l’immigration est une responsabilité partagée, le gouvernement du Canada continuera de collaborer avec les provinces et les territoires afin de faire du PCP un succès.

En vedette

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :