Évaluation de l’adhésion du Canada à l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste

Résumé

Objectif de l’évaluation

L’évaluation de l’adhésion du Canada à l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (AIMH)Note de bas de page 1 a été menée conformément à l’article 42.1 de la Loi sur la gestion des finances publiques. Couvrant la période comprise entre 2009-2010 et 2013-2014, l’évaluation, guidée par un modèle logique, a porté sur l’adhésion du Canada à l’AIMH et sur l’incidence de cette adhésion sur l’éducation, la mémoire et la recherche au sujet de l’Holocauste au Canada. De plus, l’évaluation a établi la mesure dans laquelle le Canada a atteint les objectifs fixés pour son année de présidence de l’AIMH. L’évaluation n’a porté ni sur l’AIMH elle-même, ni sur les activités précises financées par l’AIMH, ni sur les initiatives de programme entreprises au Canada.

Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (AIMH)

L’AIMH est composée de 31 États membres signataires de la Déclaration de Stockholm qui se sont engagés à mettre en œuvre des politiques et des programmes nationaux en matière d’éducation, de mémoire et de recherche au sujet de l’Holocauste. L’objectif de l’AIMH est de veiller à ce que les États membres appuient l’éducation, la mémoire et la recherche au sujet de l’Holocauste tant à l’échelle nationale qu’internationale. L’AIMH est régie par une présidence par rotation et soutenue par un bureau permanent à Berlin. Les délégations nationales se réunissent deux fois par année dans le cadre de séances plénières de l’AIMH tenues dans le pays assurant la présidence. Les États membres doivent déléguer un ou deux représentants experts à chacun des quatre groupes de travail et comités de l’AIMH.

Le Canada est devenu membre de l’AIMH en juin 2009. Dans le cadre de son engagement à l’égard de l’AIMH, le Canada a financé un certain nombre d’initiatives nationales, ou projets de liaisonNote de bas de page 2, par l’entremise du Programme de reconnaissance historique pour les communautés (PRHC) de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC). Le chef de la délégation canadienne participe aux plénières tenues lors des réunions semestrielles de l’AIMH, tandis que des représentants d’organisations non gouvernementales (ONG) nommés à la délégation canadienne, dirigent les groupes de travail de l’AIMH ou y participent. De 2009 à 2014, le chef de la délégation était un représentant de CIC; en février 2014, l’ambassadeur canadien pour la liberté de religion – relevant du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD) – a été nommé le nouveau chef de la délégation. La présidence de l’AIMH est assurée par rotation annuelle sur une base volontaire. Le Canada a présidé l’AIMH du 5 mars 2013 au 25 février 2014.

Méthodologie

La méthodologie et le niveau d’effort requis pour l’évaluation ont été établis en reconnaissance de la faible complexité et de l’importance relativement faible de la contribution versée à l’organisme. En conséquence, l’évaluation s’est fondée sur trois sources de données (entrevues, examen de documents et analyse documentaire) pour établir la pertinence de l’adhésion du Canada à l’AIMH et sa capacité à obtenir les résultats escomptés pendant la période de cinq ans comprise entre 2009-2010 et 2013-2014.

Constatations de l’évaluation

Pertinence

Constatation 1 : Le Canada doit demeurer membre de l’AIMH afin de soutenir l’éducation, la recherche et la mémoire au sujet de l’Holocauste, au Canada et à l’étranger.

Constatation 2 : L’éducation, la mémoire et la recherche au sujet de l’Holocauste ainsi que l’adhésion à l’AIMH sont conformes aux priorités de CIC et du gouvernement du Canada.

Constatation 3 : Les activités qui découlent de l’adhésion à l’AIMH sont conformes au rôle et aux responsabilités du gouvernement du Canada visant à encourager le multiculturalisme.

Rendement

Constatation 4 : La participation à l’AIMH et la mise en œuvre de projets connexes financés par l’entremise du PRHC ont contribué à rehausser l’éducation et la recherche au sujet de l’Holocauste au Canada. L’augmentation du soutien gouvernemental pour la mémoire au sujet de l’Holocauste, notamment par l’adhésion à l’AIMH, a contribué à rehausser le profil de la mémoire au sujet de l’Holocauste et la sensibilisation de la population canadienne à cet égard.

Constatation 5 : Durant son année de présidence, le Canada a atteint les objectifs nationaux et internationaux qu’il s’était fixés.

Constatation 6 : Le Canada a contribué considérablement à l’AIMH en présidant des groupes de travail, en participant aux discussions et aux débats de l’AIMH, en fournissant une expertise en éducation au sujet de l’Holocauste dans un contexte multiculturel et en agissant comme conciliateur.

Constatation 7 : En adhérant à l’AIMH et y participant comme membre de plein droit, le Canada a démontré son leadership en matière d’activités et de capacités de recherche et d’éducation au sujet de l’Holocauste, et ce, à la fois au Canada et à l’étranger. Cependant, certaines préoccupations exprimées concernaient l’absence de direction quant aux moyens que prendra le Canada pour continuer de s’acquitter de ses engagements à titre de membre de l’AIMH.

Économie et efficience

Constatation 8 : Des progrès ont été réalisés en vue d’optimiser la participation du Canada à l’AIMH en tirant profit de sources de financement existantes (p. ex. le PRHC) et en rationalisant certaines dépenses, par exemple en limitant le nombre de délégués canadiens dont les frais de voyage sont payés.

Conclusions et recommandations

Étant donné que la participation du Canada à l’AIMH est maintenant une initiative conjointe du Bureau de la liberté de religion et de CIC, et sur la base des faits et des conclusions de l’évaluation, la recommandation suivante est formulée :

Recommandation 1 : CIC devrait établir de façon claire, en collaboration avec le Bureau de la liberté de religion, les obligations redditionnelles et les rôles et responsabilités de chacun au regard du respect des engagements du Canada liés à sa qualité de membre de l’AIMH. Cela doit notamment comprendre :

  • des précisions quant aux engagements et résultats attendus dans le cadre de l’AIMH en ce qui concerne la préparation aux réunions des groupes de travail et des séances plénières et la participation à celles-ci;
  • un soutien à la délégation d’experts et la promotion de l’éducation, la mémoire et la recherche au sujet de l’Holocauste, au Canada et à l’étranger.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :