Allocution d’ouverture de l’honorable Marco E.L. Mendicino, député, C.P. Ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté devant le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration de la Chambre des communes - 13 juin 2020

Budget supplémentaire des dépenses (A) et deuxième demande de crédits provisoires

Ottawa (Ontario)
13 juin 2020

Merci, madame la présidente et membres du Comité.

Permettez-moi tout d’abord de souligner que ce comité se rassemble sur le territoire traditionnel de la Nation algonquine.

Je suis heureux d’être présent ici aujourd’hui pour discuter des priorités et des dépenses de mon ministère, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

IRCC mène ses opérations dans divers secteurs d’activité pour assurer la bonne gestion d’un système d’immigration capable d’attirer des travailleurs qualifiés, de contribuer à nos collectivités et de garantir la sûreté et la sécurité de la population canadienne.

Comme nous le savons tous, la propagation de la COVID‑19 a transformé les priorités de l’ensemble des ministères et organismes gouvernementaux. Face à un si grand nombre de défis nouveaux et inattendus, IRCC continue à fournir une aide indispensable aux nombreux groupes vulnérables.

La pandémie a exposé les fragilités de notre système, auxquelles notre ministère s’est attaqué rapidement, avec souplesse et innovation.

Par exemple, dès le début de l’arrivée de la pandémie au Canada, l’approvisionnement alimentaire est devenu un enjeu prioritaire. La population canadienne était réellement préoccupée par la qualité et la disponibilité des aliments.

Les travailleurs étrangers temporaires constituent un élément essentiel du réseau de production et de distribution alimentaire du Canada, et nous avons pris des mesures pour appuyer ce groupe vulnérable.

IRCC continue à traiter les demandes de permis de travail, et a affecté en priorité les ressources aux secteurs professionnels ayant le plus grand besoin de travailleurs comme les soins de santé, l’agriculture, la production alimentaire et le secteur des fruits de mer.

Pour répondre aux besoins des travailleurs temporaires qui étaient déjà au Canada et qui ont été touchés par la COVID-19, nous avons mis des mesures en place, notamment prolonger les délais pour la présentation des documents et le rétablissement du statut.

Dans le cadre d’un nouveau processus, les travailleurs temporaires qui sont au Canada munis d’un permis de travail lié à un employeur donné peuvent changer d’employeur rapidement, lorsqu’ils trouvent un nouvel emploi.

De plus, afin de soutenir le secteur de l’agriculture et de l’agro-alimentaire, les demandeurs de la catégorie des travailleurs agricoles saisonniers peuvent fournir leurs données biométriques à leur arrivée à des points d’entrée canadiens précis.

Comme tous les voyageurs au Canada, les travailleurs étrangers temporaires doivent observer les mesures prises en vertu de la Loi sur la quarantaine, notamment l’exigence actuelle de se mettre en quarantaine dès leur arrivée au Canada. Ajoutons que tous les travailleurs ont droit à un milieu de travail sain.

Au début du printemps, nous avons annoncé l’attribution d’une somme de 50 millions de dollars pour aider les employeurs d’entreprises de production et de traitement d’aliments à mettre en place les mesures nécessaires pour observer la période de quarantaine obligatoire de 14 jours à laquelle doivent se soumettre tous les travailleurs arrivant de l’étranger.

Le gouvernement a également mis en œuvre de nouveaux règlements, qui obligent les employeurs à se conformer aux nouvelles exigences pour limiter la propagation de la COVID‑19.

Les employeurs qui ne se conforment pas à ces règlements pourraient se voir infliger différentes sanctions. Service Canada effectue des inspections pour vérifier la conformité des employeurs. Jusqu’à présent, presque 600 inspections ont été menées relativement aux nouvelles exigences imposées aux employeurs concernant la COVID-19.

Nous savons également que la COVID-19 a présenté encore plus de défis aux demandeurs d’asile au Canada, notamment ceux qui ont besoin de logement.

Le budget supplémentaire des dépenses (A) de 2020-2021 d’IRCC comprend un report de fonds proposé de 102,5 millions de dollars de l’exercice précédent pour le Programme d’aide au logement provisoire.

Ce programme permet au gouvernement fédéral d’offrir une aide indispensable aux provinces et municipalités aux prises avec une pression extraordinaire en matière de logement provisoire.

Ces fonds serviront particulièrement à conclure les ententes de financement avec la Ville de Toronto et la province de Québec concernant les coûts associés aux demandeurs d’asile en 2019.

Pour terminer, madame la présidente, permettez-moi de souligner que, même si elle continue à évoluer, la pandémie nous a, jusqu’à présent, appris énormément, notamment concernant le besoin pressant de moderniser notre système de traitement.

Nous avons saisi l’occasion pour mettre à profit la technologie afin de mieux servir nos clients.

Ainsi, alors que nous continuons à innover nos processus et politiques, nous continuons à cheminer vers notre objectif fondamental, qui est de poursuivre la croissance de notre pays par l’immigration.

Merci. Je suis maintenant heureux de répondre à vos questions.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :