Consultations de 2017 sur les niveaux d’immigration, l’établissement et l’intégration – rapport définitif

Table des matières

Aperçu et contexte

Chaque automne, le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté présente au Parlement le Rapport annuel sur l’immigration, qui comprend un plan des niveaux d’immigration pour l’année suivante. Le plan des niveaux d’immigration précise le nombre d’immigrants que le Canada accueillera en tant que résidents permanents dans les catégories suivantes : regroupement familial, immigration économique, motifs d’ordre humanitaire (réfugiés et personnes protégées), et autres (ce qui comprend les personnes admises pour des motifs d’ordre humanitaire ou d’intérêt public).

Au cours de l’été et du début de l’automne 2017, Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) a entrepris une initiative de sensibilisation et de consultation à volets multiples, notamment pour orienter la planification des niveaux d’immigration pour 2018. Bien qu’IRCC mène chaque année un exercice de mobilisation et de consultation afin d’élaborer le plan des niveaux d’immigration, l’initiative de cette année a également permis de discuter des enjeux liés à l’établissement et à l’intégration des nouveaux arrivants.

L’initiative comprenait des tables rondes pancanadiennes organisées par le ministre ou le secrétaire parlementaire, un sondage en ligne auprès des intervenants, et une enquête sur l’opinion publique (enquête téléphonique).

Les objectifs des consultations étaient les suivants :

  • Connaître l'opinion du grand public et des intervenants sur les niveaux d'immigration afin d'éclairer le processus de planification.
  • Demander l'avis des experts en établissement et en intégration, des nouveaux arrivants et d'autres intervenants sur les mesures que le gouvernement doit prendre pour favoriser l'intégration réussie de tous les nouveaux arrivants au Canada.

Outre cette consultation publique, IRCC collabore de façon étroite et continue avec les provinces et territoires relativement à la planification des niveaux d'immigration, conformément à la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés et au cadre de consultation élaboréNote de bas de page 1

Méthodes de consultation

1. Tables rondes avec le ministre ou le secrétaire parlementaire

Du 24 avril au 29 septembre 2017, le ministre et le secrétaire parlementaire ont tenu un total de 23 tables rondes avec des intervenants de l’ensemble du Canada. Des tables rondes ont eu lieu dans chaque province (dans 16 villes en tout), sauf au Québec, où le gouvernement provincial est responsable des questions d’immigration et d’établissement. Toutes les séances ont été animées par des représentants du Ministère.

Parmi les participants se trouvaient 306 représentants de groupes d’intervenants, dont des organismes d’aide à l’établissement et à la réinstallation des réfugiés, des syndicats, des associations multiculturelles et ethnoculturelles, des municipalités, des établissements d’enseignement, ainsi que des membres du milieu universitaire et des employeurs, et d’autres partenaires clés. Environ 178 observateurs, dont des représentants et des employés du Ministère, des partenaires provinciaux et territoriaux et des députés, ont également participé aux tables rondes.

La liste complète des dates, des lieux et des organismes participants se trouve à l’annexe A.

Afin d’orienter les tables rondes, les participants ont reçu des copies d’un document de discussion contenant des questions précises réparties en deux thèmes : 1) Niveaux d’immigration, et 2) Établissement et intégration.

Le document de discussion complet figure à l’annexe B.

À la suite de chaque table ronde, les intervenants participants étaient invités à fournir une rétroaction écrite sur les questions de discussion par courriel. IRCC a reçu au total 17 observations de suivi.

1.1. Tables rondes – principales constatations sur l’immigration

Les intervenants de l’ensemble du pays devaient répondre à deux questions sur les niveaux d’immigration :

  1. Combien de nouveaux arrivants le Canada devrait-il accueillir?
  2. Avons-nous atteint un juste équilibre entre les catégories, volets ou programmes d’immigration? Dans la négative, quelles priorités devraient être à la base de la planification de l’immigration du Canada?

Large soutien d’une augmentation des niveaux d’immigration

De façon générale, les intervenants à l'échelle du Canada appuient le niveau minimal actuel de 300 000 résidents par an. Ils sont toutefois nombreux à se déclarer en faveur d'une augmentation des niveaux d'immigration, y compris de ceux équivalant à 1 % de la population (environ 360 000 personnes par an), pour les porter à plus de 450 000 résidents. Les intervenants en faveur d'une augmentation de l'immigration ont fait remarquer que pour appuyer une augmentation des niveaux d'immigration, il fallait établir un processus de planification uniforme dans tous les ordres du gouvernement et prévoir un financement approprié afin que les fournisseurs de service puissent aider les nouveaux arrivants supplémentaires à réussir leur établissement et leur intégration.

Certains intervenants considèrent qu'il est nécessaire d'augmenter les niveaux d'immigration pour surmonter les enjeux démographiques liés au vieillissement de la population et au faible taux de natalité du Canada. Ils ont présenté plus précisément la hausse de l'immigration comme un moyen de garantir la croissance démographique et économique à long terme. Ils ont également fait valoir que l'immigration était un élément permettant de répondre aux besoins spécifiques du marché du travail sur le plan national et régional. Ces intervenants ont souligné que le Canada tirait profit de l'immigration économique, puisque les travailleurs hautement qualifiés offraient à l'industrie canadienne des approches, des connaissances et des perspectives différentes lorsqu'ils arrivaient au pays. Ils ont également affirmé que la pénurie de main-d'œuvre dans tous les niveaux de compétence constituait un obstacle majeur pour la croissance de leur secteur. Toutefois, certains d'entre eux ont suggéré qu'il était nécessaire d'améliorer les systèmes d'information sur le marché du travail à l'échelle locale et régionale afin de faire correspondre de manière efficace et efficiente les compétences des immigrants aux besoins du marché du travail. De même, les organismes communautaires et les organisations qui offrent un soutien aux immigrants après leur arrivée ont affirmé qu'ils souhaitaient obtenir plus de données sur le marché du travail afin de mieux comprendre son évolution et d'adapter leurs programmes en conséquence.

Plusieurs participants ont fait valoir qu'il fallait favoriser davantage l'établissement des immigrants à l'extérieur des grands centres d'immigration traditionnels comme Montréal, Toronto et Vancouver. Certains intervenants ont mentionné que les collectivités rurales présentaient des obstacles particuliers à la réussite des immigrants en raison du manque d'infrastructures communautaires, comme les services en établissement et le transport, et que pour cette raison, il était difficile d'attirer les immigrants dans des municipalités plus petites. Les intervenants considèrent le Programme des candidats des provinces comme particulièrement efficace pour répartir les immigrants dans l'ensemble du Canada, et plusieurs d'entre eux ont souligné l'efficacité de ce programme pour aider les employeurs à pallier la pénurie de main-d'œuvre. Plusieurs intervenants ont fait remarquer que les délais d'attente pour ce programme étaient préoccupants.

Soutien d’une planification pluriannuelle des niveaux d’immigration

Outre le soutien d’une augmentation des niveaux d’immigration généraux, les intervenants ont indiqué de manière unanime qu’il serait utile de procéder à une planification pluriannuelle des niveaux d’immigration (jugée plus efficace que le modèle de planification annuelle actuel). En particulier, plusieurs organismes d’aide à l’établissement ont indiqué que, si les niveaux d’immigration étaient planifiés trois à cinq années à l’avance, ils pourraient mieux prévoir leurs activités et, par conséquent, assurer une meilleure prestation des services. La planification pluriannuelle des niveaux d’immigration est perçue comme particulièrement utile pour les petites municipalités.

Un plan d’immigration atteignant de multiples objectifs

Le plan d’immigration du Canada affecte des niveaux d’immigration particuliers aux programmes d’immigration économique, de regroupement familial, de protection des réfugiés et humanitaires. Lors des tables rondes et au moyen d’observations écrites, les intervenants ont fourni un large éventail de réponses à la question « Est-ce que le Canada a atteint un juste équilibre entre les catégories, les programmes ou les volets d’immigration? ». Ils ont, dans de nombreux cas, exprimé leur soutien continu pour les catégories du regroupement familial, des réfugiés et de l’immigration pour motifs d’ordre humanitaire, mais ont fait valoir qu’il fallait privilégier l’immigration économique pour répondre aux besoins actuels du marché du travail et régler les problèmes de pénurie de compétences liés au vieillissement de la population canadienne. Certains intervenants ont suggéré que 70 % des admissions annuelles devaient provenir du volet économique. Les étudiants étrangers sont souvent considérés comme une source importante d’immigrants de la composante économique dans le pays, et les intervenants encouragent IRCC à trouver des moyens de retenir cette cohorte.

D’autres intervenants ont souligné qu’il était nécessaire d’augmenter le nombre d’admissions dans la catégorie du regroupement familial parallèlement au nombre d’admissions dans la catégorie économique afin de faciliter l’établissement, l’intégration et la rétention des immigrants. En parallèle, d’autres intervenants ont mis l’accent sur la tradition du Canada en matière de protection des réfugiés, faisant remarquer que pour que les efforts de réinstallation du Canada correspondent aux réalités de la crise mondiale de déplacement, il fallait augmenter en priorité le nombre d’admissions dans la catégorie des réfugiés et de l’immigration pour motifs d’ordre humanitaire. Bien que le plan d’immigration ne soit pas en mesure d’accroître directement la proportion d’immigrants francophones au Canada, certains intervenants francophones ont exprimé leur inquiétude concernant l’incapacité du gouvernement d’atteindre sa cible de 4,4 % d’immigrants francophones en dehors du Québec.

Mot de la fin

Des intervenants de l’ensemble du Canada ont fait valoir que l’établissement des niveaux d’immigration pour l’année suivante ne consistait pas seulement à attirer les professionnels du monde entier et à pallier la pénurie de main-d’œuvre, mais que ce processus était aussi directement lié à l’édification de la nation. Ils ont fait remarquer que le programme d’immigration était un programme d’édification de la nation exigeant un haut degré de partenariat entre les parties concernées.

Quelques intervenants ont affirmé que le Canada est certes une nation accueillante, mais qu’il est encore possible d’informer davantage le grand public de l’apport et des avantages de l’immigration pour les collectivités afin d’aider ces dernières à intégrer les immigrants et de favoriser la diversité et l’inclusion.

1.2. Tables rondes – principales constatations sur l’établissement et l’intégration

Outre la consultation sur la planification des niveaux d’immigration, les intervenants ont été interrogés sur l’établissement et l’intégration des immigrants au Canada. Le lien entre ces deux domaines est devenu clair lorsque les intervenants se sont déclarés généralement en faveur d’une augmentation des niveaux d’immigration à 1 % de la population canadienne, pourvu qu’il y ait suffisamment de mesures de soutien en place pour faciliter l’établissement des immigrants. Parallèlement aux tables rondes, le Ministère a aussi reçu un certain nombre d’observations écrites des intervenants (principalement du secteur de l’établissement). Le Conseil national de l’établissement a également été consulté sur la planification des niveaux d’immigration et la vision commune en matière d’établissement.

Élaboration d’une vision commune

L’initiative pour la réinstallation des réfugiés syriens et la participation active des intervenants, et notamment des collectivités et des bénévoles à cette initiative ont montré les avantages d’une approche plus collaborative en matière d’établissement et d’intégration. Le secteur et les collectivités canadiennes gardent la volonté de travailler ensemble, d’attirer de nouveaux acteurs, comme les employeurs, et de trouver des manières nouvelles et novatrices d’aider les nouveaux arrivants à obtenir des résultats en matière d’intégration.

Beaucoup de répondants ont souligné le rôle important des collectivités et des Canadiens établis pour faciliter la réussite des nouveaux arrivants. Il a été suggéré de favoriser davantage de partenariats entre les groupes communautaires, les employeurs et le gouvernement. À cet égard, beaucoup de personnes ont fait valoir qu’il fallait promouvoir les avantages de l’immigration et de la diversité à l’échelon fédéral et local. Cela a été souligné en particulier dans les petites collectivités, où le pourcentage de nouveaux arrivants peut être faible, mais où il y a un intérêt à attirer les immigrants pour stimuler l’économie. Par exemple, dans la région de l’Atlantique, le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique a été cité comme une pratique prometteuse pour mobiliser davantage les employeurs; les intervenants ont toutefois également souligné qu’il fallait informer et aider encore plus les nouveaux arrivants dans les collectivités en faisait valoir l’importance de l’immigration et de la diversité. La nécessité de bâtir une société plus accueillante est l’un des thèmes les plus souvent abordés dans toutes les régions.

Fusionner ou relier la formation linguistique et l’emploi

Les données issues des consultations font ressortir les avantages de relier la formation linguistique aux possibilités d’emploi. Beaucoup d’intervenants ont exprimé leur appui à l’égard d’une formation linguistique concurrente ou intégrée à l’emploi. L’industrie hôtelière a été présentée comme un environnement modèle pour fournir une formation linguistique au travail.

Il a également été mentionné que cette formation linguistique et professionnelle combinée nécessiterait un perfectionnement professionnel accru des professeurs de langue.

Les intervenants ont fait remarquer que les personnes qui avaient reçu une formation en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STIM) avaient particulièrement besoin d’une formation linguistique spécialisée. Il a été recommandé de poursuivre les travaux menés en collaboration avec Emploi et Développement social Canada (EDSC) sur les projets communs, comme celui des jeunes stagiaires. Il a également été suggéré d’inciter les employeurs à offrir une formation linguistique au travail.

Une approche davantage centrée sur les résultats et orientée vers le client

Les personnes interrogées ont affirmé que, pour être encore plus efficaces, les programmes d’établissement devaient être davantage centrés sur les résultats et orientés vers les besoins particuliers des clients, et plus précisément ceux des clients vulnérables, comme les femmes, les jeunes, les personnes de couleur et les LGBTA (lesbiennes, gais, bisexuels, trans et allosexuels). Elles ont souligné que certains groupes, comme les femmes qui s’occupent de jeunes enfants, avaient des besoins différents et connaissaient d’autres obstacles à l’intégration, et que, pour cette raison, les services devaient être adaptés à leurs besoins individuels.

Il a été mentionné que les jeunes, notamment, nécessitaient une attention particulière. Cela est perçu comme nécessaire dans les services liés à l’emploi, comme les programmes de mentorat et les stages pour les jeunes, dans l’élargissement du programme Travailleurs de l’établissement dans les écoles (TEE), dans les recommandations mettant l’accent sur les rapports sociaux, et même dans l’examen des modes de prestation des services, comme l’utilisation accrue de la technologie et des applications pour téléphone intelligent.

Mettre davantage l’accent sur l’intégration sociale et la suppression des obstacles systémiques

Les participants ont fait valoir qu’il fallait davantage mettre l’accent sur les programmes axés sur les liens communautaires, et ils ont souligné les avantages de miser sur la bienveillance des bénévoles et des collectivités qui s’est manifestée lors de la crise syrienne. Ils ont également recommandé de réinstaurer un programme pour jumeler les bénévoles et les nouveaux arrivants (comme l’ancien Programme d’accueil). Les intervenants ont également mentionné la nécessité de supprimer les obstacles systémiques, comme le racisme et la discrimination religieuse, en recommandant de mettre davantage en valeur la formation sur le multiculturalisme et la diversité.

Mesures de soutien liées à l’emploi et aux titres de compétences avant l’arrivée

Le soutien offert avant l’arrivée des immigrants, et en particulier le soutien lié à l’orientation et aux titres de compétences, était un thème récurrent des consultations. Les intervenants ont reconnu qu’il permettait de réduire les difficultés liées à la reconnaissance des titres de compétences, puisqu’il aidait les nouveaux arrivants à entrer en contact avec les organismes délivrant des titres de compétence professionnels et des certificats de métier, et leur donnait des renseignements sur les perspectives du marché du travail avant d’arriver dans le pays, afin de gérer leurs attentes. Toutefois, de nombreuses personnes ont dit craindre que la reconnaissance des titres de compétence demeure un obstacle important. Il a été recommandé d’accorder une place centrale à l’information sur la reconnaissance des titres de compétences étrangers dans les programmes d’orientation avant et après l’arrivée des immigrants et d’harmoniser davantage les pratiques avec celles des provinces et des territoires dans ce domaine.

Nécessité d’accroître le soutien fourni aux nouveaux arrivants francophones

Dans toutes les régions, les intervenants ont exprimé leur intérêt pour que les nouveaux arrivants francophones soient mieux soutenus. Ils souhaitent notamment que les organismes fournisseurs de services d’établissement aux francophones bénéficient d’un plus grand soutien afin de mettre en œuvre la stratégie « par et pour » (services fournis par et pour des francophones), et que davantage de services soient offerts en français dans les zones actuellement sous-desservies (comme les zones rurales). La question de la rétention des nouveaux arrivants est considérée comme un enjeu touchant particulièrement les immigrants francophones, et la réunification familiale a été citée comme un important facteur. Il a également été mentionné que les municipalités pouvaient jouer un plus grand rôle dans l’intégration des nouveaux arrivants francophones.

Voies vers la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires et les étudiants étrangers

En ce qui concerne le besoin du Canada en travailleurs peu et moyennement qualifiés et le succès possible de l’intégration des personnes qui ont fait leurs études au Canada, il a été suggéré de fournir des services d’établissement à ces deux groupes. La question de l’accès des étudiants étrangers aux services d’établissement a été abordée à presque toutes les tables rondes.

Prestation des services

Certains répondants ont indiqué que l’ordre séquentiel dans lequel les services étaient offerts (p. ex. le fait de retarder l’entrée en fonction jusqu’à ce qu’un certain niveau linguistique soit atteint) pouvait en réalité accroître les coûts pour les fournisseurs de services et provoquer une certaine frustration chez les nouveaux arrivants. L’un des participants à une table ronde a affirmé que le fait de trouver un emploi ne constituait pas la fin du périple, et que l’intégration n’était pas un processus linéaire.

Fardeau des fournisseurs de services en matière de rapports

Il faut mieux équiper les petites communautés pour qu’elles aient les moyens d’accueillir et d’appuyer les nouveaux arrivants. Par exemple, de petites villes et collectivités partout en Alberta souhaiteraient participer à l’offre de services d’établissement et accueillir de nouveaux arrivants chez elles. Elles n’ont toutefois pas l’infrastructure et les services suffisants pour répondre à leurs besoins; elles éprouvent des difficultés à monter des dossiers de demandes de subventions et à présenter les rapports exigés. Il est donc plus ardu pour ces nouveaux arrivants de s’établir dans ces collectivités. La nécessité de mettre en place un financement à long terme et d’accroître la marge de manœuvre des fournisseurs de services a également été soulignée.

“ Culture de l’évaluation ”

Lors de plusieurs tables rondes, les intervenants ont mis l’accent sur la mesure du succès parmi les nouveaux arrivants, et en particulier ceux qui utilisent les services d’établissement. Un répondant a suggéré à IRCC d’établir un « cadre de durabilité sociale » comprenant des cibles et des indicateurs communs pour mesurer l’intégration des nouveaux arrivants à l’échelle du pays. Quelqu’un d’autre a suggéré de mettre en place une enquête longitudinale sur les progrès liés à l’immigration. Ces commentaires sont fondés sur l’argument suivant : IRCC ne doit pas se contenter de mesurer les effets et les résultats à court terme.

Autres observations importantes :
  • Établir de meilleurs liens entre les répondants privés et les fournisseurs de services afin de faire mieux connaître les services offerts.
  • Promouvoir l'entrepreneuriat des immigrants.
  • Fournir plus de renseignements sur les prochaines tendances du marché du travail et les niveaux d'immigration futurs afin que les fournisseurs de services puissent se préparer.
  • Fournir une formation sur la santé mentale, en particulier aux personnes qui offrent des services aux jeunes.
  • Les partenariats locaux en matière d'immigration (PLI) constituent l'un des modèles d'établissement et d'intégration les plus rentables.
  • « Nous devons sortir des sentiers battus pour les personnes dont les besoins sont les plus élevés. »
  • Établir des ponts entre les nouveaux arrivants et les communautés autochtones locales.
    • Le Bureau du commissaire aux traités est une excellente ressource, et il pourrait collaborer avec IRCC.

2. Sondage en ligne auprès d’intervenants

Du 2 au 24 août 2017, 1 680 intervenants ont été invités par courriel à lire le guide de discussion et à participer à un sondage en ligne. Ces intervenants étaient les suivants : invités et participants aux tables rondes, organismes ayant formulé des observations écrites ou ayant participé à un webinaire lors des consultations sur les niveaux d'immigration de l'an dernier, municipalités et autres organismes communautaires, groupes multiculturels ou ethnoculturels, groupes d'intervenants autochtones, organismes clés possédant une boîte aux lettres générique, organismes fournisseurs de services d'établissement financés, employeurs, chambres de commerce et organismes d'aide aux réfugiés.

Nous avons ouvert le lien vers le sondage et annoncé aux participants qu'ils pouvaient diffuser l'adresse URL au sein de leur organisation.

Le sondage a été mené dans la langue officielle de choix des répondants. Comme il s'agissait d'un échantillon non probabiliste, aucune marge d'erreur n'a pu être attribuée. Étant donné que la composition démographique du groupe d'intervenants est inconnue, les données n'ont pas été pondérées.

IRCC a reçu au total 512 questionnaires remplis.

Le texte du sondage en ligne se trouve à l'annexe C.

2.1 Principales constatations

Remarque :  es conclusions présentées dans cette section reflètent exclusivement les opinions des participants recueillies dans le cadre des consultations. Le résumé des discussions ne devrait pas être considéré comme étant représentatif de l’ensemble de la population canadienne ou de tous les intervenants d’IRCC. Il vise à mieux expliquer les raisons sous-jacentes aux opinions.

En général, les intervenants sont satisfaits des niveaux d'immigration actuellement prévus et du Programme d'établissement.

  • La majorité des intervenants interrogés estiment les niveaux d'immigration plutôt adéquats (52 %). Environ un quart d'entre eux (27 %) pensent qu'il y a trop peu d'immigrants, et ils ne sont que quelques-uns (9 %) à penser qu'il y en a trop.
  • Lorsqu'ils sont interrogés sur les catégories d'immigration, presque tous les répondants estiment que le nombre d'immigrants économiques accueillis chaque année au Canada est insuffisant (46 %) ou environ adéquat (43 %). En cas d'augmentation des niveaux d'immigration, la moitié (53 %) des intervenants voudraient que cette augmentation touche le volet économique.
  • Quasiment tous les intervenants jugent le nombre d'immigrants dans la catégorie du regroupement familial environ adéquat (43 %) ou insuffisant (43 %). Ils sont plus partagés sur la question des réfugiés, puisqu'environ deux tiers d'entre eux estiment que leur nombre est environ adéquat (39 %) ou insatisfaisant (37 %), tandis que moins d'un intervenant sur cinq (16 %) estime qu'il est trop élevé.
  • Une majorité d'intervenants (60 %) se prononce en faveur d'une planification pluriannuelle des niveaux d'immigration par opposition à une planification annuelle (40 %). En cas de hausse des niveaux d'immigration, la moitié (53 %) des répondants voudraient que cette augmentation soit répartie sur cinq ans.
  • La majorité des intervenants sont satisfaits du Programme d'établissement en général (64 %), tandis que moins d'une personne sur cinq (16 %) n'en est pas satisfaite. La majorité des intervenants interrogés sur les aspects particuliers du Programme d'établissement sont satisfaits de l'information et de l'aiguillage (60 %), de l'aide à l'intégration dans la société canadienne (60 %) et de la formation linguistique (57 %); ils sont toutefois moins satisfaits (33 %) de l'aide offerte aux nouveaux arrivants pour trouver un emploi correspondant à leurs qualifications et à leurs études.
  • Environ un tiers des intervenants (35 %) estime qu'IRCC noue avec eux un dialogue efficace, et la majorité d'entre eux (41 %) répond qu'IRCC noue avec eux un dialogue modérément efficace. En ce qui concerne les possibilités de lien renforcé, IRCC pourrait mener un vaste éventail d'activités. Il pourrait surtout écouter les intervenants et tenir compte de leur avis (81 %), les faire participer à l'élaboration des politiques et des stratégies (80 %), les consulter de façon significative (79 %) et communiquer l'information relative aux possibilités de consultation en temps opportun (78 %).
Répartition provisoire de l’échantillonnage
Données démographiques Dénombrement final Pourcentage final
Région d’exploitation
Nationale 32 6 %
Colombie-Britannique/Territoires 96 19 %
Alberta 58 11%
Manitoba et Saskatchewan 55 11 %
Ontario 190 37 %
Québec 9 2 %
Canada atlantique 72 14 %
Type d’organisation
Organisme d’aide à l’établissement et à la réinstallation 99 19 %
Organisme communautaire 78 15 %
Organisme d’aide aux immigrants 78 15 %
Établissement d’enseignement 66 13 %
Municipalité 18 4 %
Signataire d’entente de parrainage dans le cadre du Programme de parrainage privé de réfugiés 18 4 %
Universités 15 3 %
Chambre de commerce ou regroupement de gens d’affaires 14 3 %
Association professionnelle 13 3 %
Regroupement d’employeurs 12 2 %
Organisation syndicale 9 2 %
Association multiculturelle ou ethnoculturelle 7 1 %
Représentant d’un organisme gouvernemental d’une province ou d’un territoire 6 1 %
Groupe autochtone 0 0 %
Autre 79 15 %
Total 512 100 %

Niveaux d’immigration

Le gouvernement du Canada projette d’accueillir 300 000 nouveaux arrivants au Canada en 2017. Est-ce trop, adéquat ou trop peu?

Total
Nombre de réponses 512
Trop 9 %
Environ le nombre adéquat 52 %
Trop peu 27 %

En ce qui concerne la catégorie économique, le nombre de nouveaux arrivants que le gouvernement du Canada accueille est-il trop élevé, adéquat ou trop faible? Pour des fins de référence, le plan des niveaux d’immigration complet de 2017 se trouve ici.

Total
Nombre de réponses 512
Trop 4 %
Environ le nombre adéquat 43 %
Trop faible 46 %

En ce qui concerne la catégorie du regroupement familial, le nombre de nouveaux arrivants que le gouvernement du Canada accueille est-il trop élevé, adéquat ou trop faible? Pour des fins de référence, le plan des niveaux d’immigration complet de 2017 se trouve ici.

Total
Nombre de réponses 512
Trop 5 %
Environ le nombre adéquat 43 %
Trop faible 43 %

En ce qui concerne la catégorie des réfugiés, le nombre de nouveaux arrivants que le gouvernement du Canada accueille est-il trop élevé, adéquat ou trop faible? Pour des fins de référence, le plan des niveaux d’immigration complet de 2017 se trouve ici.

Total
Nombre de réponses 512
Trop 16 %
Environ le nombre adéquat 39 %
Trop faible 37 %

Pour les cinq prochaines années, si le gouvernement décide de faire venir davantage d’immigrants, laquelle des trois grandes catégories d’immigration devrait augmenter?

Total
Nombre de réponses 512
Immigrants économiques (p. ex. travailleurs qualifiés, aides familiaux et gens d’affaires immigrants) 53 %
Membres de la famille de personnes déjà au Canada 26 %
Réfugiés 21 %

Dans la catégorie économique, quel(s) volet(s) la croissance devrait-elle toucher? Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes. [question posée uniquement aux personnes qui ont sélectionné « catégorie économique » à la question précédente]

Total
Nombre de réponses 272
Travailleurs qualifiés et gens de métiers qualifiés sélectionnés par le gouvernement du Canada au titre d’Entrée Express 78 %
Candidats des provinces 53 %
Gens d’affaires immigrants 42 %
Aides familiaux 21 %
Programme pilote d’immigration au Canada atlantique [réponse uniquement montrée si la région=nationale ou atlantique] 12 %

Dans la catégorie du regroupement familial, quel(s) volet(s) la croissance devrait-elle toucher? Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes. [question posée uniquement aux personnes qui ont sélectionné « catégorie familiale » à la question précédente]

Total
Nombre de réponses 133
Conjoints, partenaires et enfants parrainés 86 %
Parents et grands-parents parrainés 46 %

Dans la catégorie des réfugiés, quel(s) volet(s) la croissance devrait-elle toucher? [question posée uniquement aux personnes qui ont sélectionné « réfugiés » à la question précédente]

Total
Nombre de réponses 108
Réfugiés pris en charge par le gouvernement (sélectionnés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés) 41 %
Réfugiés désignés par un bureau des visas (sélectionnés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés qui sont jumelés avec des répondants privés au Canada). 41 %
Réfugiés parrainés par le secteur privé (sélectionnés par des groupes communautaires, des groupes privés ou de simples citoyens) 19 %

Si le gouvernement du Canada décide d’augmenter le nombre de nouveaux arrivants au cours des cinq prochaines années, la hausse devrait-elle :

Total
Nombre de réponses 512
Être mise en œuvre immédiatement 25 %
Être répartie sur une période de cinq ans 53 %
Commencer lentement et augmenter au cours des deux à trois dernières années 22 %

Quelle est selon vous la raison la plus importante pour que le Canada ait un solide programme d’immigration?

Total
Nombre de réponses 512
Soutenir la croissance économique 45 %
Accroître la population du Canada et appuyer le développement des collectivités 25 %
Atteindre des objectifs autres qu’économiques, comme la réunification des familles et l’appui de l’engagement humanitaire 14 %
Contribuer à la diversité du Canada 7 %
Autre 9 %

Exemples d'« autres » réponses généralement dues au fait que les répondants sélectionnent plusieurs raisons plutôt qu'indiquer que la réponse ne figure pas sur la liste.

  • « Toutes ces réponses conviennent également ».
  • « Toutes ces réponses – croissance économique tant que les immigrants répondent aux besoins du marché du travail; la réunification des familles et le respect des obligations – il faut établir un lien pour veiller à ce que les systèmes soient en place pour combler pleinement les besoins des réfugiés et garantir une intégration continue. »
  • « Accroître la population des régions minoritaires francophones au Canada. »

Actuellement, le gouvernement du Canada planifie les niveaux d’immigration sur une base annuelle. Le gouvernement du Canada devrait-il passer à un plan des niveaux d’immigration pluriannuel ou continuer de planifier année par année?

Total
Nombre de réponses 512
Plan des niveaux d’immigration pluriannuel 60 %
Plan annuel des niveaux d’immigration 40 %

Plan d’établissement et d’intégration

Un établissement et une intégration réussis, qu’est-ce que cela signifie pour vous? Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes.

Total
Nombre de réponses 512
Emploi intéressant 88 %
Acquisition de la langue 83 %
Accès à de l’information et à des conseils 77 %
Appui social et émotionnel 75 %
Accès aux soins de santé 71 %
Accès à un logement abordable 70 %
Stabilité financière (p. ex. aide financière, services bancaires, cartes de crédit) 67 %
Orientation au Canada initiale 66 %

Les répondants ont dû indiquer si certains aspects d'un établissement et d'une intégration réussis ne figuraient pas ci-dessus. Exemples d'« autres » réponses :

  • « Accès à des services juridiques ou à des consultations abordables »
  • « Accès à un enseignement et à une formation linguistique répondant aux besoins de tous les immigrants, qu'il s'agisse d'enfants, de jeunes ou d'adultes »
  • « Introduction dans un groupe de pairs »
  • « Aides et programmes liés au transport, en particulier dans les zones rurales du Canada »
  • « Partage d'une fierté nationale et connaissance du rôle à jouer »

À quel point diriez-vous que vous êtes satisfait du Programme d’établissement?

Total
Nombre de réponses 512
Total de satisfaits (très satisfaits ou plutôt satisfaits) 64 %
Total d’insatisfaits (très insatisfaits ou plutôt insatisfaits)> 16 %
Très satisfait 9 %
Assez satisfait 55 %
Ni satisfait, ni insatisfait 13 %
Plutôt insatisfait 12 %
Très insatisfait 4 %
Je ne sais pas. 8 %

Les répondants ont dû justifier la cote de satisfaction attribuée concernant le Programme d’établissement.

Motifs de satisfaction concernant le Programme d’établissement :

  • Accent mis sur les aides à l'établissement des enfants et des jeunes.
  • En général, je pense que nous faisons du bon travail. Cela dit, il est toujours possible d'apporter des améliorations. Nous pouvons améliorer les chiffres de l'immigration ainsi que la coordination des services d'établissement et faire en sorte que nos collectivités soient plus accueillantes.
  • Le système d'établissement au Canada est bien établi et financé de manière raisonnable. Nous sommes des chefs de fils mondiaux à cet égard. Cependant, nous pourrions sans aucun doute accélérer le processus d'établissement et d'intégration des nouveaux arrivants en veillant à ce qu'ils aient totalement accès aux aides nécessaires afin d'optimiser les délais d'intégration sociale, économique et culturelle.

Motifs d’insatisfaction liée au Programme d’établissement :

  • Beaucoup de nouveaux arrivants ignorent comment obtenir un soutien ou comment savoir de quelles aides ils disposent. Il faut mieux communiquer l'information aux nouveaux arrivants et aux personnes qui travaillent avec eux. Trop peu d'équipes de programme communiquent entre elles sur les services totalement offerts.
  • Les employeurs ont besoin de plus d'aide pour fournir une formation et un soutien en milieu de travail aux nouveaux arrivants.
  • La plupart des services d'établissement sont uniquement offerts aux nouveaux résidents permanents. Il faudrait également offrir ces services d'établissement aux étudiants et aux travailleurs temporaires afin qu'ils demeurent au pays et qu'ils soient mieux intégrés.

Dans quelle mesure êtes-vous satisfait de l’aide pour trouver un emploi correspondant aux qualifications et aux études des nouveaux arrivants qui est offerte dans le cadre du Programme d’établissement?

Total
Nombre de réponses 512
Total de satisfaits (très satisfaits ou plutôt satisfaits) 32 %
Total d’insatisfaits (très insatisfaits ou plutôt insatisfaits) 42 %
Très satisfait 4 %
Assez satisfait 28 %
Ni satisfait, ni insatisfait 17 %
Plutôt insatisfait 29 %
Très insatisfait 13 %
Je ne sais pas. 8 %

Dans quelle mesure êtes-vous satisfait de l’aide à l’intégration dans la société canadienne qui est offerte dans le cadre du Programme d’établissement?

Total
Nombre de réponses 512
Total de satisfaits (très satisfaits ou plutôt satisfaits) 60 %
Total d’insatisfaits (très insatisfaits ou plutôt insatisfaits) 17 %
Très satisfait 13 %
Assez satisfait 47 %
Ni satisfait, ni insatisfait 18 %
Plutôt insatisfait 13 %
Très insatisfait 4 %
Je ne sais pas. 6 %

Dans quelle mesure êtes-vous satisfait de l’information et de l’aiguillage dans le cadre du Programme d’établissement?

Total
Nombre de réponses 512
Total de satisfaits (très satisfaits ou plutôt satisfaits) 60 %
Total d’insatisfaits (très insatisfaits ou plutôt insatisfaits) 14 %
Très satisfait 24 %
Assez satisfait 36 %
Ni satisfait, ni insatisfait 17 %
Plutôt insatisfait 11 %
Très insatisfait 3 %
Je ne sais pas. 8 %

Dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la formation linguistique offerte dans le cadre Programme d’établissement?

Total
Nombre de réponses 512
Total de satisfaits (très satisfaits ou plutôt satisfaits) 57 %
Total d’insatisfaits (très insatisfaits ou plutôt insatisfaits) 23 %
Très satisfait 18 %
Assez satisfait 39 %
Neither satisfied nor dissatisfied 12 %
Plutôt insatisfait 18 %
Très insatisfait 5 %
Je ne sais pas. 7 %

La question suivante comporte deux parties. Veuillez fournir une réponse là où vous le pouvez. Si vous ne pouvez répondre à aucune des parties, veuillez les laisser vierges.

a) Quel est le meilleur indicateur de réussite dans ce domaine du Programme d’établissement? b) Comment atteindre cet indicateur de réussite?
Aide pour trouver un emploi correspondant aux qualifications et aux études des nouveaux arrivants
Taux d’emploi sur 18 mois Faciliter la reconnaissance de l’apprentissage
Activité lucrative salariée Emploi, même à un premier échelon, dans le domaine professionnel de la personne
Le candidat reste dans la région. Fournir un meilleur service établissement... Faire en sorte qu’il soit meilleur que dans n’importe quelle autre région ou n’importe quel autre pays.
Aide à l’intégration dans la société canadienne
Participation active à la collectivité Programme d’intégration sociale, appui émotionnel adéquat et aides appropriées aux personnes qui risquent d’être isolées
Autonomie après cinq années au Canada Offrir des aides communautaires directes au cours des trois premières années.
Engagement civique des nouveaux arrivants Activités communautaires (culture, alimentation, etc.)
Information et aiguillage
Nombre d’aiguillages, cibles de coordination du service Collaboration communautaire et partenariats qui facilitent les aiguillages
Nombre de nouveaux arrivants bénéficiant de services d’établissement Déterminer les facteurs qui empêchent les nouveaux arrivants d’accéder aux services des organismes d’aide à l’établissement.
Lorsque de nouveaux arrivants obtiennent la citoyenneté canadienne, ils pensent qu’ils ont reçu tous les renseignements dont ils avaient besoin pour réussir au Canada Un plus grand nombre d’employés d’organismes d’établissement devraient entrer en relation avec les nouveaux arrivants.
Formation linguistique
Nombre d’immigrants possédant un certain niveau linguistique Évaluation du niveau de connaissance linguistique à l’entrée et six mois plus tard
Les clients peuvent lire, écrire, parler et discuter dans l’une des deux langues officielles. Veiller à ce que tous les nouveaux arrivants fassent l’objet d’une évaluation linguistique et suivent une formation, au besoin.
Progression au cours de l’acquisition de la langue Divers types de formation linguistique, en fonction des besoins et des capacités des personnes

Quelle cote donneriez-vous au gouvernement du Canada pour son efficacité à nouer le dialogue avec votre organisation?

Total
Nombre de réponses 512
Total de cotes « efficace » (extrêmement efficace ou très efficace) 35 %
Total de cotes « inefficaces » (pas très efficace ou pas du tout efficace) 17 %
Extrêmement efficace 8 %
Très efficace 27 %
Modérément efficace 41 %
Pas très efficace 12 %
Pas du tout efficace 5 %
Je ne sais pas. 7 %

Voyez-vous une possibilité de lien renforcé entre le gouvernement du Canada et votre organisation?

Total
Nombre de réponses 512
Oui 84 %
Non 2 %
Je ne sais pas. 13 %

Quelles possibilités de lien renforcé voyez-vous? Veuillez cocher toutes les réponses qui s’appliquent.

Total
Nombre de réponses 512
Écouter et prendre en considération ce que j’ai à dire à titre d’intervenant 81 %
M’impliquer (ou impliquer mon organisation) dans l’élaboration des politiques et des stratégies 80 %
Consulter mon organisation au sujet des questions de politique ou de programme de façon significative 79 %
Communiquer l’information relative aux possibilités de consultation en temps opportun 78 %
Consulter mon organisation au sujet des questions de politique ou de programme en temps opportun 74 %
Établir des rapports sur la rétroaction des intervenants au gouvernement du Canada 72 %

Les intervenants ont dû indiquer si d’autres possibilités de lien ne figuraient pas ci-dessus. Exemples d’« autres » réponses :

  • Tous les liens susmentionnés ont déjà été mis en place entre le gouvernement et [MON ORGANISATION], mais en ce qui concerne la mise en place de politiques et de stratégies, nous avons besoin d'un lien plus solide pour traiter les enjeux et les occasions liés au Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) et ouvrir la voie vers la résidence permanente pour les travailleurs étrangers temporaires.
  • Les établissements d'enseignement postsecondaire sont les nouveaux agents de contrôle de l'immigration, puisque les étudiants étrangers représentent une partie considérable des nouveaux résidents permanents. Les écoles sont, de fait, des organismes d'aide à l'établissement, et nous semblons travailler de manière cloisonnée et sans aide du gouvernement du Canada, car nous sommes tout d'abord des établissements d'enseignement. Nous avons donc parfois du mal à répondre aux besoins très complexes de nos étudiants étrangers, qui sont de nouveaux immigrants.
  • Envoi d'un représentant dans notre collectivité pour comprendre le cadre dans lequel nous menons nos activités. Aucun représentant fédéral ne s'est rendu dans notre établissement depuis que nous offrons des services.

Enfin, avez-vous d’autres commentaires à formuler?

Total
Nombre de réponses 512
Oui 25 %
Non 71 %
Je ne sais pas. 4 %

Voici quelques exemples de rétroaction parmi toutes les observations finales :

  • En tant que travailleur social au service d'immigrants et de réfugiés, je crois que nous devrions appuyer nos tâches sur les pratiques exemplaires plutôt que de dénombrer les services. Je comprends l'importance des statistiques, mais les chiffres sans interprétation pertinente nous semblent inutiles, en tant qu'employés de première ligne. J'ai aussi remarqué que de plus en plus de nouveaux réfugiés perdaient certains services, comme les services de logement, au cours des six premiers mois de leur arrivée, à cause de problèmes personnels. Je crois que les organismes d'établissement devraient offrir un soutien approprié en santé mentale à leurs clients dès qu'ils atterrissent au Canada et ne pas attendre qu'ils perdent toutes leurs ressources à cause de problèmes liés au stress.
  • De plus en plus d'étudiants étrangers présentent une demande de résidence permanente au Canada. Je suggérerai de faire en sorte que les organismes leur fournissent des services afin qu'ils s'adaptent plus vite. Pour cela, il n'est pas nécessaire d'augmenter le financement, mais d'offrir plus aux groupes admissibles.
  • Le gouvernement doit surtout supprimer les longs délais d'attente dus au traitement des demandes et améliorer directement le niveau de communication avec ses bureaux du gouvernement au Canada et à l'étranger. Il faut réduire les délais d'attente pour obtenir une réponse.
  • Il est nécessaire d'assurer une planification et un financement pluriannuels en matière d'immigration; il faut accroître le soutien au perfectionnement professionnel et offrir une indemnisation adéquate aux intervenants en établissement.
  • Vous devez comprendre que ce qui fonctionne en milieu urbain est inefficace dans les zones rurales et éloignées plus petites où il n'y a pas suffisamment de transports et de ressources.
  • Le Ministère nous consulte souvent, et il soutient beaucoup d'initiatives que nous lui avons présentées. Cet échange sincère a permis à notre organisation de répondre aux besoins qui avaient été établis dans notre domaine de travail en recrutant des professionnels immigrant au Canada.
  • Le plus grand défi que nous avons à relever dans la prestation des services est le changement constant et rapide auquel nous devons nous adapter avec peu de préparation et des ressources humaines qualifiées insuffisantes.
  • Trois principales préoccupations immédiates :
    • Manque de soutien aux familles de réfugiés syriens pris en charge par le gouvernement après 13 mois.
    • Accumulation de retard dans le traitement des « anciennes demandes d'asile » en attente depuis plus de cinq ans.
    • Il est extrêmement difficile de comprendre les règlements sur les visas pour séjours multiples ainsi que les changements liés aux conditions de résidence permanente des travailleurs appartenant à un ordre religieux qui possèdent un visa de catégorie spéciale.
  • Contrairement à d'autres pays, le Canada fait un travail plutôt excellent pour les nouveaux arrivants et se montre bienveillant vis-à-vis de ces derniers. Bien sûr, il est toujours possible de s'améliorer.
  • Nous, Canadiens, accueillons les réfugiés à bras ouverts. Toutefois, nous devrions mettre en place un processus pour éviter l'utilisation abusive de nos systèmes sociaux et s'assurer que les nouveaux arrivants font des efforts sincères pour devenir autonomes sur le plan économique.
  • Nous devrions avoir des immigrants capables de vivre de manière autonome et d'apporter leur contribution à la société canadienne et non des immigrants qui veulent savoir ce que le Canada peut faire pour eux.
  • Si l'immigration économique vers le Canada augmente, il faudra changer les services d'établissement nécessaires pour les adapter aux nouvelles réalités de cette catégorie d'immigration. Les réfugiés ont reçu beaucoup de services des fournisseurs de services d'établissement dans le passé, mais si nous augmentons le nombre d'immigrants de la catégorie économique, nous devrons adapter notre offre ou nos programmes ainsi que nos services.

3. Recherche sur l’opinion publique

Ce qui suit est un résumé des conclusions du sondage annuel de suivi 2017-2018. Ce rapport présente des conclusions générales, des conclusions concernant les immigrants comparativement aux personnes nées au Canada et concernant les membres d’une communauté autochtone comparativement aux personnes qui n’en font pas partie. Les résultats statistiquement différents sont en gras.

3.1. Méthodologie (du 31 juillet au 30 août 2017)

Les résultats découlent de 2 503 interviews téléphoniques assistées par ordinateur (ITAO) menées auprès de Canadiens de 18 ans ou plus. Les interviews ont été menées dans la langue officielle choisie par le répondant. La marge d’erreurNote de bas de page 2 du sondage dans son ensemble est de ± 1,96, 19 fois sur 20. Les données ont été pondérées selon la région, l’âge, le sexe et l’appartenance à une communauté autochtone (à l’aide des données du Recensement de la population de 2011 de Statistique Canada) afin de refléter les proportions réelles de ces variables au sein de la population canadienne adulte.

3.2. Principales conclusions

En grande partie, les résultats sont semblables à ceux du suivi de l’exercice précédent.

  • La majorité des Canadiens continuent de penser que les niveaux d'immigration sont adéquats (52 %). Près d'un quart (27 %) des répondants pensent qu'il y a trop d'immigrants; il s'agit d'une augmentation comparativement à l'exercice précédent (23 %).
  • Le fait d'informer les Canadiens des niveaux exacts d'immigration (300 000) semble avoir un effet négatif sur les perceptions de ces niveaux. En effet, selon ce calcul, le pourcentage des Canadiens qui pensent qu'il y a trop d'immigrants au Canada a augmenté à 30 %. Cependant, si les niveaux d'immigration sont fournis sous forme de pourcentage (moins de 1 %) de la population canadienne, le pourcentage des Canadiens qui pensent qu'il y a trop d'immigrants au Canada chute à 18 %.
  • Si les niveaux d'immigration devaient augmenter, les Canadiens sont divisés quant à savoir si l'augmentation devrait provenir de la catégorie de l'immigration économique ou de la catégorie du regroupement familial. Le fait d'expliquer (ou de ne pas expliquer) les répercussions d'une augmentation dans chacune des catégories influence l'opinion : s'il est perçu que les immigrants économiques comblent les lacunes en matière de main-d'œuvre, 69 % des Canadiens soutiennent une augmentation dans cette catégorie (alors que 61 % des Canadiens soutiennent une augmentation de l'immigration dans la catégorie du regroupement familial). Si une explication n'est pas fournie, 65 % des Canadiens soutiennent une augmentation de l'immigration dans la catégorie du regroupement familial, alors que 59 % des Canadiens soutiennent une augmentation de l'immigration dans la catégorie de l'immigration économique.
  • Un grand nombre de Canadiens continuent de penser que le niveau des réfugiés accueillis chaque année est adéquat (43 %), et environ le tiers des Canadiens (32 %) pensent qu'il est trop élevé. Un Canadien sur quatre (75 %) est toujours d'avis que l'accueil de réfugiés fait partie de la tradition humanitaire du Canada et que le Canada a la responsabilité de faire sa part en en accueillant (70 %).

L'annexe D contient des tableaux plus complets.

Annexe A – Calendrier des tables rondes et organisations participantes

Tables rondes des ministers

24 avril 2017
Kitchener (Ontario)
De 9 h 30 à 10 h 30
De 1 h à 2 h 30

Organisations participantes :

  • Account HQ
  • Communitech
  • Conestoga Language Institute
  • D2L(Desire2Learn)
  • Danby Group
  • HR Manager
  • Kitchener-Waterloo Multicultural Centre
  • KITCHENER-WATERLOO Reception House Waterloo Region
  • Mennonite Central Committee Ontario
  • Mennonite Coalition of Refugee Support
  • Muslim Resource Centre for Social Support and Integration - London)
  • Perimeter Institute
  • Plum
  • Regional Municipality of Waterloo
  • ShamRose for Syrian Culture
  • University of Waterloo
  • Upper Grand District School Board
  • Wilfrid Laurier University
  • Workforce Planning Board of Waterloo Wellington Dufferin
  • YMCA of Kitchener- Waterloo

25 avril 2017
London (Ontario)
De 9 h 30 à 11 h

Organisations participantes :

  • Access Centre for Regulated Employment
  • Adult Language and Learning (Chatham)
  • City of London
  • College Boreal
  • Community Employment Services - Oxford County
  • Fanshawe College
  • London Economic Development Corporation
  • London Middlesex Immigrant Employment Council
  • London Middlesex Local Immigration Partnership (LMLIP)
  • Robarts Clinical Trials
  • South London Neighbourhood Resource Centre
  • Western University
  • WIL Counselling and Training for Employment
  • YMCA Across Southwestern Ontario
  • YMCA of Western Ontario – Windsor
  • YWCA St. Thomas-Elgin

26 avril 2017
London (Ontario)
De 9 h 30 à 11 h

Organisations participantes :

  • ACFA Calgary
  • African Community Association of Calgary
  • Alberta Association of Immigrant Serving Agencies (AAISA)
  • Asian Heritage Foundation
  • Association Francophone de Brooks
  • Bow Valley College
  • Brooks and County Immigration Services
  • Calgary Bridge Foundation for Youth
  • Calgary Immigrant Educational Society
  • Calgary Immigrant Women's Association (CIWA)
  • Calgary Sikh Society
  • Centre for Newcomers
  • City of Calgary
  • Connexion Carrière
  • Ethno Cultural Council of Calgary
  • Immigrant Access Fund of Canada
  • Immigrant Services Calgary
  • Lethbridge Family Services-Immigrant Services
  • Nigerian Canadian Association
  • Reliance Legal Group
  • Stewart Sharma Harsanyi Law
  • Syrian Refugee Support Group
  • The Ware Institute (Coalition of Black Organizations)
  • Welcome Centre Calgary

27 avril 2017
Edmonton (Alberta)
De 9 h 30 à 11 h

Organisations participantes :

  • Accès Emploi
  • ACFA
  • Alberta Somali Community Centre
  • Alberta Workforce Essential Skills (AWES)
  • Association of Professional Engineers and Geoscientists of Alberta
  • CANAVUA
  • Catholic Social Services
  • Centre d'accueil et d'etablissement du Nord de AB
  • City of Edmonton
  • Edmonton Immigrant Services Association
  • Edmonton Mennonite Centre for Newcomers
  • Immigration Care
  • Indo Canadian Women's Association
  • Migrante Alberta
  • MKA – Edmonton
  • Multicultural Health Brokers Co-operative
  • NorQuest College
  • Ogaden Somali Community Association
  • Somali Canadian Education and Rural Development Organization (SCERDO)

6 juillet 2017
Toronto (Ontario)
De 9 h à 10 h 30
De 11 h à 12 h 30

Organisations participantes :

  • Acces Employment - Toronto
  • AirBnB
  • Arab Community Centre of Toronto
  • Career Education Empowerment
  • Centre Francophone de Toronto
  • City of Toronto's Newcomer Office
  • COSTI Immigrant Services (RAP Reception)
  • George Brown College
  • Jewish Immigrant Aid Services (JIAS) 
  • KCWA Family and Social Services
  • Metro Toronto Chinese and Southeast Asian Legal Clinic
  • Ontario Council of Agencies Serving Immigrants (OCASI)
  • Rainbow Railroad
  • Rexdale Women's Centre
  • Ryerson University
  • Seneca College
  • Seneca College of Applied Arts and Technology
  • The 519 (LGBTQ Services)
  • Thorncliffe Neighbourhood Office
  • Toronto Catholic District School Board TCDSB
  • Toronto Hispanic Chamber of Commerce
  • Toronto Region Board of Trade
  • Toronto Region Immigrant Employment Council (TRIEC)
  • University of Toronto
  • Vietnamese Association of Toronto
  • Woodgreen Community Services

31 juillet 2017
Regina (Saskatchewan)
De 9 h 30 à 11 h

Organisations participantes :

  • Africa Next Project
  • Association of Professional Engineers and Geoscientists of Saskatchewan
  • Brandt Group of Companies
  • Catholic Family Services
  • Conseil des écoles fransaskoises
  • Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan
  • Global Transportation Hub
  • Multicultural Council of Saskatchewan
  • Regina Immigrant Women's Centre
  • Regina Open Door / Newcomer Welcome Centre
  • Regina Open Door Society
  • Réseau en immigration francophone de la Saskatchewan
  • Saskatchewan African Canadian Heritage Museum
  • SaskCulture
  • University of Regina

1 août 2017
Saskatoon (Saskatchewan)
De 9 h 30 à 11 h

Organisations participantes :

  • City of Saskatoon
  • Global Gathering Place
  • Greater Saskatoon Chamber of Commerce
  • Innovation SK
  • IWS
  • Maple Leaf
  • Newcomer Information Centre
  • Saskatchewan Association of Immigrant Settlement and Integration Agencies
  • Saskatchewan Hotel and Hospitality Association
  • Saskatchewan Intercultural Association
  • Saskatoon Immigration & Employment Consulting Services Inc.
  • Saskatoon Open Door Society
  • Saskdocs
  • YMCA

3 août 2017
Winnipeg (Manitoba)
De 9 h 30 à 11 h
De 11 h 30 à 13 h

Organisations participantes :

  • Accueil francophone du Manitoba
  • Association of Manitoba Municipalities
  • Aurora Family Therapy Centre Inc.
  • Business Council of Manitoba
  • Canadian Lutheran World Relief, Refugee Program
  • Conseil de développement économique des municipalités bilingues du Manitoba
  • Division scolaire franco-manitobaine
  • Economic Development Winnipeg Inc. (EDW)
  • Hospitality House Refugee Ministry
  • ICNA Sisters
  • Immigrant and Refugee Community Organization of Manitoba
  • Islamic Social Services Association
  • Jewish Federation of Winnipeg
  • Local Immigration Partnership Winnipeg
  • Manitoba Association of Newcomer Serving Organizations
  • Manitoba Chambers of Commerce
  • Manitoba Immigrant and Refugee Settlement Sector Association (MIRSSA)
  • Manitoba Institute of Trades and Technology (MITT)
  • Manitoba Interfaith Immigration Council
  • Manitoba Trucking Association
  • Mennonite Central Committee
  • Palliser
  • SEED Winnipeg
  • Social Planning Council of Winnipeg
  • Société franco-manitobaine
  • South Central Immigrant Services
  • Ukrainian Canadian Congress, Manitoba Provincial Council
  • Université de Saint-Boniface
  • University of Manitoba
  • University of Winnipeg
  • Winnipeg Chamber of Commerce

22 août 2017
Ottawa (Ontario)
De 9 h à 10 h 30

Organisations participantes :

  • Association canadienne de la construction
  • Conseil canadien des affaires
  • Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture
  • Chambre de commerce du Canada
  • Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) - nationale
  • RH Tourisme Canada
  • Conseil canadien pour la défense et la promotion des Juifs et d’Israël
  • Conference Board of Canada
  • Conseil des Ressources humaines du secteur de la transformation des aliments
  • Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC)
  • Conseil médical du Canada
  • Metropolis Project - Carleton University
  • National Council of Canadian Muslims
  • TESL Canada
  • Ukrainian Canadian Congress
  • United Way Centraide Canada

23 août 2017
Ottawa (Ontario)
De 9 h à 10 h 30

Organisations participantes :

  • Algonquin College
  • Catholic Immigration Centre
  • Jewish Family Services
  • Matthew House Ottawa
  • Ottawa Catholic Centre for Immigrants
  • Ottawa Chinese Community Service Centre
  • Ottawa Community Immigrant Services Organization
  • Ottawa Young Men's and Young Women's Christian Association
  • Somali Canadian Youth Centre
  • Somali Centre for Family Services
  • South Ottawa Community Legal Services
  • Vanier Community Service Centre
  • World Skills Employment Centre

Tables rondes des secrétaires parlementaires

24 juillet 2017
Toronto (Ontario)
De 13 h 30 à 15 h
De 11 h à 12 h 30

Organisations participantes :

  • Centre francophone de Toronto
  • Conseil d'administration -  Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO)
  • Conseil de la coopération d'ontario (CCO)
  • Conseil des organismes francophones de la Region de Durham
  • Conseil scolaire Viamonde
  • Francophones Language Health Services Navigation (Black Creek Community Health Centre - Yorkgate Mall Site)
  • FrancoQueer
  • La Passerelle-I.D.É.
  • Ministry of Francophone Affairs
  • Oasis Centre Des Femmes
  • RDÉE Ontario

25 juillet 2017
Sudbury (Ontario)
De 10 h 30 à 12 h
De 13 h à 14 h 30

Organisations participantes :

  • Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO)
  • Association canadienne-française de l'Ontario du grand Sudbury
  • Centre de santé communautaire de Sudbury
  • City of Sudbury
  • Collège Boréal
  • Collège Boréal - Coopérative Boréal
  • Contact interculturel francophone de Sudbury
  • Greater Sudbury Police Service
  • Institut des politiques de Nord
  • Laurentian University
  • Lifeline Sudbury
  • Local Immigration Partnership Sudbury
  • Réseau en immigration francophone du Nord de l'Ontario
  • SNOLAB
  • Sudbury Chamber of Commerce
  • Université Laurentienne
  • YMCA of Northeastern Ontario

26 juillet 2017
Ottawa (Ontario)
De 10 h à 11 h 30

Organisations participantes :

  • Algerian Association (AMANA)
  • Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO)
  • Association burundaise du Canada
  • Association des collèges et universités de la francophonie canadienne
  • Centre for Canadian Language Benchmarks
  • CESOC
  • Conseil des écoles catholiques du Centre-Est
  • Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO)
  • Fédération des Communautés Francophones et Acadienne du Canada (FCFA)
  • Fondation canadienne pour le dialogue des cultures à la consultation
  • MécenESS
  • RDÉE Canada
  • Réseau de développement économique et d'employabilité - Ontario (RDÉÉ-Ontario)
  • Réseau des services de santé en français de l'Est de l'Ontario

23 août 2017
New Glasgow (Nouvelle-Écosse)
De 15 h à 16 h 30

Organisations participantes :

  • A&W
  • Antigonish Women's Resource Centre and Sexual Assault Services Association
  • Atlantic Region Association of Immigrant Serving Agencies Inc.
  • Library
  • Nova Scotia Works
  • Pictou County Chamber of Commerce
  • Sobeys Atlantic
  • Subway Restaurants
  • YMCA

24 août 2017
St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador)
De 13 h à 14 h 30

Organisations participantes :

  • Academy Canada Career College
  • ANC – AXIS
  • Association for New Canadians
  • Association of Registered Nurses of Newfoundland and Labrador
  • College of the North Atlantic
  • Genesis Centre
  • Hospitality Newfoundland and Labrador (HNL)
  • Human Rights Commission NL
  • Jewish Community Havura
  • Keyin College (Advanced Educational Systems Inc.)
  • Local Spiritual Assembly of the Baha'is of St. John's
  • Manna European Bakery and Deli
  • Memorial University of Newfoundland
  • Newfoundland and Labrador Association of Technology Industries
  • NL Association of CBDCs
  • St. John's Board of Trade
  • Tim Hortons (St. John's South-Mount Pearl)

25 août 2017
Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard)
De 10 h 30 à 12 h

Organisations participantes :

  • Agricultural Sector Council
  • Association pour nouveaux arrivants au Canada de l'Î-P-É
  • Charlottetown Diocese Refugee Committee
  • City of Summerside
  • Commission scolaire de langue francaise
  • Greater Charlottetown Area Chamber of Commerce
  • Holland College
  • RDÉE Île-du-Prince-Édouard
  • Public Schools Branch
  • Royal Star Foods
  • University of Prince Edward Island

8 septembre 2017
Vancouver (Colombie-Britannique)
De 8 h 45 à 10 h 15

Organisations participantes :

  • Centre d'intégration pour immigrants africains
  • Collège Éducacentre College
  • CPF (Canadian Parents for French)
  • Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB)
  • Réseau-Femmes Colombie Britannique
  • RésoSanté Colombie-Britannique
  • Société de développement économique de la Colombie-britannique
  • Société historique francophone de la Colombie-Britannique

29 septembre 2017
Bathurst (Nouveau-Brunswick)
De 10 h à 11 h 30

Organisations participantes :

  • Association multiculturelle région Chaleur
  • Centre de formation professionnelle
  • La Chambre de commerce du Grand Bathurst
  • Multicultural Association Chaleur Region Inc.
  • Village de Nigadoo

29 septembre 2017
Shippagan (Nouveau-Brunswick)
De 13 h à 14 h 30

Organisations participantes :

  • CAIENA
  • CCNB
  • District scolaire francophone Nord-Est
  • RDEE - New Brunswick
  • Ville de Lamèque

Annexe B – Guide de discussion sur les niveaux d’immigration, l’intégration et l’établissement

Annexe C – Sondage en ligne auprès d’intervenants

Annexe D – Principaux tableaux récapitulatifs du sondage annuel de suivi

Voici un résumé des conclusions tirées du sondage annuel de suivi 2017-2018. Ce rapport présente des conclusions générales, des conclusions concernant les immigrants comparativement aux personnes nées au Canada et concernant les membres d’une communauté autochtone comparativement aux personnes qui n’en font pas partie. Les résultats statistiquement différents sont en gras.

Répartition de l’échantillonnage final
Données démographiques Final pondéré (nombre) Non pondéré (nombre) Marge d’erreur % pondéré de l’échantillon-nage
Région
Colombie-Britannique et Territoires 346 334 ±5,36 14 %
Alberta 280 284 ±5,82 11 %
Manitoba et Saskatchewan 162 184 ±7,22 6 %
Ontario 958 912 ±3,25 38 %
Québec 586 583 ±4,06 23 %
Atlantique 171 206 ±6 83 7 %
Sexe
Homme 1216 1262 ±2,76 49 %
Femme 1287 1241 ±2,78 51 %
Âge
De 18 à 24 274 209 ±6,78 11 %
De 25 à 34 411 623 ±3,93 16 %
De 35 à 44 404 313 ±5,54 16 %
De 45 à 54 448 380 ±5,03 18 %
De 55 à 64 437 459 ±4,57 17 %
De 65 ans ou plus 528 519 ±4,30 21 %
Statut d’immigration
Immigrant 556 541 ±4,21 22 %
Non-immigrant 1 945 1 960 ±2,21 78 %
Membre d’une communauté autochtone
Autochtone 118 115 ±9,14 5 %
Non-Autochtone 2 370 2 374 ±2,01 95 %
Total 2503 2503 ±1,96% 100 %

Perceptions des niveaux d’immigration

[...]selon vous, est-ce qu’il y a un trop grand nombre, trop peu ou juste assez d’immigrants qui viennent au Canada?

Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 250 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Trop grand nombre 27 % 19 % 29 % 33 % 26 %
Juste assez 52 % 51 % 52 % 47 % 52 %
Trop peu 16 % 19 % 15 % 13 % 16 %

Suivi

[...] selon vous, est-ce qu’il y a un trop grand nombre, trop peu ou juste assez d’immigrants qui viennent au Canada?

Nov. 2006 Janv. 2009 Févr. 2012 Déc. 2012 Févr. 2014 Sept. 2014 Janv. 2016Note de bas de page 3 Août 2016 Août 2017 Variation (%) d’août 2016 à août 2017
Taille de l’échantillon 1 200 1 203 1 500 3 022 3 016 3 028 1 500 1 200 2 503  
Marge d’erreur ±2,83 ±2,83 ±2,53 ±1,78 ±1,78 ±1,78 ±2,53 ±2,83 ±1,96
Trop grand nombre 28 % 26 % 30 % 27 % 26 % 26 % 16 % 23 % 27 % +4
Juste assez 48 % 50 % 51 % 53 % 52 % 52 % 58 % 52 % 52 % 0
Trop peu 15 % 14 % 10 % 11 % 10 % 12 % 12 % 16 % 16 % 0

Actuellement, le Canada accueille tous les ans 300 000 immigrants. Sachant cela, selon vous, est-ce qu’il y a un trop grand nombre, trop peu ou juste assez d’immigrants qui viennent au Canada? Option un [moitié de l’échantillon]

Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 1 253 265 988 61 1185
Marge d’erreur ±2,77 ±6,02 ±3,12 ±1,55 ±2,85
Trop grand nombre 30 % 24 % 31 % 32 % 30 %
Juste assez 53 % 55 % 52 % 55 % 52 %
Trop peu 13 % 17 % 12 % 7 % 13 %

Actuellement, le Canada accueille tous les ans des immigrants qui totalisent moins d’un pour cent de la population canadienne. Sachant cela, selon vous, est-ce qu’il y a un trop grand nombre, trop peu ou juste assez d’immigrants qui viennent au Canada? Option deux [moitié de l’échantillon]

Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 1 250 276 972 54 1 189
Marge d’erreur ±2,77 ±5,90 ±3,14 ±1,.34 ±2,84
Trop grand nombre 18 % 11 % 20 % 28 % 17 %
Juste assez 50 % 55 % 48 % 51 % 50 %
Trop peu 29 % 30 % 28 % 16 % 29 %

Catégories d’immigration

Lorsqu’il est question des cinq prochaines années, le gouvernement pourrait augmenter le nombre d’immigrants qui viennent au Canada. À quel point appuyez-vous l’augmentation du nombre d’immigrants des groupes suivants ou vous y opposez-vous?

% d’appui (7, 8, 9, 10) Août 2017 Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 1 245 262 982 53 1 187
Marge d’erreur ±2,78 ±6,05 ±3,13 ±13,46 ±2,84
Option un [moitié de l’échantillon]
Immigrants de la composante économique, par exemple des travailleurs qualifiés, des aides familiaux et des entrepreneurs, ce qui aiderait à pallier des lacunes actuelles du marché du travail. 69 % 71 % 69 % 53 % 70 %
Les membres de la famille des personnes qui se trouvent déjà au Canada, ce qui aiderait à réduire l’arriéré actuel des demandes. 61 % 65 % 60 % 49 % 62 %
Les réfugiés, ce qui aiderait à respecter les obligations humanitaires du Canada en offrant de la protection à des gens déplacés et persécutés. 57 % 57 % 56 % 45 % 57 %

Lorsqu’il est question des cinq prochaines années, le gouvernement pourrait augmenter le nombre d’immigrants qui viennent au Canada. À quel point appuyez-vous l’augmentation du nombre d’immigrants des groupes suivants ou vous y opposez-vous?

% d’appui (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 1 245 262 982 53 1 187
Marge d’erreur ±2,78 ±6,05 ±3,13 ±13,46 ±2,84
Option deux [moitié de l’échantillon]
Membres de la famille des personnes qui se trouvent déjà au Canada 69 % 71 % 69 % 53 % 70 %
Immigrants économiques 61 % 65 % 60 % 49 % 62 %
Réfugiés 57 % 57 % 56 % 45 % 57 %

Si le gouvernement décidait de faire venir plus d’immigrants, laquelle des trois catégories d’immigration devrait augmenter?

Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Membres de la famille des personnes qui se trouvent déjà au Canada 36 % 37 % 36 % 35 % 36 %
Immigrants économiques 33 % 37 % 32 % 30 % 33 %
Réfugiés 25 % 20 % 26 % 30 % 25 %
Aucune de ces réponses [réponse spontanée] 2 % 2 % 2 % 3 % 2 %

Suivi

Remarque : La formulation des questions est différente d’un sondage à l’autreNote de bas de page 4.

Si le gouvernement décidait de faire venir plus d’immigrants, laquelle des trois catégories d’immigration devrait augmenter?

Août 2016
Total
Août 2017
Total
% Change Août 2016 to Août 2017
Taille de l’échantillon 1 598   2 503  
Marge d’erreur ±2,45   ±1,96  
Membres de la famille des personnes qui se trouvent déjà au Canada 30 % Membres de la famille des personnes qui se trouvent déjà au Canada 36 % +6
Immigrants économiques (p. ex. travailleurs qualifiés, aides familiaux et entrepreneurs) 37 % Immigrants économiques 33 % -4
Réfugiés 29 % Réfugiés 25 % -4

Quelle est la raison principale pour laquelle vous avez répondu « Les membres de la famille des personnes qui se trouvent déjà au Canada »?

Principales raisons pour avoir répondu « les membres de la famille » Août 2017
Total
Taille de l’échantillon 911
Marge d’erreur ±3,25
Pour réunir les familles / les membres d’une famille devraient être ensemble 37 %
Parce qu’ils peuvent compter sur des membres de leur famille qui sont déjà au Canada 22 %
Parce qu’ils pourraient aider des immigrants sont déjà ici 10 %
Parce qu’ils entretiennent une relation personnelle avec des immigrants 5 %

Quelle est la raison principale pour laquelle vous avez répondu « immigrants économiques »

Principales raisons pour avoir répondu « les immigrants économiques » Août 2017
Total
Taille de l’échantillon 828
Marge d’erreur ±3,41
Nous avons besoin de travailleurs instruits et compétents 30 %
Ils constituent un avantage pour l’économie, base imposable 26 %
Il est logique d’accueillir les personnes dont nous avons besoin 15 %
Elles sont autonomes sur le plan financier 8 %

Quelle est la raison principale pour laquelle vous avez répondu « réfugiés »

Principales raisons pour avoir répondu « réfugiés » Août 2017
Total
Taille de l’échantillon 619
Marge d’erreur ±3,94
Pour assurer leur sécurité 62 %
Par devoir humanitaire, par compassion 19 %
Le Canada est riche, il possède beaucoup de terres 5 %

Impact de l’immigration

De façon générale, quel effet l’immigration au Canada a-t-elle sur…?

% de positif (plutôt ou très positif) Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Le Canada 70 % 78 % 68 % 57 % 71 %
Votre province 64 % 74 % 61 % 54 % 64 %
Votre ville 60 % 71 % 56 % 46 % 60 %
Vous-même en particulier 56 % 72 % 52 % 48 % 57 %
Votre voisinage 51 % 63 % 47 % 40 % 51 %

Suivi

De façon générale, quel effet l’immigration au Canada a-t-elle sur…?

% de positif (plutôt ou très positif) Août 2016
Total
Août 2017
Total
%
Change
Août 2016
Immigrant
Août 2017
Immigrant
%
Change
Août 2016
Autochtones
Août 2017
Autochtones
%
Change
Taille de l’échantillon 1 598 2 503 - 311 541 - 179 115 -
Marge d’erreur ±2,45 ±1,96 - ±5,56 ±4,21 - ±7,32 ±9,14 -
Le CanadaNote de bas de page 5 72 % 70 % -2 84 % 78 % -6 70 % 57 % -13
Votre provinceNote de bas de page 6 67 % 64 % -3 81 % 74 % -7 63 % 54 % -9
Votre ville 59 % 60 % +1 72 % 71 % -1 53 % 46 % -7
Vous-même en particulier 58 % 56 % -2 73 % 72 % -1 52 % 48 % -4
Votre voisinage 52 % 51 % -3 71 % 63 % -8 43 % 40 % -3

Niveau de satisfaction concernant le système d’immigration du canada

À quel point êtes-vous satisfait(e) de la façon dont le gouvernement du Canada gère notre système d’immigration? Veuillez répondre en utilisant une échelle de sept points où 1 signifie « très insatisfait(e) » et 10 signifie « très satisfait(e) »

Août 2017
Total
Immigrant Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Satisfait (de 7 à 10) 41 % 53 % 38 % 29 % 42 %
Ni satisfait, ni insatisfait (de 5 à 6) 25 % 24 % 26 % 32 % 25 %
Insatisfait (de 1 à 4) 31 % 22 % 34 % 37 % 31 %

Quelle est la raison principale pour laquelle vous avez répondu « satisfait »?

Principales raisons pour avoir donné une cote de 7, 8, 9 ou 10 sur 10 Août 2017
Total
Taille de l’échantillon 1 026
Marge d’erreur ±3,06
Le gouvernement gère bien l’immigration 43 %
Trop de bureaucratie 37 %
L’approche envers l’immigration doit être améliorée 33 %
Nous avons besoin d’immigrants pour des raisons économiques 21 %
Le Canada est un pays accueillant, un pays d’immigration 21 %

Quelle est la principale raison pour laquelle vous avez répondu « ni satisfait, ni insatisfait »?

Principales raisons pour avoir donné une cote de 5 ou 6 sur 10 Août 2017
Total
Taille de l’échantillon 635
Marge d’erreur ±3,89
Trop de bureaucratie 43 %
L’approche envers l’immigration doit être améliorée 29 %
Le gouvernement gère bien l’immigration 22 %
Nous avons besoin d’immigrants pour des raisons économiques 16 %

Quelle est la raison principale pour laquelle vous avez répondu « insatisfait »?

Principales raisons pour avoir donné une cote de 1, 2, 3 ou 4 sur 10 Août 2017
Total
Taille de l’échantillon 780
Marge d’erreur ±3,51
Trop de bureaucratie 38 %
Préoccupations en matière de sécurité liée à l’immigration 24 %
Préoccupations concernant l’immigration illégale 20 %
Mauvaise gestion de l’immigration 19 %
Assimilation et adaptation déficientes des immigrants 17 %
Nécessité d’assurer d’abord le bien-être des Canadiens 16 %
Trop grand nombre d’avantages accordés aux immigrants 15 %

Justification de l’immigration

Ensuite, lorsqu’il est question des raisons économiques pour lesquelles le Canada accueille de nouveaux arrivants... …

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
L’immigration est nécessaire si le Canada souhaite soutenir sa croissance économique compte tenu du vieillissement de la population. 68 % 76 % 66 % 58 % 68 %
Selon moi, les immigrants apportent des compétences et des ressources essentielles qui aideront le Canada à avoir une économie plus concurrentielle au cours de la prochaine décennie. 63 % 73 % 61 % 50 % 64 %
La capacité concurrentielle du Canada dépend de notre habileté à recruter des immigrants qui répondent à nos besoins en évolution en matière de main-d’œuvre. 62 % 70 % 60 % 47 % 63 %

Suivi

Les années et les sous-groupes varient selon les données de suivi disponibles pour chaque énoncé. C’est pourquoi les données de suivi sont présentées dans trois tableaux.

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2016
Total
Août 2017
Total
Variation (%) Août 2016
Immigrant
Août 2017
Immigrant
Variation (%) Août 2016
Autochtones
Août 2017
Autochtones
Variation (%)
Taille de l’échantillon 1 598 2 503 - 311 541 - 179 115 -
Marge d’erreur ±2,45 ±1,96 - ±5,56 ±4,21 - ±7,32 ±9,14 -
L’immigration est nécessaire si le Canada souhaite soutenir sa croissance économique compte tenu du vieillissement de la population. 64 % 68 % +4 76 % 76 % 0 49 % 58 % +9

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) 2000
Total
Août 2017
Total
Variation (%) 2000
Immigrant
Août 2017
Immigrant
Variation (%) 2000
Autochtones
Août 2017
Autochtones
Variation (%)
Taille de l’échantillon 1 845 2 503 - 400 541 - - 115 -
Marge d’erreur ±2,28 ±1,96 - ±4,9 ±4,21 - - ±9,14 -
Selon moi, les immigrants apportent des compétences et des ressources essentielles qui aideront le Canada à avoir une économie plus concurrentielle au cours de la prochaine décennie. 66 % 63 % -3 80 % 73 % -7 Non disponible 50 % -

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) 2005-2006
Total
Août 2017
Total
Variation (%) 2005-2006
Immigrant
Août 2017
Immigrant
Variation (%) 2005-2006
Autochtones
Août 2017
Autochtones
Variation (%)
Taille de l’échantillon 1 236 2 503 - 355 541 - - 115 -
Marge d’erreur ±2,79 ±1,96 - ±5,2 ±4,21 - - ±9,14 -
La capacité concurrentielle du Canada dépend de notre habileté à recruter des immigrants qui répondent à nos besoins en évolution en matière de main-d’œuvre. 67 % 62 % -5 81 % 70 % -11 Non disponible 47 % -

Et maintenant, lorsqu’il est question du Canada et de l’immigration…

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrant Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
J’éprouve de la fierté face à la réputation dont jouit le Canada comme société ouverte et accueillante. 77 % 83 % 76 % 75 % 78 %
Accepter des immigrants issus de diverses cultures rend le Canada plus fort. 66 % 72 % 64 % 58 % 66 %
Alors que d’autres pays ferment leurs frontières, le Canada a l’occasion d’attirer les immigrants les plus qualifiés et les plus intelligents. 62 % 69 % 61 % 59 % 63 %
Le Canada devrait se concentrer à aider les Canadiens sans emploi plutôt que de rechercher des immigrants qualifiés pour pourvoir des postes. 47 % 45 % 48 % 63 % 46 %
L’immigration met trop de pression sur les services publics canadiens. 37 % 35 % 37 % 43 % 36 %
L’immigration fait en sorte que le Canada évolue d’une façon qui ne me plaît pas. 24 % 20 % 25 % 33 % 23 %

Intégration et établissement

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Les nouveaux arrivants devraient être tenus de se renseigner sur l'histoire, les institutions et les traditions du Canada. 84 % 87 % 84 % 84 % 84 %
Le gouvernement du Canada a la responsabilité d’aider les immigrants à s’intégrer dans la société canadienne. 73 % 75 % 72 % 60 % 73 %
La plupart des immigrants qui viennent au Canada veulent contribuer à la société 70 % 73 % 69 % 58 % 71 %
Les Canadiens ont la responsabilité d’aider les immigrants à s’intégrer dans la société canadienne. 70 % 71 % 70 % 59 % 71 %
Les immigrants ont plus de difficulté que les Canadiens à trouver un emploi dans champ de compétence. 67 % 72 % 65 % 54 % 67 %
Les immigrants doivent en faire plus pour s’intégrer dans la société canadienne. 62 % 71 % 60 % 67 % 62 %
Le pays n’en fait pas assez pour encourager les nouveaux immigrants à s’installer ailleurs que dans les grandes villes canadiennes, comme Montréal, Toronto et Vancouver. 51 % 54 % 50 % 45 % 51 %

Réfugiés

Ensuite, je vais vous poser quelques questions sur les réfugiés.

Les réfugiés peuvent venir au Canada de différentes façons. Certains d’entre eux viennent de l’étranger et le gouvernement canadien les sélectionne pour venir au Canada. D’autres viennent au Canada en tant que visiteurs et, une fois arrivés, affirment être des réfugiés et disent qu’ils ne peuvent pas retourner dans leur pays, car ils risquent d’y être persécutés

Selon vous, y a-t-il un trop grand nombre, trop peu ou juste assez de réfugiés qui viennent au Canada?

Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Trop grand nombre 32 % 30 % 32 % 39 % 31 %
Juste assez 43 % 44 % 43 % 40 % 43 %
Trop peu 16 % 15 % 16 % 13 % 16 %

Selon vous, y a-t-il un trop grand nombre, trop peu ou juste assez de réfugiés qui viennent au Canada?

Août 2016
Total
Août 2017
Total
Variation (%) d’août 2016 à août 2017
Taille de l’échantillon 1 598 2 503  
Marge d’erreur ±2,45 ±1,96  
Trop grand nombre 30 % 32 % +2
Juste assez 41 % 43 % +2
Trop peu 19 % 16 % -3

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
L’accueil des réfugiés s’inscrit dans la tradition humanitaire du Canada. 75 % 76 % 74 % 67 % 75 %
Le Canada a le devoir de faire sa part en acceptant des réfugiés. 70 % 70 % 70 % 56 % 71 %

Suivi

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2016
Total
Août 2017
Total
Variation (%) Août 2016
Immigrant
Août 2017
Immigrant
Variation (%) Août 2016
Autochtones
Août 2017
Autochtones
Variation (%)
Taille de l’échantillon 1 598 2 503 - 311 541 - 179 115 -
Marge d’erreur ±2,45 ±1,96 - ±5,56 ±4,21 - ±7,32 ±9,14 -
L’accueil des réfugiés s’inscrit dans la tradition humanitaire du Canada. 72 % 75 % +3 74 % 76 % +2 64 % 67 % +3
Le Canada a le devoir de faire sa part en acceptant des réfugiés. 68 % 70 % +2 63 % 70 % +7 63 % 56 % -7

Étudiants étrangers

En 2016, il y avait au Canada environ 312 000 étudiants étrangers au niveau collégial et universitaire. Ces étudiants représentent entre 10 et 15 pour cent des inscriptions dans des établissements collégiaux ou universitaires canadiens. Selon vous, y a-t-il un trop grand nombre, trop peu ou juste assez d’étudiants étrangers qui viennent au Canada?

Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 960 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Trop grand nombre 15 % 16 % 15 % 18 % 15 %
Juste assez 65 % 61 % 67 % 64 % 66 %
Trop peu 16 % 18 % 15 % 16 % 16 %

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrant Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 250 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Les étudiants étrangers qui obtiennent un diplôme d’un établissement collégial ou universitaire canadien représentent une précieuse ressource pour les employeurs canadiens et la population active du Canada. 76 % 78 % 76 % 68 % 77 %
Le Canada devrait se concentrer à retenir comme résidents permanents les étudiants étrangers les plus doués et brillants qui obtiennent un diplôme d’un établissement collégial ou universitaire canadien. 76 % 78 % 76 % 67 % 77 %
Les étudiants canadiens qui présentent leur candidature pour faire des études postsecondaires au Canada ne devraient pas être supplantés par des étudiants étrangers. 68 % 67 % 68 % 73 % 68 %
Les frais de scolarité plus élevés que paient les étudiants étrangers sont une source de revenus importante pour les établissements postsecondaires et leur permettent d’offrir des programmes de haute qualité à tous les étudiants. 66 % 69 % 66 % 61 % 67 %

Perception du bien-être économique

En pensant aux cinq prochaines années, croyez-vous que votre situation financière personnelle sera meilleure, pire ou à peu près la même?

Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 250 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Meilleure 36 % 47 % 33 % 41 % 36 %
À peu près la même 46 % 36 % 49 % 38 % 46 %
Pire 16 % 15 % 17 % 20 % 16 %

L’intégration culturelle et facilité d’adaptation

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants. Je suis à l’aise dans des situations sociales avec des gens de diverses :

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 250 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Races 89 % 90 % 89 % 85 % 89 %
Cultures 87 % 87 % 88 % 83 % 88 %
Religions 82 % 82 % 82 % 74 % 82 %

Suivi

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants. Je suis à l’aise dans des situations sociales avec des gens de diverses :

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) 2005-2006
Total
Août 2017
Total
Variation (%) 2005-06
Immigrant
Août 2017
Immigrant
Variation (%) 2005-06
Autochtones
Août 2017
Autochtones
Variation (%)
Taille de l’échantillon 1 236 2 503 - - 541 - - 115 -
Marge d’erreur ±2,79 ±1,96 - - ±4,21 - - ±9,14 -
Races 94 % 89 % -5 Non disponible 90 % - Non disponible 85 % -
Religions 88 % 82 % -6 Non disponible 82 % - Non disponible 74 % -

Veuillez me dire à quel point vous êtes en accord ou en désaccord avec chacun des énoncés suivants.

% de personnes en accord (7, 8, 9, 10) Août 2017
Total
Immigrants Personnes nées au Canada Autochtones Non-Autochtones
Taille de l’échantillon 2 503 541 1 250 115 2 374
Marge d’erreur ±1,96 ±4,21 ±2,21 ±9,14 ±2,01
Le gouvernement a un rôle important à jouer dans la promotion de la tolérance et de l’acceptation. 79 % 81 % 79 % 79 % 79 %
Le racisme est un gros problème au Canada. 45 % 40 % 47 % 58 % 44 %

En vedette

 
 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :