Rapport sommaire : Consultations sur les priorités de l’appel national de propositions de 2019 concernant le Programme d’établissement et le Programme d’aide à la réinstallation

Table des matières

Aperçu et contexte

Des consultations ont été menées au cours de l’été et de l’automne 2018 sur les priorités de l’appel national de propositions 2019 pour le Programme d’établissement et le Programme d’aide à la réinstallation. Les objectifs des consultations étaient les suivants :

  • Recueillir le point de vue et obtenir les commentaires des participants au sujet des priorités recommandées pour l’appel national de propositions pour le Programme d’établissement et le Programme d’aide à la réinstallation.
  • Élaborer une vision commune pour l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants, qui pourra ensuite être réalisée grâce au Programme d’établissement et à ses priorités.

L’approche adoptée avait pour but d’assurer la représentation d’un large éventail et d’un nombre élevé d’intervenants.

Méthodes de consultation et principales constatations

Remarque : Les constatations résumées dans le présent rapport reflètent exclusivement les opinions des participants recueillies dans le cadre des consultations. Elles ne reflètent pas les points de vue de l’ensemble de la population canadienne ni ceux de tous les intervenants d’IRCC.

1. Réunion « Plus » du Conseil national de l’établissement

Le cycle officiel de consultation a été lancé le 14 juin 2018 avec la tenue d’une réunion « Plus » du Conseil national de l’établissement (CNE), une rencontre spéciale des membres du CNE à laquelle ont été invités d’autres intervenants et partenaires.

Plus de 140 personnes ont participé à cet événement qui s’est échelonné sur deux jours. Au nombre des participants, mentionnons :

  • Partenariats locaux en matière d’immigration (PLI);
  • Réseaux en immigration francophone (RIF);
  • fournisseurs de services d’établissement des petits centres;
  • représentants du Conseil sectoriel de l’emploi;
  • organismes communautaires nationaux;
  • membres d’organisations représentant des groupes marginalisés et vulnérables.

Remarque : Des organisations autochtones nationales ont été invitées, mais n’ont pu y assister.

Les discussions lors de la réunion « Plus » du CNE ont porté sur deux concepts importants :

  1. la vision commune concernant l’établissement et l’intégration (voir l’Annexe 1);
  2. les principes fondamentaux (CŒUR) (voir l’Annexe 3).

Les commentaires recueillis lors des discussions menées pendant la réunion « Plus » du CNE s’articulaient autour de trois grands thèmes :

Le cheminement du client : On peut donner aux nouveaux arrivants un pouvoir quant à leur expérience d’établissement en élaborant des plans d’intégration et d’établissement adaptés à leurs besoins, à leurs atouts et à leurs compétences. Les mesures de la réussite des plans d’établissement et d’intégration doivent être définies au cas par cas et axées sur le client.

Les réfugiés, les femmes, les membres de la communauté LGBTQ2+, les jeunes, les immigrants hautement qualifiés et les immigrants francophones ont tous des compétences et des besoins uniques qui doivent être pris en considération. Pour réussir, les programmes doivent être fondés sur leurs points de vue et leurs perspectives. Il est essentiel de tenir compte de l’opinion des nouveaux arrivants pour façonner les politiques et les programmes en matière d’établissement et d’intégration.

Services intégrés dans l’ensemble des secteurs : Les obstacles systémiques auxquels les nouveaux arrivants sont confrontés constituent une entrave considérable qu’il faut éliminer dans tous les secteurs en misant sur la collaboration. Il faut offrir aux nouveaux arrivants un soutien et des services ciblés et adaptés sur le plan culturel, et ce, tout au long de leur parcours.

Des intervenants ont indiqué que les activités du volet « Connexions communautaires » ont des répercussions positives pour les nouveaux arrivants et leurs collectivités. Par exemple, les réseaux sociaux établis par le biais de connexions communautaires facilitent l’apprentissage de la langue et l’acquisition de compétences non techniques pour les nouveaux arrivants, en plus de leur procurer un sentiment d’appartenance et de leur offrir la chance de redonner à la communauté en faisant du bénévolat et en faisant preuve de leadership.

Le renforcement de la capacité du secteur dans le domaine de la santé mentale (pour les nouveaux arrivants et aussi pour ceux qui fournissent des services) a été jugé comme étant une priorité importante pour aller de l’avant. On a également jugé important d’améliorer l’accessibilité aux services pour les populations vulnérables et pour les résidents des régions rurales en ayant recours à la technologie (notamment les médias sociaux) et en fournissant davantage de services de soutien de meilleure qualité (par exemple, des services de transport ou de traduction).

Renforcement des rôles et des capacités : On a expliqué qu’une approche « pansociétale », dans le cadre de laquelle tout le monde a un rôle à jouer, entraîne des améliorations sociales et économiques dans l’ensemble de la société. Un aspect important de cette approche consiste à éliminer les cloisonnements et à promouvoir les partenariats et la collaboration parmi les fournisseurs de services d’établissement, de même qu’entre eux et avec d’autres fournisseurs de services (comme des employeurs, des fondations, des organisations ethnoculturelles et des groupes confessionnels). Les organisations-cadres régionales qui établissent des liens avec des fournisseurs de services sont considérées comme étant bien placées pour être les chefs de file dans la promotion de la collaboration.

Les répondants sont d’avis que les collectivités, ainsi que les organismes communautaires comme les PLI et les RIF, travaillent de manière efficace à l’échelle locale pour instaurer des milieux inclusifs et accueillants. Ils sont perçus comme des agents de liaison entre divers secteurs à l’intérieur d’une collectivité et des mobilisateurs pour ce qui est d’amener les nouveaux arrivants à participer à des activités de bénévolat et d’engagement civique. On a insisté sur la nécessité d’échanger des renseignements et d’effectuer de la recherche au niveau des collectivités pour élaborer des programmes axés sur les résultats.

Les répondants ont souligné le rôle des employeurs comme intervenants qu’il faudrait cibler au moyen d’une approche cbc.ca (en anglais seulement) à plusieurs volets pour qu’ils participent à différentes étapes de l’élaboration des programmes – non seulement pour des services liés à l’emploi, mais aussi pour la formation linguistique et l’établissement de liens dans la collectivité.

2. Consultations régionales

Après la réunion « Plus » du CNE, 43 tables rondes/sommets régionaux se sont tenus partout au Canada entre les mois d’août et d’octobre 2018. Ils ont été accueillis par des organisations-cadres, sauf en Ontario, où ils ont été organisés par des PLI avec l’aval du Conseil ontarien des organismes de services aux immigrants (OCASI).

Lors des consultations régionales, les principes fondamentaux CŒUR (voir l’Annexe 3) ont permis d’orienter les discussions. Les constatations découlant de ces consultations sont conformes à celles de la réunion « Plus » du CNE. On a observé un soutien marqué à l’égard :

  • des programmes axés sur la clientèle;
  • des mesures des résultats fondées sur la recherche et la définition de réussite des nouveaux arrivants;
  • de la prestation de services sous différentes formes pour tenir compte des variantes individuelles et géographiques;
  • de la mobilisation du spectre complet d’intervenants afin d’utiliser le plus efficacement possible les ressources offertes dans la communauté des nouveaux arrivants.

Les régions de l’Atlantique et du Nord ont jugé particulièrement important le fait d’attirer et de retenir des nouveaux arrivants, en insistant sur l’amélioration de la capacité des communautés à accueillir et retenir les nouveaux arrivants. Pour faciliter la tâche des communautés d’accueil, on a proposé un coordonnateur du Nord lors du Sommet du Nord, et on a suggéré l’utilisation d’une liste de contrôle du volet « Connexions communautaires » lors du sommet qui s’est tenu à l’Île-du-Prince-Édouard.

Tirant profit du succès remporté par les programmes des Travailleurs de l’établissement dans les écoles (TEE), on a lancé l’idée de créer un programme de travailleurs de l’établissement dans les milieux de travail lors des consultations menées dans la région de l’Ontario. Les participants aux consultations en Colombie-Britannique se sont dits en faveur de l’utilisation de centres d’information pour les nouveaux arrivants afin de simplifier pour eux l’accès aux services. Dans la région des Prairies, on a proposé une approche similaire en ayant recours aux centres d’excellence en emploi.

Lors des consultations régionales, on a soulevé la nécessité d’obtenir une plus grande enveloppe de financement ouvert. Par exemple, il faudrait réinvestir les fonds inutilisés dans des secteurs prioritaires dans chaque administration. On a également souligné l’élargissement de l’admissibilité de clients supplémentaires (p. ex. étudiants étrangers), la reconnaissance des titres de compétence étrangers, les services fournis avant l’arrivée et de nouveaux services financiers pour les nouveaux arrivants (p. ex. pour trouver un logement abordable) comme étant des questions nécessitant un examen plus approfondi.

3. Consultations menées auprès des communautés francophones et acadiennes

Le Ministère a également mené des consultations auprès de communautés francophones et acadiennes. En collaboration avec les RIF, neuf sommets francophones régionaux sur l’établissement ont été organisés à travers le pays, ce qui a permis de recueillir le point de vue de plus de 350 intervenants.

L’objectif de ces consultations était de travailler conjointement avec les communautés francophones et acadiennes afin de planifier la mise en œuvre du Plan d’action pour les langues officielles – 2018-2023 : Investir dans notre avenir, à l’appui du parcours global d’intégration francophone. La plupart des sommets comprenaient également des discussions en table ronde sur l’appel national de propositions de 2019 concernant le Programme d’établissement et le Programme d’aide à la réinstallation.

Les obstacles systémiques sont la principale difficulté soulevée pour le secteur de l’établissement francophone. Par exemple, des fournisseurs de services n’ont pas accès aux outils harmonisés ou de perfectionnement professionnel en français, ce qui a des répercussions sur la prestation de services d’établissement en français et sur l’intégration des nouveaux arrivants francophones.

Des participants ont également souligné la nécessité d’élargir le rôle joué par les RIF et de renforcer la coordination nationale. Parmi les suggestions formulées dans le cadre des consultations, signalons l’élargissement du mandat des RIF, le renforcement de la capacité des RIF de mieux s’acquitter de leur mandat, et la nécessité de mieux outiller les RIF en leur fournissant des moyens en matière de collaboration et de mobilisation.

En ce qui concerne les services francophones offerts aux nouveaux arrivants, les consultations ont mis en lumière la nécessité d’offrir des services de formation et de perfectionnement professionnel adaptés au contexte des communautés en situation minoritaire afin de permettre aux fournisseurs de services francophones de mieux servir et de soutenir efficacement les réfugiés et les nouveaux arrivants francophones lors de leur établissement dans des communautés francophones et acadiennes. On a également parlé d’outils uniformisés pour la prestation de services à divers clients francophones, d’un meilleur accès à des occasions d’échange de pratiques exemplaires et de réseautage pour les travailleurs de l’établissement francophones, et d’une meilleure représentation au sein du secteur.

Les activités de coplanification ont mis en lumière la nécessité de mettre en œuvre une approche nationale afin de réunir des fournisseurs de services francophones de partout au Canada pour discuter du parcours d’intégration francophone. Une telle approche nationale tiendrait compte des réalités régionales et mettrait à profit les structures régionales existantes par l’entremise des RIF.

4. Sondage en ligne

Entre le 18 octobre 2018 et le 19 novembre 2018, un important groupe d’intervenants directement et indirectement concernés par l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants ont été invités à participer à un sondage en ligne. L’objectif de ce sondage était d’évaluer le soutien accordé aux principaux thèmes des programmes soulevés lors de la réunion « Plus » du CNE et des consultations régionales. Ce sondage a permis à IRCC de connaître l’opinion d’un important éventail d’intervenants participant aux activités d’intégration, ainsi que de ceux qui n’ont peut-être pas eu la chance d’assister aux réunions en personne.

Le sondage a été envoyé à plus de 2 600 personnes représentant environ 1 460 organisations; 480 de ces organisations y ont répondu.

Aperçu de l’échantillon

480 organisations ont formulé des commentaires, dont :

  • des organismes d’établissement et de réinstallation;
  • des regroupements d’employeurs;
  • des chambres de commerce ou conseils de gens d’affaires;
  • des organisations syndicales;
  • des associations multiculturelles ou ethnoculturelles;
  • des municipalités;
  • des universitaires et groupes de réflexion;
  • des établissements d’enseignement.

Sur les 480 organisations, 70 % d’entre elles étaient signataires d’une entente de contribution (bénéficiaires de financement) avec IRCC. Le secteur francophone représentait 14 % des organisations. Presque la moitié (46 %) de toutes les organisations sondées ont indiqué desservir des zones rurales et/ou de petits centresNote de bas de page 1. La répartition des répondants par province était représentative de la population canadienne, sauf dans le cas du Québec, qui était sous-représenté puisqu’il gère ses propres programmes d’établissement et d’intégration.

Principales constatations du sondage

Remarque : Les conclusions présentées dans cette section reflètent exclusivement les opinions des participants recueillies dans le cadre des consultations. Le résumé ne doit pas être considéré comme étant représentatif des points de vue de l’ensemble de la population canadienne ni de ceux de tous les intervenants d’IRCC.

Soutien aux priorités de financement

La plupart des intervenants étaient en faveur des thèmes soulevés lors de la réunion « Plus » du CNE et des consultations régionales tenues partout au Canada (Tableau 1).

Plus de 95 % des répondants étaient d’accord pour dire que :

  • l’échange de connaissances contribuerait à améliorer les programmes;
  • il faut compter sur des partenariats plus solides avec le secteur privé pour répondre efficacement aux besoins des nouveaux arrivants et de leurs communautés d’accueil. La mobilisation des intervenants non traditionnels est essentielle à l’intégration;
  • il est important d’expliquer les avantages de l’immigration au moyen d’initiatives publiques afin de rendre les communautés encore plus accueillantes;
  • il faut absolument éliminer les obstacles systémiques, comme la discrimination.
Tableau 1
Soutien aux priorités de financement mentionnées lors des consultations publiques
(sur une échelle de 1 à 10)
% des répondants qui étaient d’accord
(cote de 7 ou plus)
Le partage des connaissances entre tous les acteurs de l’établissement (p. ex. l’échange de pratiques exemplaires, les résultats des évaluations) permettrait de mettre en place des programmes plus innovateurs. 97,3 %
Des partenariats plus solides avec les acteurs du marché du travail (p. ex. les employeurs, les chambres de commerce) permettront de mieux répondre aux besoins des nouveaux arrivants sur ce marché ainsi que des communautés d’accueil. 96,5 %
Il est important de mobiliser les intervenants qui, par le passé, n’ont pas toujours interagi avec les fournisseurs de services d’établissement (p. ex., le logement, la santé, les conseils scolaires), pour favoriser l’intégration des nouveaux arrivants. 96,5 %
Il est essentiel de mettre en lumière ou d’expliquer les avantages de l’immigration afin de rendre les collectivités encore plus accueillantes. 96,0 %
L’élimination des obstacles systémiques (p. ex. la discrimination) améliorera l’intégration des nouveaux arrivants dans la société canadienne. 95,6 %
La prestation de services devrait être adaptée aux besoins de groupes particuliers de clients. 92,3 %
La participation des Canadiens à titre de bénévoles aidera à améliorer l’intégration des nouveaux arrivants. 91,3 %
Les zones rurales et les petits centres de population ont besoin d’un soutien particulier pour l’exécution des programmes d’établissement et d’intégration. 86,3 %
Les mesures des résultats devraient tenir compte de l’amélioration de l’inclusivité des collectivités à l’égard des nouveaux arrivants. 83,3 %
Le secteur de l’établissement a besoin d’une approche axée davantage sur les données pour l’exécution des programmes (p. ex. des décisions fondées sur l’analyse des données). 72,1 %
Un modèle de rémunération au rendement, lorsque le financement est lié à l’atteinte des résultats, aidera à obtenir de meilleurs résultats pour les clients. 40,2 %
Nombre de réponses 480

Groupes de clients ayant besoin de programmes particuliers

  • En règle générale, les répondants au sondage étaient fortement d’accord (d’accord à 90 % ou plus) pour dire que toutes les principales composantes du Programme d’aide à la réinstallation et du Programme d’établissement sont très importantes pour l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants. Voici quelques-unes de ces composantes :
    • services d’aide à la réinstallation offerts aux réfugiés pris en charge par le gouvernement;
    • évaluation des besoins des nouveaux arrivants et aiguillage vers les services dont ils ont besoin;
    • services d’information et d’orientation liés à l’établissement pour aider les nouveaux arrivants à prendre des décisions éclairées en matière d’établissement;
    • évaluation des compétences linguistiques et formation;
    • services visant à doter les nouveaux arrivants des compétences, des liens et du soutien nécessaires pour trouver un emploi;
    • soutien communautaire à l’intégration des nouveaux arrivants, création de réseaux personnels et professionnels;
    • services de soutien (p. ex. garde d’enfants, transport, traduction);
    • services d’établissement indirects (p. ex. établissement de partenariats entre organisations, recherche locale, renforcement des capacités).
  • Les trois principaux groupes qui auraient besoin de programmes ciblés d’établissement, de réinstallation et/ou d’intégration sont :
    • les jeunes, à 77 %;
    • les immigrants peu qualifiés, à 74 %;
    • les femmes, à 72 %.
Tableau 2
Groupes de clients auxquels il faut accorder davantage d’importance dans le Programme d’établissement et le Programme d’aide à la réinstallation % de répondants qui sont d’accord
(un peu plus ou beaucoup plus)
Jeunes (de 15 à 24 ans) 76,7 %
Immigrants peu qualifiés 74,0 %
Femmes 72,5 %
Personnes atteintes d’autres handicaps (physique, mental) 62,3 %
Enfants 58,3 %
Réfugiés réinstallés provenant de l’étranger 58,3 %
Minorités visibles 58,1 %
Immigrants hautement qualifiés 57,3 %
Membres de la communauté LGBTQ2 54,4 %
Aînés 53,5 %
Personnes sourdes ou malentendantes 47,9 %
Personnes aveugles ou malvoyantes 47,5 %
Immigrants francophones 34,8 %

Participation des acteurs non traditionnels

  • Les répondants étaient très favorables à une plus grande participation des secteurs non traditionnels à l’établissement et à l’intégration des nouveaux arrivants.
  • Les groupes qui suivent ont été jugés importants pour le processus d’établissement et d’intégration des nouveaux arrivants :
    • employeurs (84 %);
    • regroupement d’employeurs et organismes de développement économique (76 %);
    • administrations municipales ou régionales (75 %);
    • organisations de perfectionnement professionnel (75 %).

Soutien dans les zones rurales

  • La plupart des répondants étaient d’accord pour dire que les zones rurales ont besoin de sources diversifiées de soutien à l’établissement et à l’intégration des nouveaux arrivants :
    • possibilités d’emploi (91 %);
    • accès à la formation linguistique (91 %);
    • accès à des fournisseurs de services (90 %).

Résumé : Thèmes émergents

Approche pansociétale : Tout au long des consultations, le thème qui est ressorti le plus souvent est que la réussite de l’établissement et de l’intégration repose sur une approche pansociétale, une approche qui exige la mobilisation et la collaboration de tous les ordres de gouvernement, des secteurs public et privé, des collectivités et des particuliers. Cela se reflète dans la vision commune de l’établissement et de l’intégration, dont il a été question lors des consultations.

Modèles de service centrés sur la clientèle : L’un des autres thèmes souvent mentionnés est le besoin de modèles de service qui placent le client au centre de leur processus. Il faut notamment voir les nouveaux arrivants comme des atouts dans leurs communautés et créer des occasions pour que les nouveaux arrivants puissent redonner à leur collectivité, par exemple avec l’aide de mentors et d’intervenants communautaires.

Programmes conçus par et pour les nouveaux arrivants : Tout au long des consultations, les participants étaient très favorables à des programmes d’établissements où la conception et l’évaluation sont directement influencés par les clients. Les programmes conçus par et pour les nouveaux arrivants sont particulièrement importants pour les clients qui sont confrontés à de nombreux obstacles et qui veulent qu’on tienne compte de leurs circonstances particulières, comme les réfugiés, les minorités visibles, les femmes, les jeunes et les membres de la communauté LGBTQ2+.

Accessibilité aux services : L’accessibilité aux services est particulièrement importante pour les personnes vulnérables, par exemple les réfugiées et celles vivant dans des centres de population de petite taille ou dans des régions éloignées. Il faut alors mettre davantage l’accent sur les services de soutien, comme les services de traduction et de transport, accroître la souplesse dans la prestation des services, et l’utilisation plus efficace de la technologie.

Meilleure accessibilité à du soutien en matière de santé mentale : Il faut notamment offrir un soutien et des services adaptés aux particularités culturelles tout au long du parcours d’établissement de la personne.

Intensification du dialogue et de la mobilisation entre les peuples autochtones et les nouveaux arrivants : Un tel dialogue pourrait permettre de mieux reconnaître les obstacles courants et les expériences d’exclusion, tout en favorisant l’établissement de relations de soutien entre les personnes. De plus, ce dialogue pourrait contribuer à dissiper les mythes que les nouveaux arrivants peuvent entretenir au sujet des peuples autochtones.

Annexe 1 : Vision de l’établissement et de l’intégration

La réussite de l’établissement et de l’intégration des nouveaux arrivants procure des avantages au Canada qui permettent de bâtir une nation plus inclusive, plus diversifiée et plus productive. Cet objectif sera atteint grâce à un effort commun qui aide chacun à atteindre leur plein potentiel économique et social.

Nous réaliserons notre vision grâce aux éléments suivants :

  • une collaboration entre tous les ordres de gouvernement, la société civile et le secteur privé;
  • la création de collectivités accueillantes répondant aux besoins des nouveaux arrivants et ouvertes aux talents de ces derniers;
  • des programmes qui :
    • mettent à profit les forces des nouveaux arrivants et des collectivités dans lesquelles ils s’établissent;
    • facilitent l’apprentissage des langues officielles du Canada afin de maximiser la participation et la contribution des nouveaux arrivants;
    • facilitent l’emploi et l’entrepreneuriat des nouveaux arrivants de façon à renforcer l’économie;
    • éliminent les obstacles à la pleine participation à notre société et répondent aux besoins des personnes les plus vulnérables;
    • catalysent de solides liens avec la communauté, notamment avec les communautés autochtones;
    • sont pertinents pour et disponibles dans les centres urbains et les collectivités de petite taille, rurales et du Nord;
    • aident les nouveaux arrivants francophones à vivre et à travailler en français, à contribuer à la dualité linguistique et au dynamisme des communautés de langue officielle en situation minoritaire;
  • des services qui maximisent les résultats :
    • grâce à une culture d’amélioration et d’innovation continues;
    • en offrant le bon soutien au bon moment;
    • en encourageant le secteur de l’établissement professionnel grâce à l’investissement dans le renforcement de la capacité et des connaissances;
    • grâce à des pratiques administratives efficaces qui maximisent l’utilisation des fonds publics.

L’établissement et l’intégration font partie du continuum d’une migration gérée. Ce processus commence par la sélection des immigrants et des réfugiés et consiste à faciliter l’arrivée de tous les nouveaux arrivants afin de maximiser les contributions mutuelles au Canada et de favoriser un sentiment d’appartenance. Ce continuum est complété par l’intégration des nouveaux arrivants comme citoyens à part entière dans une société inclusive qui offre des chances égales à tous.

Annexe 2 : Sondage

Consultation en ligne de 2018-2019 sur les priorités de l’appel national de propositions concernant l’établissement et la réinstallation

Nous vous souhaitons la bienvenue et vous remercions de l’intérêt que vous manifestez pour cette consultation en ligne pour le compte d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) sur l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants au Canada. Nous vous sommes reconnaissants du temps et de la réflexion que vous consacrerez à répondre à ces questions. Vos commentaires contribueront à établir les priorités pour le prochain appel national de propositions d’IRCC – le mécanisme à travers lequel IRCC distribue des fonds aux organisations pour fournir les services d’établissement et d’intégration.

Cette consultation en ligne s’inscrit dans le cadre d’une plus vaste démarche de la part d’IRCC visant à inviter le public canadien à participer à une conversation sur les aspects prioritaires du Programme d’aide à la réinstallation et du Programme d’établissement. D’autres formes de consultations ont eu lieu au cours d’une réunion « Plus » du Conseil national de l’établissement (les 14 et 15 juin 2018), qui a réuni des intervenants du secteur de l’établissement, des partenaires provinciaux et territoriaux ainsi qu’un large éventail de secteurs qui jouent un rôle dans l’intégration, ainsi qu’à l’occasion de la tenue de tables rondes à travers le Canada. Cette enquête nous permettra de recueillir les avis de ceux qui n’ont pas été en mesure de se joindre aux tables rondes, de même que d’inclure davantage de personnes, non seulement les intervenants de l’établissement, mais aussi d’autres acteurs clés de l’intégration.

Avant de répondre au questionnaire, veuillez lire le document d’information joint au courriel d’invitation pour en savoir plus sur le Programme d’aide à la réinstallation et le Programme d’établissement.

Nous vous rappelons que le Programme d’établissement appuie l’intégration des nouveaux arrivants dans les buts suivants :

  • évaluer leurs besoins en matière d’établissement,
  • leur fournir les renseignements nécessaires pour prendre des décisions éclairées,
  • leur offrir des possibilités d’améliorer leurs compétences en langues officielles,
  • les guider et soutenir leur entrée sur le marché du travail,
  • les aider à créer des réseaux au sein de leurs communautés, et
  • leur donner accès à des services de soutien, comme le transport, la garde d’enfants et la traduction pour faciliter leur accès aux services d’établissement.

Le Programme d’aide à la réinstallation offre un soutien du revenu et des services immédiats et essentiels aux réfugiés parrainés par le gouvernement, généralement avant les services du Programme d’établissement ou en parallèle, afin de permettre aux réfugiés pris en charge par le gouvernement de vivre de façon autonome dans la société canadienne.

Il peut falloir jusqu’à 30 minutes pour répondre à cette consultation en ligne selon le degré de détail que vous souhaitez fournir. Vous êtes invités à consulter d’autres collègues au sein de votre organisation, ainsi que les clients s’il y a lieu. Votre participation est volontaire. Vos réponses demeureront confidentielles et ne seront divulguées à aucune partie tierce; les réponses ne seront présentées que sous forme agrégée. Les résultats des activités de consultations, y compris cette consultation en ligne, seront affichés sur le site web d’IRCC au début de 2019, sous forme de résumé.

Nous vous remercions d’avance de votre participation dans cette consultation. Nous vous demandons de bien vouloir transmettre vos réponses d’ici le 19 novembre 2018.

En remplissant le questionnaire, veuillez ne pas utiliser les boutons « suivant » et « précédent » de votre navigateur. Utilisez plutôt les boutons ci-dessous pour naviguer le sondage.

Contexte

Votre organisation est-elle actuellement titulaire d’un accord de contribution avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC)?

  • Oui
  • Non

Votre organisation est-elle une organisation francophone?

  • Oui
  • Non

Lequel décrit mieux votre organisation?

  • Regroupement d’employeurs
  • Organisation de développement économique (p. ex. chambres de commerce, conseils d’entreprises)
  • Association professionnelle
  • Syndicat
  • Employeur
  • Organisation d’établissement
  • Organisation d’établissement et de réinstallation
  • Signataire d’entente de parrainage
  • Université
  • Fondation de recherche ou groupe de réflexion
  • Organisation autochtone
  • Établissement d’enseignement ou conseil scolaire
  • Administration municipale ou régionale
  • Organisme de bienfaisance ou une organisation caritative
  • Gouvernement provincial ou territorial
  • Organisation multiculturelle ou ethnoculturelle
  • Secrétariat d’un Partenariat local d’immigration (PLI), Réseau en immigration francophone (RIF) ou Conseil économique des immigrants (CEI)
  • Organisation d’établissement cadre
  • Autre (précisez)

Dans quelle province ou quel territoire votre organisation opère-t-elle?

Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes.

  • Organisation de couverture nationale
  • Terre-Neuve-et-Labrador
  • Nouvelle-Écosse
  • Île-du-Prince-Édouard
  • Nouveau-Brunswick
  • Québec
  • Ontario
  • Manitoba
  • Saskatchewan
  • Alberta
  • Colombie-Britannique
  • Nunavut
  • Territoire du Nord-Ouest
  • Yukon

Votre organisation dessert-elle des régions rurales ou de petits centres de population (population de moins de 30 000 habitants, selon la définition de Statistique Canada)?

  • Oui
  • Non

Veuillez indiquer votre nom et le nom de votre organisation :

  • Votre nom (facultatif) : [ champ à texte libre ]
  • Organisation : [ champ à texte libre ]

Connaissances générales

Indiquez votre niveau de familiarité avec le Programme d’aide à la réinstallation et le Programme d’établissement financés par IRCC.

  • Très familier
  • Plutôt familier
  • Pas très familier
  • Pas du tout familier

Évaluation des thèmes

Ensuite, nous aimerions discuter de certains thèmes qui ont émergé des consultations menées à ce jour.

Veuillez indiquer dans quelle mesure vous êtes d’accord ou en désaccord avec les énoncés suivants, sur une échelle de 1 à 10, où 1 signifie « en total désaccord » et 10 signifie « entièrement d’accord ».

Échelle : 1 à 10; Ne sait pas/préfère ne pas répondre.

  1. La prestation de services devrait être adaptée aux besoins de groupes particuliers de clients.
  2. Les mesures des résultats devraient inclure la mesure dans laquelle les communautés sont devenues plus inclusives au profit de nouveaux arrivants.
  3. Le secteur de l’établissement a besoin d’une approche axée davantage sur les données pour l’exécution des programmes (p. ex. des décisions fondées sur l’analyse des données).
  4. Il est essentiel de souligner ou d’expliquer les bienfaits d’immigration pour pouvoir créer des communautés plus accueillantes.
  5. L’élimination des obstacles systémiques (p. ex. la discrimination) améliorera l’intégration des nouveaux arrivants dans la société canadienne.
  6. La participation des Canadiens à titre de bénévoles aidera l’intégration des nouveaux arrivants.
  7. Il est important de mobiliser les acteurs qui, par le passé, n’ont pas toujours interagi avec les fournisseurs de services d’établissement (p. ex., le secteur du logement, la santé, les conseils scolaires, les collectivités autochtones), pour favoriser l’intégration des nouveaux arrivants.
  8. Des partenariats plus solides avec les acteurs du marché du travail (p. ex. les employeurs, les chambres de commerce) permettront de mieux répondre aux besoins des nouveaux arrivants ainsi que ceux des communautés d’accueil.
  9. Les zones rurales et les petits centres de population ont besoin d’un soutien particulier pour assurer l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants.
  10. Le partage des connaissances parmi tous les acteurs de l’établissement (p. ex. l’échange de pratiques exemplaires, les résultats des évaluations) encouragerait l’innovation de la prestation de services.
  11. Un modèle de rémunération au rendement, lorsque le financement est lié à l’atteinte des résultats, aiderait à obtenir de meilleurs résultats pour les clients et à stimuler l’innovation.

Sur une échelle de 1 à 10, où 1 correspond à « pas du tout important » et 10 correspond à « extrêmement important », quelle importance devrait être accordée aux principales composantes du Programme d’aide à la réinstallation et du Programme d’établissement financés par IRCC?

Veuillez vous reporter au glossaire qui est joint au document d’information.

Échelle : 1 à 10; Ne sait pas/préfère ne pas répondre.

  1. Services d’aide à la réinstallation pour les réfugiés parrainés par le gouvernement (p. ex. accueil à l’aéroport, hébergement temporaire et liens avec des programmes fédéraux et provinciaux).
  2. Évaluation des besoins des nouveaux arrivants et aiguillage vers les services dont ils ont besoin.
  3. Services d’information et d’orientation liés à l’établissement pour aider les nouveaux arrivants à prendre des décisions éclairées en matière d’établissement.
  4. Programmes au profit des jeunes.
  5. Évaluation des compétences linguistiques et formation.
  6. Formation sur la compétence culturelle pour les employeurs.
  7. Services visant à doter les nouveaux arrivants des compétences, des connexions et du soutien nécessaires pour trouver un emploi.
  8. Soutien communautaire à l’intégration des nouveaux arrivants, création de réseaux personnels et professionnels.
  9. Recrutement et formation des bénévoles.
  10. Recherche sur les problématiques locales.
  11. Capacités en matière de collecte de données pour les organisations qui travaillent avec les nouveaux arrivants.
  12. Formation en matière de santé mentale pour les travailleurs de l’établissement.
  13. Activités conjointes entre les acteurs traditionnels et non traditionnels de l’établissement.
  14. Promotion des avantages de l’immigration et de la diversité pour le Canada.
  15. Mécanismes pour obtenir des commentaires de la part des clients (p. ex. des groupes de discussion).
  16. Services de soutien (p. ex. garde d’enfants, transport, traduction).
  17. Services d’établissement indirects (p. ex. établissement de partenariats entre organisations, renforcement des capacités).

Si vous avez des suggestions concernant les principales composantes des Programmes, veuillez les inscrire ci-dessous.

Pour fournir des suggestions par rapport aux options suivantes, cochez la case. Vous pouvez sélectionner autant d’options que vous désirez.

D’après ce que vous connaissez à propos du Programme d’aide à la réinstallation et du Programme d’établissement financés par IRCC, dans quelle mesure devrait-on accorder de l’importance aux groupes de clients suivants, comparativement à l’importance que les deux Programmes y accordent maintenant?

Échelle : « Beaucoup plus », « Un peu plus », « Autant que maintenant », « Un peu moins », « Beaucoup moins », « Ne sait pas / préfère ne pas répondre ».

  1. Enfants
  2. Jeunes (de 15 à 24 ans)
  3. Immigrants francophones
  4. Femmes
  5. Aînés
  6. Minorités visibles
  7. Immigrants peu qualifiés
  8. Immigrants hautement qualifiés
  9. Réfugiés réinstallés provenant de l’étranger
  10. La communauté LGBTQ2
  11. Les personnes sourdes ou malentendantes
  12. Les personnes aveugles ou ayant une vision partielle
  13. Personnes atteintes d’autres handicaps (physique, mental)

Existe-t-il d’autres groupes qui, selon vous, devraient être ciblés?

  • question ouverte ]
  • Aucun autre / ne sais pas / préfère ne pas répondre

Si vous avez des suggestions concernant les programmes visant les groupes de clients qui nécessiteraient une intervention plus ciblée, veuillez les inscrire.

Pour fournir des suggestions par rapport aux options suivantes, cochez la case. Vous pouvez sélectionner autant d’options que vous désirez.

D’après ce que vous connaissez, quel devrait être le rôle des acteurs non traditionnels suivants, comparé à leur rôle actuel?

Échelle : « Beaucoup plus grand », « Un peu plus grand », « Le même qu’actuellement », « Quelque peu plus petit », « Beaucoup plus petit », « Ne sait pas / préfère ne pas répondre ».

  1. Regroupements d’employeurs
  2. Organisations de développement économique (p. ex. chambres de commerce, conseils d’entreprises)
  3. Associations professionnelles
  4. Syndicats
  5. Employeurs
  6. Universités
  7. Fondations de recherche ou groupes de réflexion
  8. Organisations autochtones
  9. Établissements d’enseignement ou conseils scolaires
  10. Administrations municipales ou régionales
  11. Médias

Selon vous, quels autres acteurs non traditionnels devraient jouer un rôle plus important dans l’établissement et l’intégration?

  • question ouverte ]
  • Aucun autre / ne sais pas / préfère ne pas répondre

Si vous avez des suggestions concernant des programmes ou des initiatives qui pourraient bénéficier d’un rôle plus important de la part des acteurs non traditionnels, veuillez les inscrire ci-dessous.

Pour fournir des suggestions par rapport aux options suivantes, cochez la case. Vous pouvez sélectionner autant d’options que vous désirez.

Avez-vous des idées novatrices qui pourraient appuyer l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants à travers le bénévolat de citoyens canadiens?

  • question ouverte ]
  • Ne sait pas / Préfère ne pas répondre

Dans les zones rurales ou les petits centres de population, quelle est l’importance de chacun des soutiens suivants pour faciliter l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants?

Échelle : « Très important », « Assez important », « Pas très important », « Pas du tout important », « Ne sait pas/préfère ne pas répondre »

  1. Transports publics
  2. Logement abordable
  3. Organisations qui fournissent des services
  4. Stratégies pour attirer ou retenir les nouveaux arrivants
  5. Possibilités d’emploi
  6. Établissements d’enseignement supérieur
  7. Sensibilisation du public aux avantages de l’immigration
  8. Accès à des services de traduction ou d’interprétation
  9. Accès aux soins de santé
  10. Accès à des soins en matière de santé mentale
  11. Accès à la formation linguistique
  12. Garde d’enfants
  13. Installations récréatives

Existe-t-il d’autres soutiens qui faciliteraient l’établissement et l’intégration des nouveaux arrivants dans les zones rurales ou les petits centres de population?

  • question ouverte ]
  • Aucun autre / ne sais pas / préfère ne pas répondre

D’après ce que vous connaissez, quels sont les défis les plus pressants pour la recherche et le partage des connaissances dans le secteur de l’établissement?

Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes.

  • Connaissances limitées sur la façon de recueillir des données
  • Accès limité à des données de qualité
  • Connaissances limitées sur la façon d’analyser les données
  • Possibilités limitées de diffusion des conclusions
  • Plateformes de partage des connaissances mises en place ne demeurent pas actives
  • Manque de clarté sur la façon dont les résultats de la recherche pourraient enrichir l’élaboration des politiques publiques
  • Manque de personnel pour mesurer le rendement, recueillir et analyser les données
  • Absence de plateformes de partage des connaissances
  • Climat de concurrence entre les intervenants
  • Perception que le partage connaissances n’est pas productif
  • Autre (précisez)
  • Ne sait pas / Préfère ne pas répondre

Établissement de priorités

Imaginez que vous disposez de 100 $ pour financer les initiatives suivantes. Veuillez indiquer combien vous dépenseriez pour chacune.

Vous devez dépenser exactement 100 $; vous pouvez consacrer 0 $ à une initiative ou laisser ce champ vide. Un total cumulé sera affiché au bas de liste.

  1. Services d’aide à la réinstallation pour les réfugiés parrainés par le gouvernement (p. ex. accueil à l’aéroport, hébergement temporaire et liens avec des programmes fédéraux et provinciaux).
  2. Évaluation des besoins des nouveaux arrivants et aiguillage vers les services dont ils ont besoin.
  3. Services d’information et d’orientation liés à l’établissement pour aider les nouveaux arrivants à prendre des décisions éclairées en matière d’établissement.
  4. Programmes au profit des jeunes.
  5. Évaluation des compétences linguistiques et formation.
  6. Formation sur la compétence culturelle pour les employeurs.
  7. Services visant à doter les nouveaux arrivants des compétences, des connexions et du soutien nécessaires pour trouver un emploi.
  8. Soutien communautaire à l’intégration des nouveaux arrivants, création de réseaux personnels et professionnels.
  9. Recrutement et formation des bénévoles.
  10. Recherche sur les problématiques locales.
  11. Capacités en matière de collecte de données pour les organisations qui travaillent avec les nouveaux arrivants.
  12. Formation en matière de santé mentale pour les travailleurs de l’établissement.
  13. Activités conjointes entre les acteurs traditionnels et non traditionnels de l’établissement.
  14. Promotion des avantages de l’immigration et de la diversité pour le Canada.
  15. Mécanismes pour obtenir des commentaires de la part des clients (p. ex. des groupes de discussion).
  16. Services de soutien (p. ex. garde d’enfants, transport, traduction).
  17. Services d’établissement indirects (p. ex. établissement de partenariats entre organisations, renforcement des capacités).

Quelles sont les cinq priorités liées à l’établissement et à l’intégration des nouveaux arrivants qui, selon votre organisation, sont les plus importantes pour votre communauté ou votre région?

Vous pouvez laisser n’importe quel champ vide.

Conclusion

Enfin, avez-vous d’autres commentaires?

  • question ouverte ]
  • Aucun autre commentaire.

Merci d’avoir rempli ce questionnaire!

Annexe 3 : Principes fondamentaux (CŒUR)

Annexe 3 : Principes fondamentaux (CŒUR) décrit ci-dessous
Version texte : Annexe 3 : Principes fondamentaux (CŒUR)

Centré sur les résultats

Programmes axés sur des données probantes en vue de garantir les meilleurs résultats à court terme pour le client.

Œuvrer pour les clients

Programmes adaptés aux profils particuliers des clients. Il s’agit notamment d’offrir des services en français dans un milieu francophone, et de mettre l’accent sur les clients vulnérables, marginalisés ou confrontés à des obstacles.

Utilisation efficiente des ressources

Programmes qui ont recours aux moyens les plus efficaces pour atteindre les meilleurs résultats, y compris l’utilisation d’approches novatrices et de projets pilotes.

Réactif

Programmes qui répondent non seulement aux besoins des clients, mais aussi à ceux de la société dans son ensemble, afin de mieux intégrer les nouveaux arrivants et de réaliser la vision commune pour l’établissement et l’intégration.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :