La ministre Ng annonce des investissements au titre de la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat

Communiqué de presse

Le gouvernement du Canada investit jusqu’à 19 millions de dollars afin d’aider les femmes entrepreneures de l’Ontario

Le 22 août 2019 – Toronto (Ontario)

Le gouvernement du Canada travaille à renforcer le pouvoir économique des femmes avec sa toute première Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat (SFE), une initiative assortie d’une enveloppe de 2 milliards de dollars qui vise à doubler, d’ici 2025, le nombre d’entreprises appartenant à des femmes.

Aujourd’hui, la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, l’honorable Mary Ng, accompagnée de la députée de Davenport, Julie Dzerowicz, a annoncé l’octroi d’un financement pouvant atteindre 19 millions de dollars à des femmes entrepreneures et à des organismes qui appuient ces dernières en Ontario. Ce programme est administré par l’entremise de FedDev Ontario et de FedNor.

Par l’intermédiaire du Fonds pour les femmes en entrepreneuriat (FFE), 74 entreprises détenues ou dirigées par des femmes recevront chacune jusqu’à 100 000 $ pour les aider à prendre de l’expansion et à accéder à de nouveaux marchés. Le total des fonds accordés à ces entrepreneures pourrait atteindre 6 858 759 $. On peut consulter la liste des bénéficiaires du FFE.

La ministre Ng a notamment annoncé un investissement pouvant atteindre 11 951 076 $ au titre du Fonds pour l’écosystème de la SFE (volet régional) dans les neuf organismes et établissements suivants, pour la réalisation de projets à l’appui des femmes entrepreneures :

  • Le Centre canadien du film (anglais), situé à Toronto, recevra jusqu’à 3 395 000 $ pour mettre sur pied un programme d’accélérateur sur quatre ans à l’intention de 200 entreprises dirigées par des femmes au sein de l’écosystème des médias numériques du Sud de l’Ontario.
  • La Société Elizabeth Fry (Elizabeth Fry Toronto) (anglais), située à Toronto, recevra jusqu’à 1 002 004 $ pour entamer la deuxième édition annuelle du programme d’entrepreneuriat féminin My Start-Up, qui aide des femmes marginalisées ayant souffert de problèmes de santé mentale ou ayant eu des démêlés avec la justice à lancer leur propre entreprise viable. Le financement servira également à offrir des ateliers mensuels d’éducation et de soutien aux femmes marginalisées à la tête d’une petite entreprise.
  • La Commission de développement économique de l’Est de l’Ontario (anglais), située à Kingston, recevra jusqu’à 823 000 $ pour lancer, promouvoir, offrir et évaluer un projet pilote d’incubateur virtuel pour les femmes entrepreneures, qui ciblera particulièrement les femmes autochtones, les femmes des régions rurales et les récentes immigrantes qui démarrent leur entreprise.
  • PARO Centre pour l’entreprise des femmes, situé à Thunder Bay, recevra jusqu’à 1 433 031 $ pour mettre en œuvre le projet destiné aux femmes autochtones Enterprising Indigenous Women, qui permettra de bâtir un écosystème de concert avec des partenaires afin de soutenir les femmes autochtones des collectivités rurales et éloignées qui veulent se lancer en affaires ou faire croître leur entreprise.
  • La Corporation de développement communautaire de Tecumseh (anglais), située à Sarnia, recevra jusqu’à 337 000 $ pour offrir le programme Pathway to Personal Success, qui fera appel à une approche globale pour favoriser un plus grand essor économique, et aider, équiper et habiliter les femmes entrepreneures issues de divers groupes.
  • L’Association chrétienne des jeunes femmes de Hamilton (YWCA Hamilton) (anglais), située à Hamilton, recevra jusqu’à 1 015 641 $ pour aider des femmes de divers horizons partout dans le Sud de l’Ontario à obtenir de la formation et de l’encadrement en vue de lancer une petite entreprise et de la faire croître.
  • L’Université Wilfrid-Laurier (anglais), située à Waterloo, recevra jusqu’à 1 385 000 $ pour se servir de ses lieux d’incubateur et d’accélérateur comme endroits où offrir du soutien aux femmes entrepreneures aux cours des premières étapes du démarrage ou dans le cadre de l’accélération et de l’expansion de leur entreprise, l’accent étant mis sur les secteurs non technologiques et les entreprises sociales.
  • La Corporation de développement économique de Windsor-Essex (anglais), située à Windsor, recevra jusqu’à 692 000 $ pour fournir un soutien coordonné aux femmes entrepreneures de la région de Windsor-Essex en vue du démarrage et de l’expansion d’entreprises dans les secteurs des technologies émergentes comme l’agroalimentaire, l’automatisation, l’automobile et la mobilité.
  • L’Université York (anglais), située à Toronto, recevra jusqu’à 1 868 400 $ pour élaborer et mettre en œuvre le programme Fempower, qui viendra appuyer les femmes entrepreneures en offrant de la formation et des ressources en affaires, des conseils destinés aux femmes ainsi que de réelles solutions pour surmonter les obstacles; en facilitant les rencontres; et en ouvrant des possibilités.

La Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat s’ajoute aux mesures prises par le gouvernement du Canada pour promouvoir l’égalité des sexes, notamment afin de résoudre la question de l’équité salariale, réduire le coût des services de garde d’enfants et mettre fin à la violence fondée sur le sexe.

Citations

« Notre gouvernement est d’avis que l’autonomisation économique des femmes n’est pas seulement la bonne chose à faire, mais qu’elle est également profitable. C’est pourquoi nous avons lancé la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, qui vise à doubler le nombre d’entreprises détenues par des femmes en faisant en sorte qu’elles aient un meilleur accès aux sources de financement, aux réseaux et aux conseils. C’est un investissement judicieux qui aura des retombées socioéconomiques positives. »
– La ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations, l’honorable Mary Ng

« Les entrepreneures et dirigeantes d’entreprise de Toronto et de l’Ontario apportent une contribution énorme à l’économie et à leur collectivité au quotidien. Je suis fière d’être membre d’un gouvernement pour qui l’autonomisation économique des femmes est une priorité. Qu’il s’agisse de favoriser l’équité salariale ou de moderniser les régimes de congés parentaux, notre gouvernement passe aux actes afin d’assurer l’équité des sexes. Et c’est une bonne nouvelle pour le Canada et pour l’Ontario, car quand les femmes réussissent, nous sommes tous gagnants. »
– La députée de Davenport, Julie Dzerowicz

Faits en bref

  • La Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat (SFE), qui est assortie d’une enveloppe de près de 2 milliards de dollars, vise à aider les femmes à démarrer et à faire croître leur entreprise en améliorant leur accès au financement, aux personnes de talent, aux réseaux et à l’expertise dont elles ont besoin.

  • La Stratégie permettra au gouvernement d’atteindre l’objectif qu’il s’est donné de doubler, d’ici 2025, le nombre d’entreprises détenues majoritairement par des femmes.

  • Dans le budget de 2018, le Fonds pour l’écosystème de la SFE s’est vu accorder 85 millions de dollars afin d’aider des tierces parties sans but lucratif à apporter leur soutien à des femmes entrepreneures et à combler les lacunes de l’écosystème.

  • Dans le budget de 2018, le gouvernement du Canada a alloué 20 millions de dollars au Fonds pour les femmes en entrepreneuriat. Un appel de propositions a eu lieu à l’automne 2018. Plus de 3 000 propositions ont été soumises, et plus de 200 projets ont fait l’objet d’un financement. Le gouvernement du Canada est heureux d’être en mesure de soutenir environ 100 projets supplémentaires en investissant une somme additionnelle de 10 millions de dollars dans le Fonds pour les femmes en entrepreneuriat. Si l’on compte ce nouvel investissement, le gouvernement aura investi au total 30 millions de dollars dans des entreprises détenues ou dirigées par des femmes au Canada pour les aider à faire croître leur entreprise et à atteindre de nouveaux marchés.

  • Les programmes de la SFE sont complémentaires aux initiatives globales du gouvernement qui visent à aider les femmes, notamment celles touchant la parité salariale, des congés parentaux plus souples et des services de garde d’enfants plus abordables.

  • La promotion de l’égalité des sexes pourrait mener à une hausse de 150 milliards de dollars du produit intérieur brut du Canada d’ici 2026.

  • À peine 16 % des petites et moyennes entreprises (PME) au Canada appartiennent majoritairement à des femmes.

  • Seulement 11,2 % des PME détenues majoritairement par des femmes font de l’exportation, comparativement à 12,2 % des PME appartenant majoritairement à des hommes.

  • Selon le rapport de 2015-2016 sur les femmes en entrepreneuriat du Global Entrepreneurship Monitor, en 2016, le Canada affichait le taux le plus élevé de femmes participant aux premiers stades du démarrage d’entreprise (13,3 %). Le Canada occupait aussi le cinquième rang concernant la proportion des entreprises à propriété féminine parmi les économies comparables axées sur l’innovation.

  • Le financement final est assujetti à la négociation d’ententes de contribution.

Liens connexes

Personnes-ressources

Corinne Havard
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportations
corinne.havard@canada.ca

Relations avec les médias
Innovation, Sciences et Développement économique Canada
343-291-1777
ic.mediarelations-mediasrelations.ic@canada.ca

Restez branchés

Suivez Innovation, Sciences et Développement économique Canada sur Twitter : @ISDE_CA

Suivez Entreprises Canada sur les réseaux sociaux pour en savoir plus sur le monde des affaires : Twitter, Facebook


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :