Réponse des forces armées à la crise de la COVID-19

Compte tenu de la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19), le ministère de la Défense nationale (MDN) et les Forces armées canadiennes (FAC) prennent des mesures sans précédent pour protéger la santé et le bien-être de leur personnel, prévenir la propagation de cette maladie et poursuivre les opérations militaires essentielles.

Réponse des forces armées à la crise de la COVID-19

Les Forces armées canadiennes sont toujours prêtes à intervenir en cas d’urgence ou de besoin, à la demande du gouvernement du Canada.

Opération LASER – réponse à une pandémie mondiale

L’opération LASER constitue la réponse des Forces armées canadiennes (FAC) à une situation de pandémie mondiale.

Le Chef d'état major de la Défense a activé la Phase 2 – Alerte de pandémie de l’opération LASER le 2 mars 2020. Le 13 mars 2020, il a activé la Phase 3 – Réponse à la pandémie.

  • Il y a transmission généralisée et continue du virus dans la population générale.
  • L’intervention des Forces armées canadiennes (FAC) dépend des effets de la maladie aux divers endroits et des demandes d’aide locales.

Renseignez-vous sur l’opération LASER et sur l’aide des FAC aux collectivités canadiennes

Haut de page

 

Réduire les risques que pose la COVID-19 pour l’Équipe de la Défense

Notre priorité absolue, c’est de protéger la santé des Canadiens et des Canadiennes. Cela comprend le fait de préserver la santé et d’assurer la sécurité et le bien-être général de l’Équipe de la Défense alors que nous poursuivons nos activités.

On compte toujours sur les Forces armées canadiennes pour exécuter, avec l’appui du ministère de la Défense nationale, des missions d’importance cruciale durant l’actuelle pandémie de coronavirus (COVID-19). Ainsi, l’Équipe de la Défense a adopté une approche globale dans le but de composer avec les risques universels que pose la COVID-19, ce qui nous permet de poursuivre notre travail.

Par conséquent, le ministère de la Défense nationale (MDN) et les Forces armées canadiennes (FAC) ont mis en place une approche globale à la fois sécuritaire et progressive en vue de la reprise du travail en milieu de travail.

Dans la mesure du possible, les membres de l’Équipe de la Défense continueront de travailler à domicile. Autrement, ils auront accès à un environnement sécuritaire dans le milieu de travail.

Tous les membres de l’Équipe de la Défense doivent suivre les mesures de santé publique à la lettre, entre autres :

  • la distanciation physique, à savoir le maintien d’une distance de deux mètres les uns des autres;
  • le port de masques non médicaux;
  • le lavage fréquent et rigoureux des mains.

Les membres des FAC qui sont affectés à des missions essentielles ou travaillent dans des situations où la distanciation physique est impossible peuvent avoir à prendre des mesures de sécurité additionnelles, par exemple :

  • subir un dépistage de la COVID-19 pour des raisons opérationnelles;
  • répondre à des questionnaires de dépistage;
  • se mettre en quarantaine, s’isoler ou se confiner.

Les tests de dépistage de la COVID-19 pour des raisons opérationnelles peuvent être utilisés, en combinaison avec d’autres mesures d’atténuation des risques. En effet, on donne la priorité aux membres des FAC qui prennent part à certaines missions prioritaires, dans le but de veiller à ce qu’ils ne soient pas infectés à leur insu, même s’ils ne présentent aucun symptôme. Parmi ces missions, mentionnons :

  • les opérations de déploiement;
  • les tâches relevant du NORAD;
  • les activités de recherche et sauvetage;
  • les activités d’entraînement, par exemple, celles qui touchent la préparation des forces en vue d’un déploiement et le personnel clé des établissements d’instruction des FAC.

COVID-19 : Stratégie d’atténuation des risques stratifiée à l’intention des dirigeants

Longue description à suivre

 
Longue description

ÉTAPE 1 : Mettre en œuvre en tout temps les mesures de santé publique

Tous les membres de l’Équipe de la Défense doivent respecter constamment les mesures de santé publique, entre autres :

  • Distanciation physique;
  • Lavage fréquent des mains;
  • Port de couvre-visages;
  • Nettoyage de surfaces;
  • Pratiques recommandées pour tousser.

Points principaux :

  1. Période de quarantaine de 14 jours : le risque pourrait être jusqu’à 100 fois moins grand.
  2. Combinaison de tests et d’une période de quarantaine : le risque pourrait être réduit davantage et être jusqu’à 10 fois moins grand.
  3. Réalisation de tests, uniquement : le risque pourrait être jusqu’à 5 fois moins grand.

ÉTAPE 2 : Cerner les activités essentielles de l’Équipe de la Défense

Types d’activités examinés :

S’il s’agit d’activités opérationnelles, passer à l’étape 3.
S’il s’agit d’activités de mise sur pied d’une force, passer à l’étape 3.
S’il s’agit de fonctions régulières, les Mesures de santé publique (MSP) requises suffisent généralement et l’activité prend fin ici.

Points principaux :

  1. Période de quarantaine de 14 jours : le risque pourrait être jusqu’à 100 fois moins grand.
  2. Combinaison de tests et d’une période de quarantaine : le risque pourrait être réduit davantage et être jusqu’à 10 fois moins grand.
  3. Réalisation de tests, uniquement : le risque pourrait être jusqu’à 5 fois moins grand.

 ÉTAPE 3 : Déterminer la stratégie d’atténuation des risques stratifiée à adopter

En consultation avec les autorités médicales supérieures (AMS), cerner la stratégie d’atténuation des risques qui convient le mieux. Déterminer s’il est nécessaire d’effectuer une période de quarantaine OU des tests opérationnels OU les deux.

Facteurs dont il faut tenir compte :

  • Préavis de mouvement;
  • Risques associés à la mission;
  • Incidence du retard ou de l’annulation d’un entraînement ou d’une instruction;
  • Taille du groupe;
  • Type et échéancier de l’activité;
  • Faisabilité d’une période de quarantaine;
  • Exigences et restrictions à destination ou dans les pays partenaires;
  • Disponibilité des tests opérationnels et résultats.

ÉTAPE 4 : Réaliser des tests opérationnels, le cas échéant

Est-il nécessaire de mener des tests opérationnels?

  • Si oui, coordonner avec les Services de santé des Forces canadiennes (Svc S FC) la commande et la réalisation des tests opérationnels.
  • Sinon, continuer de mettre en œuvre d’autres aspects de la stratégie d’atténuation des risques stratifiée.

ÉTAPE 5 : Continuer à assurer la protection de la force

Continuer à maintenir la protection de la santé de la Force en respectant rigoureusement les mesures de santé publique.

Haut de page

 

Cas de COVID-19 parmi les membres des FAC

En date du 20 octobre 2020, voici le nombre de cas actifs, résolus et totaux de COVID-19 chez les membres des FAC :

  • Tous les cas actuellement actifs : 35
  • Tous les cas résolus : 244
  • Total de tous les cas positifs depuis le début de la pandémie : 279

Ces chiffres s’appliquent à l’ensemble des membres des FAC, quel que soit leur emplacement ou la mission à laquelle ils participent, depuis le début de la pandémie.

La direction surveille de près la portée de la propagation de la COVID-19 au sein de l’Équipe de la Défense. L’application rigoureuse des mesures de santé publique et la stratégie d’atténuation des risques à plusieurs niveaux de l’Équipe de la Défense permettent de contenir efficacement la propagation du virus parmi les membres de notre personnel.

Haut de page

Prévention de la propagation chez les militaires des Forces armées canadiennes

Les Forces armées canadiennes suivent les conseils d’experts de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) et prennent des précautions pour protéger notre population et prévenir la propagation du virus. Celles-ci comprennent ce qui suit :

  • Les membres des FAC pratiquent rigoureusement une bonne hygiène, notamment en se lavant les mains pendant au moins 20 secondes.
  • Lorsque les militaires des FAC sont envoyés en mission, ils disposent de l’équipement de protection individuelle approprié, comme des masques, des lunettes de protection ou des gants.
  • Dans l’exercice de leurs fonctions, si les militaires des FAC ne peuvent éviter de se trouver à moins de deux mètres les uns des autres, ils portent l’équipement de protection approprié.
  • Les membres des FAC sont dispersés et doivent demeurer en isolement pendant 14 jours avant et après leur envoi en mission.
  • Nos navires resteront en mer lorsqu’ils retournent au pays afin que les marins à bord n’entrent pas en contact avec le virus.
  • Le MDN et les FAC demandent à leur personnel de divulguer leur exposition possible à la COVID-19.
  • Toute personne qui a développé des symptômes grippaux dans les 14 jours qui suivent son voyage dans un pays où se trouvent des cas de COVID-19 ou qui entre en contact avec une personne infectée par le virus est priée de se faire soigner rapidement.

Haut de page

Chronologie - Rapport des observations faites par le personnel des Forces armées canadiennes (FAC) soutenant les établissements de soins de longue durée (ESLD) dans le cadre de l'opération LASER

Nous avons reçu une question d'un journaliste et nous pensions que la réponse aiderait tout le monde à mieux comprendre la situation.

Comme c’est le cas pour toute opération de déploiement, tant au pays qu’à l’étranger, les membres des Forces armées canadiennes (FAC) sont tenus de transmettre leurs observations relatives à la mission. C’est dans ce contexte que le personnel des FAC qui a participé à l’opération LASER à l’appui des établissements de soins de longue durée (ESLD) documente et signale toute observation pertinente qui pourrait nuire aux résidants de ces établissements, à leurs employés et à la mission.

Ce rapport reflète les situations problématiques qui ont été réglées, et non celles en cours. Toute situation a pu être traitée par les FAC.

Ces observations visent à fournir une connaissance constructive de la situation à la chaîne de commandement et à signaler tout problème éventuel qui pourrait nuire au succès de la mission ou plus important encore, porter atteinte à ceux que nous servons.

En outre, les fournisseurs de soins de santé agréés des FAC ont l’obligation légale et professionnelle de signaler toute situation qui suscite des inquiétudes quant à la conduite ou à la pratique professionnelle d’un professionnel de la santé travaillant dans un ESLD.

Les membres des FAC œuvrant dans les établissements de soins de longue durée en Ontario et au Québec ont transmis leurs observations aux directeurs de ces établissements immédiatement après avoir constaté les situations de conduite ou de pratique professionnelles problématiques et ont aussitôt pris les mesures nécessaires pour remédier aux lacunes dans ces établissements (encadrement, utilisation de l’EPI, chaîne d’approvisionnement).

De plus tout au long du processus d’établissement de rapports, les FAC ont veillé à ce que toute situation d’urgence ou potentiellement criminelle soit immédiatement signalée à la police ou au coroner. Ce rapport devait donc servir de compte rendu opérationnel sur la situation plutôt que de mécanisme permettant de prendre des mesures immédiates afin de sauver des vies. Ces situations ont été gérées par nos militaires sur place.

Les observations se rapportant aux principaux domaines des normes et de la qualité des soins ont également été rassemblées et consignées dans un rapport médical officiel pour s’assurer qu’elles soient portées à l’attention de la chaîne de commandement, des provinces de l’Ontario et du Québec, et surtout, des établissements de soins concernés.

Le personnel militaire supérieur a reçu les rapports d’observation et les lettres des Forces opérationnelles interarmées régionales le 15 mai (Ontario) et le 21 mai (Québec).

Les hauts dirigeants ont pris connaissance de leurs préoccupations et les ont transmises à l’échelon supérieur en toute transparence et sans délai, compte tenu de leur contenu percutant.

Le jour même où chaque rapport a été reçu, le chef d’état major de la Défense (CEMD) a ordonné la préparation de rapports officiels à l’intention du ministre de la Défense nationale.

Les rapports ont été préparés et examinés rapidement, tant d’un point de vue opérationnel que juridique, au cours des jours qui ont suivi.

Les rapports du CEMD (celui de l’Ontario signé le 21 mai, et celui de Québec, le 25 mai) ont été présentés au ministre de la Défense nationale le 22 mai (Ontario) et le 25 mai (Québec).

Ces observations ont été communiquées dans leur intégralité à la population canadienne par la province de l’Ontario le 26 mai, et par la province de Québec le 27 mai.

Toute allégation selon laquelle il y aurait eu un retard quant à la publication de ces rapports est inexacte.

Il est important de mentionner que, même si les rapports officiels ont été traités par les voies appropriées, les membres du personnel des FAC sur place ont fait part de leurs observations à leurs homologues provinciaux et, surtout, ils ont pris des mesures pour remédier à la situation.

Les principaux responsables de chaque province ont été informés de manière informelle quant aux thèmes généraux des observations des FAC afin que des améliorations puissent être apportées immédiatement.

Encore plus important pour la santé des résidents qui sont au cœur de toutes les préoccupations, les FAC ont communiqué leurs observations générales aux autorités de gestion des ESLD concernées, et chaque équipe de renfort aux soins de santé civils des FAC ont présenté leurs propres observations à la direction de l’ESLD et à l’autorité médicale compétente disponible à chaque établissement.

Tout au long du processus, les membres des FAC sur place ont continué de travailler jour et nuit afin de stabiliser la situation et améliorer la qualité de vie des patients.

Nous continuons de servir les populations les plus vulnérables du Canada avec fierté et nous poursuivrons nos efforts à cet égard tout en appliquant les normes de conduite et de rendement les plus élevées.

Haut de page

Changements aux opérations militaires

Les Forces armées canadiennes prennent des mesures pour empêcher la propagation de la COVID-19 chez nos militaires, tout en préservant notre capacité à mener des opérations militaires essentielles aux missions.

Renseignez-vous sur les répercussions de la COVID-19 sur les opérations militaires actuelles

Haut de page