Sambre

Première Guerre mondiale

Date

4 novembre 1918

Brigadier-général Frederick O. Loomis

Le brigadier-général Frederick O. Loomis était commandant de la 2e Brigade d’infanterie canadienne à cette époque.
Source : Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada (No MIKAN 3218435)

Paramètres géographiques

La voie ferrée Boué — le Cateau (exclu); de là, la route vers Romeries — Famars, puis une ligne vers la Sentinelle (exclu) — Anzin; de là, franc nord jusqu’à la lisière sud de la formêt de Raismes, puis le long de la lisière sud jusqu’à Escautpont (exclu)

Contexte

Honneur de bataille qui est officiellement appelé « Bataille de la Sambre » et qui fait lui-même partie de la campagne nommée « La progression finale »Note de bas de page 1

Description

Par suite de la prise de la ville de Valenciennes par les Canadiens le 2 novembre 1918, l’avance britannique se concentre désormais sur le secteur allant de Le Quesnoy dans le Nord jusqu’à la rivière Sambre dans le Sud. La Première, la Troisième et la Quatrième Armée britannique attaqueront le long d’un front de 30 milles. Dans le cas du Corps canadien (lieutenant-général sir A.W. Currie), l’avance le long de mauvaises routes ne laisse aucun répit, et les combats sont sporadiques; le principal ennemi est la pluie battante qui tombe presque chaque jour du 1er au 11 novembre. Le canal Sambre-Oise est forcé le 4 novembre par la Quatrième Armée (britannique), tandis que plus loin au nord, la Première Armée (britannique) (qui comprend le Corps canadien) avance dans la direction générale de Mons. En raison d’un retrait de l’ennemi au cours de la nuit du 3 au 4 novembre 1918, les Canadiens perdent le contact. La 3e (major général F.O.W. Loomis) et la 4e (major-général sir D. Watson) Division canadienne traversent la rivière Aunelle et repèrent juste au-delà de celle-ci la ligne de défense allemande suivante. Comme l’ennemi s’est retranché, on fait venir l’artillerie pour affaiblir la position, tandis que l’infanterie se prépare à mener une attaque délibérée. Toutefois, cette attaque n’a pas lieu, car l’ennemi s’est esquivé de nouveau sous le couvert de la pluie battante pour se rendre jusqu’à une nouvelle ligne défensive à 2 000 mètres plus à l’est. La 4e Division canadienne déloge l’ennemi de cette position, et la poursuite continue.

Lieutenant-général Currie

Lieutenant-général Currie, commandant du Corps canadien en France, et ADC. Lieu inconnu. Juin 1917.
Source : Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada PA 001370 (No MIKAN 3191901)

Major-général Watson

Major-général Watson, commandant de la 4e Division canadienne. Lieu inconnu. Octobre 1917.
Source : Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada (No MIKAN 3222150)

Attribution :

Unités actuellement en service

Unités inscrites sur l’ordre de bataille supplémentaire

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :