Soldat Alexander Johnson

En 2008, des restes humains ont été découverts à Sailly, en France. Il a été confirmé qu’il s’agissait de ceux du soldat Alexander Johnston.

  • Né le 20 août 1885 à Coatbridge, en Écosse
  • Mort le 29 septembre 1918, à l’âge de 33 ans
  • Mort alors qu’il servait au sein du 78e Bataillon d’infanterie canadien ( Winnipeg Grenadiers), CEC
  • Restes humains découverts en 2008, à Sailly, en France
  • Inhumé au cimetière canadien de Cantimpré de la Commonwealth War Graves Commission,lot A, tombe 35 (en anglais seulement)

Alexander Johnston naît le 20 août 1885 à Coatbridge, en Écosse, de William et Maggie Johnston.

Au début des années 1910, il immigre au Canada avec sa famille, qui s’installe à Hamilton, en Ontario. Avant de s’enrôler, Johnston, célibataire, travaille comme homme à tout faire.

Le 5 janvier 1918, le soldat Johnston est appelé sous les drapeaux et enrôlé dans le Corps expéditionnaire canadien (CEC). Il arrive à Liverpool, en Angleterre, en février 1918, et sert auprès du 8e Bataillon d’infanterie canadien (90th Rifles) , CEC, pendant six mois, puis brièvement au sein du 54e Bataillon d’infanterie canadien (Kootenay), CEC, en France, avant d’être affecté au 78e Bataillon d’infanterie canadien (Winnipeg Grenadiers) , CEC, en septembre 1918.

Le 78e Bataillon participe à l’attaque contre Cambrai à partir du 27 septembre 1918. Il est chargé de s’emparer de la ligne le long de la route Douai-Cambrai, puis des villages de Raillencourt et de Sailly. Malgré une importante opposition, le bataillon saisit la ligne Douai Cambrai le 28 septembre 1918. Le lendemain, il essuie des tirs de mitrailleuse nourris tandis qu’il traverse la route Douai-Cambrai. C’est probablement à cet endroit que le soldat Johnston et 10 autres membres du 78e Bataillon sont portés disparus.

Après la guerre, le nom du soldat Johnston a été gravé sur le Mémorial national du Canada à Vimy , érigé en mémoire des militaires canadiens qui ont été tués en France au cours de la Première Guerre mondiale et qui n’ont pas de sépulture connue.

En juillet 2008, des restes humains ont été découverts au cours de la construction d’un nouveau lotissement à l’extérieur de Cambrai, en France. Des artéfacts trouvés auprès des restes humains ont indiqué qu’il s’agissait de ceux d’un soldat du Corps expéditionnaire canadien. Parmi les artéfacts se trouvaient des insignes de col du 78e Bataillon.

Au moyen d’une analyse historique, généalogique, anthropologique et archéologique, les responsables du Programme d’identification des pertes militaires ont été en mesure de confirmer, en mars 2011, que les restes humains retrouvés étaient bien ceux du soldat Alexander Johnston.

En octobre 2011, le soldat Johnston a été inhumé au cimetière canadien de Cantimpré (en anglais seulement), de la Commonwealth War Graves Commission, à Sailly, en France, à un kilomètre de l’endroit où il est mort au combat. Des représentants du gouvernement du Canada, du gouvernement français local et des Forces armées canadiennes ont assisté à la cérémonie.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur le soldat Johnston, veuillez consulter son dossier de service sur le site Web de Bibliothèque et Archives Canada.

Plus sur l'identification des pertes militaires

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :